Salaries in the “New” HaitiLes salaires dans la « nouvelle » Haïti

Dollars_three

By Staff
Haiti Grassroots Watch
Licensed under a Creative Commons License

English | French

“I have a problem with my country. I’ve been working in factories here for 25 years, and I still don’t have my own house.” – Evelyne Pierre-Pauli

Pierre-Paul, 50, doesn’t even rent a house. Before the January 12, 2010, earthquake, she and her three children rented two rooms for 10,000 gourdes (about US $250) a year. But the building was destroyed in the earthquake. Twenty-two months later they are still living under a tent, in one of the capital’s hundreds of squalid refugee camps.

Pierre-Paul’s average daily take-home wage is actually more than Haiti’s rock-bottom minimum.ii

She earns about 225 gourdes or US $4.69 a day. But that doesn’t cover even half of what would be considered a family’s most basic expenses. Like all the other workers Haiti Grassroots Watch (HGW) surveyed, only some of Pierre-Paul’s children attend school, and the family rarely eats meat.

“When payday comes, you pay all the little debts you accumulated, and you don’t have anything left,”

the worker told HGW.

Pierre-Paul sews clothes for One World Apparel, a giant hanger-like factory owned by two-time failed presidential candidate Charles H. Baker.

The cloth comes in duty-free, workers cut it up, stitch the pieces together, and the clothing – for K-Mart, Wal-Mart and for uniform supply companies – goes back out.

The factory enjoys a number of tax benefits like a 15-year exemption on payroll taxes and no Value Added Tax, even though its not in a Free Trade Zone (FTZ), thanks to the Investment Code enacted during the truncated 2000-2004 mandate of President Jean-Bertrand Aristide.

Currently, about 29,000 workers, about 65 percent of them women, cut and sew in Haitian textile factories assembling clothes for Banana Republic, GAP, Hanes, Gildain, Levis, and dozens of other well-known labels.

But if the Michel Martelly government, the Interim Haiti Recovery Commission (IHRC), the US State Department, the World Bank, George Soros, and a host of others involved in Haiti’s “reconstruction” see their visions realized, there will soon be 200,000 or even 500,000 assembly workers in FTZs and industrial parks all over the country.

That prospect doesn’t interest Pierre-Paul too much.

One recent night, after a ten-hour workday, the slightly hunched sewing machine operator met with a journalist in one of her tent’s “rooms.” A plastic table and a few chairs are jammed up against the canvas walls. In the other “room” the worker has a bed where she and all her children sleep. Clothes are neatly piled in the corner. Pierre-Paul makes food – lots of spaghetti – on a charcoal fire outside.

“I don’t see any future in this for my children,” she commented.

Downwardly Mobile

That’s not surprising. Pierre-Paul’s wages have one-third less buying power than they did 25 years ago when she first began her factory career.

Minimum wage has gone from US $3.00 in 1982 (in 1982 dollars) to 200 gourdes, which is about US $1.61 in 1982 dollars. Even taking into account Pierre-Paul’s slightly higher average wage, she still makes only US $2.53 in 1982 dollars.

Minimum wage in 1982, 2009, and today, compared with its real buying power in 1982 US dollars. (During its investigation, HGW learned that most workers today earn more than the minimum wage but that the salary remains less than it was in 1982.)

An in-depth study conducted by HGW with eight workers in the capital and from the country’s biggest FTZ – the Dominican-owned CODEVI park on the Haitian-Dominican Republican border – determined that the average worker wage is about 236 gourdes a day – that’s $2.53 in 1982 dollars. (Two factory owners, Baker and Clifford Apaid, confirmed that average.) According to HGW’s statistics, the average worker’s annual salary, including the traditional “thirteenth month,” would be about $153 a month or $1,989 per year.

HGW’s study also found that the average worker spends more than half of his or her wage just getting to work and back and eating lunch.

Averages of workers’ typical commute and lunch expenses

Expense Gourdes US dollars Percentage of a day’s wage
(236 g or $5.90)
Transportation to and from work 30.62 g $0.76 13%
Main meal of the day (at work) 90 g $2.25 38%
120.62 g $3.01 51%

Transportation and food represent only a tiny percentage of a workers’ responsibilities. For example, the average worker surveyed supports over four people, three of them children. Average school fees carried for each worker, according to HGW’s study, come close to US $690 per family.

While HGW could not verify all of the figures, a recent study came up with an even higher numbers for transportation, school fees and other expenses. According to the AFL-CIO’s Solidarity Center, a “living wage” for an average factory-worker family with one wage-earner and two children should be about $749 per month – almost five times the current average assembly worker wage of $153 per month.

“This figure represents the actual cost of living and serves as a baseline for an appropriate minimum wage that will promote sustainable economic development,”

the Solidarity Center noted in its March 3, 2011, report.

“The salary question is a veritable scandal,”

economist Camille Chalmers told HGW in an interview.

“The salary has gotten lower and lower, also. [Workers] get paid in gourdes but in fact [because almost half of food eaten in Haiti is imported], they consume in dollars.”

A worker at one of the CODEVI factories in Ouanaminthe (Photos: HGW).

Pierre-Paul said she knows the salary is not enough.

“I don’t have any choice,”

she explained.

“My parents didn’t have me learn a skill, so when I was 25, and I didn’t know what else to do, I resigned myself to factory work.”

Pierre-Paul’s boss, factory owner Charles H. Baker, admits the salary is not “livable.”

“If a person is honest, it’s clear that it’s not enough,” Baker admitted.

“If I could give a worker 1,000 gourdes a day, I’d pay that. But the conditions in Haiti don’t permit us to pay 1,000 gourdes.”

A glimpse into the life of a worker

Baker and other factory owners might claim they want to pay more than sweatshop wages but they have fought salary hikes and unions ever since they got into the game.

Under the Duvalier regime – when wages were actually higher than today – only the dictatorship-sanctioned “union” was allowed. Since then, owners have (so far) nearly crushed any organizing efforts.

Thanks to the hard work of the labor group Batay Ouvriye (Worker’s Struggle) and the courage of workers there, who endured threats, job losses and even beatings, over 3,000 laborers at the CODEVI park on the Haitian-Dominican border belong to a union. The union negotiates a collective contract for all the workers there.

This fall Batay Ouvriye and textile workers got a union going in the capital. On September 15, organizers announced the new, legally registered Textile and Clothing Workers Union (SOTA – Sendika Ouvriye Tekstil ak Abiman). In less than two weeks, however, five SOTA executive committee members had been fired, one of them from Baker’s One World Apparel.

Batay Ouvriye’s spokeswoman Yannick Etienne said the firings – which factory spokespeople said were for “violations,” were totally predictable.

“It’s very coincidental that one week after the union is announced, five committee members are fired. They decapitated the union.”

Asked about the incident, Baker said his lawyer had advised him not to comment. But according to the Batay Ouvriye, workers were fired after handing out leaflets in the street, refusing to work overtime, and other actions which are completely guaranteed by Haitian law.

After a long investigation, on November 24, 2011, a United Nations organization revealed that the firings were not just. Better Work, an organization set up by the UN’s International Labor Organization, noted that:

“There is solid evidence showing that the representatives of SOTA were fired because they belong to a union”

and recommended

“the reintegration with back pay as a means of reparation”

for the union members.

The September firings are only the latest in the three decades of repression and union-busting.

 

————————————-

i. The names of this worker has been changed to protect their identity because, despite the fact that the Haitian Constitution recognizes the right of free speech, and the right for workers to organize, most workplaces are pervaded by fear due to the strong anti-union sentiment. All interviews took place in the spring and summer of 2011.

ii. Workers in assembly factories are paid a base salary with extra wages for extra work. This average is calculated on a typical two-week period, and was confirmed by the factory.

 

 

Source: Haiti Grassroots Watch, 1st of 7 articles | Licensed under a Creative Commons License

Read the 2nd article of the series: Anti-Union, Pro-’Race to the Bottom’


Par le personel
Haiti Kalé Jé

anglais | français

« Il y a un problème dans mon pays, Haïti : je travaille dans une usine depuis 25 ans et je n’ai toujours pas ma propre maison. » –  Evelyne Pierre-Pauli

Pierre-Paul, âgée de 50 ans, n’est même pas locataire.  Avant le séisme du 12 janvier 2010, elle louait, avec ses trois enfants, un deux pièces pour 10 000 gourdes (environ 250 $US) par année. Mais le bâtiment s’est effondré pendant le séisme. Vingt-deux mois plus tard, ils vivent toujours sous une tente, dans l’un des sordides camps de réfugiés de la capitale.

Cependant, le salaire moyen quotidien de Pierre-Paul est plus élevé que le maigre salaire minimum haïtien.ii Elle gagne environ 225 gourdes ou 4,69 $US par jour. Mais ça ne couvre pas la moitié de ce qu’on considère comme les dépenses les plus élémentaires pour une famille. Comme tous les autres travailleurs qu’Ayiti Kale Je (AKJ) a interviewés, seuls certains des enfants de Pierre-Paul vont à l’école et la famille mange rarement de la viande.

L’ouvrière disait à AKJ :

« Le jour de la paie, après avoir payé toutes vos dettes, il ne vous reste plus rien ».

Elle coud des vêtements pour One World Apparel, une usine géante appartenant au ex-candidat au présidence Charles H. Baker. Les vêtements arrivent hors-taxes, les ouvriers les coupent et les cousent, puis les vêtements repartent – chez K-Mart, Wal-Mart et les compagnies d’uniformes. L’usine bénéficie d’un certain nombre d’avantages fiscaux, comme des exemptions sur les taxes salariales et l’élimination de la taxe sur la valeur ajoutée, même s’il ne s’agit pas d’une zone franche, grâce au Code des Investissements promulgué durant le mandat tronqué du Président Jean-Bertrand Aristide.

En ce moment, environ 29 000 travailleurs, dont 65 pourcent de femmes, découpent et cousent dans les usines haïtiennes des vêtements pour Banana Republic, Gap, Gildain, Levis et quantité d’autres marques biens connues. Or si le gouvernement Michel Martelly, la Commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH), le Département d’État américain, la Banque Mondiale, George Soros et tous ceux qui sont impliqués dans le processus de la « reconstruction » d’Haïti voient leurs plans se concrétiser, ce sera bientôt 200 000, voire 500 000, ouvriers qui travailleront dans des zones franches et des parcs industriels partout au pays.

L’idée n’enchante pas vraiment Pierre-Paul.

Son dos vouté après une longue journée de travail, l’opératrice de machine à coudre rencontrait un journaliste dans une « chambre » de sa tente : une table et quelques chaises plaquées contre des murs de toile. Le lit où l’ouvrière et tous ses enfants dorment se trouve dans l’autre « pièce ». Les vêtements sont proprement empilés dans un coin. Mme Pierre-Paul cuisine, beaucoup de spaghettis, sur un feu de charbon à l’extérieur.

« Je ne vois aucun avenir pour mes enfants là-dedans », confie-t-elle.

Le nivèlement vers le bas

Ce n’est pas surprenant. Avec son salaire, Pierre-Paul a un pouvoir d’achat un tiers moins important qu’il y a 25 ans, à ses débuts de carrière en usine. Le salaire minimum est passé de 3 $US par jour en 1982 à 200 gourdes en 2009, qui représenteraient 1,61 $US en 1982. Même en tenant compte de son salaire moyen légèrement plus élevé que le salaire minimum, Pierre-Paul gagne moins que ce qu’elle gagnait en 1982.

 

Salaire minimum journalier en 1982, en 2009 et aujourd’hui, comparée avec son pouvoir d’achat réel, mesuré à partir de la valeur de la gourde par rapport au dollar en 1982. (AKJ, après enquête, a découvert que la plus part des ouvriers gagnent aujourd’hui plus que le salaire minimum, mais ceci représente moins que ce qu’ils gagnaient en 1982.

Selon une étude approfondie qu’a menée AKJ auprès de huit ouvriers de la capitale et de la plus grande zone franche – le parc CODEVI, une propriété dominicaine sur la frontière de la République Dominicaine – le salaire moyen d’un ouvrier est de 236 gourdes, soit l’équivalent de 2,53 $US en 1982. (Deux propriétaires de manufacture, MM. Baker et Clifford Apaid, ont confirmé ces chiffres.) Selon les statistiques d’AKJ, le salaire annuel moyen d’un travailleur, incluant le traditionnel « treizième mois », reviendrait à environ 153 $ par mois ou 1989 $ par année.

Dans son étude, AKJ a également découvert que le travailleur moyen dépense plus de la moitié de son salaire rien qu’en transport et en repas au travail.

Moyenne des dépenses typiques de l’ouvrier, en transport et en repas

Dépenses Gourdes Dollars US Pourcentage du salaire quotidien
(236g ou 5,90 $)
Transport aller-retour au travail 30,62 g 0,76 $ 13%
Repas principal de la journée (au travail) 90 g 2,25 $ 38%
120,62 g 3,01 $ 51%

Le transport et le repas représentent seulement une fraction des obligations d’un ouvrier. Par exemple, l’ouvrier moyen interviewé soutient quatre personnes, dont trois sont des enfants. Les frais de scolarité, d’après l’enquête d’AKJ, représentent à eux seuls près de 690 $US.

AKJ ne pouvait vérifier toutes les donnés, mais une récente étude présentait des montants encore plus élevés pour le transport, les frais de scolarité et autres. Selon le Centre de solidarité AFL-CIO, un « salaire mensuel suffisant » pour l’ouvrier d’usine qui soutient une famille de deux enfants devrait se situer autour de 749 $, soit presque cinq fois plus que le salaire moyen actuel de 153 $, pour l’ouvrier d’une usine d’assemblage.

Selon le rapport du Centre de solidarité, en date du 3 mars 2011, « ces chiffres représentent le coût de la vie et servent à calculer un salaire minimum décent qui favoriserait un développement économique viable ».

L’économiste Camille Chalmers affirmait dans une interview donnée à AKJ que la question salariale est un véritable scandale :

« Le salaire a baissé, encore et encore. [Les travailleurs] sont payés en gourdes mais, en fait [parce que presque toute la nourriture est importée en Haïti], ils consomment en dollars».

Une ouvrière dans une usine de CODEVI, Ouanaminthe (Photos: AKJ).

Pierre-Paul admet qu’elle sait que son salaire n’est pas suffisant.

« Je n’ai pas le choix », explique-t-elle.

« Mes parents ne m’ont pas fait apprendre de métier; à 25 ans je ne savais rien faire d’autre, je me suis donc résignée à travailler dans une usine ».

Son patron, Charles H. Baker, l’admet, ce salaire n’est pas « supportable » :

« Pour une personne honnête, ce n’est clairement pas suffisant.  Si je pouvais donner 1000 gourdes par jour aux travailleurs, je le ferais. Mais les conditions en Haïti ne nous le permettent pas ».

Un aperçu sur la vie d’un ouvrier

Baker et les autres propriétaires d’usines ont beau prétendre vouloir donner plus que des salaires d’ateliers de misère, mais ils s’opposent à toute augmentation de salaire et toute démarche de syndicalisation au sein de l’industrie depuis les débuts.

Sous le régime Duvalier, à une époque où les salaires étaient en fait plus élevés qu’aujourd’hui, seuls les syndicats approuvés par le dictateur étaient permis. Depuis, les propriétaires ont (jusqu’ici) presque entièrement étouffé toute tentative d’organisation.

Grâce au travail acharné du groupe syndicaliste Batay Ouvriye (lutte ouvrière) et au courage des travailleurs, qui ont perdu leur emploi, subi des menaces et même de la violence physique, plus de 3000 ouvriers du parc CODEVI, sur la frontière dominicaine, sont maintenant syndiqués.  Le syndicat négocie un contrat collectif pour tous les travailleurs.

En septembre, Batay Ouvriye et les ouvriers du textile ont formé un syndicat dans la capitale. Le 15 septembre, les organisateurs ont annoncé la naissance légale du syndicat des ouvriers du textile et de l’habillement (SOTA – Sendika Ouvriye Tekstil ak Abiman). Or, en moins de deux semaines, cinq membres du comité exécutif du SOTA ont été licenciés, dont un de la One World Apparel, de M. Baker.

Yannick Etienne, la porte-parole de Batay Ouvriye, affirme que ces renvois, officiellement « pour violations » de règlements internes, étaient totalement prévisibles.

« Quelle coïncidence que cinq membres du comité soient renvoyés une semaine après la création du syndicat », dit-elle.

« Ils ont décapité le syndicat ».

À propos de cet incident, Baker dit que son avocat lui déconseille d’émettre des commentaires. Mais selon Batay Ouvriye, les travailleurs ont été licenciés après avoir distribué des dépliants dans la rue, refusé de faire des heures supplémentaires et de prendre d’autres actions totalement garanties par la loi et par le droit positif haïtien.

Le 24 novembre, 2011, après une longue investigation, une organisation des Nations Unies a révélé que les licenciements n’ont pas été justes.

« Il existe des preuves solides montrant que les représentants du syndicat SOTA ont été licenciés sur la base de leur appartenance au syndicat »,

écrit Better Work Haiti. Better Work a recommandé

« la réintégration à titre de réparation avec arriéré de paie »

pour les syndicalistes.

Ces licenciements de septembre ne sont que les derniers faits dans trois décennies de répression et d’anti-syndicalisme.

 

———————————————————————-

i. Le nom de cette ouvrière a été changé pour protéger son identité car, malgré le fait que la Constitution haïtienne reconnaisse le droit à la liberté de parole et celui des travailleurs de s’organiser, la plupart des lieux de travail sont imprégnés de crainte en raison de l’anti-syndicalisme répandu. Toutes les entrevues se sont déroulées durant le printemps et l’été 2011.

ii. Les ouvriers dans les usines d’assemblage sont payé une salaire de base (150 gourdes par jour) avec des supplementaires pour travail supplementaire. Ce moyen est calculé sur son salaire typique pour deux semaines, et à été confirmé par l’usine.

 

 

Origine: Haiti Kalé Jé

Voir le 2ème article: Anti-syndicalisme, pro-’course vers le bas’

 

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Comments

Salaries in the “New” HaitiLes salaires dans la « nouvelle » Haïti — 2 Comments

Leave a Reply