Cholera Epidemic Devastates Haiti October Rice Harvest and Promises Yet More Damage L’épidémie de choléra pourrait affecter la prochaine campagne agricole dans l’Artibonite, spécialement la production de riz


Cholera epidemic could affect the Artibonite’s next rice harvest. Peasant organizations worry about impoverishing the growers

By Gotson Pierre, Francesca Theosmy, and Ronald Colbert
AlterPresse

French | English

Translated from the French by Dady Chery for Haiti Chery

Editorial Comment. Since the 1980’s, a series of Haitian administrations have systematically destroyed Haiti’s agriculture in return for aid from the United States. As a result, Haiti’s production of its own food has dropped from over 80 percent to less than 40 percent.  This has caused real hunger.  One of the first blows was the extermination of the Haitian pig during Jean-Claude Duvalier’s regime. The next was a flood of the Haitian market with subsidized Arkansas rice by Clinton’s administration. The last, described below, was the recent introduction of cholera into the Artibonite river with a timing that coincided with the rice harvest and start of a new school year. DC

According to reports to AlterPresse, Haitian Rice producers are putting out the alert about the risk of a major drop in agricultural production and the improverishment of growers, notably in the geographical department of the Artibonite (North), due to the repercussions of the cholera epidemic on Haiti’s agriculture.

“It will not be easy to recover the losses we suffered”

these last few months, estimates Assancio Jacques, the leader of the Artibonite region’s peasant protest movement the National Party of Peasant Organizations in Haiti (Morepla).

Even as Haitian growers organize the next harvest, which will occur in March and April 2011, they are calling on the government to take greater responsibility in supporting them.

As ever, this continues to be a leitmotif — a fundamental protest of Haiti’s rural sector.

After the Plateau Central (North East), the Artibonite is the second department where the cholera was discovered.  It is the region of Haiti that produces the most rice.  It was also one of the first hit by the epidemic, which extended to all the departments, causing over 4,000 casualties as of today.

The Lower Artibonite, where most rice and food crops are still grown, currently supports 18 to 20 percent of Haiti’s consumption of rice, with a production of 76,000 to 80,000 tons of rice.

News of the epidemic in October 2010 created a serious problem.  The growers suffered heavy losses due to difficulties with guaranteeing the harvest, bringing their product to market, and finding customers in the climate of fear brought on by the epidemic, explained Jacques.

When the epidemic hit, Grande Saline, Desdunes et Lestère, the towns most afflicted in the Artibonite region, were right in the midst of their harvest, indicated Assancio Jacques.

Special requirements for agricultural workers in the Artibonite

As infected workers died of the disease, others became afraid of entering the paddy fields where the rice was growing, in areas fed by the Artibonite River, which had been identified as a vector of the epidemic.

“The workers were very reluctant,”

reported Jacques, adding that before starting work, they demanded special measures, such as disinfection of the area with chlorine.

“Some growers had to share, even buy chlorine tablets on the market.”

The epidemic forced an increase in storage fees and rise in worker’s pay

In addition, the cost of agricultural work increased.  For a harvest of 240 pounds of rice, $1.75 had to be paid, instead of $1.25.

After the rice was harvested, the producers had trouble selling it because “The truckers did not come; nor did the buyers.”

This situation lasted several weeks for many growers.

“We were forced to eat our own rice,” Jacques insisted.

As for those who managed to bring their goods to the large market in Pont Sondé (Artibonite), they had to pay rent every day to store their merchandise, because the buyers from Port-au-Prince would not come to the Artibonite to collect the rice.

This was a hard blow for this sector, because the start of epidemic coincided exactly with a time for major family expenses associated with the new school year (in October 2010, due to the January 12 earthquake).

Hundreds of thousands in losses due to the cholera

The losses to the sector in the Artibonite region are estimated at around $800,000, said Assancio Jacques.

“We were forced to denounce on the radio the propaganda that was being circulated about the Artibonite-produced rice,”

accusing it of being a vector for cholera.

These recorded problems about rice production affected 80,000 growers in the Artibonite region, 28,000 day workers, 800,000 sellers, and 400 mill owners, according to the statistics from research organizations that support the peasant movement.

The impact is being felt as a drop in the consumption of domestic rice, which was already sufferering from the importation of subsidized foreign rice.  The impact is also seen in a huge price drop from $2.50 to $1.50 for six pounds of rice.

Emergency measures needed from the government

The administration of President Rene Garcia Preval and Prime Minister Joseph Jean Max Bellerive should put in place emergency measures to improve access to credit and to agricultural tools.  There are individuals out there offering loans at 20 percent interest per month, reported Morepla.

Peasant organizations in the Artibonite criticize the weak government, which took no initiative to allay the consumers’ worries and rebuild their confidence.

It was the rice producers who put together a promotional spot that aired widely for several months.  It invited all to “eat heartily” of the Artibonite-produced rice.

Planopa is expressing a great concern for the national economy due to these problems for the agricultural sector ensuing from the cholera epidemic.

Taleus Christophe, speaker for Planopa, complains that the cholera deaths diminished the work force, and in addition caused the survivors to become afraid to work in sectors connected to products that are grown in the paddy fields.

“The government should speak up about what it will do to protect our production.”

Simultaneously, other institutions should take measures to improve the health/hygienic conditions in the markets, recommended the National Party of Peasant Organizations in Haiti.

Also see: “Aid as a Trojan Horse. On the First Anniversary of the Haitian Earthquake”

Source: AlterPresse (French)  |  Haiti Chery (English)

© Copyright 2011 by Dady Chery. All rights reserved

L’épidémie de choléra pourrait affecter la prochaine campagne agricole dans l’Artibonite, spécialement la production de riz

Par Gotson Pierre, Francesca Theosmy et Ronald Colbert
AlterPresse (français)

français | anglais

Commentaire. Depuis les années 1980, une série d’administrations haïtiennes ont systématiquement détruit l’agriculture du pays pour l’aide américaine. En conséquence, la production d’Haïti de sa propre nourriture a chuté de plus de 80% jusqu’à moins de 40%. Cela a causé la faim. Un des premiers coups était l’extermination du petit cochon haïtien durant le régime de Jean-Claude Duvalier. La suivante était l’inondation du marché haïtien avec le riz Arkansas subventionné par l’administration Clinton. Le dernier, décrit ci-dessous, a été l’introduction récente du choléra dans le Fleuve Artibonite pendant la récolte du riz et de début d’une nouvelle année scolaire. DC

Risques de décapitalisation des agriculteurs, craignent les organisations paysans.

Port-au-Prince, 26 janv. 2011 — Les producteurs nationaux mettent en garde contre les risques d’une diminution importante de la production agricole et d’une décapitalisation des agriculteurs, notamment dans le département géographique de l’Artibonite (Nord), en raison des répercussions de l’épidémie de choléra sur les activités agricoles en Haïti, selon les données dont a pris connaissance l’agence en ligne AlterPresse

« Il ne sera pas facile de récupérer les pertes que nous avons enregistrées »

au cours des derniers mois, estime Assancio Jacques, principal dirigeant du mouvement revendicatif des paysans de l’Artibonite (Morepla, Nord).

Alors que se prépare la prochaine campagne agricole, qui aura lieu en mars et avril 2011, les agriculteurs nationaux appellent l’état à prendre davantage de responsabilité en les appuyant.

Ce qui demeure, depuis toujours, un leitmotiv, une revendication fondamentale dans le secteur rural en Haïti.

L’Artibonite -deuxième département o=F9 a été découverte l’épidémie de choléra après le Plateau Central (Nord-Est) – ,est la zone d’Haïti qui produit le plus de riz, également l’une des premières les plus touchées par l’épidémie de choléra qui s’est étendue à tous les départements, atteignant aujourd’hui près de 4,000 morts.

Le Bas Artibonite, o=F9 se cultivent spécialement le riz et les légumes, assure habituellement pour 18 à 20% dans la consommation de riz en Haïti, avec une production de 76,000 à 80,000 tonnes.

La déclaration de l’épidémie de choléra, en octobre 2010, a créé une situation très compliquée : les agriculteurs ont perdu beaucoup d’argent en raison des difficultés d’assurer la récolte, de porter le produit au marché et de trouver des clients dans une ambiance de psychose liée au choléra. explique Jacques.

Grande Saline, Desdunes et Lestère, villes les plus touchées dans l’Artibonite, se trouvaient exactement en pleine période de récolte lorsque l’épidémie a touché les agriculteurs, signale Assancio Jacques.

Des conditions spéciales exigées par les travailleurs agricoles dans l’Artibonite

Dans ce contexte, pendant que les travailleurs infectés sont morts de la maladie, d’autres ont eu peur d’entrer dans les espaces cultivés de riz, dans les lacs alimentés par le fleuve Artibonite, identifié comme un vecteur de l’épidémie.

« Les travailleurs étaient réticents »,

confie Jacques, ajoutant que ces derniers ont exigé des conditions spéciales, comme la pulvérisation spatiale avec le chlore, avant d’entrer au travail.

« Certains agriculteurs ont dû partager, voire même acheter des ampoules de chlore sur le marché ».

Le choléra a fait augmenter le salaire des travailleurs et les frais d’entreposage

De plus, le prix du travail agricole a augmenté.

Au lieu de payer US $ 1.25 par 240 livres de récolte de riz, ils ont dû payer jusqu’à US $ 1.75$ [US $ 1.00 = 41.00 gourdes ; 1 euro = 57.00 gourdes aujourd’hui].

Une fois le riz récolté, les productrices et producteurs ont fait face à des difficultés de commercialisation, car

« les camions ne sont pas arrivés, les commerçants non plus ».

Cette situation a duré plusieurs semaines, et, pour de nombreux producteurs,

« nous avons du manger notre riz », souligne Jacques.

Quant à celles et ceux, qui ont pu apporter leur production au grand marché de Pont Sondé (Artibonite), il leur a fallu débourser des sommes, chaque jour, pour pouvoir conserver la marchandise dans les dépôts, parce que les commerçants de Port-au-Prince ne se déplaçaient pas dans l’Artibonite pour acquérir la production de riz.

Ce fut un coup dur pour le secteur, parce que la période de déclenchement de l’épidémie a coïncidé avec celle de dépenses majeures pour la famille à l’occasion de la réouverture des écoles (en octobre 2010, à cause des conséquences du tremblement de terre du 12 janvier de la même année).

Des milliers de dollars de pertes avec le choléra

Les pertes, au niveau du secteur dans la région de l’Artibonite, pourraient être évaluées à 800,000 dollars, croit savoir Assancio Jacques.

« Nous avons été obligés de dénoncer, à travers des émissions, la propagande qui circulait sur la production de riz de l’Artibonite »,

l’accusant de véhiculer le choléra.

Les problèmes, enregistrés dans la production de riz, affectent 80,000 producteurs de l’Artibonite, 28,000 journaliers, 800,000 commerçants et 400 propriétaires de moulin, selon les statistiques fournies par les organismes de recherche qui appuient les mouvements paysans.

L’impact observé se révèle par une baisse de la consommation du riz local, qui souffrait déjà de l’importation du riz étranger, et par la chute des prix de US $ 2.50 pour 6 livres à US $ 1.50 pour la même quantité.

Des mesures d’incitation à prendre par le gouvernement

Le gouvernement du président René Garcia Préval et du premier ministre Joseph Jean Max Bellerive devrait subventionner le coût des mesures d’incitation, l’accès à l’utilisation des machines agricoles et au crédit, car des individus offrent des prêts jusqu’à 20% par mois, suggère le mouvement revendicatif des paysans de l’Artibonite (Morepla).

Les organisations paysannes dans l’Artibonite critiquent le laxisme du gouvernement qui n’a pris aucune initiative visant à lever les doutes et donner confiance aux consommateurs.

Cependant, un spot de promotion, diffusé depuis plusieurs mois sous les auspices des producteurs de riz et très répandu dans la communauté des radiodiffuseurs commerciaux, invite à « manger abondamment », sans le moindre risque, le riz produit dans l’Artibonite.

A l’échelle d’Haïti, la plateforme nationale des organisations paysannes (Planopa) exprime ses préoccupations par rapport à la complication de la situation agricole, découlant de l’épidémie de choléra.

Taléus Christophe, porte-parole de la Planopa, se plaint du fait que les décès dus au choléra diminuent la force de travail, tandis que les survivants ont peur de travailler dans les secteurs liés aux produits qui sont cultivés dans les lacs.

«Le gouvernement devrait dire ce qu’il va faire pour protéger la production».

En même temps, les instances institutionnelles doivent agir pour améliorer les conditions du marché en termes d’hygiène et d’assainissement, préconise la plateforme nationale des organisations paysannes en Haïti.

[gp kft rc apr 27/01/2011 16:00]

Voyez aussi: “Aid as a Trojan Horse. On the First Anniversary of the Haitian Earthquake”

Origine:  AlterPresse (français)

Leave a Reply