Disaster Capitalism Brazilian Style in HaitiL’OAS laisse, colère et indignation restent!

oas_leaves

 

Grand’Anse – National Road No. 7

OAS Ltd goes, anger and outrage stay!

By Yvon Janvier
Le Matin

English | French

Translated from the French by Dady Chery, Haiti Chery

For over a week, anger mounts in Grand’Anse residents. The cause: Brazilian company Construtora OAS Ltd, charged with the construction of Lot 2, Carrefour-Zaboka / Jeremie of National Road No. 7, took off leaving the work far from complete. To quell more and more persistent rumors of a protest, which nevertheless took place the following day, local authorities scrambled to meet with officials from the company to take stock of the situation.

On the afternoon of Monday, August 6, Grand’Anse authorities met with OAS Ltd officials after the unilateral decision by this company to break the contract binding it to the Haitian government for the rehabilitation of an approximately 69-km (43 miles) road linking Jeremie to Carrefour Zaboka, farther south in the country. This meeting included Jeremie Mayor Ronald Etienne, Departmental Delegate Norman Wiener, Government Commissioner Mr. Antoine Rosny St. Louis [Recall that all elected municipal government officials have been dismissed and replaced by presidental appointees. DC], and for OAS Ltd, Guillermo Cocco and Savio Souza.

The latter, evidently, have no communications office. And so it was the initiative of the local authorities that allowed them to confirm the rumor. Construtora OAS Ltd evidently unilaterally stopped ongoing work on National Road No. 7 and abruptly cut short its contract with Haitian and international donors: specifically Canadian International Development Agency (CIDA) and the Interamerican Development Bank (IDB). When the project manager of the Canadian agency was contacted the same day by Le Matin about the position of its institution on the issue, she said she did not yet have one.

OAS Ltd will justify its decision

According to what was reported in the local press, this sudden about-face by OAS Ltd was due to two major reasons cited by company officials. The first relates to a problem of expropriations that should have been done under the previous government before starting the work. However, before this condition was fully satisfied, OAS Ltd was as eager to capture the contract as a greedy child brought to a cake. Due to compensation for damages in multiple expropriations, OAS Ltd believes now, as a private for-profit, with such a contract, and this is the second reason given, the institution recorded more losses than profits.

However, Mr. Cocco and Souza wanted to reassure that nearly 65% ​​of work was already completed on the 69 km of road in the charge of OAS Ltd. But this does not seem obvious to many Grand’Anse residents interviewed by the newspaper, who believe that the majority of the work is yet to be done, especially in dangerous areas like Corbera, Plaine Matin, without omitting the bridge on Glace River, which continues to claim lives every rainy season.

Still, the OAS Ltd representatives, whose work was supervised by the TPTC, justified the company’s actions by saying it has received money only for work done. So for the remaining 22 km — this is yet to be confirmed by the Haitian state — the OAS had previously, according to a clause in the contract, posted a bond (in this case, a sum of money), held by the State, to deal with any eventuality. The question remains, according to some observers, if this amount, whose value has not been expressed, can cover the losses to Haiti due to OAS’ decision.

In addition, the company will pay in full its liabilities to its employees, including all statutory benefits, added its representatives, especially to reassure the local workforce that will be unemployed, along with the expatriates who will be terminated, they said. But some of the employees contacted by Le Matin brought up the rudeness, irresponsibility and mismanagement of the company that let them go without notice on Monday, July 30, as they prepared to begin work.

At a briefing given by local authorities (the icing on the cake abandoned by OAS Ltd), a press note was read by the Departmental Delegate and signed by TPTC Minister Jacques Rousseau. Through this note, the population of the great South was informed of the unilateral decision by OAS Ltd to terminate the contract binding it to the Haitian state. In this paper, the minister assured that all measures will be taken by the government to continue promptly the work on National Road No. 7, especially as funding remains available.

Will there be enough there — observers are still wondering — to appease a population unfortunately trained always to take to the streets to see that its needs are met by state officials?

Will this initiative of the political and judicial authorities to meet the Construtora OAS Ltd to clarify the issue contain the growing anger of Grand’Anse residents?

This is the hope of both the Mayor, the Deputy Commissioner and county government, which have struggled to invite the population to remain calm. Anyway, as announced, on Tuesday, Aug. 7, Jeremie residents were in the streets to express their displeasure and outrage, without violence. They denounced the complicity of some authorities with OAS Ltd while demanding that the state be firmer on the issue and resume the work as soon as possible.

This work, initiated since September 3, 2009, was funded to the tune of US $95 million from CIDA and IDB, which were also responsible for managing the funds. Rehabilitation of the Cayes-Jeremie road is divided into two sections. on one hand, Camp-Perrin-Carrefour Zaboka is handled by the National Council of Equipment (Conseil National des Équipements, CNE). On the other hand, Carrefour Zaboka-Jeremie handled by OAS Ltd, based in Brazil. The company originally scheduled completion of its assignments for the end of 2011, then announced an extension until June 2012, and finally to August 2013, before suddenly opting to break its contract.

 

jyvon21@gmail.com

Source: Le Matin

Related
Charlemagne Peralte: Haitian Hero, ‘Supreme Bandit’ of First US Occupation
– Haiti’s Elected Mayors Dismissed, Illegally Replaced by Presidential Appointees

 

Grand’Anse – Route Nationale No 7

L’OAS laisse, colère et indignation restent!

Par Yvon Janvier
Le Matin

anglais | francais

Depuis plus d’une semaine, la colère des grand’anselais gronde. La cause, la compagnie brésilienne, Construtora OAS Ltd, chargée de la construction du lot 2, Carrefour-Zaboka/ Jérémie, de la route nationale No 7, s’en va en laissant des travaux, et pas des moindres, inachevés. Prévenant la rumeur de plus en plus persistante d’une manifestation de protestation, qui a quand même eu lieu le lendemain, les autorités locales se sont empressées de rencontrer les responsables de la compagnie pour faire le point.

C’est dans l’après-midi du lundi 6 août que les autorités grand’anselaises ont rencontré les responsables de l’OAS, après la décision unilatérale de ladite compagnie de rompre le contrat qui la lie à l’État haïtien pour la réhabilitation d’environ 69 kms de route reliant Jérémie à Carrefour Zaboka, plus au sud du pays. A cette rencontre se sont retrouvés, entre autres, le maire de Jérémie, Ronald Etienne, le délégué départemental, Norman Wiener, le Commissaire du Gouvernement, Me Antoine Rosny Saint-Louis, et pour l’OAS, Guillermo Cocco et Savio Souza.

Ces derniers, de toute évidence, ne disposent pas d’une cellule de communication. C’est l’opportunité de cette démarche des autorités locales qui a permis de confirmer la rumeur. L’OAS, a effectivement, cessé de manière unilatérale, les travaux en cours sur la route nationale no 7 et mis brusquement un terme au contrat le liant à l’état haïtien et aux bailleurs de fonds internationaux en particulier, l’Agence canadienne de développement international, l’ACDI et la BID. La responsable de projet de l’agence canadienne contactée le même jour par le journal pour s’enquérir de la position de son institution sur la question, a souligné qu’elle n’avait pas encore de réaction.

L’OAS justifie sa décision

Selon ce qu’ont rapporté les autorités locales à la presse, cette volte-face soudaine de l’OAS découlerait de deux raisons majeures évoquées par les représentants de la compagnie. La première serait liée à un problème d’expropriations qui auraient dû être effectuées sous le précédent gouvernement avant le démarrage des travaux. Or, avant que cette condition ne fût entièrement satisfaite, l’OAS s’était empressée de s’approprier le contrat [sic], tel un enfant trop gourmand mis en présence d’un gâteau. De dédommagements en dédommagements pour expropriations multiples, l’OAS estime maintenant, en tant qu’entreprise privée à but lucratif, avec un tel contrat, et c’est la deuxième raison évoquée, l’institution a enregistré plus de pertes que de profits.

Toutefois, ont voulu rassurer MM Cocco et Souza, sur les 69 kms de route à la charge de l’OAS, près de 65% des travaux ont été déjà effectués. Mais cela ne semble pas évident pour bon nombre de Grand’anselais qui, interrogés par le journal, estiment que le gros du travail reste encore à faire, notamment dans des zones dangereuses comme Corbera, plaine Matin, sans omettre le pont à jeter sur la rivière Glace qui continue de faire des victimes à chaque saison pluvieuse.

N’empêche, se sont justifiés les représentants de l’OAS, dont les travaux étaient supervisés par les TPTC, que l’entreprise n’a reçu de l’argent que pour les travaux réalisés. Donc, pour les 22 kms restants – ce qui reste encore à être confirmé par l’État haïtien – l’OAS avait préalablement, selon une clause du contrat, déposé une caution (en l’espèce, une somme d’argent), détenue par l’État, en vue de parer à toute éventualité. Reste à savoir, selon certains observateurs, si ce montant, dont la valeur n’a pas été exprimée, pourra couvrir les préjudices que subira l’État haïtien suite à la décision de l’OAS.

Par ailleurs, l’entreprise s’acquittera en intégralité de ses dettes envers ses employés, incluant toutes les prestations légales, ont ajouté ses représentants, pour rassurer notamment la main d’œuvre locale qui va se retrouver au chômage, en même temps que les expatriés seront révoqués, ont-ils souligné. Mais certains des employés, contactés par le Matin, évoquent l’inélégance, l’irresponsabilité et la mauvaise gestion de l’entreprise qui les a remerciés sans préavis, depuis le lundi 30 juillet, alors qu’ils se préparaient à se mettre au travail.

A ce point de presse donné par les autorités locales, la cerise sur le gâteau délaissé par l’OAS, est la note de presse lue par le délégué départemental et signé du ministre des TPTC, Jacques Rousseau. La population du grand Sud à travers cette note est informée de la décision unilatérale de l’OAS de mettre fin au contrat qui le liait à l’État haïtien. Dans cette communication, le ministre a assuré que toutes les dispositions seront prises par le gouvernement en vue de la poursuite des travaux, à bref délai, sur la route nationale no 7, d’autant que le financement demeure disponible.

Cela suffira-t-il, se demandent encore des observateurs, pour apaiser une population malheureusement éduquée à toujours manifester dans les rues pour voir ses besoins satisfaits par les responsables d’État ? Cette initiative des autorités politiques et judiciaires de rencontrer l’entreprise OAS, ltda pour faire lumière sur la question arrivera-t-elle à contenir la colère croissante des grand’anselais ? C’est le vœu tant du maire, du délégué départemental et du Commissaire du gouvernement qui se sont démenés pour inviter la population au calme. En tout cas, comme annoncé, le mardi 7 août, les jérémiens étaient dans les rues pour exprimer sans violence leur mécontentement et leur indignation. Tout en dénonçant la complicité de certaines autorités avec l’OAS, ils exigent que l’État soit plus ferme sur la question et reprenne les travaux le plus vite possible.

Ces travaux, lancés depuis le 3 septembre 2009, ont été financés à hauteur de 95 millions de dollars américains par l’Agence Canadienne de Développement International (ACDI) et par la Banque Interaméricaine de Développement (BID), chargée également de la gestion des fonds. Les travaux de réhabilitation de la route Jérémie-Cayes sont divisés en deux tranches : Camp-Perrin-Carrefour Zaboka, est assuré par le Conseil National des Équipements (CNE) d’une part. D’autre part, Carrefour Zaboka-Jérémie était assuré par l’OAS Ltda, basée au Brésil. Cette institution avait prévu initialement la remise des travaux pour la fin de 2011, puis avait annoncé une extension jusqu’au mois de juin 2012 et finalement en août 2013, avant de décider subitement de rompre son contrat.

 

jyvon21@gmail.com

Source: Le Matin

 

 

Grand’Anse – Route Nationale No 7

L’OAS laisse, colère et indignation restent!

Par Yvon Janvier
Le Matin

Depuis plus d’une semaine, la colère des grand’anselais gronde. La cause, la compagnie brésilienne, OAS Ltd, chargée de la construction du lot 2, Carrefour-Zaboka/ Jérémie, de la route nationale No 7, s’en va en laissant des travaux, et pas des moindres, inachevés. Prévenant la rumeur de plus en plus persistante d’une manifestation de protestation, qui a quand même eu lieu le lendemain, les autorités locales se sont empressées de rencontrer les responsables de la compagnie pour faire le point.

C’est dans l’après-midi du lundi 6 août que les autorités grand’anselaises ont rencontré les responsables de l’OAS, après la décision unilatérale de ladite compagnie de rompre le contrat qui la lie à l’État haïtien pour la réhabilitation d’environ 69 kms de route reliant Jérémie à Carrefour Zaboka, plus au sud du pays. A cette rencontre se sont retrouvés, entre autres, le maire de Jérémie, Ronald Etienne, le délégué départemental, Norman Wiener, le Commissaire du Gouvernement, Me Antoine Rosny Saint-Louis, et pour l’OAS, Guillermo Cocco et Savio Souza.

Ces derniers, de toute évidence, ne disposent pas d’une cellule de communication. C’est l’opportunité de cette démarche des autorités locales qui a permis de confirmer la rumeur. L’OAS, a effectivement, cessé de manière unilatérale, les travaux en cours sur la route nationale no 7 et mis brusquement un terme au contrat le liant à l’état haïtien et aux bailleurs de fonds internationaux en particulier, l’Agence canadienne de développement international, l’ACDI et la BID. La responsable de projet de l’agence canadienne contactée le même jour par le journal pour s’enquérir de la position de son institution sur la question, a souligné qu’elle n’avait pas encore de réaction.

L’OAS justifie sa décision

Selon ce qu’ont rapporté les autorités locales à la presse, cette volte-face soudaine de l’OAS découlerait de deux raisons majeures évoquées par les représentants de la compagnie. La première serait liée à un problème d’expropriations qui auraient dû être effectuées sous le précédent gouvernement avant le démarrage des travaux. Or, avant que cette condition ne fût entièrement satisfaite, l’OAS s’était empressée de s’approprier le contrat [sic], tel un enfant trop gourmand mis en présence d’un gâteau. De dédommagements en dédommagements pour expropriations multiples, l’OAS estime maintenant, en tant qu’entreprise privée à but lucratif, avec un tel contrat, et c’est la deuxième raison évoquée, l’institution a enregistré plus de pertes que de profits.

Toutefois, ont voulu rassurer MM Cocco et Souza, sur les 69 kms de route à la charge de l’OAS, près de 65% des travaux ont été déjà effectués. Mais cela ne semble pas évident pour bon nombre de Grand’anselais qui, interrogés par le journal, estiment que le gros du travail reste encore à faire, notamment dans des zones dangereuses comme Corbera, plaine Matin, sans omettre le pont à jeter sur la rivière Glace qui continue de faire des victimes à chaque saison pluvieuse.

N’empêche, se sont justifiés les représentants de l’OAS, dont les travaux étaient supervisés par les TPTC, que l’entreprise n’a reçu de l’argent que pour les travaux réalisés. Donc, pour les 22 kms restants- ce qui reste encore à être confirmé par l’État haïtien – l’OAS avait préalablement, selon une clause du contrat, déposé une caution (en l’espèce, une somme d’argent), détenue par l’État, en vue de parer à toute éventualité. Reste à savoir, selon certains observateurs, si ce montant, dont la valeur n’a pas été exprimée, pourra couvrir les préjudices que subira l’État haïtien suite à la décision de l’OAS.

Par ailleurs, l’entreprise s’acquittera en intégralité de ses dettes envers ses employés, incluant toutes les prestations légales, ont ajouté ses représentants, pour rassurer notamment la main d’œuvre locale qui va se retrouver au chômage, en même temps que les expatriés seront révoqués, ont-ils souligné. Mais certains des employés, contactés par le Matin, évoquent l’inélégance, l’irresponsabilité et la mauvaise gestion de l’entreprise qui les a remerciés sans préavis, depuis le lundi 30 juillet, alors qu’ils se préparaient à se mettre au travail.

A ce point de presse donné par les autorités locales, la cerise sur le gâteau délaissé par l’OAS, est la note de presse lue par le délégué départemental et signé du ministre des TPTC, Jacques Rousseau. La population du grand Sud à travers cette note est informée de la décision unilatérale de l’OAS de mettre fin au contrat qui le liait à l’État haïtien. Dans cette communication, le ministre a assuré que toutes les dispositions seront prises par le gouvernement en vue de la poursuite des travaux, à bref délai, sur la route nationale no 7, d’autant que le financement demeure disponible.

Cela suffira-t-il, se demandent encore des observateurs, pour apaiser une population malheureusement éduquée à toujours manifester dans les rues pour voir ses besoins satisfaits par les responsables d’État ? Cette initiative des autorités politiques et judiciaires de rencontrer l’entreprise OAS, ltda pour faire lumière sur la question arrivera-t-elle à contenir la colère croissante des grand’anselais ? C’est le vœu tant du maire, du délégué départemental et du Commissaire du gouvernement qui se sont démenés pour inviter la population au calme. En tout cas, comme annoncé, le mardi 7 août, les jérémiens étaient dans les rues pour exprimer sans violence leur mécontentement et leur indignation. Tout en dénonçant la complicité de certaines autorités avec l’OAS, ils exigent que l’État soit plus ferme sur la question et reprenne les travaux le plus vite possible.

Ces travaux, lancés depuis le 3 septembre 2009, ont été financés à hauteur de 95 millions de dollars américains par l’Agence Canadienne de Développement International (ACDI) et par la Banque Interaméricaine de Développement (BID), chargée également de la gestion des fonds. Les travaux de réhabilitation de la route Jérémie-Cayes sont divisés en deux tranches : Camp-Perrin-Carrefour Zaboka, est assuré par le Conseil National des Équipements (CNE) d’une part. D’autre part, Carrefour Zaboka-Jérémie était assuré par l’OAS Ltda, basée au Brésil. Cette institution avait prévu initialement la remise des travaux pour la fin de 2011, puis avait annoncé une extension jusqu’au mois de juin 2012 et finalement en août 2013, avant de décider subitement de rompre son contrat.

 

jyvon21@gmail.com

Source: Le Matin

 

 

Grand’Anse – Route Nationale No 7

L’OAS laisse, colère et indignation restent!

Par Yvon Janvier
Le Matin

Depuis plus d’une semaine, la colère des grand’anselais gronde. La cause, la compagnie brésilienne, OAS ltda, chargée de la construction du lot 2, Carrefour-Zaboka/ Jérémie, de la route nationale No 7, s’en va en laissant des travaux, et pas des moindres, inachevés. Prévenant la rumeur de plus en plus persistante d’une manifestation de protestation, qui a quand même eu lieu le lendemain, les autorités locales se sont empressées de rencontrer les responsables de la compagnie pour faire le point.

C’est dans l’après-midi du lundi 6 août que les autorités grand’anselaises ont rencontré les responsables de l’OAS, après la décision unilatérale de ladite compagnie de rompre le contrat qui la lie à l’État haïtien pour la réhabilitation d’environ 69 kms de route reliant Jérémie à Carrefour Zaboka, plus au sud du pays. A cette rencontre se sont retrouvés, entre autres, le maire de Jérémie, Ronald Etienne, le délégué départemental, Norman Wiener, le Commissaire du Gouvernement, Me Antoine Rosny Saint-Louis, et pour l’OAS, Guillermo Cocco et Savio Souza.

Ces derniers, de toute évidence, ne disposent pas d’une cellule de communication. C’est l’opportunité de cette démarche des autorités locales qui a permis de confirmer la rumeur. L’OAS, a effectivement, cessé de manière unilatérale, les travaux en cours sur la route nationale no 7 et mis brusquement un terme au contrat le liant à l’état haïtien et aux bailleurs de fonds internationaux en particulier, l’Agence canadienne de développement international, l’ACDI et la BID. La responsable de projet de l’agence canadienne contactée le même jour par le journal pour s’enquérir de la position de son institution sur la question, a souligné qu’elle n’avait pas encore de réaction.

L’OAS justifie sa décision

Selon ce qu’ont rapporté les autorités locales à la presse, cette volte-face soudaine de l’OAS découlerait de deux raisons majeures évoquées par les représentants de la compagnie. La première serait liée à un problème d’expropriations qui auraient dû être effectuées sous le précédent gouvernement avant le démarrage des travaux. Or, avant que cette condition ne fût entièrement satisfaite, l’OAS s’était empressée de s’approprier le contrat [sic], tel un enfant trop gourmand mis en présence d’un gâteau. De dédommagements en dédommagements pour expropriations multiples, l’OAS estime maintenant, en tant qu’entreprise privée à but lucratif, avec un tel contrat, et c’est la deuxième raison évoquée, l’institution a enregistré plus de pertes que de profits.

Toutefois, ont voulu rassurer MM Cocco et Souza, sur les 69 kms de route à la charge de l’OAS, près de 65% des travaux ont été déjà effectués. Mais cela ne semble pas évident pour bon nombre de Grand’anselais qui, interrogés par le journal, estiment que le gros du travail reste encore à faire, notamment dans des zones dangereuses comme Corbera, plaine Matin, sans omettre le pont à jeter sur la rivière Glace qui continue de faire des victimes à chaque saison pluvieuse.

N’empêche, se sont justifiés les représentants de l’OAS, dont les travaux étaient supervisés par les TPTC, que l’entreprise n’a reçu de l’argent que pour les travaux réalisés. Donc, pour les 22 kms restants- ce qui reste encore à être confirmé par l’État haïtien – l’OAS avait préalablement, selon une clause du contrat, déposé une caution (en l’espèce, une somme d’argent), détenue par l’État, en vue de parer à toute éventualité. Reste à savoir, selon certains observateurs, si ce montant, dont la valeur n’a pas été exprimée, pourra couvrir les préjudices que subira l’État haïtien suite à la décision de l’OAS.

Par ailleurs, l’entreprise s’acquittera en intégralité de ses dettes envers ses employés, incluant toutes les prestations légales, ont ajouté ses représentants, pour rassurer notamment la main d’œuvre locale qui va se retrouver au chômage, en même temps que les expatriés seront révoqués, ont-ils souligné. Mais certains des employés, contactés par le Matin, évoquent l’inélégance, l’irresponsabilité et la mauvaise gestion de l’entreprise qui les a remerciés sans préavis, depuis le lundi 30 juillet, alors qu’ils se préparaient à se mettre au travail.

A ce point de presse donné par les autorités locales, la cerise sur le gâteau délaissé par l’OAS, est la note de presse lue par le délégué départemental et signé du ministre des TPTC, Jacques Rousseau. La population du grand Sud à travers cette note est informée de la décision unilatérale de l’OAS de mettre fin au contrat qui le liait à l’État haïtien. Dans cette communication, le ministre a assuré que toutes les dispositions seront prises par le gouvernement en vue de la poursuite des travaux, à bref délai, sur la route nationale no 7, d’autant que le financement demeure disponible.

Cela suffira-t-il, se demandent encore des observateurs, pour apaiser une population malheureusement éduquée à toujours manifester dans les rues pour voir ses besoins satisfaits par les responsables d’État ? Cette initiative des autorités politiques et judiciaires de rencontrer l’entreprise OAS, ltda pour faire lumière sur la question arrivera-t-elle à contenir la colère croissante des grand’anselais ? C’est le vœu tant du maire, du délégué départemental et du Commissaire du gouvernement qui se sont démenés pour inviter la population au calme. En tout cas, comme annoncé, le mardi 7 août, les jérémiens étaient dans les rues pour exprimer sans violence leur mécontentement et leur indignation. Tout en dénonçant la complicité de certaines autorités avec l’OAS, ils exigent que l’État soit plus ferme sur la question et reprenne les travaux le plus vite possible.

Ces travaux, lancés depuis le 3 septembre 2009, ont été financés à hauteur de 95 millions de dollars américains par l’Agence Canadienne de Développement International (ACDI) et par la Banque Interaméricaine de Développement (BID), chargée également de la gestion des fonds. Les travaux de réhabilitation de la route Jérémie-Cayes sont divisés en deux tranches : Camp-Perrin-Carrefour Zaboka, est assuré par le Conseil National des Équipements (CNE) d’une part. D’autre part, Carrefour Zaboka-Jérémie était assuré par l’OAS Ltda, basée au Brésil. Cette institution avait prévu initialement la remise des travaux pour la fin de 2011, puis avait annoncé une extension jusqu’au mois de juin 2012 et finalement en août 2013, avant de décider subitement de rompre son contrat.

 

jyvon21@gmail.com

Source: Le Matin

 

Grand’Anse – National Road No. 7

The leaves OAS, anger and outrage are!

Par Yvon Janvier
Le Matin

For over a week, the angry growls of grand’anselais. The cause, the Brazilian company, OAS ltda, responsible for the construction of Lot 2, Carrefour-Zaboka / Jeremiah, of the National Road No 7, goes away, leaving work, and not least, incomplete. Preventing the rumor more persistent a protest, which still held the following day, local authorities have been scrambling to meet with company officials to take stock.

It is in the afternoon of Monday, August 6 that the authorities grand’anselaises met with officials of the OAS, after the unilateral decision of the said company to break the contract that binds her to the Haitian government for the rehabilitation approximately 69 km road linking to Jeremiah Zaboka Carrefour, further south of the country. At this meeting met, among others, the mayor of Jeremiah, Ronald Etienne, departmental delegate, Norman Wiener, the Government Commissioner, Mr. Antoine Rosny St. Louis, and for the OAS, Guillermo Savio Souza and Cocco.

The latter, obviously, do not have a cell communication. This is the opportunity of the approach of local authorities who confirmed the rumor. The OAS, actually, unilaterally ceased, ongoing work on National Road No. 7 and abruptly put an end to its contract with the Haitian and international donors in particular, the Canadian International Development, CIDA and IDB. The project manager of the Canadian agency contacted the same day by the newspaper to inquire about the position of his institution on the issue, said it had yet to respond.

The OAS will justify its decision

According to what was reported in the local press, this sudden about-face of the OAS would result from two major reasons cited by company officials. The first is related to the problem of expropriation that should have been done under the previous government before starting work. However, before this condition was not fully satisfied, the OAS was eager to capture the contract [sic] as a greedy child brought into a cake. Of damages in compensation for expropriations multiple OAS believes now, as a private for-profit, with such a contract, and this is the second reason given, the institution recorded more losses than profits.

However, wanted to reassure Mr. Cocco and Souza, of the 69 km road to the charge of the OAS, nearly 65% ​​of work was already done. But this does not seem obvious to many that Grand’anselais, interviewed by the newspaper, believe that the hard work remains to be done, especially in dangerous areas like Corbera, Morning plain, without omitting the bridge lay on the Ice River, which continues to claim lives every rainy season.

Still, have justified the representatives of the OAS, whose work was supervised by the TPTC, the company has received money for work done. So for the remaining 22 kms is yet to be confirmed by the Haitian state – the OAS had previously, according to a clause in the contract, posted a bond (in this case, a sum of money), held by the State, to deal with any eventuality. The question remains, according to some observers, if that amount, whose value has not been expressed, can cover the losses that will occur in the State of Haiti following the decision of the OAS.

In addition, the company will pay in full its liabilities to its employees, including all statutory benefits, added its representatives, especially to reassure the local workforce will be unemployed, along with the expatriates will be revoked, they said. But some of the employees contacted by the Morning, evoke the inelegance, irresponsibility and mismanagement of the company who thanked them without notice, since Monday, July 30, as they prepared to begin work .

At the briefing given by local authorities, the icing on the cake abandoned by the OAS, the press note is read by the Departmental Delegate and signed by the Minister of TPTC, Jacques Rousseau. The population of the great South through this note is informed of the unilateral decision of the OAS to terminate the contract binding it to the Haitian state. In this paper, the minister assured that all measures be taken by the government to continue the work, promptly, on National Road No. 7, especially as funding remains available.

Will this be enough there, observers are still wondering, unfortunately to appease a population educated to always take to the streets to see their needs met by state officials? This initiative of the political and judicial authorities to meet the company OAS ltda to clarify the issue does happen to contain the growing anger of grand’anselais? This is the wish of both the Mayor, the Deputy Commissioner and county government who have struggled to invite the population to remain calm. Anyway, as announced, Tuesday, Aug. 7, the jérémiens were in the streets to express their displeasure without violence and outrage. While denouncing the complicity of some authorities with the OAS, they demand that the state is strongest on the issue and resume work as soon as possible.

This work, initiated since September 3, 2009, were funded to the tune of 95 million U.S. dollars by the Canadian International Development Agency (CIDA) and the Interamerican Development Bank (IDB), also responsible for managing funds . The rehabilitation of the road Cayes-Jeremie are divided into two tranches: Camp Perrin Zaboka Crossroads, is provided by the National Council of Equipment (CNE) on one hand. Moreover, Carrefour Zaboka-Jeremiah was assured by the OAS Ltda, based in Brazil. This institution was originally scheduled completion of assignments for the end of 2011 and announced an extension until June 2012 and finally in August 2013, before suddenly deciding to break his contract.

 

jyvon21@gmail.com

Source: Le Matin

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Comments

Disaster Capitalism Brazilian Style in HaitiL’OAS laisse, colère et indignation restent! — 1 Comment

  1. Mais que dire veritablement les responsables gouvernementaux dans ce dossier si important? les troncons qui etaient a la charege de CNE ont-ils ete eux aussi acheve?

Leave a Reply