No to Garry Conille as Prime Minister of Haiti!Non à Garry Conille!

By Yves Pierre-Louis
Haiti Liberté

English | French

Translated from the French by Dady Chery for Canada Haiti Action Network

Editorial Comment.  Garry Conille is a U.N. employee and Bill Clinton’s aide. He has not lived in Haiti for the last seven years, and he is not a diplomat. Consequently he does not qualify for the post of Prime Minister, according to Haiti’s 1987 Constitution. Nevertheless Haiti’s Chamber of Deputies unanimously voted to accept his nomination as Prime Minister. Will Haiti’s Senators  be the next ones to vote to transfer the country to Clinton as a U.N. protectorate?

Dady Chery, Editor
Haiti Chery

(Since the following article was written, the Parliament of Haiti voted by 89-0 on September 16 to accept the nomination of Garry Conille to serve as Prime Minister of Haiti. The nomination now requires the approval of Haiti’s Senate.)

On Thursday September 8, 2011, President Joseph Michel Martelly’s third choice for prime-minister, Dr. Garry Conille, filed his documents for the position with the office of the Chamber of Deputies of the 49th Legislature. Meanwhile, discussions are heating up in the media about his residency because he left the country for seven years to serve in the United Nations. Two days later, on Saturday, Sept. 10th, there was an altercation at the Hotel Karibe Convention Center between the prime minister designate and members of President Martelly’s cabinet.

And what was the basis of this incident? According to released information, Martelly cabinet chief Thierry Mayard Paul, together with the president’s wife, Sophia Martelly, and presidential advisers including Patrick Rouzier, all flanked by a commando, arrived at the hotel where the Prime Minister designate was participating in a private-sector business forum. He was pressured to sign a blank letter of resignation prior to his ratification as prime minister. This was a shameless political stunt never seen in the annals of political practice in Haiti, or anywhere else. Such a letter would allow President Martelly to force a resignation of the future prime minister should circumstances arise.

Apparently, the Prime Minister designate categorically refused this threat and even considered withdrawing his name from the ratification process. He cancelled his scheduled meeting with the forum. Following this altercation, various sources reported intense telephone communications between the two sides. According to our latest information, the Prime Minister designate met on the same day with the President and the situation, it seems, was normalized. The President reassured Conille that the presidency would never have decided to make him sign such a letter or any other document as a precondition for his accession to the prime ministerial post. Who, then, was the instigator of this unfortunate, shameful, and pathetic initiative?

Would Thierry Mayard Paul and the others have taken it upon themselves to indulge in a maneuver so disgraceful and absurd? If so, then sanctions should immediately be taken against the alleged impostors. After the incident on Saturday at the Karibe, no official statement was issued to explain what had actually happened. Some are still criticizing those in Martelly’s entourage who oppose his choice. Such was also the case for his first two candidates for Prime Minister.

On the other hand, questions about the residency of the Prime Minister designate continue to be a source of controversy in the Haitian Parliament and among the traditional political class and the middle men of the legal profession. Some point, to good effect, to the Haitian Constitution of 1987, others refer to rules and regulations of the U.N., according to which officials from that organization do not change their country of residency when they work abroad. So, between the legal prescriptions of the mother country and the laws of a global organization, which ones should be applied to Garry Conille’s dossier?

By all evidence, the Haitian Constitution of 1987 is clear on this. Paragraph 5 of Article 157 states: “Residency in the country for five (5) consecutive years.” However, during the past seven years, Prime Minister designate Garry Conille was not in the country, which constitutes a real obstacle to his ratification. It is true that President Martelly said, “Before proposing Mr. Conille, I consulted my legal team,” but he did not specify the roles played by former U.S. President Bill Clinton in this selection. Some say it was forced on Martelly.

Amidst all this, former presidential candidate and professor of constitutional law Mirlande Manigat Hyppolite pointed out the difference between an official of an international institution and a diplomat. She insists that that the law mother of the nation should be respected.  She explained: “As concerns the conditions listed under Article 157 on residency, I listened with great interest to the statements made here, there and everywhere. The status of an international civil servant is not that of a diplomat, nor is it the status of a Haitian who is representing Haiti in an international organization. Eric Pierre, for example, was twice proposed for Prime Minister; he represented Haiti at the Inter American Development Bank (IDB), so he benefited from the so-called extraterritoriality enjoyed by diplomats. A diplomat by definition, does not live in Haiti; he represents his country and benefits from the principle of extraterritoriality. On other hand, Haitians working in international organizations? NO. They do not have diplomatic status and do not benefit from the principle of extraterritoriality,” she explained.

In the Parliament, opinion is divided; self-interest seems to outweigh the best interests of the nation and the laws of the Republic. The chairman of the majority bloc in the Chamber of Deputies is prepared to give his vote to the Prime Minister designate. Referring to the principles of international law, he said that Garry Conille can stay in Niger as an officer of the U.N. all the while resident in Haiti. He also cited a set of conventions and U.N. resolutions in favor the Prime Minister designate. For his part Senate chairman Joazile Rodolph said: “Today, the atmosphere is more or less relaxed, and if  Mr. Conille meets the constitutional requirements, I think he will not have much difficulty being ratified by the Senate.”

The coordinator of the political platform INITE, the majority bloc in the Senate and leader of the group of 16 that defeated the ratification of Martelly’s second Prime Minister pick, Bernard Gousse, raised the possibility of a ratification of Garry Conille if he meets the constitutional requirements and political criteria. But doubts and suspicions remain very high.

The senator from Nippes, John William Jeanty, for his part, does not hide his position: Garry Conille does not meet the desired criteria for a Prime Minister. He said: “I cannot say that the Prime Minister designate represents the consensus we are seeking. He does not reflect what was discussed in the various sectors, he does not meet the profile of someone over whom we could reach a consensus. Clearly there’s a fly in the ointment, so he is not the right choice. There are also problems with his dossier.  They say he has not resided in Haiti since 2004 and does not work in Haiti. So, he has no residence in Haiti, it seems that he is not [a home owner], and he does not pay taxes here …”

The Vice President of the Senate is standing firm on his position; he has reiterated that he will not vote for a candidate who fails to comply with the letter of the constitution, which requires residency in the country for at least five years in order for a Haitian citizen to qualify as prime minister.

The leader of the Papaye Peasant Movement (MPP) Chavannes Jean Baptiste goes further. He says that this ratification would be a total abandonment of what remains of Haiti’s national sovereignty. He protests against foreign interference in the appointment of a U.N. official whose presence on the political spectrum would be aimed at consolidating a trusteeship over Haiti. He also condemns the flagrant violation of Article 157 of the Constitution, whose provisions regarding the number of years of residency are incompatible with the current situation of the Prime Minister designate.

It is clear that in Haiti today there is a shadow government, with the presence of former U.S. President Bill Clinton in the National Palace and at the head of a so-called “Presidential Advisory Council for Economic Development and Investment.” It is no secret to informed people that the invisible hand of Bill Clinton is in the appointment of Garry Conille. What’s more, Conille directed Clinton’s offices as co-chair of the Interim Commission for the Reconstruction of Haiti (IHRC) and Special Envoy of U.N. Secretary-General Ban Ki-Moon. To impose Garry Conille as Prime Minister, all the country’s laws will have to be violated in the interests of the imperialist powers and the big, local predators.

 

 Source: Haiti Liberté (français) | CHAN (anglais)

© Copyright 2011. This material is available for republication as long as reprints include verbatim copy of the article in its entirety, respecting its integrity. Reprints of this English translation must cite the author, Dady Chery, and CHAN, and include a “live link” to the article.Par Yves Pierre-Louis
Haiti Liberté

anglais | français

Commentaire. Garry Conille est un employé de l’ONU et l’aide de Bill Clinton. Conille n’a pas vécu en Haïti pendant les sept dernières années, et il n’est pas un diplomate. En conséquence, il n’est pas admissible pour le poste de Premier ministre, selon la Constitution d’Haïti de 1987. Néanmoins la Chambre des députés d’Haïti a voté à l’unanimité d’accepter sa nomination comme Premier ministre. Est-ce que les sénateurs d’Haïti seront les prochains à voter pour transférer notre pays à Clinton en tant qu’un protectorat de l’ONU?

Dady Chery, Editeur
Haiti Chery

(Depuis la publication de l’article suivant, le Parlement Haïtien a voté par 89-0 le 16 Septembre à accepter la nomination de Garry Conille pour servir en tant que Premier Ministre d’Haïti. La nomination nécessite maintenant l’approbation du Sénat d’Haïti.)

Le troisième Premier ministre désigné par le président Joseph Michel Martelly, le docteur, Garry Conille a fait le dépôt de ses pièces le jeudi 8 septembre 2011, au bureau de la Chambre des députés, de la 49e législature. Entretemps, les débats vont bon train dans les médias sur sa résidence, parce qu’il a quitté le pays depuis 7 ans pour se mettre au service de l’Organisation des Nations Unies. Dans les intervalles, un incident s’est produit deux jours après le dépôt de ses pièces, le samedi 10 septembre, à l’hôtel Karibe Convention Center entre le Premier ministre désigné et les membres du cabinet du président Martelly.

Et alors, qu’est-ce qui était à la base de cet incident ? Selon les informations diffusées, le chef du cabinet de Martelly, Thierry Mayard Paul accompagné de la femme du président, Sophia Martelly, des conseillers du président dont Patrick Rouzier, tous flanqués d’un commando, ont débarqué à l’hôtel où le Premier ministre désigné participait à un Forum du secteur privé des affaires. On lui a intimé l’ordre de signer une lettre de démission non datée avant même sa ratification. C’est un truc politique éhonté, qu’on n’a jamais vu dans les annales de la pratique politique en Haïti, ou ailleurs. Cette lettre aurait permis au président Martelly d’obtenir la démission forcée de l’éventuel Premier ministre, Garry Conille le cas échéant.

…Le Premier ministre désigné aurait catégoriquement refusé ce ténébreux forcing et aurait même considéré de préférence de se retirer du processus de ratification avant d’annuler la rencontre prévue avec le Forum. Suite à cette altercation, diverses sources ont fait état d’intenses communications téléphoniques avec les missions diplomatiques. D’après nos dernières informations le Premier ministre désigné s’était entretenu le même jour avec le président et la situation, semblerait-il, se serait normalisée. Le président aurait rassuré Conille que jamais la présidence n’avait pris la décision de  lui faire signer une telle lettre ou un quelconque autre document, comme condition préalable à son accession à la Primature. De qui donc était cette malencontreuse, honteuse et pitoyable initiative ?

Thierry Mayard Paul et les autres conseillers de Martelly se sont-ils permis tout seuls de se laisser aller à une manœuvre aussi déshonorante et aberrante ? Si tel est le cas, des sanctions devraient être prises immédiatement contre les présumés imposteurs. Après l’incident du samedi au Karibe, aucun communiqué officiel n’a été émis pour expliquer ce qui s’était réellement passé. Certains critiquent toujours l’entourage de Martelly qui s’oppose au choix du président. Tel était aussi le cas pour les deux premiers candidats à la Primature.

D’un autre côté, la question relative à la résidence du candidat à la Primature ne cesse de soulever des polémiques au niveau du Parlement haïtien, de la classe politique traditionnelle et dans le milieu des hommes de la basoche. Certains évoquent à bon escient la constitution haïtienne de 1987 d’autres se réfèrent aux règlements des Nations Unies selon lesquels les fonctionnaires de cette organisation ne changeraient pas de résidence en s’expatriant. Donc entre les prescrits de la loi mère de la nation et les règlements d’une organisation mondiale lesquels  devraient  être appliqués dans l’étude des dossiers de Garry Conille.

De toutes évidence, la constitution haïtienne de 1987 est claire là-dessus : l’alinéa 5 de l’article 157 est ainsi libellé :

« Résider dans le pays depuis cinq (5) années consécutives».

Pourtant, durant les sept (7) dernières années, le Premier ministre désigné, Garry Conille n’était pas dans le pays, ce qui constitue un véritable obstacle à sa ratification. Sans doute le président Martelly a indiqué :

« Avant de désigner Monsieur Conille, j’ai consulté mon équipe juridique »,

mais il n’a pas relevé le rôle joué par l’ex-président des Etats-Unis, Bill Clinton dans ce choix. Certains disent que c’est un choix imposé.

Dans la foulée, l’ancienne candidate à la présidence et professeure de droit constitutionnel, Mirlande Hyppolite Manigat a fait la différence entre un fonctionnaire des institutions internationales et un diplomate, et elle exige le respect de la loi mère de la nation :

« En ce qui concerne le respect des conditions énumérées à l’article 157, concernant la résidence, j’ai entendu avec beaucoup d’intérêts des déclarations faites par-ci par-là. Le statut du fonctionnaire international, ce n’est pas celui d’un diplomate, non plus le statut d’un Haïtien qui représente d’Haïti dans une organisation internationale. Eric Pierre par exemple, par deux fois avait été désigné pour être Premier ministre, il représentait Haïti à la Banque Interaméricaine de Développement (BID), donc il bénéficiait de ce qu’on appelle l’extraterritorialité dont bénéficient les diplomates. Le diplomate par définition, ne vit pas en Haïti, il représente son pays et bénéficie du principe d’extraterritorialité. Tandis que des Haïtiens qui travaillent dans des organisations internationales, NON. Ils n’ont pas le statut de diplomate et ne bénéficient pas du principe d’extraterritorialité »,

a-t-elle expliqué.

Au niveau du Parlement, les opinions sont partagées, l’intérêt personnel semblerait l’emporter sur les intérêts supérieurs de la nation et les lois de la République. Le président du bloc majoritaire à la Chambre des députés, se dit prêt à accorder son vote au Premier ministre désigné. En se référant aux principes du droit international, il a précisé que Garry Conille peut demeurer au Niger, tout en résidant en Haïti, en sa qualité de haut fonctionnaire des Nations Unies, citant également un  ensemble de conventions et de résolutions des Nations Unies en faveur du Premier ministre. Le président du Sénat, Rodolph Joazile de son côté a déclaré :

« Aujourd’hui, l’ambiance est plus ou moins décrispée et si monsieur Conille répond aux exigences constitutionnelles, je pense qu’il n’aura pas trop de difficultés à arriver à être ratifié au niveau du Sénat. »

Le coordonnateur de la plateforme politique de l’INITE, majoritaire au Sénat et  leader du groupe des 16, tombeur du deuxième Premier ministre désigné par Martelly, Bernard Gousse, a évoqué une possibilité de ratification de Garry Conille, s’il répond aux exigences constitutionnelles et les critères politiques, mais de toute façon les doutes et les suspicions restent très élevés.

Le sénateur des Nippes, Jean William Jeanty, pour sa part, ne cache pas sa position : Garry Conille ne répond pas au profil du Premier ministre recherché.

«  Je ne peux pas dire que le Premier ministre désigné correspond au consensus que nous recherchions. Il ne correspond pas à ce qui a été discuté dans les différents secteurs, il ne correspond pas au profit du personnel qui faisait l’objet de consensus. Il est clair qu’il est un cheveu dans la soupe, donc il ne correspond pas du tout, en même temps il y a un ensemble de problème au niveau de son dossier. Ils disent qu’il ne réside pas en Haïti, depuis 2004, il ne travaille pas en Haïti. Donc il n’a pas de résidence en Haïti, il semble qu’il n’est pas [propriétaire] et qu’il ne paie pas ces taxes ici … »,

a-t-il fait remarquer.

Le vice-président du Sénat reste ferme sur sa position, il a réaffirmé qu’il ne votera pas un candidat qui ne respecte pas strictement les prescrits de la constitution, qui recommande d’avoir résidé dans le pays au moins cinq (5) ans  pour qu’un citoyen haïtien devienne chef du gouvernement.

Le leader du Mouvement des Paysans de Papaye (MPP) Chavannes Jean Baptiste va plus loin, selon lui, cette désignation constitue un abandon total de ce qui reste de la souveraineté nationale. Il a protesté contre l’ingérence étrangère dans la nomination d’un fonctionnaire des Nations Unies dont la présence sur l’échiquier politique viserait définitivement à consacrer la mise sous tutelle d’Haïti. Il dénonce également la violation flagrante de l’article 157 de la Constitution dont les dispositions relatives au nombre d’années de résidence serait incompatible avec la situation actuelle du candidat à la Primature.

Il est clair aujourd’hui qu’en Haïti il y a un pouvoir de doublure avec la présence de l’ex-président des Etats-Unis, Bill Clinton au palais national, à la tête d’un soi-disant « Conseil Consultatif présidentiel pour le développement économique et les investissements. » La main invisible de Bill Clinton dans la désignation de Garry Conille n’est pas un secret pour les gens avisés. De plus Garry Conille était le chef du Bureau de Bill Clinton comme coprésident de la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH) et envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon. Pour imposer Garry Conille comme Premier ministre, toutes lois du pays devront être bafouées pour satisfaire les intérêts des grandes puissances impérialistes et ceux des grands mangeurs locaux.

 

Origine: Haiti Liberté (français) | CHAN (anglais)

 

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Leave a Reply