Cuba’s Health Care Miracle in Haiti: Interview with Dr. Jorge Balseiro EstevezLe Miracle Cubain des soins et de la santé en Haïti: Interview avec le Dr Jorge Estevez Balseiro

Dr. Jorge Balseiro Estevez, member of the Henry Reeve Cuban Internationalist Medical Brigade and director of the Brigade’s field hospital in Leogâne, Haiti.

An Interview with Dr. Jorge Balseiro Estevez of the Henry Reeve Cuban Internationalist Medical Brigade

By Roger Annis and Jorge Balseiro Estevez
Haiti Liberté | CHAN

English | French

Dr. Jorge Balseiro Estevez is the Director of the University Hospital of Psychiatry in the city of Camaguey, Cuba. He is a specialist in psychiatry and health administration and Auxiliary Professor of Medical Sciences at the university. He is a member of the Henry Reeve Cuban Internationalist Medical Brigade [1] and a director of the Brigade’s field hospital in the city of Leogâne, Haiti. Leogane was the epicentre of the earthquake of January 12, 2010. Dr. Balseiro Estevez was invited on a speaking tour to some 15 cities across Canada in October and November 2011. The tour was organized by the Canadian Network on Cuba and its local affiliates, with sponsorship from a broad range of trade unions, health professionals and Haiti solidarity groups.

Roger Annis of the Canada Haiti Action Network (CHAN) sat down with Dr. Balseiro Estevez on October 30, 2011 in Vancouver for an interview about the Cuban medical mission’s accomplishments in Haiti and the challenges that lie ahead.

Roger Annis. Could you describe the origin of Cuba’s medical brigade to Haiti?

Dr. Jorge Balseiro Estevez: Yes, it began in 1998. Following the devastation of Hurricane George that year, Fidel Castro announced to the Cuban people that the country would undertake a commitment to deliver important health services to the Haitian people in the form of a volunteer, internationalist medical brigade. A bilateral agreement was signed between the governments of Cuba and Haiti.

The Ministry of Public Health and Population of the Haitian government decided where the brigade’s services were most needed. As much as possible, it would make use of existing medical services and infrastructure. The first Cuban doctor arrived in Port-au-Prince in December of that first year. In 1999, 63 family medicine and specialist doctors arrived.

That same year, the two governments began to plan Haiti’s first ever medical school.

RA: And since that first year?

JBE: The numbers of doctors increased. In 2001, a Faculty of Health Sciences opened at the State University in Port au Prince. Unfortunately, the school was closed down by the coup d’etat of 2004. We were obliged to move the students to Cuba if they wished to continue to study. Three hundred and twenty one of them moved to the campus of the Latin America School of Medicine in Santiago de Cuba. Seventy students per year continued to enrol in the School.

Notwithstanding the coup, Cuba brought “Operation Miracle” to Haiti in 2005. This is the joint eye care program with the Government of Venezuela that has improved or restored eyesight to nearly 2 million people in Latin America, notably through cataract surgery. We opened three ophthalmology clinics in Haiti that year–in Port-au-Prince, Acquin (southwest) and Trou du Nord (northeast).

In December, 2006, we signed an agreement with the Government of Haiti, and in cooperation with Venezuela, to establish ten comprehensive diagnostic centers. The first one to be completed was in Cite Soleil in February 2007. These centers were also to be used for training of Haitian medical students.

RA: Please describe what happened following the earthquake.

JBE: At the time of the earthquake, there were 367 Cuban doctors, health workers and technicians serving in Haiti. Within hours of the earthquake, airplanes from Cuba were bringing complete field hospitals and 1,500 more medical personnel. I arrived five days following the earthquake.

Other medical personnel then followed, including 361 graduates of the Latin American School of Medicine from other countries in Latin America and fifth year, Haitian medical students and Haitian resident doctors in Cuba.

There were five comprehensive diagnostic centers in operation in the earthquake zone, plus our brigade personnel went to work in Haitian institutions. We quickly established six field hospitals.

The first of those additional, 1,500 medical personnel were those who had already worked in Haiti. All of our doctors were paired up with the Haitian students, as much as possible.

RA: How many Haitians have been served by Cuba’s medical mission?

JBE: According to my most recent statistics from several weeks ago, since 1998, the Henry Reeve Cuban Internationalist Medical Brigade has treated more than 18 million cases in Haiti. We have performed 304,577 surgeries and vaccinated 1,501,076 people. We estimate the number of lives we have saved is 284,239.

Since the earthquake, we have treated 347,601 people and performed 8,870 surgeries. We have delivered 1,631 babies and vaccinated 74,493 people.

The post-earthquake work is very complex, with large numbers of injured people to treat. Rehabilitation services have been provided to 75,013 people. So far, 75 people have received prostheses to replace lost limbs. Psychosocial treatment is also needed for survivors. 116,000 children, for example, are receiving some form of psychosocial assistance.

Rodent and mosquito control in communities and in the survivor camps is an important part of our work, too.

RA: The cholera outbreak must have been quite a burden to pile onto the existing post-earthquake work?

JBE: Yes, but we had no choice but to respond quickly. The Brigade established 44 cholera treatment units (complete with testing laboratories) and 23 cholera treatment centers. Those numbers are today at 45 and two, respectively. We also have 46 cholera detection units in operation in communities.

Our total number of patients in the first year of the epidemic was 76,130. Thirty percent of those were under the age of 15. We suffered 272 deaths in the areas we were serving, but we are very proud to report that we have had no deaths in the past 267 days. Our mortality rate from cholera has declined to 0.36% per patient, compared to the country-wide rate of 1.41%.

RA: So give us a summary of Cuba’s medical presence in Haiti today.

JBE: At present we have 786 Cuban doctors and health workers in Haiti, and we are working with an additional 21 from Latin American countries. Since the earthquake, we have received U.S. $23 million in financial assistance from international donors.

We have 23 communal (provincial) hospitals in operation and ten comprehensive diagnostic centers (operated in cooperation with Venezuela). We have a total of 30 rehabilitation rooms. There are 28 active epidemiological surveillance and control programs (surveying for such threats as malaria and dengue). There are 12 health (family doctor) centers and we are planning to build a laboratory for producing prostheses and three electrotechnical workshops (for equipment maintenance and repair). Two Operation Miracle clinics are still in operation and we are providing technical advice as well as vaccines for vaccination programs.[2]

RA: Could you say a few words about your personal experiences?

JBE: I work at the field hospital in Leogane (west of Port au Prince, the epicenter of the earthquake). Our work is very complex. I would like to give you an idea of the scope and complexity of the treatment we provide to our patients.

We have to deliver medical services. We have treated some 48,00 patients and performed 500 surgeries and 150 deliveries.

We have fitted 70 amputees with prostheses. The patients require constant care and follow, including because as a child or adolescent grows, or as a wound heals from an amputation heals, the prosthesis is outgrown and must be replaced. So we must equip ourselves with the capacity to make new ones.

Children and new mothers require special care. We have a lot of activities to occupy the children and help to heal their psychological wounds.

Our work is performed in tents, so we must take special care to keep everything hygienic. (There is a very good hospital building in Leogane that is underutilized but we have been unable to come to an agreement to help open up the unused sections of the facility.)

Food and clean water must be supplied, not only for our hospital but also for the surrounding community, as needed. Everything we do we must insert training of student doctors or health workers. And we must conduct health promotion and education among the population we are serving.

So you see, these are very challenging conditions in which we are working.

RA: At the international donors conference for Haiti on March 31, 2010, Cuba outlined a plan [3] whereby the world could assist Haiti in creating a comprehensive, national health care system. I believe Cuba mentioned a figure of $170 million per year for the next five years to establish such a system. Is this proposal moving forward, and what are the main obstacles to its success?

JBE: I think this could be moved forward with the collaboration of all countries. The main obstacle is the unfulfilled financial and other promises by some. The world must be more active in fulfilling on time its agreements and commitments to Haiti.[4]

RA: Are you hopeful for Haiti’s future?

JBE: I am very hopeful for Haiti’s future. As Fidel has said, “a better world is possible.” The countries of the world must come together and assist Haiti to have a better future.

Notes:

[1] The Henry Reeve Cuban Internationalist Medical Brigade was created by Cuba in 2005 for the purpose of disaster medical relief anywhere in the world. It’s namesake, Henry Reeve, was born in the United States in 1850. In 1869, Reeve arrived in Cuba as part of a volunteer, expeditionary force from the U.S. to assist Cuba in its fight for independence from Spain. He served with distinction in the Cuban Army for 7 years and died in battle in 1876.

[2] During a visit to Cuba by Haitian President Michel Martelly on Nov 15-17, 2011, the two countries agreed to expand services at seven of the hospitals and five of the diagnostic centers mentioned in this paragraph.

[3] Background on Cuba’s proposals here and here.

[4] See Security Council discusses Haiti on April 6, 2011; Cuba’s representative condemns foreign interference.

Source: Published in the weekly Haiti Liberté, Nov 23, 2011 edition and posted at CHAN‘s web site.

Une interview avec le Dr Jorge Estevez Balseiro de la Brigade Médicale Internationaliste Cubaine d’Henry Reeve

Par Roger Annis et Jorge Balseiro Estevez
Haïti Liberté, CHAN

anglais | français

Traduit de l’anglais par Dady Chery, Haiti Chery

Le Dr Jorge Balseiro Estevez est le directeur de l’hôpital universitaire de psychiatrie à Camaguey, Cuba. Il est un spécialiste en psychiatrie et en administration de la santé et professeur auxiliaire de sciences médicales à l’université. Il appartient à la Brigade médicale Internationaliste cubaine d’Henry Reeve [1] en tant que directeur d’hôpital de camp de la brigade à Léogâne, en Haïti. Léogâne était l’épicentre du tremblement de terre du 12 Janvier 2010. En octobre et novembre 2011, le Dr Balseiro Estevez était invité à une tournée de conférences dans quelques 15 villes du Canada. La tournée etait organisée par le Réseau canadien sur Cuba et ses filiales locales, avec le parrainage d’un groupe de syndicats, professionnels de la santé, et groupes de solidarité envers Haïti.

M. Roger Annis du Réseau d’Action Canada Haïti (CHAN) s’etait assis avec le Dr Balseiro Estevez le 30 Octobre à Vancouver pour une interview sur les réalisations de la mission médicale cubaine en Haïti et les défis à venir.

Roger Annis. Pourriez-vous nous décrire l’origine de la brigade médicale cubaine en Haïti?

Dr Jorge Balseiro Estevez: Oui. Elle a débutée en 1998. Après la dévastation par l’ouragan Georges en cette année, Fidel Castro a annoncé au peuple cubain que le pays s’engagerait à offrir des services importantes de santé au peuple haïtien en tant que bénévoles de la brigade médicale internationaliste. Un accord bilatéral a été signé par les gouvernements de Cuba et d’Haïti.

Le ministère de la Santé Publique et de la Population du gouvernement haïtien a décidé où les services de la brigade seraient plus nécessaires. Autant que possible, on repondrait aux besoins des services médicaux et des infrastructures. Les premiers médecins cubains sont arrivés à Port-au-Prince en Décembre de cette première année. En 1999, 63 médecins de famille et médecins spécialistes sont arrivés.

Cette même année, les deux gouvernements ont commencé à planifier une première école de médecine en Haïti.

RA: Et après cette première année?

JBE: Le nombre de médecins a augmenté. En 2001, une faculté des sciences de la santé a débuté à l’Université d’Etat à Port-au-Prince. Malheureusement, l’école a été fermée par le coup d’état de 2004. Nous avons été obligés de déplacer les étudiants à Cuba s’ils voudraient continuer leurs études. Trois cent vingt et un d’entre eux se sont établis au campus de l’École de médecine de l’Amérique latine (ELAM) à Santiago de Cuba. Soixante-dix étudiants par an ont continué de s’inscrire à cette école.

Malgré le coup, Cuba a conduit “l’Opération Miracle” en Haïti en 2005. C’est le programme assez bien connu de soins des yeux, avec le gouvernement Vénézuelien, qui a amélioré ou restauré la vue à près de 2 millions de personnes en Amérique latine, notamment grâce à la chirurgie de la cataracte. Nous avons ouvert trois cliniques d’ophtalmologie en Haïti cette année à Port-au-Prince, en Acquin (sud-ouest) et au Trou du Nord (nord).

En Décembre 2006, nous avons signé un accord avec le Gouvernement d’Haïti, en collaboration avec le Vénézuela, pour créer dix centres de diagnostic exhaustif. Le premier a été achevé à Cité Soleil en Février 2007. Ces centres devront également être utilisés pour la formation des étudiants haïtiens en médecine.

RA: S’il vous plaît, dites nous ce qui s’est passé après le séisme.

JBE: Durant le tremblement de terre, il y avait en Haïti 367 médecins, travailleurs de la santé et techniciens cubains. Quelques heures après, des avions en provenance de Cuba ont apporté des hôpitaux de camp et 1 500 plus de personnel médical. Je suis arrivé ici cinq jours après le séisme.

Et après, d’autres sont arrivés, dont 361 diplômés de l’ELAM provenant d’autres pays de l’Amérique latine, des étudiants haïtiens en cinquième année de médecine et des médecins haïtiens qui résidaient à Cuba.

Dans la zone du tremblement de terre, le personnel de la brigade travaillait dans cinq centres de diagnostic complet qui opéraient ainsi que dans des institutions haïtiennes. Nous avons rapidement établi six hôpitaux de camp.

Tous les 1 500 de nouveaux avaient déjà travaillé en Haïti. Tous nos médecins ont été jumelés avec des étudiants haïtiens, autant que possible.

RA: Combien d’Haïtiens ont été servis par la mission médicale cubaine?

JBE: Selon mes statistiques les plus récentes, de quelques semaines auparavant, de 1998 au présent, la Brigade médicale Internationaliste cubaine d’Henry Reeve a soigné plus de 18 millions de cas de maladie en Haïti. Nous avons effectué 304 577 interventions chirurgiques et vacciné 1 501 076 personnes. Nous estimons le nombre de vies haïtiennes que nous avons sauvé à 284 239.

JBE: Depuis le séisme, nous avons traité 347 601 personnes et réalisé 8 870 interventions chirurgiques. Nous avons livré 1 631 bébés et vaccinés 74 493 personnes.

Le travail post-séisme fût très complexe, avec un grand nombre de personnes blessées à traiter. Les services de réadaptation ont été fournies à 75 013 personnes. Jusqu’ici, 75 personnes ont reçu des prothèses pour remplacer des membres perdus. Le traitement psychologique est également nécessaire pour les survivants. 116 000 enfants, par exemple, reçoivent une certaine forme d’assistance psychologique.

Le contrôle des rongeurs et des moustiques dans les communautés et camps de survivants est aussi une partie importante de notre travail.

RA: L’épidémie de choléra doit avoir été un peu lourde pour vous, après vos travaux post-séisme?

JBE: Oui, mais nous n’avions eu d’autre choix que de réagir rapidement. La brigade a etabli 44 unités de traitement du choléra (complète avec laboratoires) et 23 centres de traitement du choléra. Ces nombres sont aujourd’hui à 45 et deux, respectivement. Nous avons aussi 46 unités de détection du choléra en fonctionnement.

Le nombre total de patients durant la première année de l’épidémie était 76 130. Trente pour cent d’eux avaient moins de 15 ans. Nous avons subit 272 décès dans les domaines nous servions, mais nous sommes très fiers d’annoncer que nous n’avons eu aucun décès durant les 267 jours derniers. Notre taux de mortalité du choléra a diminué jusqu’à 0,36% par patient, par rapport au taux du pays de 1,41%.

RA: Alors, donnez-nous un résumé sur la présence médicale cubaine d’aujourd’hui en Haïti.

JBE: Actuellement, nous avons 786 médecins et autres travailleurs cubains de la santé en Haïti, et nous travaillons avec 21 autres pays d’Amérique latine. Depuis le séisme, nous avons reçu 23 millions de dollars d’aide financière de donateurs internationaux.

Nous avons 23 hôpitaux provinciales en opération complète et dix centres de diagnostic (en collaboration avec le Vénézuéla). Nous avons un total de 30 salles de rééducation. Il ya 28 programmes actifs de surveillance épidémiologique et de contrôle (sur des menaces telles que le paludisme et la dengue). Il y a 12 centres de santé (avec médecin de famille), et nous comptons à construire un laboratoire pour la production des prothèses et trois ateliers électrotechniques (pour maintenir et réparer des équipements). Deux cliniques de l’Opération Miracle sont encore ouvertes, et nous fournissons des conseils techniques ainsi que des vaccins pour des programmes de vaccination. [2]

RA: Pouvez-vous nous dire quelques mots au sujet de vos expériences personnelles?

JBE: Je travaille à l’hôpital de camp à Léogâne (l’épicentre du tremblement de terre, à l’ouest de Port-au-Prince). Notre travail est complexe. Je vais justement vous donner une idée de l’ampleur et la complexité des soins que nous offrons à nos patients.

Nous devons offrir des services médicaux. Nous avons traité quelques 48,00 patients et effectué 500 opérations et 150 accouchements.

Nous avons équipé 70 amputés avec des prothèses. Les patients ont besoin constamment d’etres soignés et suivis, y compris parce que quand les enfants et adolescents grandissent, ou quand une blessure d’une amputation guérit, our la prothèse devient trop petite et doit être remplacée. Donc, nous devons nous doter de la capacité de fabriquer des nouvelles.

Les enfants et les jeunes mères ont besoin de soins spéciaux. Nous avons beaucoup d’activités pour occuper les enfants et les aider à guérir de leurs blessures psychologiques.

Nos travaux sont effectués sous des tentes, donc nous devons particulièrement prendre soin à maintenir l’hygiène. (Il y a un bâtiment d’hôpital à Léogâne assez bon et sous-utilisé, mais nous n’avons pas pu arriver à un accord pour ouvrir les sections non-utilisées de cette installation.)

Les aliments et l’eau potable doivent être fournies, non seulement pour notre hôpital, mais aussi pour la communauté voisine, qui en a besoin. Et aussi nous devons insérer dans touts nos travaux la formation des étudiants de médecine et des travailleurs de la santé. Et nous devons promouvoir la santé et l’éducation parmi la population que nous servons.

Alors vous voyez, nous travaillons dans des conditions difficiles.

RA: Lors de la conférence internationale des donateurs pour Haïti le 31 Mars 2010, Cuba a présenté un plan [3] selon lequel le monde pourrait aider Haïti à créer un système complet de santé nationale. Je crois que Cuba a mentionné un chiffre de 170 millions de dollars par an pour les cinq prochaines années afin d’établir un tel système. Est-ce que cette proposition a avancé, et quels sont les obstacles principaux à sa réussite?

JBE: Je pense qu’avec la collaboration de tous les pays, cela pourrait marcher. L’obstacle principal est la promesse non tenue (financière et autre). Le monde doit devenir plus actif dans l’accomplissement sans delais de ses accords et ses engagements envers Haïti [4].

RA: Avez-vous de l’espoir pour l’avenir d’Haïti?

JBE: Je suis très optimiste pour l’avenir d’Haïti. Comme Fidel a dit, “un monde meilleur est possible.” Les pays du monde doivent s’unir et aider Haïti à avoir un meilleur avenir.

Notes:

[1] La Brigade médicale Internationaliste cubaine d’Henry Reeve a été créé par Cuba en 2005 pour contribuer des secours médicaux au monde entier. Henry Reeve, est né aux Etats-Unis en 1850. En 1869, Reeve est arrivé à Cuba dans le cadre d’une force expéditionnaire bénévole des Etats-Unis pour aider Cuba dans sa lutte pour son indépendance de l’Espagne. Reeve a servi avec distinction dans l’armée cubaine pedant 7 ans et est mort au combat en 1876.

[2] Lors d’une visite à Cuba par le président haïtien Michel Martelly du 15 au 17 novembre 2011, les deux pays ont decidé d’élargir les services de sept hôpitaux et cinq centres de diagnostic mentionnés dans ce paragraphe.

[3] Sur le fond sur ces propositions de Cuba, voir ici et ici.

[4] Voir: Conseil de Sécurité discute Haïti: Le représentant de Cuba condamne l’ingérence étrangère, le 6 avril 2011.

Origine: Publié dans l’hebdomadaire Haïti Liberté, édition du 23 novembre 2011, et sur le site de CHAN   | Traduit de l’anglais par Haiti Chery.

Leave a Reply