Martelly Goes Begging for an ArmyMartelly va mendier pour une armée

By AlterPresse staff | Trenton Daniel
AP via Yahoo News (English)
AlterPresse (French) | Haiti Chery (English)

Spanish | English | French

Translated from the French by Dady Chery for Haiti Chery

Editorial Comment.  When a piece of news about Haiti spreads like wildfire throughout the mainstream press, one may be certain that these news are meant to manipulate rather than inform. In the following two articles, we find Martelly begging the United Nations to keep MINUSTAH in Haiti on one hand, and threatening to create his own Tontons Macoutes/FRAPH on the other. If the idea is to distract or frighten the Haitian population into acquiescing to MINUSTAH, this will surely fail. The humiliations, rapes, murders, and the more than 6,000 cholera deaths, together with a U.N. cover-up of the occurrence of violent cases of cholera on its Mirebalais Nepalese base, are simply too much.  Anyway, despite all the hooplah, all that has happened is that Martelly has drafted an unofficial document, submitted it for review to “diplomats from friendly countries’, and looked the other way while somebody conveniently leaked the document to The Associated Press. Luckily for us, Martelly’s bosses are broke and getting more so every day. They will not find it so easy to cough up the $95 million he wants for training and equipping his army.  Let us keep our eyes on the ball. MINUSTAH out now!

Dady Chery, Editor
Haiti Chery

Haïtian Army: “A force for Greater Repression Against the People,” According to Peasants and Workers

By RH, KFT, GP, APR
AlterPresse (French)

Translation from the French by Dady Chery for Haiti Chery

Port-au-Prince — Members of the peasants and workers sectors reacted negatively to news in the media announcing the establishment of an armed forces by President Michel Martelly.

A document titled “Haiti Security: Full details of the proposed new national force,” so far unofficial, reports that the Mr. Martelly intends to set up a force initially with 3,500 people, and recruitment is set to begin in October and November.

Osnel Jean Baptiste, a spokesperson for “Tet Kole Ti Peyizan (Peasant Union),” is convinced that if this force is created, it “will serve only part” of the population.

Jean Rabel (Northwestern), the home of “Tet Kole Ti Peyizan”, was the scene of the massacre of 139 peasants in July 1987, orchestrated by large landowners together with the old army. Twenty four years later, farmers are still waiting for justice.

Referring to various repressive measures that the previous Armed Forces of Haiti (FADH) took against the population, Osnel John the Baptiste points out that the wounds left by the army have not yet “healed”.

According to the peasant spokesperson, the solution to the country’s problems does not lie in creating an armed forces. What is needed first is a “fair justice system.”

“Without respect for the fundamental rights of people and justice for people, the creation of a new armed forces is pointless,” he insists.

For her part Yanick Etienne, an activist and spokesperson for the organization “Batay Ouvriye” (Workers’ Struggle) believes that any army created in the current context “will serve the dominant structures.”

“This is another repressive force against the (Haitian) people. This will not be an army to defend the interests of the nation,” she said.

According to the document, the new army will be under the control of the president who will lead a defense structure called the “National Council for Defence and Security (NSDC).”

Michel Martelly will withdraw the January 6, 1995 decree dissolving the Armed Forces of Haiti (FADH) and proclaim a new decree for the return of the FADH.

Information circulating in the Haitian capital has it that Martelly has submitted this document to diplomats from friendly countries for review.

 

Source:  AlterPresse (French) | Haiti Chery (English)

© Copyright 2011. This material is available for republication as long as reprints include verbatim copy of the article in its entirety, respecting its integrity. Reprints of this English translation must cite the author, Dady Chery and Haiti Chery, and include a “live link” to the article.

 

 

Document Details Martelly Plan for New Haiti Army

Par Trenton Daniel
AP via Yahoo (English)

Port-au-Prince — Haiti’s president is moving forward with a controversial campaign pledge to restore the country’s disbanded military with an initial force of 3,500 soldiers, according to a document obtained Tuesday by The Associated Press.

The role for the army replacing the former discredited military would be to patrol Haiti’s border, keep order during times of crisis and provide opportunities for young people, says the document outlining the plan.

President Michel Martelly’s government proposes spending $95 million to train and equip the new armed force with the goal of eventually replacing the 12,000 U.N. peacekeepers in the country.

“The fragility of the Haitian state now makes it vulnerable to the risks of internal unrest that could plunge the country into anarchy,” the document says.

Martelly spokesman Lucien Jura said Tuesday afternoon that he was unaware of the document, and referred questions to security consultant Reginald Delva, who told the AP he would comment later.

Haiti has not had a military since it was disbanded in 1995 under President Jean-Bertrand Aristide after years of coups and human rights abuses. Some Haitians have said in recent months they welcome the creation of a new army, a reflection of patriotism but also of the expectation that it would create jobs in an impoverished country.

Human rights groups have expressed uneasiness with the idea of restoring a military that was notorious for abuses.

The Martelly administration’s proposal has been circulating among foreign officials in Haiti and would need the approval of Parliament as well as funding that would likely have to come from international aid.

The AP obtained the document from an official on condition of anonymity because the person was not authorized to distribute it.

Haiti’s government notes in the report that it does not face any threat from other countries but says a new army is necessary to patrol the porous border with the Dominican Republic, now frequently used by drug traffickers and for other types of smuggling.

The budget for the project, known as the National Council of Defense and Security, includes $15 million to compensate former military personnel who lost wages and pensions when Aristide disbanded the military. That is a long-standing grievance of the former soldiers.

The 22-page proposal says organizers would initially name an interim military staff and identify sites for military bases in the countryside, with the first class of troops recruited from November to January.

The plan also calls for creation of a “national intelligence service,” a special unit to deal with terrorism threats, criminal syndicates and illegal trafficking networks. It would also monitor “extremist organizations and movements intended to spread anarchy.”

A U.S. Embassy spokesman, Jon Piechowski, said by email that Haitian government officials had recently met with embassy personnel to discuss the plan.

“We are reviewing the information they have shared in support of their vision,” Piechowski said.

A human rights lawyer criticized the idea, noting that the military has long been used in Haiti as a tool to quash democratic movements.

“The problems raised in the proposal are real, but there is little basis for believing that the army would be an effective solution,” said attorney Brian Concannon, director and founder of the Institute for Justice and Democracy in Haiti.

“The (army) did not successfully defend the borders against foreign attacks, and the other listed functions — development, disaster response and policing are done more cheaply and efficiently by civilian entities. What the army has done well throughout its history is attack unarmed civilians and stunt democracy.”

Haiti-born political observer Jocelyn McCalla said the country would be better served by creating a job program that focuses on young people.

“An army is the last thing that Haiti needs at this point,” McCalla wrote in an email.

Martelly’s push to bring back the army stems in part from uneasy relations between United Nations troops and many Haitians, who view the peacekeepers as an occupation force and an affront to national sovereignty.

Such opposition has been stoked by evidence suggesting that U.N. peacekeepers from Nepal accidentally started a cholera outbreak that has killed more than 6,200 people and by a recent video allegedly showing U.N. soldiers from Uruguay sexually abusing a Haitian youth.

Despite the outcry, Martelly has said he would seek to renew the U.N. force’s mandate for another year. On Friday, he said at the U.N. General Assembly that the force has committed “unacceptable errors” in Haiti but it should stay to help rebuild the country after last year’s devastating earthquake.

 

Source: AP via Yahoo News (English)

 

By AlterPresse staff/Trenton Daniel
AP via Yahoo News | AlterPresse (francais) | Haiti Chery (anglais)

Traduit de l’anglais par Dady Chery pour Haiti Chery

Commentaire. Quand une nouvelle d’Haïti se répand immédiatement à travers toute la presse traditionelle, on peut être certain qu’elle est publiée pour manipuler plutôt que d’informer. Dans les deux articles suivants, Martelly demande aux Nations Unies à maintenir la MINUSTAH en Haïti d’une part, et menace de créer sa propre force de tontons macoutes (ou FRAPH) de l’autre part. Si l’idée est de distraire ou effrayer la population haïtienne pour la faire acccepter la MINUSTAH, ce sera sûrement échouer. Les humiliations, viols, meurtres, et les plus de 6.000 morts du choléra a cause  de cas violents de la maladie au camp nepalais de l’ONU  à Mirebalais, sont tout simplement trop. Quoi qu’il en soit, tout ce qui s’est passé, c’est que a Martelly rédigé un document non pas officiel, il l’a soumis aux “diplomates des pays amis», et apres regarda a l’autre sens pendant que quelqu’un commodément avait transmis le document à l’Associated Press. Heureusement pour nous, les patrons de Martelly ne sont plus riches et deviennent pire chaque jour. Ils ne sera pas si facile de produire 95 millions de dollars pour former et équiper une armée. Gardons l’oeuil sur la balle. MINUSTAH, partez immediatement!

Dady Chery, Editor
Haiti Chery

Haïti-Armée/Reactions : « Une force de répression en plus contre le peuple », selon des secteurs paysan et ouvrier

Par RH, KFT, GP, APR
AlterPresse (francais)

P-au-P, 29 sept. 2011[AlterPresse] — Des membres des secteurs paysan et ouvrier ont réagi négativement par rapport à la nouvelle circulant dans les médias, annonçant la prochaine création d’une force armée par le président Michel Martelly.

Un document titré « Haïti Sécurité : Tous les détails sur le projet de la nouvelle force nationale », jusque-là officieux, rapporte que le président Martelly entend mettre sur pied une force d’un effectif initial de 3 500 personnes. Le recrutement devrait commencer entre octobre et novembre.

Osnel Jean Baptiste, porte-parole de l’organisation « Tèt Kole ti peyizan (Union paysanne) », se montre convaincu que si cette force voit le jour, elle ne « travaillera que pour une partie » de la population.

La base de jean Rabel (Nord-ouest) du mouvement « Tèt Kole ti peyizan » a été le théâtre du massacre, en juillet 1987, de 139 paysans, orchestré par des grands proprietaires terriens et l’ancienne armée. Vingt quatre ans plus tard, les paysans sont toujours en attente de justice.

Faisant référence aux différentes actions de répression que l’ancienne Force Armée d’Haïti (FAD’H) avait conduites contre la population, Osnel Jean Baptiste souligne que les plaies laissées par l’armée ne se sont pas « cicatrisées ».

Selon le responsable paysan, la solution aux problèmes du pays ne réside pas dans la création d’une force. Ce qu’il faut d’abord c’est un « système de justice équitable ».

« La création d’une nouvelle force ne veut rien dire sans le respect des droits fondamentaux de la population et de la justice pour le peuple », martèle-t-il.

Pour sa part, Yanick Étienne militante et porte parole de l’organisation « Batay Ouvriye (BO) Lutte Ouvrière » estime que toute armée créée dans le contexte actuel « sera au service des structures dominantes ».

« C’est une force répressive en plus contre le peuple (haïtien). Ce ne sera pas une armée qui défendra l’intérêt de la nation », précise t-elle.

La nouvelle armée sera placée sous le contrôle du président de la République qui dirigera une structure de défense appelée « Conseil National de Défense et de Sécurité (CNDS) », toujours selon ce document.

Michel Martelly rapportera l’arrêté du 6 janvier 1995 prononçant la dissolution des Forces Armées d’Haïti(FADH) et proclamera par un nouvel arrêté le retour des FADH.

Des informations véhiculées dans la capitale haïtienne laissent comprendre que le président Martelly aurait soumis ce document aux jugements des diplomates des pays amis accrédités dans le pays.[rh kft gp apr 29/09/2011 14 :00]

 

Sources: AlterPresse (francais)


 

Un document detaille les plans de Martelly pour la nouvelle armée d’Haïti


Par Daniel Trenton

AP / Yahoo

Port-au-Prince – Le président d’Haïti va en avance avec une promesse controversée pour restaurer la force militaire démantelée du pays avec une force initiale de 3.500 soldats, selon un document obtenu mardi par l’Associated Press.

Le rôle de cette armée qui remplacerait les anciens militaires discrédités serait de patrouiller la frontière d’Haïti, maintenir l’ordre pendant les périodes de crise et fournir des opportunités pour les jeunes, explique le document décrivant le plan.

Le gouvernement du président Michel Martelly propose dépenser 95 millions de dollars pour former et équiper cette nouvelle force armée dans le but de remplacer à terme les 12.000 casques bleus de l’ONU qui sont dans le pays.

“L’État haïtien est fragile; il est désormais vulnérables aux risques de troubles internes qui pourraient plonger le pays dans l’anarchie», dit le document.

La porte-parole de Martelly, M. Lucien Jura a déclaré mardi après-midi qu’il ne savait rien de ce document, et a renvoyé les questions au consultant de sécurité Reginald Delva, qui a déclaré à l’AP qu’il allait commenter plus tard.

Haïti n’a pas eu une armée, car elle a été démantelée en 1995 sous le président Jean-Bertrand Aristide, après des années de coups d’état et de violations des droits humains. Certains Haïtiens ont dit ces derniers mois, qu’ils se félicitent de la création d’une nouvelle armée, une réflexion du patriotisme, mais aussi de l’espoir que cela créerait des emplois dans un pays appauvri.

Des groupes de défense des droits humains ont exprimé l’inquiétude à l’idée de restaurer une armée qui était tristement célèbre pour ces abus.

La proposition de l’administration Martelly a circulée parmi les fonctionnaires étrangers en Haïti et aurait besoin de l’approbation du Parlement ainsi que de financement qui viendrait probablement de l’aide internationale.

L’AP a obtenu le document d’un fonctionnaire sous couvert d’anonymat parce que la personne n’a pas été autorisée à le distribuer.

Le gouvernement d’Haïti note dans le rapport qu’il ne fait pas face à aucune menace provenant d’autres pays, mais affirme qu’une nouvelle armée serait nécessaire pour patrouiller la frontière poreuse avec la République dominicaine, désormais fréquemment utilisés par les trafiquants de la drogue et d’autres types de contrebande.

Le budget pour le projet, connu sous le Conseil national de Défense et de Sécurité, comprend 15 millions de dollars pour payer d’anciens militaires qui ont perdu leurs salaires et pensions quand Aristide a dissous l’armée. C’est un grief de longtemps des ex-soldats.

La proposition de 22 pages explique que les organisateurs s’appeleraient d’abord un personnel intérimaire militaire et identifieraient des sites pour des bases militaires dans la campagne, avec la première classe de troupes recrutées du Novembre à Janvier.

Le plan appelle également à la création d’un “service de renseignement national», une unité spéciale pour faire face aux menaces terroristes, les organisations criminelles, et les réseaux de trafic illégales. Il pourrait également surveiller “les organisations et mouvements extrémistes visant à semer l’anarchie.”

Un porte-parole de l’ambassade américaine, Jon Piechowski, a dit par courrier que des représentants du gouvernement haïtien avait récemment rencontré le personnel de l’ambassade pour discuter ce plan.

«Nous examinons les informations qu’ils ont partagé pour appuyer leur vision», a déclaré Piechowski.

Un avocat des droits humains a critiqué l’idée, en notant que l’armée a longtemps été utilisée en Haïti comme outil pour annuler les mouvements démocratiques.

“Les problèmes soulevés dans la proposition sont réels, mais il n’ya guère de croire que l’armée serait une solution efficace», a déclaré l’avocat Brian Concannon, directeur et fondateur de l’Institut pour la Justice et la Démocratie en Haïti.

“L'(armée) n’a pas réussi à défendre les frontières contre des attaques étrangères, et les autres fonctions énumérées. Le développement et la réponse aux catastrophes sont fair a meilleur marche parla police e plus efficacement par des entités civiles. Ce que l’armée a bien fait tout au long de son histoire était d’attaquer les civils non armés, la démocratie, et les cascadeurs. ”

Haïti-née observateur politique Jocelyn McCalla a déclarée que le pays serait mieux servi par la création d’un programme de travail qui se ferait avec les jeunes.

«Une armée est la dernière chose dont Haïti a besoin à ce stade”, McCalla écrit dans un courrier.

Martelly est pousse à ramener l’armée découle, en partie, a cause de relations difficiles entre les troupes de l’ONY et de nombreux Haïtiens, qui voient les casques bleus comme une force d’occupation et un affront à la souveraineté nationale.

Cette opposition a été alimenté par des preuves suggérant que les Casques bleus de l’ONU au Népal ont accidentellement introduit une épidémie de choléra qui a tué plus de 6.200 personnes et par une vidéo récente montrant prétendument des soldats de l’ONU de l’Uruguay qui abusaint sexuellement d’un jeune haïtien.

Malgré le tollé, Martelly a dit qu’il irait chercher u moyen de renouveler le mandat de la force de l’ONU pour une autre année. Le vendredi, il a déclaré à l’Assemblée générale des Nations Unies que la force a commise “des erreurs inacceptables» en Haïti, mais elle doit rester pour aider à reconstruire le pays après le séisme dévastateur de l’année dernière.

 

Sources: AP via Yahoo News (anglais) | Haiti Chery (francais)

© Copyright 2011. Ce matériel est disponible pour la réédition tant que les réimpressions auraient une copie verbatim de l’article complet, en respectant son intégrité. Réimpressions de cette traduction en francais doivent citer l’auteur, Dady Chery, et Haïti Chery, et avoir également un «lien directe» à l’article.


 


Leave a Reply