A Little Dictatorship to Make the Band March in Time | Une petite dictature pour améliorer la fanfare militaire

Marching_band

Editorial comment

English | French

Martelly would like a little dictatorship so that he might furnish the palace band with instruments and insert orders for new cars into pre-approved contracts for —(fill in the blank)—-. After all, he built 400 houses, a gymnasium, and several roads with his own two hands and a little cement. Do you doubt this? Martelly himself says: “I do not lie; it’s Michel Martelly who did everything.” Therefore it must be true. Suppose his excellency were to travel, say, to the Dominican Republic with marching band and motorcade. A silent band stumbling about, unable to keep the time! A towed motorcade! And the Dominicans slapping their thighs laughing. Such dishonor for Haiti! Things being as they are, if we had 600 Michel Martelly, not a single one would have a musical instrument to march with. I shudder to think of this.

Dady Chery, Editor
Haiti Chery

Martelly wants an emergency law

By Frantz Duval and Robenson Geffrard
Le Nouvelliste

Satisfied with his achievements during the first of his five years, the president believes he would have done better if he had enjoyed the benefits of an emergency law. Martelly announced that his team has started to think about this emergency law.

[An emergency law is a euphemism for dictatorship. It means the suspension of a country’s constitution due to an emergency. Emergency laws tend to become chronic. For example, Egypt had such a law during Mubarak’s 30 years. In 2010 Clinton forced an emergency law on the Haitian Parliament. His pay-to-play CIRH (Commission Interimaire pour la Reconstruction d’Haiti) got 18 months of free reign, after which everybody searched the rubble for the reconstruction funds. The law was not renewed. Undeterred, Clinton is making a new bid to extend this law via his two proxies, Lamothe and Martelly. Lamothe’s task is to promote a U.S.-written constitution for Haiti as Martelly pushes the emergency law. DC]

An emergency law for his excellency

The president is happy and satisfied with his record of one year. But the procedure for procurement has slowed him down. He says the country remains in a state of emergency.

“You do not need an emergency law like the one passed after the earthquake. We have many emergencies. This was discussed by our team. Even if they say the international community will not accept it, it has accepted it once before. We do not need to have an emergency law that allows us to create disorder, but we could have an emergency law that allows us to move quickly,”

explained Michel Martelly in a May 10, 2012 interview  with Le Nouvelliste.

The President recognized, however, that procurement is an obligation. But it is too slow. For example, the President said that it’s been six months since he ordered new instruments for the National Palace band.

“If I were a civilian, I could buy these instruments and return to Haiti with them within twenty-four hours. These are procedures that must change,” he demanded.

New Orleans Mardi Gras band. Within 24 hours, we could take all their horns and bring them to Haiti.

In addition, for contracts that were signed under the former regime during the Emergency Law, Martelly believes there are many advantages. He said the contracts allowed, without procurement, the allocation of funds to projects that previously were not necessarily in the clauses.

“The advantage offered by these contracts: if I want to build a road that costs 100 million gourdes (1 Haitian gourde is about 1/42 US dollar), I can go into the contracts and change a project to allow the construction of this road. Without competitive bidding. Whereas, today, if I want to build a road, it must pass through procurement. To begin in 2014,” said the head of state.

“The Haitian government has signed contracts, they say for more than $500 million. The first advantage I have, is that not a single dollar has been spent. Whoever started the talk about contract corruption wanted to sully the image of President Martelly. While it was President Martelly who gave permission to conduct the investigation,”

he said in a whistle blower tone.

Only $44 million were released as part of these contracts, the president acknowledged. These funds were allocated to build houses. He said they wanted to create a crisis with the issue of contract audit…

“I am very, very happy with my results.”

“I will deal first with free education, on which I conducted my campaign. Having documents now to prove that one million children go to school for free, this gives me great pleasure,”

advanced Martelly from the outset about the outcome of his first year, May 14, at the helm of the country.

The president stressed that much remains to be done, like building schools, raising the standard of education in the country. But before we got there, the head of state noted that his vision is being applied with respect to access to education. However, he acknowledged that there were still mistakes.

“Mistake? This is the first thing you do, there are schools in the program that have received nothing, there are also teachers who have received nothing. Good news: their money is there. The problem is the slowness of procedures,”

he said apologetically.

Martelly would be among the greatest in the country’s history, if during his tenure he would succeed in giving free access to education to the population.

After his first 12 months, Martelly indicates that power management is not complicated.

“In your opinion, how many people help me to achieve all this? Some friends of Haiti… I do not lie; it’s Michel Martelly who did everything. He managed with his vision to send a million children to school. If we had six hundred Michel Martelly, everything would be much easier,” he boasted.

For the first citizen of the nation, a source of complications is the fact that many people only defend their own interests.

“There are people who are happy I’ve come to power. But they see only their own interests,”

he complains, saying, he is on the side of the weak.

“Looking at the Champ de Mars, you can almost see Haiti before the earthquake,”

he congratulates himself. A way for him to draw attention to the fact that many of the internally displaced are already gone, thanks to the efforts of his administration. However, the President recognizes that the consequences of the earthquake are still there.

“Four hundred houses have already been delivered to Zorangé. Three thousand more are under construction. I repaired gymnasium Vincent without knowing with what money. USAID and other international organizations threw something into the pot, but that’s because Michel Martelly took the initiative. I built Roumain road, which was not in the government’s plans,” he enumerates.

“I built a sub-commissariat in Savane Pistache, with the support of many friends. It is the people who asked me. To avoid talk about corruption and that the President is appropriating the money, I asked the Director General of Police to give us an engineer. I asked the NIC to support us. They sent us the concrete,”

said the first representative of the nation.

Canaan, the president knows you’re there!

Good news for people living in Canaan, this camp is about to become the largest slum in the country. The president knows they’re there.

“I have a team working there. They have a good plan,”

he said. But first, the head of state wants to manage the problems of the capital. For him, Canaan is not the consequence of the earthquake, but rather a result of weak state institutions.

He said there is no state structure that can prevent the theft of land in Canaan.

“The police, justice, the state is weak. So these are consequences of our weaknesses,” he laments.

With regard to justice and rule of law, President Martelly is pleased to have made an important advance in the formation of the Constitutional Council (CSPJ). The appointment of the President of the Supreme Court is, according to Michel Martelly, a strong signal that the country is normal. This should change the lives of judges to prevent them becoming corruptible. For starters, Martelly will provide them with a car and driver.

Speaking of cars, the president complained that vehicles in his motorcade are too old.

“They’ve been there since 2002,”

he says. Even if buying more is not a priority,

“I’ll end up changing them,” he said.

A pink card for health

The latest addition from the imagination of Michel Martelly is a pink card. He will experiment with the famous pink card on 2000 people. The ideal is to reach two million people. This card will give access to health care at reduced cost. President Martelly highlights his willingness to get things done, but it requires the collaboration of all sectors of the country.

Sources: Le Nouvelliste (French) | Haiti Chery (English)

Related:
A Prefab Parliament, Prefab President, and Prefab Constitution for Occupied Haiti
Where the Devil Did the Reconstruction Money Go?

Commentaire

anglais | français

Martelly aimerait une petite dictature afin de fournir la fanfare du palais avec des instruments et d’insérer ses commandes de voitures neuves dans des contracts pré-approuvés pour — (remplir le vide) —-. Après tout, il a construit 400 maisons, un gymnase, et plusieurs routes avec ses propres mains et un peu de ciment. Doutez-vous de cela? Martelly lui-même a dit: «Je ne vous mens pas, c’est Michel Martelly qui a tout fait.” Par conséquent, ce doit être vrai. Supposons que Son Excellence voyageait, par exemple, en République Dominicaine avec fanfare et cortège. Une fanfare silencieuse trébuchant, incapable de garder le temps! Un cortège de voitures remorquées! Et les Dominicains claquant leurs cuisses en riant. Quel déshonneur pour Haïti. Les choses étant ainsi, si il y avait 600 Michel Martelly, pas un seul aurait un instrument musical pour marcher. Je frémis à cette idée.

Dady Chery, rédacteur en chef
Haïti Chery

Martelly veut une loi d’urgence

Par Frantz Duval et Robenson Geffrard
Le Nouvelliste

Satisfait de ses réalisations pendant la première année de son quinquennat, le président de la République estime qu’il aurait fait mieux s’il avait joui des largesses d’une loi d’urgence. Michel Martelly annonce que son équipe commence déjà à réfléchir sur cette loi d’urgence.

[Une loi d’urgence est un euphémisme pour dictature. Cela signifie la suspension de la constitution d’un pays en raison d’urgence. Les lois d’urgence ont tendance à devenir chronique. Par exemple, l’Egypte avait une telle loi durant les 30 ans de Moubarak. En 2010, Clinton a forcé une loi d’urgence sur le Parlement haïtien. Sa Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti a eu 18 mois de liberté, et après, tout le monde cherchait les décombres pour les fonds de reconstruction. La loi n’a pas été renouvelée. Sans se décourager, Clinton essaie encore d’étendre cette loi en utilisant Lamothe et Martelly. La tâche de Lamothe est de promouvoir une constitution écrite par les États-Unis pour Haïti pendant que Martelly pousse la loi d’urgence. DC]

Une loi d’urgence pour son Excellence.

Le président de la République est content et satisfait de son bilan d’une année. Mais, la procédure de passation de marché ralentit son envol. Selon lui, le pays est toujours en urgence.

« On n’a pas besoin d’avoir une loi d’urgence comme celle votée après le tremblement de terre. Nous avons beaucoup d’urgences. Cela a été évoqué au niveau de notre équipe. Même si on dit que la communauté internationale ne l’acceptera pas. Elle l’a déjà accepté une fois. On n’est pas obligé d’avoir une loi d’urgence qui nous permet de faire du désordre, mais on peut avoir une loi d’urgence qui nous permet d’aller vite »,

explique Michel Martelly dans une interview accordée, jeudi dernier, au Nouvelliste.

Le président reconnaît, en revanche, que la passation de marché est une obligation. Mais elle est trop lente. A titre d’exemple, le président rappelle que cela fait six mois qu’il a ordonné d’acheter de nouveaux instruments pour la fanfare du palais national.

« Si j’étais un simple civil, je pourrais en vingt-quatre heures acheter ces instruments et revenir au pays avec. Ce sont ces procédures qu’il faut changer », réclame-t-il.

Fanfare de Mardi Gras en Nouvelle-Orléans. En 24 heures, nous pourrions prendre toutes leurs trompettes et trombones et les amener en Haïti.

En outre, concernant les contrats qui ont été signés sous l’ancien régime pendant la période de la loi d’urgence, Michel Martelly estime qu’ils présentent bon nombre d’avantages. Selon lui, les contrats permettent sans passation de marché d’allouer des fonds à des projets qui, préalablement, n’étaient pas forcément dans les clauses.

« L’avantage qu’offrent ces contrats, si je veux construire une route qui coûte 100 millions de gourdes, je peux aller dans les contrats et changer un projet en faveur de la construction de cette route. Sans appel d’offres. Alors qu’aujourd’hui si je veux construire une route, il faut passer par les passations de marché. Pour la commencer en 2014 », explique le chef de l’Etat.

« L’Etat haïtien a signé des contrats, on dit pour plus de cinq cent millions de dollars. Le premier avantage que j’ai, on n’a pas encore dépensé un dollar. Celui qui a lancé l’affaire contrat-corruption a voulu salir l’image du président Martelly. Alors que c’est le président Martelly qui a donné l’autorisation pour mener les investigations »,

révèle-t-il sur un ton dénonciateur.

Il n’y a que 44 millions de dollars qui ont été débloqués dans le cadre de ces contrats, reconnaît le président. Ces fonds sont alloués à la construction de maisons. Selon lui, on a voulu créer une crise avec cette question de contrat audit…

« Je suis très, très content de mon bilan »

« Je vais vous parler d’abord de l’éducation gratuite sur quoi j’avais mené ma campagne. Le fait d’avoir aujourd’hui des documents prouvant qu’un million d’enfants vont à l’école gratuitement, cela me fait grand plaisir »,

avance d’entrée de jeu le président Martelly sur le bilan de sa première année, ce 14 mai à la tête du pays.

Le président a souligné qu’il reste encore beaucoup à faire dans ce domaine, comme la construction d’écoles, relever le niveau de l’éducation dans le pays. Mais avant d’en arriver là, le chef de l’Etat estime que sa vision est en train d’être appliqué en ce qui a trait à l’accès à l’éducation. En revanche, il reconnaît qu’il y a eu des erreurs quand même.

« Erreur ? C’est la première qu’on le fait, il y a des écoles faisant partie du programme qui n’ont rien reçu, il y a aussi des professeurs qui n’ont rien reçu. Une bonne nouvelle: leur argent est disponible. Le problème, c’est la lenteur des procédures »,

souligne-t-il en guise d’excuse.

Michel Martelly se verrait parmi les plus grands dans l’histoire du pays, si pendant son mandat il arriverait à donner l’accès à l’éducation gratuitement à la population.

Après ses premiers 12 mois, Michel Martelly indique que la gestion du pouvoir n’est pas compliquée. « Selon vous, combien de gens m’aident à réaliser tout ceci ? Quelques amis d’Haïti… Je ne vous mens pas, c’est Michel Martelly qui a tout fait. Il a réussi à envoyer à l’école un million d’enfants avec sa vision. Si on avait six cent Michel Martelly, tout serait beaucoup plus facile », s’enorgueillit-il.

Pour le premier citoyen de la nation, ce qui est compliqué, c’est le fait que beaucoup de gens ne défendent que leurs intérêts personnels.

« Il y a des gens qui sont contents que je sois arrivé au pouvoir. Mais ils ne voient que leurs intérêts »,

dénonce-t-il, soulignant que lui, il est du côté des plus faibles.

« En regardant le Champ de Mars, on peut presque voir l’Haïti d’avant le tremblement de terre », se félicite-t-il. Une façon pour lui d’attirer l’attention sur le fait qu’une bonne partie des sinistrés sont déjà partis grâce aux efforts de son administration. Cependant, le président reconnaît que les séquelles du séisme sont encore là.

« Quatre cent maisons ont été déjà remises à Zorangé. Trois mille autres sont en construction. J’ai réparé le gymnasium Vincent sans savoir avec quel argent. La USAID et d’autres organisations internationales se sont mêlées de la partie, mais c’est parce que Michel Martelly avait pris l’initiative. J’ai construit la route de la ruelle Romain qui n’était pas dans le plan de l’Etat », énumère-t-il.

« J’ai construit un sous-commissariat à Savane Pistache, avec le support de beaucoup d’amis. C’est la population qui me l’avait demandé. Pour éviter qu’on parle de corruption et que le président gère de l’argent, j’ai demandé au directeur général de la police de nous donner un ingénieur. J’ai demandé à la CINA de nous supporter. Elle nous a envoyé du béton »,

poursuit le premier mandataire de la nation.

Canaan, le président sait que vous êtes là !

Bonne nouvelle pour les gens qui habitent Canaan, ce camp qui est sur le point de devenir le plus grand bidonville du pays. Le président sait qu’ils sont là.

« J’ai une équipe qui y travaille. Elle a un bon plan »,

dit-il. Mais avant, le chef de l’Etat veut gérer les problèmes de la capitale. Pour lui, Canaan n’est pas la conséquence du tremblement de terre, mais plutôt une résultante de la faiblesse des institutions de l’Etat.

Selon lui, il n’existe aucune structure étatique pouvant empêcher la spoliation des terres à Canaan.

« La police, la justice, l’Etat sont faibles. Donc, se sont les conséquences de nos faiblesses », regrette-t-il.

Côté justice et Etat de droit, le président Martelly se félicite d’avoir fait une avancée importante dans la formation du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ). La nomination du président de la Cour de cassation est, selon Michel Martelly, un signal fort que le pays est normal. Il promet de changer les conditions de vie des juges pour éviter qu’ils deviennent corruptibles. Pour commencer, Michel Martelly va mettre à leur disposition une voiture et un chauffeur.

Parlant des voitures neuves, le président se plaint du fait que les véhicules de son cortège sont trop usagés.

« Ils sont là depuis 2002 »,

indique-t-il. Même si en acheter d’autres, selon lui, n’est pas une priorité,

« mais je vais finir par les changer », dit-il.

Une carte rose pour la santé

Le dernier-né de l’imagination de Michel Martelly, c’est cette carte rose. Il va expérimenter cette fameuse carte rose sur 2 000 personnes. L’idéal, c’est d’arriver à deux millions de gens. Cette carte donnera l’accès à des soins de santé à un coût réduit. Le président Martelly met en avant sa bonne volonté de faire avancer les choses, mais il réclame la collaboration de tous les secteurs du pays.

Origine: Le Nouvelliste

Lisez aussi:
Mais où diable est passé l’argent de la reconstruction?

Leave a Reply