Common Caribbean Strategies Needed Against Climate ChangeBesoin de stratégies communes des Caraïbes contre le changement climatique

Caribbean_tourism_sm

Interview of Ramon Pichs with Patricia Grogg
IPS

English | French

Havana, Cuba – Subject to the double impact of the global economic crisis and climate change, the Caribbean island nations are in need of adaptation strategies in which international cooperation and citizen participation play key roles, says Cuban climate expert Ramón Pichs.

Pichs, who is deputy director of the Centre for the Study of the World Economy and the author of books and articles on climate change and its impact on development, warns in this interview with IPS that the environmental vulnerability of this sub-region is aggravated by the fragility of its economies.

Most Caribbean island nations depend on tourism (Credit: Jorge Luis Baños/IPS).

 

Q: What are the main environmental challenges faced by Cuba and the rest of the Caribbean region?

A: There are a number of common challenges, including a propensity for extreme events such as hurricanes, drought, water stress, pollution, loss of biodiversity and rising sea levels, which seriously endanger the lowest-lying coastal areas.

Ramón Pichs, deputy director Centre for the Study of the World Economy (Credit:Jorge Luis Baños/IPS).

We also should take into account that Caribbean island states especially are extraordinarily dependent on the large markets of industrialised countries. Generally, they are food and oil importers, and they have been very much affected by the sharp increase in prices for these strategic products.

Most of these islands make a living from tourism, with facilities that are preferably near the shore and that endure the impact of hurricanes and flooding, especially if they are in low-lying areas.

We should also mention the bleaching of coral reefs, an important Caribbean resource that is being harmed by the impact of high temperatures.

Q: In that context, what joint adaptation strategies are the most advisable?

A: A number of actions are underway. For example, capacities are being created for responding to many of these climate phenomena that tend to be increasingly intense and devastating. Cuba has given important support to national response teams, not just in the Caribbean, but also in Central and South America.

Drought, a recurrent problem in the Caribbean (Credit: Jorge Luis Baños/IPS).

We need to keep working in those areas. We should also include initiatives that are being carried out as part of the Bolivarian Alliance for the Peoples of Our America bloc (ALBA), which seek to bolster sectors like education and health, both of them strategic for sustainable social development and adaptation to climate change.

Moreover, there is a need for adaptation actions in other key areas, such as agriculture, tourism, water supply and the protection of coastlines and human settlements.

Early warning systems are very important, and Cuba’s experience in this realm can be very useful; that is, a strategy for responding to extreme events such as hurricanes, where the integration of a country’s main institutions is essential.

Q: What should be taken into account when designing these adaptation programmes?

A: There are three levels of analysis: national efforts, regional integration and international cooperation. In the first case, a lot of work and progress are needed to integrate the economic, social and environmental aspects as part of strategies for sustainable development.

Protecting biodiversity in the Caribbean, a challenge shared by the entire region (Credit: Jorge Luis Baños/IPS).

In this sense, for decision makers, it would be fundamental to chart socioeconomic and environmental scenarios in different circumstances, with the goal of using that as a basis for designing the policy options that would be most convenient according to the priorities and interests of those countries.

When I refer to scenarios, I am not talking about making predictions, but about thinking about the possible trajectories of what could happen, and depending on that, deciding to act in one direction or another.

These national efforts would necessarily have to be complemented with processes of sub-regional integration, such as the Caribbean Community, CARICOM, and regional processes, via the recently-created Community of Latin American and Caribbean States (CELAC).

Q: You mentioned international cooperation as a third element. What is its role?

A: It is a key element of strategies for responding to global environmental challenges, especially when taking into account the large gaps in equality that exist in today’s world. However, that collaboration must, in the first place, take into account the priorities and interests of sustainable development in recipient countries.

Secondly, it should be directed at creating endogenous capacities in countries that receive this cooperation; that is, when the cooperation is withdrawn, the conditions should be created for those projects to be sustainable. Lastly, the aid provided should contribute to integrating national efforts, instead of fragmenting them.

Q: What are the responsibilities of civil society and its organisations, especially in concrete projects for adapting to climate change?

A: Any project for adapting to climate change or other environmental challenges will be more successful when the communities where they are carried out have an adequate level of awareness about the problems they face. Citizen participation is fundamental in this process.

A number of elements interact in this capacity for response, including financial, technological and human resources; institutional networks; government and political will, and the presence of social organisations as active subjects in these processes.

 

Source: IPS

 

 Interview de Ramon Pichs avec Patricia Grogg
IPS

anglais | français

LA HAVANE, 5 mars (IPS) – Soumises au double impact de la crise économique mondiale et des changements climatiques, les nations insulaires des Caraïbes ont besoin de stratégies d’adaptation dans lesquelles la coopération internationale et la participation citoyenne jouent un rôle clé, déclare Ramón Pichs, un expert cubain en changement climatique.

Pichs, qui est le directeur adjoint du ‘Centre for the Study of the World Economy’ (Centre d’étude de l’économie mondiale) et l’auteur de livres et articles sur les changements climatiques et de leur impact sur le développement, prévient dans cet entretien accordé à IPS que la vulnérabilité de l’environnement de cette sous-région est aggravée par la fragilité de ses économies.

La plupart des iles des Caraïbes dépendent du tourisme (Crédit de photo: Jorge Luis Baños / IPS).

 

Q: Quels sont les principaux défis environnementaux auxquels Cuba et le reste de la région des Caraïbes sont confrontés?

R: Il y a des défis communs, notamment une propension pour des événements extrêmes tels que les ouragans, la sécheresse, le stress de l’eau, la pollution, la perte de la biodiversité et la montée des niveaux de la mer, qui compromettent sérieusement les zones côtières les plus basses.

Ramón Pichs, directeur adjoint du Centre pour l'étude de l'économie mondiale (Crédit de photo: Jorge Luis Baños / IPS).

Nous devrions également prendre en compte le fait que les Etats insulaires des Caraïbes en particulier sont extrêmement dépendants des grands marchés des pays industrialisés. Généralement, ils sont importateurs de vivres et de pétrole, et ils ont été très affectés par la forte hausse des prix de ces produits stratégiques.

La plupart de ces îles vivent de tourisme, avec des installations qui sont de préférence près de la rive et subissent l’impact des ouragans et des inondations, en particulier si elles sont dans des régions basses.

Nous devrions aussi mentionner le blanchiment des récifs coralliens, une ressource importante des Caraïbes qui est en train d’être endommagée par l’impact des températures élevées.

Q: Dans ce contexte, quelles sont les stratégies d’adaptation communes les plus recommandables?

R: Un certain nombre de mesures sont en cours. Par exemple, des capacités sont en train d’être créées pour répondre à bon nombre de ces phénomènes climatiques qui tendent à être de plus en plus intenses et dévastateurs. Cuba a apporté un soutien important aux équipes d’intervention nationale, non seulement dans les Caraïbes, mais aussi en Amérique centrale et en Amérique du sud.

La sécheresse, un problème récurrent dans les Caraïbes (Crédit de photo: Jorge Luis Baños / IPS)..

Nous avons besoin de continuer à travailler dans ces domaines. Nous devrions également inclure des initiatives qui sont en train d’être menées dans le cadre du bloc de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique, qui visent à renforcer des secteurs comme l’éducation et la santé, tous deux stratégiques pour un développement social durable et l’adaptation au changement climatique.

Par ailleurs, il existe un besoin pour des mesures d’adaptation dans d’autres domaines clé, tels que l’agriculture, le tourisme, l’approvisionnement en eau, ainsi que la protection des côtes et des établissements humains.

Des systèmes d’alerte précoce sont très importants, et l’expérience de Cuba dans ce domaine peut être très utile; c’est-à-dire une stratégie pour faire face aux événements extrêmes tels que les ouragans, dans laquelle l’intégration des principales institutions d’un pays est essentielle.

Q: Que faudrait-il prendre en compte lorsque l’on conçoit ces programmes d’adaptation?

R: Il existe trois niveaux d’analyse: les efforts nationaux, l’intégration régionale et la coopération internationale. Dans le premier cas, beaucoup de travail et de progrès sont nécessaires pour intégrer les aspects économiques, sociaux et environnementaux dans le cadre des stratégies de développement durable.

Protéger la biodiversité dans les Caraïbes, un défi partagé par toute la région (Crédit de photo: Jorge Luis Baños / IPS).

Ainsi, pour les décideurs, il serait fondamental de définir des scénarios socioéconomiques et environnementaux dans différentes circonstances, dans le but d’utiliser cela comme une base pour la conception des options de politiques qui seraient les plus convenables selon les priorités et intérêts de ces pays.

Quand je me réfère aux scénarios, je ne parle pas de faire des prédictions, mais de réfléchir sur les trajectoires possibles de ce qui pourrait se produire, et en fonction de cela, décider d’agir dans un sens ou dans l’autre.

Ces efforts nationaux devraient être nécessairement complétés par des processus d’intégration sous-régionale, tels que la Communauté des Caraïbes, CARICOM, et des processus régionaux, par l’intermédiaire de la Communauté des Etats d’Amérique latine et des Caraïbes, créée récemment.

Q: Vous avez mentionné la coopération internationale comme un troisième élément. Quel est son rôle?

R: C’est un élément clé des stratégies pour répondre aux défis environnementaux mondiaux, en particulier lorsque l’on considère les grands écarts en matière d’égalité qui existent dans le monde d’aujourd’hui. Toutefois, cette collaboration doit, en premier lieu, prendre en compte les priorités et intérêts pour un développement durable dans les pays bénéficiaires.

Deuxièmement, elle devrait être orientée vers la création de capacités endogènes dans les pays qui reçoivent cette coopération; c’est-à-dire, lorsque la coopération est retirée, des conditions devraient être créées pour que ces projets soient durables. Enfin, l’aide apportée devrait contribuer à l’intégration des efforts nationaux, au lieu de les fragmenter.

Q: Quelles sont les responsabilités de la société civile et de ses organisations, notamment dans des projets concrets d’adaptation aux changements climatiques?

R: Tout projet d’adaptation aux changements climatiques ou à d’autres défis environnementaux sera plus réussi lorsque les communautés où il est réalisé ont un niveau adéquat de prise de conscience des problèmes auxquels elles sont confrontées. La participation citoyenne est fondamentale dans ce processus.

Un certain nombre d’éléments interagissent dans cette capacité d’intervention, notamment les ressources financières, technologiques et humaines; les réseaux institutionnels, la volonté gouvernementale et politique, et la présence d’organisations sociales en tant que sujets actifs dans ces processus.

 

Origine: IPS

Leave a Reply