Industrial Park Threatens Precious Caracol Bay EcosystemLe parc industriel à Caracol : Une situation « gagnante-gagnante » pour tous?



Industrial park in Caracol: a “win-win” situation?

By Staff
Haiti Grassroots Watch

English | French

Why did the Haitian Ministry of the Environment warn of

“great potential adverse impact”

from the new Industrial Park of the North Region (Parc Industriel de la Région Nord – PIRN) being built in Caracol with over US $200 million in public and private financing?

Why did the consultants’ study call the nearby Caracol Bay

“unique, productive and precious”

and say that even if all regulations are followed, the PIRN

“could endanger this ecosystem?”

Why did the same consultants – who originally suggested the Caracol site, but who later admitted they did not take environmental considerations into account – tell the Government of Haiti (GOH) to consider moving or even cancelling the project? [See The Case of Caracol – Story #6 for background]

All relevant and urgent questions.

But even though two extensive environmental and social impact studies – listing numerous risks – are public and posted online, and even though there are also several other studies on the Caracol Bay marine habitat available, no Haitian or foreign media outlet (except for Haiti en Marche)  has looked further than the press releases from the project’s champions and investors: the US State Department, the Inter-American Development Bank (IDB), the GOH and Sae-A Trading.

Instead, the Wall Street Journal, Miami Herald, Associated Press, Le Nouvelliste, Haiti Press Network, and others are largely cheerleaders for the PIRN and the mostly sweatshop wage jobs it will provide.

It comes as no surprise that there are numerous environmental and social risks associated with any industrial park – “free trade” or not. But these risks are exponentially greater in poor countries due to poor zoning, lack of legislation and/or government control, large unemployed populations, etc. [See Stepping stone or dead end? Experiences in other countries – Story #5] This does not mean a project should not be undertaken, but studies should be done and the benefits vs. the risks put before the public.

As noted above, studies were done, including one released May 13, 2011, by Koios Associates, hired by the Ministry of Economy and Finance (MEF) in 2010 [See The Case of Caracol – Story #6] and a second one, released on August 5, 2011, and commissioned by one of the project’s major investors, the IDB.

Both studies have potential conflict of interest issues: Koios chose the site in the first place, and the IDB is donating or loaning over US $50 million for the PIRN. But it appears the potential conflicts of interest, and the numerous risks outlined in the documents, were not of significant concern to the power-brokers. Construction has started and a US$15 million power plant contract was awarded in September.

Haiti Grassroots Watch lacks the space and the human resources to list all the sources and fully list all the risks, but here are some of the major ones:

Risk 1 – The Caracol Bay environment

Among the most obvious risks are the dangers to Haiti’s fragile environment, specifically the Caracol Bay.

The original, MEF-commissioned study recommending sites for the PIRN was done by the US-based Koios group. The 110-page study identified the Caracol site as #2 out of 18 possible sites in the north. However, their own follow-up Environmental and Social Impact Study, in May, 2011, admitted – shockingly – that the environment had not been taken into consideration the first time around. [See also The case of Caracol – Story #6]

Also, equally astoundingly, in their impact study, the Koios team claimed

“It wasn’t possible to anticipate the presence of the complex and precious ecosystem of the Caracol Bay before we conducted this environmental evaluation.”

Caracol barrier reef (Photo: Nick Hobgood).

The claim is nothing short of outrageous. The bay – home to mangrove forests and the country’s longest uninterrupted coral reef – has been the subject of international study for some years and is part of several plans to make the region into a park, according to publicly available documents.

1.  A 2009 study for the Organization of American States and the Inter-American Biodiversity Information Network (IABIN) put the “value of ecosystem services” a of the mangroves and coral reefs in the bay at US$ 109,733,000 per year.

2.  In 2010, the UN Development Program and the Haitian Ministry of the Environment (MOE) initiated plans to set up a “Système national d’aires protégées (SNAP).” Over US$2.7 million has been invested in the program already, according to the MOE. One of the first areas on the list is the Caracol Bay.

3.  The bay also lies in the Caribbean Biological Corridor (CBC), an area designated by Dominican Republic, Haiti and Cuba back in 2009, and is part of that US $7.4 million project.

Even if Koios somehow “missed” the literature on the bay, the Interim Haiti Recovery Commission (CIRH or IHRC), co-headed at the time by former US President Bill Clinton, cannot claim ignorance. In October, 2010, the IHRC approved US $1 million of the CBC’s US $7.4 million in funding. That was two months before the Commission approved the PIRN.

Risk 2 – Water(i)

Another risk involves water usage and water pollution. The PIRN is located in the middle of the Trou du Nord River watershed, identified as a “priority watershed” in a recent study from the US Agency for International Development (USAID).

Water for the PIRN and surrounding settlements will likely be drawn from the river and the water table. One study however, by a Washington-based firm commissioned by the IDB, recommends that water is taken from the water table only because the Trou du Nord River empties into the fragile Caracol Bay. Writing in August, 2011, the Environ International Corporation said:

“[W]e strongly recommend that only subterranean water is used to satisfy the needs of the site.”

But other studies noted that if too much water is taken from the water table, it could be polluted by salinity due to an intrusion of saltwater from the Atlantic Ocean. Over-exploitation of the water table could also harm agriculture in the region at large, and make it difficult to develop other water-needy businesses, such a tourism. The Environ group disagreed, saying there was ample water.

A study by the Louis Berger Group, commissioned by the MEF and quoted in the Koios study, recommended that water come from both below ground and from the river. The study said the PIRN and surrounding population (current and new) should not use more than 11,000 cubic meters per day. According to the same study, the park will likely need at least 5,800 cubic meters of water per day during Phase 1 (2012-2014) and at least 9,800 cubic meters during Phase 2.

(An internal study from the Ministry of Environment – leaked to Haiti Grassroots Watch – called these estimates “conservative” and “minimalist,” saying they

“don’t take into account continuing deforestation and projected exponential population growth.”

More on that study below.)

The other great water-related risk is, of course, pollution or other negative impact from the use of water from the river and water table. Here are the main ways water will be used:

1.   For the textile factory being built by Sae-A Trading Company – A large amount of water is needed for the manufacturing and dying processes.  There will be significant waste waters needing multiple treatments.

2.  For cleaning and other processes at the Sae-Trading and other apparel factories, and possibly for a furniture factory. (Origins Holdings has been listed in some documents are potential tenant).

3.  For the drinking, cleaning and waste treatment needs of workers and other staff, some of whom will live inside the PIRN confines, while others live nearby.

4.  For the drinking, cleaning and waste treatment needs arising from the tens of thousands of new residents the PIRN is expected to attract to the region.

A waste treatment plant is planned for the park, but while all of the dye run-off, industrial waste and human waste can hypothetically be managed with proper treatment, all waste waters – clean or not – will eventually end up in the Trou du Nord River and probably the Caracol Bay.

“Even if the wastewater of the park are treated, there are various other dangers related to the development of the industrial park on this site which could put the ecosystem in danger,”

the Koios consultants noted.

Water will also be used to cool the electrical plant being paid for by the US government. The plant – being build for US$15 million by a Canadian company – will generate electricity using “heavy fuel oil,” also sometimes called “bunker fuel.”

When dumped back into the Trou du Nord River, the temperature of water used to cool the turbines must not be more than 3 degrees C different than when taken out, or it could have significant negative impacts on aquatic ecosystems. Needless to say, the use of oil in that fragile environment also poses a risk.

Risk 3 – Social

The Koios study estimates that the local population could grow by between 100,000 and 300,000 people:

“Large industrial or mining projects in poor countries indicate that a large migration like this could occurt, no matter what efforts are taken to prevent it.”

Other studies put the number of potential migrants much lower, but even the addition of 10,000 workers and their family members – 50,000 people – will change the region, currently home to about 250,000 people, mostly farmers and fishermen.

Without zoning laws, urban planning, and heavy police presence, the PIRN might give birth to a new set of slums. The country has already witnessed the “slumification” of areas around industrial parks in the capital and in Ouanaminthe, home to the CODEVI park, and it is likely a similar process will once again occur.

The sudden arrival of thousands can have numerous negative impacts – more waste, uncontrolled use of water and trees (for cooking needs), and squatter settlements on farmland or in environmentally fragile areas. (US tax dollars are going to be used to build 5,000 homes, but these appear to be slated for “expatriates” and management.)

Also, the Koios consultants noted:

“There is… an elevated risk of tension between members of local communities and migrants coming to the region, especially if local residents feel they don’t have the opportunity to profit from the project, especially in terms of jobs.”

The Koios study warned that the negative repercussions of such conflicts might effect factory owners bottom lines, too.

“Local and overseas criticism of the multinational companies operating in the park, as well as negative publicity vis-à-vis relations with the local communities (bringing about costly consummer boycotts, lawsuits, and other expensive consequences in terms of reputations and legal risks) are among the greatest consequences of bad management.”

Mitigating the risks

Not surprisingly, despite the risks they identified, the Koios, IDB and Environ studies all ended up endorsing the project. However, they also listed numerous steps that need to be taken in order to minimize or eliminate the risks. For scores of pages, the consultants outline laws to be voted, programs to be followed and constructions that include the immediate creation of a marine protected area, an extensive 12 to 24 month environmental study, funding and building infrastructure and housing for the expected migrants both inside and outside the PIRN, and other steps.

Koios also optimistically wrote that

“if a sufficient portion of the additional tax revenues are spent on development and on the improvement of the social and physical infrastructure in the region, many of these negative effects can be avoided of diminished.”

Indeed, massive funding could help mitigate risks. But Koios appear to have forgotten that park tenants – textile giant Sae-A and other companies – won’t pay any taxes at all for 15 years, meaning that all the “supplementary tax revenues” will need to come from factory workers, most of whom will earn little more than US$5.00 a day, who will thus be tax-exempt.

But even if the necessary funding is located, some critics, including the man currently serving as Minister of the Environment, say the recommendations don’t even go far enough.

In his 20-page report assessing the Koios study, dated June 30, 2011, and subtitled “Under what prerequisite a win-win situation could be envisaged from an environmental point of view?,” Joseph Ronald Toussaint said the document was a positive step but that it underestimated the

“magnitude of impact,” “extent of impact,” “duration of impact,” and “biophysical changes.”

Then a ministry employee, and now the Minister of the Environment, Toussaint also said that the Haiti’s Minister of the Environment was not

“associated in any thought in the identification of the site” [sic]

nor in the terms of reference for the Koios impact study. As noted above, Toussaint also noted that the water-use estimates were too “conservative.”

Still, Toussaint’s report claimed a “win-win” situation was possible, if some US $54.5 million in studies and mitigation efforts were implemented.

What did the MEF think of the recommendations and were they followed?

In August and September of 2011, Haiti Grassroots Watch (HGW) tried repeatedly to meet with both then-Minister of Economy and Finance Ronald Baudin, and with Toussaint, and even obtained promises of interviews from both offices. In the end, however, both offices refused to speak to journalists.

Maybe the Ministry of the Environment has given up its struggle to protect the bay?

No representative of said ministry was present at the November 28 inauguration of the PIRN construction site. The environmental question and the Bay of Caracol were not even mentioned.

What do Caracol residents think?

Pierre Renel, like most people in and around Caracol, is a farmer. He and other farmers who lost their crops last January have formed an association called Association for the Defense of Caracol Workers (ADTC in French).

Pierre Renel, President of ADTC (Photo: HGW).

“The spot they picked for the industrial park is the most fertile part of the department,”

said Renel, president of ADTC.

“We grow a lot of plantains, beans, corn, manioc, etc. That’s how families raise their children, educate their children… its like our ‘treasury!’”

But Renel and other local residents are not opposed to the park. To the contrary, they are hopeful they and their children will get some of the jobs officials and consultants have described. Some local people already have been hired – as guards or workers at an information kiosk.

According to the PIRN website, all farmers have also received either land or remuneration for their lost crops or – if they were owners – the value of their land. While the PIRN website says all farmers have been paid damages, in a recent telephone interview, several denied this, saying they were originally promised land and money. Also, some say they were not paid the amounts originally promised.

“They told us peasants would get land and cash, and according to Michaël De Landsheer [of the MEF], landowners were supposed get US$1200 per hectare, but they are not respecting their word,”

Renel told HGW.

Farmer Robert Etienne is excited about the factories.

“They should have built something like this already! Because there’s no work in this country,”

he said, his eyes glittering.

But Etienne, in his seventies, won’t be one of those hired. He is too old. Maybe his children will get jobs? Maybe, maybe not. There will be stiff competition, even with their sweatshop wages.

Etienne and Renel and others are probably unaware of the how low salaries will be, and of how the local economy will likely change as construction moves forward and the factories start to open up: population explosion, higher rents, a grown in the “informal sector” and street merchants, lessened local agricultural production and perhaps even higher food prices.

As noted earlier in this series, assembly factories with sweatshop wages are not social projects, despite claims made in the media and in studies. The Koios study, for example, claims the PIRN will supply the

“moyens de subsistance à un maximum de 500.000 personnes, soit 10 % de la population d’Haïti.”

The claim is very difficult to substantiate. Most workers will earn a wage that can’t even pay the rent, much less send children to school. [See Salaries in the “new” Haiti – Story #1]

In the very same study, the authors also offer up this more honest appreciation: the PIRN

“a avant tout été conçu pour faciliter les investissements d’entreprises.”

(“was created above all to facilitate buiness investments” – DC translation)

As previously described, Sae-A and the other textile factories are moving to Haiti in order to take advantage of cheap labor, no US tariffs until 2020, a long tax holiday in Haiti, and proximity to the US market.

The PIRN is part of a global economy predicated on the exploitation of the lowest wages and a “race to the bottom.” [See Anti-union, pro-race – Story #2]

Are exploitation, potential environmental devastation and social upheaval really a “win-win” situation?

Is it just to spend US $179 million in foreign public financing in Haiti, to the possible detriment of workers in other countries?

Can a “new” Haiti really be built on sweatshop wages and free trade zones?

Return to the Introduction and video


i. The “Water” section is entirely based on the Koios study and on its citations from the Louis Berger study.

Source:  Haiti Grassroots Watch

 Also read: Caracol Free-Trade Zone Jeopardizes Natural and Cultural HeritagePar le personnel
Haiti Kale Je

anglais | français

Pourquoi le Ministère de l’Environnement d’Haïti  s’est-il inquiété de

«l’impact potentiellement négatif sur l’environnement »,

du projet du Parc Industriel de la Région du Nord (PIRN), dont la construction dépasse  les 200 millions $US de fonds publics et privés?

Pourquoi l’étude des consultants, commandée sur le projet, souligne que la Baie de Caracol est un site

« unique, productif et précieux »,

et affirme que, même si toutes les recommandations sont suivies, le PIRN

« pourraient mettre cet écosystème en péril »?

Pourquoi ces mêmes consultants – qui avaient suggéré le site de Caracol – ont ensuite admis que des facteurs écologiques n’avaient pas été pris en compte et ont proposé au gouvernement haïtien de changer leur choix de site et même d’annuler le projet?

[Voir Le Cas de Caracol – Article #6 pour plus de détails.]

Autant de questions importantes et pressantes.

En dépit de deux études complètes des impacts environnementaux et sociaux – qui dressent une longue liste de risques – ces dernières sont publiques et affichées sur le net , et malgré plusieurs autres études de l’écosystème de la Baie de Caracol, aucun média haïtien ou international (à l’exception d’Haïti en Marche) n’a poussé la réflexion plus  loin que les communiqués de presse des enthousiastes et investisseurs du projet : le département d’État américain, la Banque Interaméricaine de Développement (BID), le gouvernement haïtien et Sae-A Trading.

En fait, le Wall Street Journal, le Miami Herald, Le Nouvelliste, Associated Press, Haiti Press Network, et bien d’autres se sont faits les promoteurs du PIRN et des emplois aux salaires de misère qu’on y promet.

C’est sans surprise que l’on apprend que de nombreux risques environnementaux et sociaux sont liés à tous les parcs industriels – dans le cadre de « libre échange » ou non. Mais ces risques s’accroissent exponentiellement dans les pays pauvres aux prises avec un manque de contrôle sur le zonage,  un manque de législation, et/ou présence gouvernementale et de grandes populations avec un taux de chômage élevé.  [Voir Tremplin ou cul-de-sac? L’expérience des autres pays – Article #5] Cela ne veut pas dire que le projet ne devrait pas être entrepris, mais plutôt que d’autres études doivent être réalisées et les risques et les bénéfices présentés au public.

Des études ont bien été réalisées y compris celle de Koios, commandée par le Ministère de l’Économie et des Finances (MEF) et publiée le 13 mai 2011 [Voir Le cas de Caracol – Article #6], ainsi qu’une deuxième étude, publiée le 5 mai 2011, celle-là commandée par le plus gros investisseur du projet, la BID.

Ces deux études comportent des conflits  d’intérêts : Koios était à l’origine du choix du site et la BID avait déjà fourni plus de 50 millions $US en dons et prêts pour le PIRN. Mais il semble que ces conflits d’intérêts  ainsi  que   les  risques énoncés dans les documents, ont été jugés de peu d’importance pour les décideurs en présence. La construction a débuté et des contrats de 15 millions $US ont été octroyés en septembre pour  une centrale électrique.

Ayiti Kale Je (AKJ) n’a pas les moyens, ni les ressources humaines suffisantes pour dresser une  liste complète des risques, mais en voici quelques-uns des  principaux :

Risque 1 – L’écosystème de la Baie de Caracol

Un des enjeux les plus manifestes est le danger pour l’environnement en Haïti, surtout pour la Baie de Caracol.

La première étude, commandée par le MEF,   sur  le choix du site du  PIRN, a été effectuée par la firme américaine Koios. Cette étude de 110 pages place Caracol au deuxième rang sur 18 autres sites potentiels  dans la région du nord.  Toutefois, l’étude  sur l’impact  environnemental effectué tout de suite après,  par la même firme, et datée de mai 2011, admet – scandaleusement – que l’environnement n’avait pas été pris en compte lors du choix du site. [Voir Le Cas de Caracol – Article #6 pour plus de détails]

Tout aussi scandaleusement, Koios affirme dans cette étude d’impact :

« Il n’était pas possible de prévoir la présence de l’écosystème complexe et précieux de la baie de Caracol avant la réalisation de cette évaluation environnementale ».

Photo: Nick Hobgood

Cette affirmation est tout à fait choquante. Selon des documents disponibles au public, cette baie, qui abrite une des dernières forêts de mangrove, ainsi que le  récif corallien le plus long  du pays, a fait l’objet de nombreuses études internationales et fait partie de plusieurs projets  pour  placer  cette zone sous protection, selon des documents disponibles et ouverts au public.

1.  En 2009, une étude de l’Organisation des États Américains  et du Réseau interaméricain d’information sur la biodiversité (IABIN) calcule le « prix de services écologiques » des mangroves et du récif corallien  dans la baie à 109 733 000 $ US par année.

2.  En 2010, le programme de développement de l’ONU et le Ministère de l’Environnement ont entamé un projet de Système National d’Aires Protégées (SNAP). Selon le Ministère de l’Environnement, plus de 2,7 millions $US ont déjà été investi dans le cadre de ce programme. Caracol est un des premiers sites visés.

3.  La baie fait aussi partie du Corridor Biologique de la Caraïbe (CBC), un espace désigné par la République Dominicaine, Haïti et Cuba en 2009 et faisant l’objet d’un projet de 7,4 million $US.

Même si Koios semble avoir « oublié » de consulter les documents concernant la protection  de la Baie, la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH), alors pilotée par l’ex-président américain Bill Clinton, ne peut prétendre à l’ignorance. En octobre 2010, la CIRH a approuvé 1 million $ des 7,4 millions $US de fonds du CBC. Soit deux mois avant que la commission n’approuve le projet du PIRN.

Risque 2 – L’eau(i)

Un autre risque concerne l’utilisation et la pollution de l’eau. Le PIRN se situe au centre du bassin versant  de la rivière Trou-du-Nord, considérée par l’USAID comme un « bassin versant prioritaire ».

Carte montrant le bassin versant du Trou du Nord et l'emplacement du parc.

L’eau nécessaire au PIRN et aux installations environnantes proviendra probablement de la rivière et de la nappe phréatique. Par contre, une étude d’une firme de Washington commandée par la BID recommande que l’eau ne provienne que de la nappe phréatique parce que la rivière elle-même alimente le fragile écosystème de  la Baie de Caracol. En août 2011, Environ International Corporation affirmait :

« [N]ous recommandons vivement d’exploiter les eaux souterraines pour satisfaire les besoins du site. »

Mais d’autres études notent que, si une trop grande quantité d’eau était puisée de la nappe phréatique, celle-ci pourrait être polluée par l’eau salée provenant de l’Océan Atlantique. La surexploitation de la nappe phréatique pourrait aussi nuire à l’agriculture de la région entière et freiner le développement d’autres secteurs qui demandent beaucoup d’eau, comme le secteur du tourisme. Le groupe Environ s’est opposé à ce point de vue, disant que l’eau est abondante.

Une étude du Groupe Louis Berger, commandée par le MEF et citée  dans  l’étude de Koios, recommande l’utilisation de la nappe phréatique et de la rivière. L’étude stipule que le PIRN et la population environnante (maintenant et à l’avenir) ne devraient pas utiliser plus de 11 000 mètres cubes d’eau par jour. Selon cette même étude, le parc aura probablement besoin d’au moins 5 800 mètres cubes d’eau par jour durant la phase 1 (2012-2014) et d‘au moins 9 800 mètres cubes par jour durant la phase 2.

(Une étude interne du Ministère de l’Environnement, dont AKJ a obtenu une copie,  grâce à une fuite, qualifie ces estimations de « conservatrices » et « minimalistes », et affirment qu’elles ne tiennent pas compte de la déforestation continue et des projections démographiques en forte hausse. Plus d’information sur cette étude plus bas.)

L’autre grand risque lié à l’eau concerne bien sûr la pollution et les autres impacts négatifs  l’utilisation de l’eau de la rivière et de la nappe phréatique. Voici les principaux usages de l qui sont prévus :

1.  L’usine de textile de Sae-A : une grande quantité d’eau est nécessaire à la fabrication de textile et pour le processus de teinture. Il en résultera une importante quantité d’eaux usées qui requerront des traitements multiples.

2.  Le nettoyage et autres activités connexes chez Sae-A et dans les autres usines de vêtements, et possiblement une usine de meubles. (Origins Holdings apparaît sur certains documents comme un locataire potentiel.

3.  Les besoins en eau potable et pour les services sanitaires des travailleurs et autres employés, à l’intérieur et en périphérie du PIRN.

4.  Les besoins en eau potable et pour les services sanitaires des dizaines de milliers de nouveaux résidants qui seront attirés vers cette région grâce au  PIRN.

Une usine de traitement des eaux usées est prévue pour le parc, mais, même si hypothétiquement tous les déchets issus de la teinture, des processus de fabrication et des déchets humains peuvent être bien gérés, toute l’eau usée, traitée ou non, se retrouvera dans la rivière Trou-du-Nord et probablement dans la Baie de Caracol.

« Même si les eaux usées du parc sont traitées, diverses autres menacées, liées au développement du parc industriel sur ce site, pourraient mettre cet écosystème en péril », note l’étude.

De l’eau sera aussi utilisée pour refroidir la centrale électrique fournie par le gouvernement américain. Cette centrale, construite au coût de 15 millions $ par une compagnie canadienne, produira de l’électricité à partir de carburant lourd, qu’on appelle aussi « mazout ». Lors de son retour à la rivière Trou-du-Nord, la température de l’eau utilisée pour refroidir les turbines ne doit pas varier de plus de 3 degrés Celsius par rapport à celle de l’eau puisée à l’origine, sans quoi un impact négatif important pourrait être observé sur les écosystèmes aquatiques. Il va sans dire que l’utilisation de carburants lourds pose aussi un risque sur un écosystème fragile.

Risque 3 – Impact social

L’étude de Koios estime que la population locale pourrait croître d’environ 100 000 à 300 000 personnes :

« Les grands projets d’industrie ou d’exploitation minière dans les pays pauvres indiquent qu’une telle migration se produira, quels que soient les efforts visant à l’empêcher ».

D’autres études fixent le nombre de migrants potentiels  bien plus bas, mais la venue d’un nombre aussi bas que 10 000 travailleurs et de leurs familles – soit environ 50 000 personnes en tout – transformera cette région, où résident pour le moment environ 250 000 personnes qui sont surtout des pêcheurs et des agriculteurs.

Sans des  règles sur le zonage, la planification urbaine et  sans une  présence policière importante,  le PIRN pourrait paver la voie à de nouveaux bidonvilles. Le pays a déjà été témoin de la « bidonvilisation »  des zones avoisinant d‘autres parcs industriels dans la capitale et à Ouanaminthe, siège du parc de la  CODEVI, ce qui laisse présager le même sort pour les environs du PIRN.

L’arrivée soudaine de milliers de personnes dans une région peut avoir de nombreux impacts négatifs : davantage de déchets, l’utilisation mal réglementée de l’eau et des arbres (pour cuire des aliments), et la présence de squatteurs sur des terres agricoles ou d’autres environnements fragiles. (Des fonds publics américains sont prévus pour la construction de 5 000 unités de logements, mais il semble que celles-ci sont destinées  aux « expatriés » et aux cadres.)

Les consultants Koios notent aussi que :

« Le risque de tensions est élevé entre les membres des communautés locales et les migrants qui viendront dans la région, surtout si les habitants locaux estiment ne pas avoir la possibilité de profiter du projet, en particulier en matière d’emploi ».

Koios s’inquiète également de l’effet négatif que ces conflits pourraient avoir sur les  intérêts des propriétaires d’usines :

« Des objections globale ou localisée aux sociétés multinationales opérant dans le parc, ainsi qu’une publicité négative quant aux relations avec la communauté locale (pouvant entraîner des boycotts de consommateurs, des litiges, et d’autres conséquences coûteuses (en termes de réputation et de risques juridiques) comptent parmi les conséquences plus larges d’une mauvaise gestion ».

Limiter les risques

Évidemment, malgré les risques que soulèvent les études de Koios, d’Eviron et de la BID,  elles ont toutes les trois, en final, appuyé le projet. Par contre, ces études dressent aussi des listes des nombreuses précautions qui doivent être prises pour minimiser ou éliminer ces risques. Sur des pages et des pages de documents , les consultants  ont souligné  les lois d’encadrement à voter, les programmes qui devraient être suivis et les projets de construction qui devraient inclure immédiatement la création d’aires aquatiques protégées, une étude exhaustive des impacts environnementaux pour les 12 à 24 premiers mois,  le financement et la construction d’habitations et d’infrastructures pour desservir les migrants attendus sur le site du PIRN et en périphérie, entre autres mesures.

Koios a aussi rivalisé d’optimisme en écrivant :

« si une proportion suffisante des recettes fiscales supplémentaires était consacrée au développement et à l’amélioration de l’infrastructure sociale et physique dans la région, beaucoup de ces effets négatifs pourraient être évités ou atténués ».

En effet, un investissement massif pourrait limiter les risques. Mais Koios semble oublier que les locataires du parc – le géant du textile Sae-a et d’autres compagnies – seront complètement exemptées d’impôts durant les 15 prochaines années, ce qui signifie que les « recettes fiscales supplémentaires » devront être prélevées sur les salaires des employés, dont la plupart seront aussi complètement exempts d’impôts, étant donné  que leur salaire journalier sera d’à peu près 5,00 $US par jour.

Or, même si on réussit à trouver les fonds nécessaires, plusieurs voix s‘élèvent, dont celle de l’actuel Ministre de l’Environnement, pour dire que les recommandations ne vont pas assez loin.

Dans son rapport de 20 pages sur l’étude de Koios, du 30 juin 2011, intitulé :

« Sous quel prérequis pourrions-nous envisager une situation “gagnante-gagnante” d’un point de vue environnemental? »

Joseph Ronald Toussaint estime que le document constitue un pas dans la bonne direction, mais qu’il sous-estime

« la magnitude de l’impact », « l’importance de l’impact », « la durée de l’impact » et « les changements biophysiques ».

Alors qu’il n’était qu’un employé du ministère, Toussaint a aussi affirmé que :

« A aucun moment le Ministère n’a pris part à une réflexion identifiant Caracol comme site »

ni dans les termes de référence pour l’étude d’impact de Koios. Comme mentionné plus haut, Toussaint juge que les estimations faites des besoins en eau sont trop « conservatrices ».

Tout de même, le rapport de Toussaint estimait qu’une situation « gagnante-gagnante » serait envisageable, si 54 millions $US étaient dépensés pour des études et pour limiter les impacts négatifs.

Qu’a fait le MEF de ces recommandations? Au mois d’août et septembre 2011, AKJ a tenté, à de nombreuses reprises,  de rencontrer Ronald Baudin, Ministre de l’Économie et des Finances à l’époque, ainsi que Toussaint,  et a réussi à obtenir d’eux des promesses d’entrevue. Pourtant, les deux bureaux n’ont jamais donné suite.

Peut-être le Ministère de l’Environnement a renoncé à la lutte pour protéger la baie ?

Lors de l’inauguration des travaux de construction du PIRN, le 28 novembre 2011, il n’y avait aucun représentant du dit ministère. En plus, la question environnementale ainsi que la Baie de Caracol n’ont pas été mentionnées.

Qu’en pensent les résidants de Caracol?

Pierre Renel, comme la plupart des habitants des environs de Caracol, est agriculteur. Il fait partie des agriculteurs qui ont perdu leurs récoltes en janvier dernier et qui ont formé l’Association pour la Défense des Travailleurs de Caracol (ADTC).

Pierre Renel, President de l'ADTC (Photo: AKJ).

Renel, président de l’ADTC, souligne que :

« L’endroit choisi pour le parc industriel est le plus fertile de toute la région. Nous y cultivons beaucoup de plantain, de haricots, de maïs, de manioc, etc… C’est comme ça que nous élevons et éduquons nos enfants… c’est notre trésorerie! ».

Mais Renel et les autres habitants de la région ne sont pas opposés au parc. Au contraire, ils espèrent, qu’avec leurs enfants, ils pourront bénéficier des emplois que les fonctionnaires et les consultants leur ont décrits.  Quelques résidants ont déjà été embauchés en tant que gardiens ou pour travailler dans   le kiosque d’information.

Selon le site web du PIRN, tous les agriculteurs ont également reçu, soit des terres, soit de l’argent en compensation des récoltes perdues ou pour la valeur de leurs terres, si du moins elles leur appartiennent. De leur côté, des agriculteurs nous ont affirmé, lors d’entrevues téléphoniques, qu’on leur a promis]de l’argent et des terres. En plus, ils estimaient ne pas avoir reçu le montant qu’ils ont été promis.

« Ils nous ont dit que les paysans recevraient de l’argent et des terres, et selon Michaël Landsheer (du MEF), les propriétaires devaient recevoir 1,200 $ US par hectare, mais ils n’ont pas tenu leur promesse »,

a confié Renel à AKJ.

L’agriculteur Robert Étienne est enthousiaste à propos des usines.

« On aurait déjà dû construire quelque chose du genre! Il n’y a pas de travail dans ce pays »,

a-t-il dit, les yeux pétillants d’émotion.

Mais Étienne, du haut de ses soixante-dix ans, ne sera pas de ceux qui trouveront du travail. Il est trop vieux. Peut-être ses enfants obtiendront-ils des emplois? Peut-être, peut-être pas. Même à des salaires de misère, la compétition sera féroce.

Étienne, Renel et bien d’autres ne savent probablement pas à quel point les salaires seront bas, ni comment l’économie locale sera transformée quand débutera la construction et que les usines commenceront à ouvrir leurs  portes : explosion démographique, hausse des loyers, accroissement du  secteur informel et des vendeurs ambulants, baisse de la production agricole locale et peut-être même la montée du prix de la nourriture.

Comme on peut le lire dans les articles précédents de cette série, les usines d’assemblage et leurs salaires de misère ne sont pas des projets sociaux, malgré toutes les affirmations faites dans les médias et les études. A titre d’exemple, l’étude de Koios affirme que le PIRN fournira  des

« moyens de subsistance à un maximum de 500 000 personnes, soit 10 % de la population d’Haïti. »

Cette affirmation est très difficile à vérifier. La plupart des travailleurs gagneront un salaire insuffisant pour payer un loyer, encore moins pour envoyer des enfants à l’école. [Voir Salaires dans la “nouvelle” HaïtiArticle #1]

Dans le cadre de cette même étude, les auteurs offrent une opinion un peu plus honnête : le PIRN « a avant tout été conçu pour faciliter les investissements d’entreprises. »

Comme décrit plus haut, Sae-A et les autres manufacturiers du textile font leur entrée en Haïti pour profiter des salaires très bas, d’une exemption des frais de douane vers les États-Unis jusqu’en 2020, d’un long répit fiscal en Haïti et de la proximité au marché américain. Le PIRN s’inscrit dans une économie mondiale fondée sur l’exploitation des salaires les plus bas et « la course vers le bas ». [Voir Anti-syndicalisme, pro- « course vers le bas » – Article #2]

Est-ce que l’exploitation, les risques environnementaux potentiels et les bouleversements sociaux constituent vraiment une situation « gagnante-gagnante »?

Est-il juste de dépenser 179 millions $US de fonds publics étrangers en Haïti, au détriment potentiel des ouvriers dans d’autres pays ?

Peut-on construire une « nouvelle » Haïti sur des salaires de misère et des zones franches?

Retour à l’introduction et la vidéo


i. La section  « L’eau » repose entièrement sur l’étude de Koios et sur des citations de l’étude de Louis Berger.


Origine:  Haiti Kale Je

Lire aussi: La zone franche de Caracol met en péril le patrimoine naturel et culturel du Nord-Est


Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter


Industrial Park Threatens Precious Caracol Bay EcosystemLe parc industriel à Caracol : Une situation « gagnante-gagnante » pour tous? — 2 Comments

  1. Il est malheureux que ce projet de destruction ait été lancé sans produire de réactions immédiates de la société civile. bref, peu importe le retard des réactions, ce qu’il faut faire maintenant c’est de faire du lobbying auprès des instances internationales et nationales afin de rendre le projet moins dévastateurs. Dans ce cas, il serait intéressant de forcer le gouvernement à verser ces 54 millions de dollars pour encaisser les impacts négatifs. On sait que rendu à ce point, le projet est difficilement arrêtable. Donc, il nous revient de faire pression pour que les impacts soient amortis. Il faut utiliser tous les canaux possibles et imaginables pour arriver à sensibiliser l’opinion nationale et internationale. De mon côté, j’essaie de le faire dans les medias sociaux et de mon blog.

Leave a Reply