Disastrous ‘Durban Package’ Accelerates Onset of Climate Catastrophe Le ‘paquet’ désastreux de Durban accélère la catastrophe climatique

By Nnimmo Bassey and staff
Friends of the Earth International

English | French

DURBAN, South Africa – The UN climate talks in Durban were a failure and take the world a significant step back by further undermining an already flawed, inadequate multilateral system that is supposed to address the climate crisis.

Developed countries engaged in a smoke and mirrors trick of delivering rhetoric but no action, failed to commit to urgently needed deep emissions cuts, and even backtracked on past commitments to address the climate crisis, said Friends of the Earth International.

The outcome of the Durban talks, heralded by some as a step forward, in fact amounts to:

  • No progress on fair and binding action on reducing emissions
  • No progress on urgently needed climate finance
  • Increased likelihood of further expansion of false solutions like carbon trading
  • The further locking in of economies based on polluting fossil fuels
  • The further unraveling of the legally-binding international framework to deliver climate action on the basis of science and equity.

While there was resistance from developing countries to the destructive proposals on the table in Durban, the final Durban outcome amounts to:

Greenhouse gas emissions are still rising from most of the countries that have pledged to reduce emissions of the greenhouse gases that cause climate change (Credit: Kimberly Deprey/istockphoto.com/Scientific American).

1. A new “Durban Platform” which will delay climate action for a decade. Instead of implementing the existing, ambitious and equitable negotiating roadmap that was agreed in Bali four years ago, a new process to launch negotiations for a new treaty was agreed in Durban. The “Durban Platform” will delay much needed climate action for a decade.

2. A substantial weakening of the Kyoto Protocol. The Kyoto Protocol is the only existing international framework for legally-binding emissions reductions by rich industrialised countries. These countries are responsible for three quarters of the emissions in the atmosphere despite only hosting 15% of the world’s population. The second commitment period of the Kyoto Protocol has still not been formally agreed and would only cover the European Union and a handful of other developed countries.

3. Drastically insufficient targets for cutting greenhouse gas emissions. Taken alongside the expansive loopholes agreed to in Durban that serve to help countries avoid emissions cuts, these paltry pledges actually mean a likely net increase in emissions between now and 2020.

4. A shift of the burden for climate action to developing countries, which have done the least to cause global warming, have the least resources to combat it, and face the additional burden of having to address pressing poverty alleviation and development needs.

5. Absolutely no progress on urgently-needed, new and additional public finance for developing country climate action and adaptation measures to protect vulnerable communities from climate impacts. The Green Climate Fund was approved but with no means by which to fill the coffers and a provision agreed to that could allow multinational corporations and private financial actors to directly access the fund.

6. The increased likelihood of new opportunities for carbon trading, a destructive false solution to the climate crisis which locks in climate inaction, drives land grabbing and displacement of communities, and could contribute to another global financial collapse.

“Developed countries, led by the United States, accelerated the demolition of the world’s international framework for fair and urgent climate action. And developing countries have been bullied and forced into accepting an agreement that could be a suicide pill for the world,”

said Nnimmo Bassey, Chair of Friends of the Earth International.

“On the eve of the climate talks, hundreds of families in Durban lost their homes and some even their lives in devastating flooding. From the Horn of Africa to Thailand to Venezuela to the small island state of Tuvalu, hundreds of millions of people are bearing the brunt of the climate crisis they did not create. The lack of progress in Durban means that we are even closer to a future catastrophic 4 to 6 degrees Celsius of warming, which would condemn most of Africa and the small island states to climate catastrophe and devastate the lives and livelihoods of many millions more around the world” he continued.

The disastrous Durban outcome is attributable to a combined effort by the governments of rich industrialised countries, most notably the US, Canada, Japan, New Zealand, Australia, Russia and the European Union.

The United States is most to blame, as it has been the most powerful driver in the dismantling of the legally-binding framework for developed country emissions reductions. It refused to take on emissions reduction commitments under the Kyoto Protocol, and has attempted to replace this system with a weaker, ineffective system of voluntary pledges.

Canada, Japan, New Zealand, Russia, Australia and New Zealand have pursued a similar agenda of trying to escape their legal and moral obligation to act first and fastest to cut their emissions. Canada, Japan and the Russia have refused outright to emissions cuts under the Kyoto Protocol second commitment period, and Australia and New Zealand have made their commitments conditional, leaving the European Union and a handful of other developed countries covered by the agreement in Durban.

The European Union, heralded as a climate leader and the saviour of the Durban talks, had an agenda filled with false promises. The EU was a key architect of the new “Durban Platform” that will delay action for ten years, lock in low ambition and deliver a weaker, less effective system than the Kyoto Protocol. The EU’s strategy in Durban was to split the group of developing countries and force emerging economies like India and China, with hundreds of millions of people still below the poverty line, to take on unfair responsibilities for tackling the climate crisis. The EU also blocked progress in closing dangerous loopholes in existing emissions targets, and was the principle driver of the push to expand destructive carbon trading.

The huge influence of corporate polluters and other corporate and financial vested interests over the positions of governments is the underlying reason why Durban’s outcome was so disastrous. The pressure and influence of these interest groups undermines the ability of ordinary citizens and civil society to hold our governments to account for their action on climate and their positions in the international climate negotiations.

“Developed country governments have connived to weaken the rules that require their countries to act on climate whilst strengthening the rules that allow their corporations to profit from the crisis”

said Bobby Peek of Ground Work / Friends of the Earth South Africa.

“After bailing out the banks, rich countries at the climate talks refused to commit a single new dollar for climate finance for developing countries. They insisted on allowing multinational corporations and global financial elites to directly access the Green Climate Fund, and pushed through the opening up of further possibilities for speculation via the dangerous carbon market bubble. It is clear in whose interests this deal has been advanced, and it isn’t the 99% of people around the world,” he continued.

Many developing country negotiators expressed growing concerns as the talks progressed. The Africa Group (comprising the 54 countries in Africa), India, Venezuela, Bolivia, the Philippines, Thailand, Malaysia, Nicaragua and a number of small island states all pushed back against the destructive proposals being advanced. But developing countries were coerced into having to accept a “take it or leave it” package to save the Kyoto Protocol and the Green Climate Fund and failed to stand strong and united against the disastrous final outcome of the talks. One of the most vocal critics, India, caved at the last minute to demands by the US and other developed countries that provisions to safeguard an equitable approach to tackling the climate crisis be excluded from the Durban agreement.

“Ordinary people have once again been let down by governments. Behind the failure in Durban lies the huge influence of corporate polluters and the disproportionate power of the rich developed world. The noise of the vested interests has drowned out the voices of ordinary people in the ears of our leaders“,

said Sarah-Jayne Clifton, Climate Justice Coordinator at Friends of the Earth International

“It is clear that right now our governments cannot do the job we need them to do. But outside the negotiating halls, in our universities, our workplaces, and on the streets, vibrant movements are coming together to build a fair and better world. It is in this growing movement – of workers, women, farmers, students, Indigenous Peoples, and others affected by this greedy economic system – where we can find hope of solutions to the climate crisis” she continued.

Where now for climate justice?

Friends of the Earth International believes that we need to radically transform our global economy to create a more just and sustainable world. We need dramatic cuts in emissions on the basis of science and equity and a transformation in our economies to make this a reality. Developed countries also have a moral and legal obligation to honour their climate debt and provide adequate public finance to developing countries to develop sustainably and protect the vulnerable from climate impacts. A strong and fair UN agreement on climate is essential, and to get it we will work with others to strengthen the movement for justice in all countries and hold our governments to account to ensure that politics works for people and the planet, not for profit.

 

Sources: Friends of the Earth | Common Dreams | Al Jazeera(video)

Kyoto Protocol (in several languages)

 

 

 Par Nnimmo Bassey et le personel
Les Amis de la Terre International

anglais | francais

Durban — Les négociations sur le climat de Durban sont un véritable échec, et font reculer le monde en sapant davantage un système multilatéral d’ores et déjà défectueux et insuffisant censé faire face à la crise climatique.

Les pays riches industrialisés se sont livrés à un jeu d’illusion en délivrant une rhétorique sans action. Refusant de s’engager envers des réductions d’émissions urgentes, ils ont même fait marche arrière, revenant sur d’anciens engagements visant à affronter la crise climatique, souligne la fédération des Amis de la Terre International.

Le résultat des négociations de Durban, annoncé par certains comme une avancée, se résume en fait en quelques points :

  • Aucune avancée sur des actions justes et contraignantes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre
  • Aucune avancée sur la question urgente du financement climatique
  • Augmentation vraisemblable de l’expansion de solutions fausses tel que l’échange de droits d’émission de carbone
  • L’enfermement des économies reposant sur les combustibles fossiles polluants
  • Le démantèlement du cadre international contraignant visant à apporter une action climatique reposant sur des considérations scientifiques et justes.

Malgré la résistance des pays en développement aux propositions destructrices faites à Durban, le résultat final a pour conséquence:

(Credit: Kimberly Deprey/istockphoto.com/Scientific American).

1. Une nouvelle « plateforme de Durban » qui retardera d’une décennie l’action climatique. Au lieu de mettre à exécution la feuille de route existante, équitable et ambitieuse qui avait été convenue à Bali il y a quatre ans, un nouveau processus visant à lancer des négociations pour un nouveau traité a été validé à Durban. La « plateforme de Durban » retardera de dix ans l’action qu’il faut entreprendre de toute urgence pour sauver le climat.

2. Un affaiblissement considérable du protocole de Kyoto. Le protocole de Kyoto est le seul cadre international existant stipulant des réductions d’émissions contraignantes pour les pays riches industrialisés. Ces pays sont responsables des trois quarts des émissions dans l’atmosphère, bien qu’ils n’hébergent que 15% de la population mondiale. La seconde période d’engagement du protocole de Kyoto n’a toujours pas été convenue formellement et ne couvrirait que l’Union Européenne ainsi qu’une poignée d’autres pays développés.

3. Des cibles foncièrement insuffisantes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Prises de pair avec des échappatoires onéreuses convenues à Durban qui aident les pays à esquiver les réductions d’émissions, ces promesses dérisoires signifient selon toute vraisemblance une augmentation nette des émissions d’ici à 2020.

4. Le déplacement de la responsabilité de l’action climatique sur les pays en développement, lesquels sont le moins responsables du réchauffement climatique, disposent des ressources les plus faibles pour y faire face, et doivent en outre combattre la pauvreté tout en essayant de se développer.

5. Absolument aucune avancée sur la question urgente d’un financement public nouveau et supplémentaire pour l’action climatique et les mesures d’adaptation menées par les pays en développement afin de protéger des impacts climatiques les communautés vulnérables. Le Fonds vert pour le climat a été approuvé, sans aucun moyen pour remplir les caisses, et agrémenté d’une disposition qui pourrait permettre aux multinationales et aux acteurs financiers du secteur privé d’avoir directement accès à ces fonds.

6. La probabilité de nouvelles opportunités pour l’échange de droits d’émission de carbone, une solution fausse et destructrice à la crise climatique qui entérine l’inaction face au changement climatique, accélère l’appropriation des terres et le déplacement des communautés et pourrait contribuer à un nouvel effondrement de l’économie mondiale.

« Les pays développés, menés par les Etats-Unis, ont accéléré la démolition du cadre international proposant une action climatique juste et urgente. Les pays développés ont été contraints et forcés d’accepter un accord qui pourrait signer l’arrêt de mort du monde »,

a déclaré Nnimmo Bassey, président des Amis de la Terre International.

« A la veille des négociations sur le climat, des centaines de familles de Durban ont perdu leurs maisons, et certains ont perdu la vie dans des inondations dévastatrices. De la Corne de l’Afrique à la Thaïlande en passant par le Venezuela et l’Etat de Tuvalu, constitué d’atolls, des centaines de millions de personnes supportent le poids d’une crise climatique qu’ils n’ont pas créée. Le manque d’avancées aux négociations de Durban signifie que nous nous rapprochons d’un réchauffement à venir de 4 à 6 degré Celsius qui précipiterait la plus grande partie de l’Afrique et les petits Etats insulaires dans une catastrophe climatique et détruirait les vies et les moyens de subsistance de millions d’autres à travers le monde »,

a poursuivi Nnimmo Bassey.

Le résultat désastreux des négociations de Durban est imputable à l’effort fourni conjointement par les gouvernements des pays riches industrialisés, notamment les Etats-Unis, le Canada, le Japon, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, la Russie et l’Union Européenne. Les Etats-Unis, surtout, sont responsables, car ils ont été le moteur le plus puissant du démantèlement du cadre contraignant visant la réduction des émissions des pays développés. Les Etats-Unis ont refusé de prendre des engagements envers une réduction de leurs émissions en vertu du protocole de Kyoto, et ont essayé de remplacer ce système par un autre, plus faible et moins efficace, de promesses reposant sur la base du volontariat.

Le Canada, le Japon, la Nouvelle-Zélande, la Russie et l’Australie ont suivi le même objectif en essayant d’échapper à leurs obligations juridiques et morales en matière de réduction d’émissions. Le Canada, le Japon et la Russie ont refusé immédiatement les réductions d’émissions en vertu de la seconde période d’engagement au protocole de Kyoto, et l’Australie et la Nouvelle-Zélande ont rendu conditionnel leur engagement, laissant l’Union Européenne et une poignée d’autres pays développés couverts par l’accord à Durban.

L’ordre du jour de l’Union Européenne – annoncée comme chef de file en matière de climat et sauveuse des négociations de Durban – était pétri de fausses promesses. L’Union Européenne a été un architecte clé de la nouvelle « Plateforme de Durban » qui retardera toute action de dix ans, reverra toutes les ambitions à la baisse et livrera un système plus faible et moins efficace que le protocole de Kyoto.

A Durban, la stratégie de l’Union Européenne a provoqué la scission du groupe des pays développés et a forcé les économies émergentes comme l’Inde et la Chine – et des centaines de millions de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté – d’endosser des responsabilités injustes en vue de combattre la crise climatique. En outre, l’Union Européenne a bloqué toute avancée dans la fermeture des échappatoires dangereuses au sein des cibles d’émissions existantes, et a été le moteur principal de l’expansion de l’échange de droits d’émission du carbone.

Le résultat désastreux de Durban s’expliquent par l’importance énorme octroyée à des sociétés polluantes et d’autres intérêts financiers dans les positions adoptées par les gouvernements. La pression et l’influence exercées par ces groupes sapent la capacité des citoyens ordinaires et de la société civile à rendre nos gouvernements responsables de leurs actions envers le climat et de leurs positions au sein des négociations internationales.

« Les gouvernements des pays développés ont oeuvré de connivence pour affaiblir les règles qui exigent de leurs pays qu’ils agissent sur le climat tout en renforçant les règles qui permettent à leurs entreprises de profiter de la crise »,

souligne Bobby Peek de groundWork / Les Amis de la Terre Afrique du Sud.

« Après le renflouement des banques, les pays riches présents aux négociations sur le climat ont refusé d’attribuer un seul dollar au financement climatique pour les pays développés. Ils ont insisté pour permettre aux multinationales ainsi qu’aux élites mondiales de la finance un accès direct au Fonds vert pour le climat, et ont abondé dans le sens de spéculations dangereuses par le biais de la bulle du marché du carbone. Les intérêts de cet accord sont clairement identifiés, et ils ne représentent pas 99% des personnes à travers le monde »,

a poursuivi Bobby Peek.

De nombreux négociateurs des pays développés ont exprimé leur inquiétude au cours des négociations. Le groupe de l’Afrique (comportant les 54 pays de l’Afrique), l’Inde, le Venezuela, la Bolivie, les Philippines, la Thaïlande, la Malaisie, le Nicaragua et un certain nombre de petits Etats insulaires ont repoussé les propositions dangereuses qui étaient avancées. Mais les pays en développement ont été forcés d’accepter un paquet en vue de sauver le protocole de Kyoto et le Fonds vert pour le climat et n’ont pas réussi à rester forts et unis face au résultat désastreux des négociations. L’Inde, un des critiques les plus virulents, s’est pliée à la dernière minute aux exigences des Etats-Unis et d’autres pays développés en vue que les dispositions pour protéger une approche équitable du combat contre le changement climatique soit exclues de l’accord de Durban.

« Une fois n’est pas coutume, les personnes ordinaires ont été délaissées par les gouvernements. Derrière l’échec de Durban se cache l’influence monumentale des sociétés polluantes et la puissance disproportionnée du monde industrialisé. Le bruit des intérêts particuliers a recouvert les voix des personnes ordinaires que nos dirigeants n’ont pas entendues »,

a déclaré Sarah-Jayne Clifton, coordinatrice pour la Justice climatique des Amis de la Terre International.

« Il est évident qu’à l’heure actuelle nos gouvernements ne peuvent pas faire le travail que l’on attend d’eux. Mais en dehors des salles de négociations, dans nos universités, sur les lieux de travail et dans la rue, des mouvements dynamiques se forment pour construire un monde équitable et meilleur. C’est dans ce mouvement en plein essor de travailleurs, de femmes, d’agriculteurs, d’étudiants, de peuples indigènes et d’autres encore affectés par ce système économique cupide que nous pouvons trouver l’espoir de solutions à la crise climatique »,

a ajouté Sarah-Jayne Clifton.

Qu’en est-il désormais de la justice climatique?

La fédération des Amis de la Terre International est convaincue qu’il faut transformer radicalement notre économie mondiale pour créer un monde plus juste et durable. Pour que cet objectif devienne réalité, nous devons procéder à des réductions d’émissions drastiques reposant sur une base scientifique et équitable, ainsi qu’à une transformation de nos économies. Les pays développés ont l’obligation morale et juridique d’honorer leur dette climatique et de fournir un financement public adéquat aux pays développés afin que ces derniers se développent durablement et protègent les plus vulnérables des impacts du climat. Un accord des Nations Unies fort et juste sur le climat est essentiel, et pour l’obtenir, nous travaillerons de pair avec d’autres pour renforcer le mouvement pour la justice dans tous les pays et pour mettre nos gouvernements face à leurs responsabilités pour garantir que la politique oeuvre pour les personnes et la planète, et non pour le profit.

 

Sources: Les Amis de la Terre International | All Africa
http://fr.allafrica.com/stories/201112141196.html

 

Leave a Reply