Aristide Foundation University (UNIFA) Gradually RestartsL’Université de la Fondation Aristide se Reprend Peu à Peu

UNIFA_Computer_Lab_sm

By Michel Carlin
Le Nouvelliste (French)

French | English

Translated from the French by Dady Chery for Haiti Chery

Editorial Note. The Aristide Foundation University (UNIFA) at Tabarre is gradually resuming and expanding its activities. Since President Jean-Bertrand Aristide was forced into exile in February 2004, until 2008, the university students had been replaced by foreign troops, and the facilities had not operated as a university. A companion piece describes the reopening last week of the Faculty of Medicine. The following article describes a new Computer Science institute. DC

 

The Aristide Foundation University (UNIFA), which is renowned for the Health Sciences, recently set up an Institute for New Technologies and IT for youth wishing to further their education in computer science. This is the second functioning institute in UNIFA since May 2009. In the meantime the overall plan to build the six schools originally projected is progressing.

Fritz Dorziair, UNIFA Secretary General

Since August 30th, 300 new students have been attending computer science courses at UNIFA, which reopened in May 2009 with a Spanish Language Institute. According to UNIFA Secretary General Fritz Dorziair, the Computer Institute answers two needs: scientific and economic.

“We realize that IT is a must, whether it be for economic or scientific reasons,”

said Dorziair in an interview with Le Nouvelliste.

Among students admitted to this Institute, 240 are enrolled in a licensing program that takes 3 years. Another 40 are in the certificate program.

Investments have been made in UNIFA so that it meets the standards of a Computer Science Institute.

View of UNIFA computer lab

“A computer lab was set up with over 60 computers, because in addition to lectures, there will also, and above all, be practical courses so that at the end of the training, UNIFA students have nothing to envy about any other student in computer science,” said UNIFA’s Secretary General as he gave us a tour of the institution, particularly the laboratory.

“All of UNIFA’s students are actually Aristide Foundation Scholars. They pay a nominal annual fee of 10,000 Haitian gourdes (U.S. $245),”

said Mr. Dorziair.

Before the earthquake of January 12, 2010, which seriously damaged UNIFA’s main building, the annual cost was 5,000 Haitian gourdes.

“We had to make significant expenses for repair of the premises, and this is why we had to raise the annual fee,” said the secretary general, regretting that UNIFA receives no state subsidy and no funds from national or international organizations.

He noted that UNIFA is a private university recognized as a non-profit.

Marie Yolette Edmond, computer science student at UNIFA

Marie Yolette Edmond, 20, is starting her studies at UNIFA. She is achieving her life’s dream of entering a university.

“To enter a university is one of my dreams come true,”

she said, smiling.

To be admitted to the State University of Haiti (UEH) is not a cakewalk, considering the ratio between the number of graduates and the capacity of the UEH.

UNIFA, which has a total capacity of 5,000 students, is an alternative that allows students who cannot enter the UEH, or pay for a private university, to overcome this exclusion,”

said UNIFA Secretary General, Fritz Dorziair.

Meanwhile, 296 students who were being taught at the Spanish Institute, including 105 since May 2009, will receive their diplomas next week after a year of study. The training provided by Cubans is well appreciated by the various students we met on the UNIFA campus at Tabarre. Good relations have continued between UNIFA and Cuba since the founding of this university, which is known for the health sciences.

“We cannot get better anywhere. We were very well trained this year by the Cubans, thanks to UNIFA,”

said Jean-Louis Wenscky, 22, a graduating student in Spanish.

He says that he looks forward to using his training to start his own institute and teach Spanish in schools.

According to Dorziair, the Aristide Foundation has never stopped working.

“After regaining control of the UNIFA site in 2008, we, with our limited resources, resumed the University’s expansion,”

he said, specifying that efforts are underway to replace the UNIFA Faculty of Medicine. The majority of youth on campus have expressed their wish to join this faculty when it reopens.

See: Aristide Foundation University (UNIFA) Reopens Tabarre Medical School

Founded in 2001, UNIFA is an integral part of the social work of former President Jean-Bertrand Aristide through his Foundation, according to Fritz Dorziair. The University had forecast opening six faculties including Health Sciences, Law, Agronomy, Environmental Science and Science Education.

“These projects of unification are ongoing,” said the secretary general, regretting that the events of February 2004 suddenly interrupted these plans and the smooth running of the university.

“UNIFA opened in 2001 with 123 students in the health sciences, who had been recruited on the basis of social equity. The came practically from all over the country because of the enthusiasm young people had for joining UNIFA’s Faculty of Medicine,” recalled the Secretary General.

Before the removal of President Jean-Bertrand Aristide in February 2004, this University had 247 students in three disciplines.

michelcarlin@yahoo.fr

© Copyright 2011. This material is available for republication as long as reprints include verbatim copy of the article in its entirety, respecting its integrity. Reprints of this English translation must cite the author, Dady Chery and Haiti Chery, and include a “live link” to the article.

 

michelcarlin@yahoo.fr

Source: Le Nouvelliste (French) | Haiti Chery (English)

© Copyright 2011. This material is available for republication as long as reprints include verbatim copy of the article in its entirety, respecting its integrity. Reprints of this English translation must cite the original authors, Dady Chery and Haiti Chery, and also include a “live link” to the article.

 

 Par Michel Carlin
Le Nouvelliste (francais)

français | anglais

Commentaire. La Fondation Aristide Université (UNIFA), à Tabarre recommence progressivement la reprise et l’expansion de ses activités. Depuis que le président Jean-Bertrand Aristide a été éxilé du Février 2004 jusqu’en 2008, les étudiants universitaires avaient été remplacés par des soldats étrangers, et les installations n’avaient pas fonctionnées comme une université. Un autre article de la semaine dernière décrit la réouverture de la Faculté de Médecine. L’article suivant décrit un nouvel Institut d’Informatique. DC

Par Carlin Michel
Le Nouvelliste

Réputée pour les sciences de la santé, l’Université de la Fondation Aristide (UNIFA) vient de mettre en place un nouvel Institut des nouvelles technologies et d’informatique pour les jeunes désireux de parfaire leurs études en sciences informatiques. C’est le deuxième institut fonctionnel au sein de l’UNIFA depuis mai 2009. Entre temps, le plan de développement de l’UNIFA qui consiste à mettre en place les 6 facultés initialement prévues est en cours.

Fritz Dorziair, secrétaire général de l'Universite de la Fondation Aristide (UNIFA)

300 nouveaux étudiants suivent les cours en sciences informatiques depuis le 30 août dernier à l’Université de la Fondation Aristide, qui a rouvert ses portes en mai 2009 avec un Institut de langue espagnole. Cet Institut d’informatique répond, selon le secrétaire général de l’UNIFA, Fritz Dorziair, à une double exigence, scientifique et économique.

“Nous nous rendons compte que l’informatique est un passage obligé que ce soit sur le plan économique ou scientifique,” a déclaré M. Dorziair lors d’une interview accordée au journal Le Nouvelliste.

Parmi les étudiants admis à cet Institut, 240 sont inscrits au niveau de la licence qui durera 3 ans. Les 40 autres y sont pour obtenir un certificat.

Des investissements ont été faits à l’UNIFA pour répondre aux normes d’un Institut de sciences informatiques.

Une vue du laboratoire informatique

“Un laboratoire informatique de plus d’une soixantaine d’ordinateurs a été aménagé en la circonstance, car en plus des cours théoriques, il y aura aussi et surtout des cours pratiques pour permettre qu’au terme du cycle de formation, les étudiants de l’UNIFA n’aient rien à envier à n’importe quel autre finissant en sciences informatiques,” indique le secrétaire général de l’UNIFA qui nous a fait visiter les locaux de l’institution, particulièrement le laboratoire.

“Tous les étudiants de l’UNIFA sont en fait des boursiers de la Fondation Aristide. Ils paient symboliquement un frais annuel de 10 000 gourdes,” fait savoir M. Dorziair.

Avant le tremblement de terre du 12 janvier qui a sérieusement touché le bâtiment principal de l’UNIFA, les frais annuels étaient plutôt de 5 000 gourdes.

“On a dû faire des débours importants pour la réparation des locaux, c’est pourquoi nous avions revu à la hausse les frais annuels,” explique le secrétaire général, regrettant que l’UNIFA ne reçoie aucune subvention de l’Etat ni des organisations nationales et internationales.

Il rappelle que l’UNIFA est une Université privée reconnue d’utilité publique à but non lucratif.

Marie Yolette Edmond, étudiante en sciences informatiques à l'UNIFA

Marie Yolette Edmond, 20 ans, débute ses études universitaires à l’UNIFA. Elle va concrétiser un des rêves de sa vie d’entrer dans une Université.

“Entrer dans un Centre universitaire, c’est un de mes rêves qui est devenu réalité,” déclare-t-elle , sourire aux lèvres.

Être admis à l’Université d’Etat d’Haïti (UEH) n’est pas une partie de plaisir, vu le ratio entre le nombre de bacheliers et la capacité d’accueil de l’UEH. ”

L’UNIFA, qui a une capacité d’accueil globale de 5 000 étudiants, est une alternative pour les bacheliers qui ne peuvent pas entrer à l’UEH, ni payer une Université privée, pour surmonter cette exclusion,” déclare le secrétaire général de l’UNIFA, Fritz Dorziair.

Parallèlement, 296 étudiants de l’Institut de langue espagnole dont 105 suivent des cours depuis mai 2009, vont recevoir la semaine prochaine leur diplôme après un an d’études de la langue espagnole. Cette formation assurée par des Cubains est très appréciée par les divers étudiants rencontrés sur le campus de l’UNIFA à Tabarre. Depuis la fondation de cette Université réputée pour les sciences de la santé, de bons rapports ont été établis entre l’UNIFA et Cuba.

“Nous ne pouvons pas avoir mieux, même ailleurs. Nous sommes très bien formés pendant cette année par des Cubains grâce à la Fondation Aristide,” déclare Jean-Louis Wenscky, 22 ans, étudiant finissant en espagnol.”

Il dit compter se servir de sa formation pour ouvrir son propre institut et donner des cours d’espagnol dans des écoles de la place.

La Fondation Aristide, selon M. Dorziair, n’a jamais cessé de travailler. ”

Après la reprise du contrôle du site de l’UNIFA en 2008, nous avons, avec nos faibles moyens, relancé le processus d’extension de l’Université ,” dit-il, précisant que des efforts sont en cours pour remettre en place la faculté de médecine de l’UNIFA. La majorité des jeunes trouvés sur le campus manifestent leur désir d’intégrer cette faculté lorsqu’elle rouvrira ses portes.

Voir: Ouverture Mardi de l ‘Université de la “Fondation Docteur Aristide” à Tabarre

Fondée en 2001, l’Université de la Fondation Aristide fait partie intégrante, selon Fritz Dorziair, des oeuvres sociales de l’ex-président Jean-Bertrand Aristide à travers sa Fondation. Cette Université avait des prévisions d’ouverture de 6 facultés notamment les sciences de la santé, le droit, l’agronomie, les sciences de l’environnement et les sciences de l’éducation.

“Ces prévisions de l’UNIFA sont toujours en cours,” fait savoir le secrétaire général qui regrette que les évènements de février 2001 aient brutalement interrompu ces prévisions et la bonne marche de l’Université.

“L’UNIFA avait débuté en 2001 avec 123 étudiants en sciences de la santé, qui avaient été recrutés sur une base d’équité sociale, car ils venaient pratiquement de tout le pays en raison de l’engouement qu’avaient les jeunes à s’inscrire à la faculté de médecine de l’UNIFA,” rappele le secrétaire général.

Avant la chute du président Jean-Bertrand Aristide en février 2004, cette Université comptait 247 étudiants pour trois promotions.

 

Source: Le Nouvelliste (français)


 

2 comments on “Aristide Foundation University (UNIFA) Gradually RestartsL’Université de la Fondation Aristide se Reprend Peu à Peu

  1. Mwen salye son excellens mr Jean Bertrand Aristide,ak tout staf dirijan Unifa yo.Mwen ré tire chapom poum di nou mèsi pou gwo sèvis nap ofri ak class defavorisé yo,min anmèmtan mwen gin yon tristès paské daprè sa dirijan ligue de la jeunesse de la fondation Aristide yo te pwomèt nou ,seksyon poltitik,ak medcin gin pou integre UNIFA min helas yo Fè nou pase 3 mwa ap moute desan epi se manti yo tap ba nou svp gade sa nou ka fè pou SC politik la mèsi etudyan scs polt gwoup 1hr pou 3hr

  2. eleadan on said:

    j ai inscrit en science informatique a l’UNIFA, et je devrais composer le 2 octobre 2012,
    et on m’a fait parvenir un message de la durection.
    qui dit:
    les examans ont ete reculer pour une date ulterieur et j’aimerais connaitre cette date s’il te plait…
    je compte sur votre collaboration
    MERCI

Leave a Reply