Government Postpones School Year One Month | Le pouvoir repousse la rentrée scolaire au 1er octobre

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Editorial note

English | French

The Haitian government spent US $2,100,000 on its March carnival, $1,500,000 on its July carnival (anniversary of the start of the first US occupation of Haiti) and $140,000 on the participation of pseudo-Haitians, most of whom were born abroad, in the Olympic games. DC

School year postponed from September 3 to October 1

By Staff (spp)
Radio Kiskeya

Prime Minister Laurent Lamothe explained that in deciding to waive the September 3 start date, originally scheduled, the government addresses the concerns of the population, which is experiencing serious economic problems.

Prime Minister Laurent Lamothe said Friday, during a working session in the Parliament, that the new school year originally set to start on September 3 would be postponed until October 1 because of economic difficulties facing the population.

Appearing together with Minister of Finance Marie Carmelle Jean-Marie, and Minister of Planning Josefa Gauthier before the Committee on Economics, Finance and Budget of the Chamber of Deputies, as part of the analysis of the proposed 2012-2013 budget, the head of government said that the decision meets the concerns of the general population and gives parents a better opportunity to send their children to school.

“We pushed the school year forward by three weeks to allow the public to prepare,”

said Lamothe while promising the creation, in the coming days, of tens of thousands of jobs through work intensive labor to be taken up by the ministries of Public Works, Agriculture and the Metropolitan Solid Waste Collection Service (SMCRS).

The Ministry of Education for its part, in a communique, emphasized that the decision to delay the start of  academic year 2012-2013 was taken

“after numerous requests from the government.”

A new school year calendar has been developed, and educators are asked to arrange compliance with the new date of October 1.

As of Friday August 3, the various players in the area of education, especially school principals and teachers’ unions, had not yet responded to the Martelly/Lamothe government’s decision, which could have serious consequences.

École en Haiti (School in Haiti), By Gerard Fortuné.

Postponement of new school year 2012-2013, unilateral, ad hoc and inappropriate?

By Stephen Ralph Henry (KFT, RC)
AlterPresse

Port-au-Prince, Haiti, August 7, 2012 – Parents and representatives of teachers’ organizations criticized the school year 2012-2013 postponement and accompanying program announced by the administration of Prime Minister Laurent Salvador Lamothe, during a series of interviews with AlterPresse.

The new school year 2012-2013, originally scheduled to start on September 3, 2012 by the National Ministry of Education and Vocational Training (MENFP) of the Lamothe government, was postponed until October 1, according to an announcement by Lamothe at a meeting with the Economic Committee of the Chamber of Deputies on Friday, August 3, 2012.

This is a decision that should have be taken in consultation with others who have a  stake in the system.

“The government is not the only one involved.”

reproached Josue Merilien, the coordinator of the National Union of Post-Secondary Haitian Teachers (UNNOH).

The Union of Progressive Haitian Parents (UPEPH) regretted the fact that it had not been consulted by the authorities as part of this process.

This date change for the 2012-2013 school year, will have “impacts” on the entire education system said the Secretary General of the National Confederation of Haitian Educators (CNEH), for her part.

“This will change nothing in terms of organization, because the ministry made the same decision last year [Editor’s note: August 19, 2011 / / http://www.alterpresse.org/spip.php …], and it changed nothing, “

said CNEH Secretary General Lourdes Edith Joseph Delouis.

“(…) On the contrary, this will make things worse. All the countries in the region have between 190 to 200 days [academic school activities, Central America and Caribbean], whereas the Haitian government is now reducing the number of days of classes,”

deplored Antonal Mortime, the Executive Secretary of the Platform of Haitian Organizations for Human Rights (POHDH).

The same decision, also taken last year, forced parents to pay for the month of September 2011, although their children started school in October 2011, added Leo Litholu, Secretary General of the UPEPH.

From Lamothe’s government side, a sum of 600 million gourdes (US $ 14 million) is being made available by the Department of Planning, for the benefit of Ministry of Agriculture, the Ministry of Public Works, and the Metropolitan Solid Waste Collection Service (SMCRS), with the “declared” aim of  job creation with regard to school year 2012-2013.

According to Prime Minister Laurent Lamothe, this package should be used to establish three labor-intensive programs nationally, to assist parents during the school year.

However, these programs generate real skepticism.

“I cannot say that these three plans will be enough, even if they will create direct and indirect jobs. The problem is the timing for getting them done.”

doubted Lourdes Edith Joseph Delouis, who stressed that such provisions should have been implemented since June 2012.

For Leo Litholu, these are programs that “will not land anywhere.”

“We cannot solve problems of education and unemployment through projects decided in a hurry”

indicated the POHDH Executive Secretary.

Antonal Mortimé, who sees no sense in the postponement of the academic school year 2012-2013, wonders why the government did not postpone the Carnival of Flowers (29, 30,31 July 2012), or the distribution motorcycles organized by the president in December 2011.

While the government says to postpone the school year 2012-2013, to give time to parents,

“Some parents are just waiting for the return of classes to take up activities that will enable them to send their children to school,”

argues Lourdes Edith Joseph Delouis.

Despite this postponement, some children will not return to school until November 2012, warned the General Secretariat of CNEH.

The UNNOH, CNEH and POHDH invite the Executive to focus instead on the underlying problems, by publishing the law on school fees passed by Parliament since September 2009.

These organizations and groups call for a launch of permanent-job generating projects such as the construction of school buildings and teacher training, together with an upward revision of the pay scale for teachers, regularization of the appointments of educators — who work for more than two years in the system without an official letter of appointment — and the payment of salary arrears to instructors.

Source: Radio Kiskeya (French) | AlterPresse (French) | Haiti Chery | Painting by Gerard Fortuné
Commentaire

anglais | francais

Le gouvernement haitien vient de dépenser  $2.100.000 EEUU pour son carnaval de mars, $1.500.000 pour son carnaval de juillet (l’anniversaire du début de la première occupation américaine) et $140.000 pour la participation aux jeux olympiques des pseudo-haitiens, la plupart desquels étaient nés a l’étranger. DC

Le pouvoir repousse la rentrée scolaire au 1er octobre

Par le personnel (spp)
Radio Kiskeya

Le Premier Ministre Laurent Lamothe explique qu’en décidant de renoncer à la date du 3 septembre initialement retenue, le gouvernement répond aux préoccupations de la population en proie à de sérieux problèmes économiques.

Le Premier Ministre Laurent Lamothe a annoncé vendredi, lors d’une séance de travail au Parlement, le report au 1er octobre de la rentrée des classes initialement fixée au 3 septembre à cause des difficultés économiques auxquelles fait face la population.

Intervenant en compagnie des ministres des finances, Marie Carmelle Jean-Marie, et de la planification, Josefa Gauthier, devant la commission économie, finances et budget de la Chambre des Députés, dans le cadre de l’analyse du projet de budget 2012-2013, le chef du gouvernement a estimé que cette décision rencontre les préoccupations de l’ensemble de la population et donnera aux parents de meilleures possibilités d’envoyer leurs enfants à l’école.

« Nous avons repoussé la rentrée scolaire de trois semaines afin de permettre à la population de se préparer »,

a déclaré Lamothe en promettant la création, dans les prochains jours, de plusieurs dizaines de milliers d’emplois à travers des travaux à haute intensité de main-d’œuvre qu’auront à entreprendre les ministères des travaux publics, de l’agriculture et le service métropolitain de collecte des résidus solides (SMCRS).

Pour sa part, dans un communiqué, le ministère de l’éducation nationale souligne que la décision de différer le début de l’année académique 2012-2013 a été prise

« suite à de nombreuses demandes formulées auprès du gouvernement ».

Un nouveau calendrier scolaire a été élaboré et il est demandé aux agents éducatifs de prendre les dispositions nécessaires au respect de la nouvelle date du 1er octobre.

Les différents acteurs du monde de l’éducation, notamment les directeurs d’écoles et les syndicats d’enseignants, n’avaient pas encore réagi vendredi à cette décision du gouvernement Martelly/Lamothe qui risque d’être lourde de conséquences.

École en Haiti (School in Haiti), Par Gerard Fortuné.

Le report de la rentrée des classes 2012-2013, décision unilatérale, improvisée et inappropriée?

Par Stephen Ralph Henri (KFT, RC)
AlterPresse

Port-au-Prince, Haiti, 7 août 2012 — Des responsables d’associations d’enseignantes et d’enseignants ainsi que de parentes et parents critiquent le report de la rentrée scolaire 2012-2013, annoncé par l’administration du premier ministre Laurent Salvador Lamothe, ainsi que les programmes prévus par celle-ci, au cours d’une série d’entretiens accordés à AlterPresse.

Initialement prévue le 3 septembre 2012, par le ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp) du même gouvernement Lamothe, la rentrée scolaire 2012=2013 est renvoyée au 1er octobre, selon une décision annoncée par Lamothe dans une rencontre avec la commission économique de la chambre des députés le vendredi 3 août 2012.

C’est une décision, qui devrait être prise en concertation avec les autres acteurs du système,

« l’État n’y est pas seul »,

reproche Josué Mérilien, coordonnateur de l’union nationale des normaliennes et normaliens haïtiens (Unnoh).

L’union de parents d’élèves progressistes haïtiens (Upeph) regrette le fait qu’elle n’a pas été contactée par les autorités, dans le cadre de cette démarche.

Ce changement de date, pour la rentrée scolaire 2012-2013, aura « des incidences » sur tout le système éducatif, estime, pour sa part, le secrétariat général de la confédération nationale des éducatrices et des éducateurs haïtiens (Cneh).

« Cela ne va rien changer du piont de vue de l’organisation, parce que le ministère avait pris la même décision l’année dernière [Ndlr : le 19 août 2011 // http://www.alterpresse.org/spip.php…], et cela n’avait rien changé »,

déclare Lourdes Édith Joseph Délouis, la secrétaire générale de la Cneh.

« (…) Au contraire, cela va aggraver les choses. Tous les pays de la région ont entre 190 à 200 jours (d’activités scolaires académiques), alors que l’État haïtien est en train de réduire le nombre de jours de classes »,

déplore Antonal Mortimé, le secrétaire exécutif de la plateforme des organisations haïtiennes de défense des droits humains (Pohdh).

La même décision, également prise l’an dernier, avait obligé les parents à payer le mois de septembre 2011, alors que leurs enfants n’avaient été à l’école qu’en octobre 2011, ajoute Léo Litholu, secrétaire général de l’Upeph.

Du côté du gouvernement Lamothe, un montant de 600 millions de gourdes (US $ 1.00 = 43.00 gourdes ; 1 euro = 58.00 gourdes aujourd’hui) est rendu disponible par le ministère de la planification au profit des ministères de l’agriculture et des travaux publics ainsi que du service métropolitain de collectes des résidus solides (Smcrs), dans une perspective « déclarée » de création d’emplois en relation avec la prochaine rentrée scolaire 2012-2013.

Cette enveloppe devrait servir à la mise sur pied de trois programmes à haute intensité de main-d’œuvre à l’échelle nationale, afin d’aider les parents au moment de la rentrée, selon ce que fait savoir le premier ministre Laurent Lamothe.

Toutefois, ces programmes suscitent un réel scepticisme.

« Je ne peux pas dire que ces trois plans vont suffire, même s’ils vont créer des emplois directs et indirects. Le problème, c’est le moment choisi pour les réaliser »,

doute Lourdes Édith Joseph Délouis, soulignant qu’une telle disposition devrait être mise en place depuis le mois de juin 2012.

Pour Léo Litholu, ce sont des programmes qui « n’atterriront pas ».

« On ne peut pas résoudre les problèmes, liés à l’éducation et au chômage, à travers des projets décidés à la va-vite »,

signale le secrétariat exécutif de la Pohdh.

Antonal Mortimé, qui ne voit pas non plus le sens du renvoi de la rentrée scolaire académique 2012-2013, se demande pourquoi le gouvernement n’avait pas renvoyé le carnaval des fleurs (29, 30,31 juillet 2012), ou encore la distribution de motocyclettes que la présidence avait organisée en décembre 2011 ?

Pendant que le gouvernement affirme reporter la rentrée scolaire 2012-2013, pour donner du temps aux parents,

« certains parents n’attendent que la rentrée pour entreprendre des activités qui pourront leur permettre d’envoyer leurs enfants à l’école »,

relève Lourdes Édith Joseph Délouis.

En dépit de ce renvoi, certains enfants ne pourront reprendre le chemin de l’école qu’au mois de novembre 2012, avertit le secrétariat général de la Cneh.

L’Unnoh, la Cneh et la Pohdh invitent la présidence à plutôt se concentrer sur les problèmes profonds, en publiant la loi sur les frais scolaires, votée par le parlement depuis le mois de septembre 2009.

Ces organisations et regroupements demandent le lancement de chantiers, susceptibles de générer des emplois permanents, la construction d’écoles publiques, la formation d’enseignantes et d’enseignants qualifiés, une révision à la hausse de la grille salariale des enseignantes et des enseignants, la nomination régulière des éducatrices et éducateurs – qui travaillent depuis plus de 2 ans dans le système sans une lettre de nomination officielle – et le paiement des arriérés de traitements des professeures et professeurs.

Sources: Radio Kiskeya | AlterPresse | Tableau par Gerard Fortuné

Leave a Reply