Open Letter From Haitian Anesthesiologist Dr. Andre MornoLettre ouverte du Docteur André Morno, Anesthésiologiste

MinisAg_PeguyVille-SY-57

 

Open Letter to President Michel Joseph Martelly

Le Nouvelliste

Translated from the French by Dady Chery, Haiti Chery

English | French

Posted: Friday, September 21, 2012

From: Anesthesiologist Dr. André Morno
To: Mr. Michel Joseph Martelly, President of the Republic of Haiti

National Palace

His Excellency the President,

I am André Morno, an anesthesiologist, a member of the American Medical Association (AMA), a representative of the American Society of Anesthesiology and Fellow of the American College of Anesthesiology. I have practiced in the country since 1980, after many years in the United States and Canada. I taught courses at both the State University of Haiti (UEH) at the University of Notre Dame d’Haiti where I participated in training several generations of doctors. In my life, I have never been the object of a judicial pursuit.

Dr. Andre Morno (Source: Tout Haiti).

The facts:

On my return home in 1988, I bought a property in Peguy-Ville. In 1994, using resources from the sale of my home in the United States, two Sogebel loans and a credit line from Sogebank, I built seven apartments on this property to prepare for my retirement. I live in one of these apartments, which have been sporadically rented.

In 1990, two years after I bought my land, current president Michel Martelly and his family acquired a building at impasse Brouard, in back of my property. Despite some incidents involving loud noises in the neighborhood, I’ve always strived to be respectful and a model neighbor.

In June after the 2011 elections, I received a visit from Richard Morse (a member of the President’s entourage) asking me to provide a list of all my tenants and their workplaces. This list was transmitted to him.

On Saturday, October 22, 2011, then President Martelly’s Chief of Staff Mr. Thierry MAYARD PAUL came to tell me that the presidential security unit was concerned about my house’s location with respect to the President’s. To my surprise, he told me that I had to sell the house at a price pre-determined without my consent. Feeling uncomfortable, I proposed instead an approach of preferential rental for a necessary time to satisfy the security concerns of the President.

He indicated clearly to me that I had to sell the property, or the Directorate General of Taxes (DGI) would get seriously involved, or the property would be declared a public utility.

At the request of Mr. Thierry Mayard-Paul, my lawyer Edwin Coq contacted him. The latter was invited to appear with me at the National Palace on Monday, October 24, 2011 at 4 pm.

We went to the palace at the appointed time and were detained for two hours at the gate, our names not being on the list of appointments. We left around 6 pm without seeing him.

The next day, October 25, a new appointment was scheduled for 6 pm. Around 7 pm, Mr. Mayard-Paul came hastily into the waiting room and told my lawyer that if I refuse to sell my house in Peguy-Ville, the DGI would get involved, the house could even be declared of public utility, and it would be in my interest to accept the offer; we were left with the impression that he would call us back.

During the month of November 2011, there were 3 or 4 visits from DGI inspectors to inquire if I was the owner of the house and ask various questions of the keeper.

On November 25, 2011, I received a letter signed by the Director referenced DOM/36, signed by a certain Mr. M. Michel of DGI, inviting me to a meeting at the Petion-Ville Tax Office for Thursday, November 29 at 10 am to justify my rights and claims relating to my building.

On Tuesday, November 29, 2011 at 10 am, I arrived with my lawyer at the Pétion-Ville DGI office with all the relevant documents and deeds. The officials told us they did not know a Mr. Michel but the current director for the Pétion-Ville area was absent. We left.

On February 1, 2012, I received a notice dated January 30, 2012 and signed by the Director General of Taxes, Mr. Clark Neptune. This “notice” to me demanded payment within a day of the sum of 82,582,589.71 Haitian gourdes  (US $1,920,525.34). Attached to this document was a list of bills covering the years 2006 to 2012. Slips were dated January 18, 2012 with maturity dates ranging from 2007 to 2012. My lawyer, Mr. Coq, alerted, delivered a summation in protest at the DGI office on February 8, 2012. This summation indicated that I regularly paid my taxes, that I contested that these bills and asked for their cancellation.

In addition, my accountant submitted to the DGI a letter dated March 6, 2012. He presented a comprehensive overview of taxes paid on the five years as proof of payment (receipt of the DGI, March 7, 2012). He also requested a cancellation of the notice.

On June 28, 2012, my birthday, bailiff Bredy Larose left me a second “notice” to pay within a day the initial amount of amount of 82,582,589.71 Haitian gourdes  (US $1,920,525.34), plus an additional 4,129,489.50 gourdes in payments for the DGI’s attorneys’ fees, for a total of 86,719,279.00 gourdes (US $2,016,727). This notice, which was provided by — or bears the signature of — the magistrate Pétion-Ville ordered the immediate seizure of the property for sale for up to the total amount due.

On July 2, 2012, Mr. Coq immediately began legal proceedings to block the action by the DGI.

On July 16, 2012, the DGI issued a list of debtors on which my name appeared in the 57th place with the highest amount or eighty-two million, five-hundred and eighty-two thousand, five hundred and eighty nine gourdes and seventy-one cents (82,582,589.71 gourdes, or US $1,920,525.34).

On August 31, 2012, the DGI, through its CEO Jean Baptiste Clark Neptune, asked the Government Commissioner to register my name on a travel-ban list published by Le Nouvelliste on September 3, 2012.

On September 4, 2012 my lawyer, Mr. Coq, who quickly initiates a court action to see the judge designated by the Dean, notes that there is an action pending between the DGI and me to direct the Government Commissioner to suspend all constraints or administrative measures such as banning severances, until the court decides on the merits of the tax dispute between me and the DGI.

It should be noted that until this matter, I had never had any relations with UGCF or DGC (Large Taxpayers Directorate), either personally or as a member of a company. Having met all my tax obligations, I had no debt vis-à-vis the state.

Those who know me know that I am a peaceful citizen, respectful of rules and laws. Since this case, my whole family is offended and upset. My health, my reputation and my career are affected. I believe I have shown restraint, understanding, flexibility, and patience.

I take the public as my witness for what I have just described. I think it is only fair that the Government Commissioner, the DGI authorities, the Haitian government and the state, in light of these facts, arrange to free me and let me live in peace.

This sets a bad precedent, and it is certainly not the best way to convince our brothers and sisters in the diaspora to return to a country that needs all of us, and take risks by investing money that they earned at great sacrifice.

May God protect Haiti and allow its children to find the way of harmony, understanding and brotherhood.

Anesthesiologist Dr. André Morno.

Source: Le Nouvelliste (French) | Haiti Chery (English) | Featured image: Ministry of Agriculture in Peguy-Ville, by SY-57

Related:
Economic Crimes of Dictatorships: Argentina

Lettre ouverte au President Michel Joseph Martelly

Le Nouvelliste

Publié le : vendredi 21 septembre 2012

anglais | français

Du: Docteur André Morno Anesthésiologiste
À: Monsieur Michel Joseph Martelly

Président de la République d’Haiti

Palais national

Son Excellence Monsieur le Président,

Je suis André MORNO, médecin anesthésiologiste, membre de l’association médicale américaine, diplomate de la Société américaine d’anesthésiologie-Fellow du Collège américain d’anesthésiologie. Je pratique dans le pays depuis 1980 après de longues années aux États-Unis et au Canada. J’ai dispensé des cours tant à l’Université d’État d’Haiti qu’à l’Université Notre-Dame d’HaIti où j’ai participé à la formation de plusieurs générations de médecins. Dans ma vie je n’ai jamais été l’objet de poursuites judiciairies.

Dr. Andre Morno (Source: Tout Haiti).

Les faits:

A mon retour au pays, j’ai fait l’acquisition en 1988 d’une proprieté à Péguy-Ville. En 1994, sur cette propriété, avec des ressources provenant de la vente de ma maison aux États-Unis, de deux prêts de la Sogebel, et d’une ligne de crédit de la Sogebank, j’ai construit sept appartements pour préparer ma retraite. Je vis dans l’un de ces appartements qui ont été loués d’une façon sporadique.

En 1990, soit deux (2) ans après l’acquisition de mon terrain, l’actuel président, Michel Martelly et sa famille ont fait l’acquisition d’un immeuble à l’impasse Brouard au dos de ma propriété. Malgré quelques incidents liés aux méfaits de la sonorisation dans le voisinage, je me suis toujours évertué à être un voisin modèle et respectueux.

Suite aux élections de 2011, au mois de juin, j’ai reçu une visite de Richard Morse (un membre de l’entourage du président) me demandant de lui donner la liste de tous les locataires et leurs lieux de travail. Cette liste lui a été transmise.

Le samedi 22 octobre 2011, le chef de cabinet du président Martelly d’alors, Me Thierry MAYARD-PAUL, vint chez moi pour m’indiquer que lunité de sécurité présidentielle était préoccupée par la position de ma maison par rapport à celle du président. A ma surprise, il m’a annoncé que je devais vendre la maison à un prix déjà fixé, sans mon consentement. Me sentant mal à l’aise, j’ai proposé de préférence une approche de location pendant le temps nécessaire pour satisfaire les préoccupations de sécurité du président.

Il m’a été clairement indiqué que je devais vendre la propriété, ou bien la Direction générale des impôts s’impliquerait fortement, ou bien la propriété serait déclarée d’utilité publique.

A la demande du Me Thierry Mayard-Paul, mon avocat, Me Edwin Coq, a pris contact avec lui. Ce dernier a été invité à se présenter avec moi au palais national le lundi 24 octobre 2011 à 4h p.m.

Nous nous sommes présentés au palais à l’heure fixée et avons été retenus pendant deux heures de temps à la barrière, notre nom ne figurant pas sur la liste des rendez-vous. Nous sommes partis vers 6h p.m., sans l’avoir vu.

Le lendemain 25 octobre, un nouveau rendez-vous a été fixé pour 6h p.m. Vers 7h p.m., Me Mayard-Paul arriva précipitamment dans la salle d’attente et indiqua à vive voix à mon avocat que concernant ma maison à Péguy-ville que si je refuse de vendre, la DGI allait s’impliquer et qu’elle pourrait même être déclarée d’utilité publique. II serait de mes intérêts d’accepter l’offre et nous sommes repartis avec l’indication qu’il nous rappellerait.

Durant le mois de novembre 2011, il y a eu 3 ou 4 visites d’inspecteurs de la DGI pour s’enquérir si j’étais bien le propriétaire de la maison et pour poser différentes questions au gardien.

Le 25 novembre 2011, j’ai reçu une lettre référencée DOM/36 signée du directeur du Domaine de la DGI, un certain M. Michel, m’invitant à une rencontre au centre des Impôts de Pétion-ville pour le jeudi 29 novembre à 10h a.m., afin de justifier mes droits et prétentions relatifs à mon immeuble.

Le mardi 29 novembre 2011 à 10h a.m. je me suis présenté accompagné de mon avocat au bureau de la DGI de Pétion-Ville, muni de tous les documents et titres appropriés. Les responsables nous ont indiqué qu’ils ne connaissaient pas M. Michel mais que l’actuel directeur du domaine de Pétion-Ville était absent. Nous sommes repartis.

Le 1er février 2012, j’ai reçu une mise en demeure datée du 30 janvier 2012 et signée du directeur général des impôts, Me Clark Neptune. Cette “mise en demeure” me réclamait le paiement en un jour franc d’un montant de quatre-vingt-deux millions cinq cent quatre-deux mille cinq cent quatre-vingt-neuf gourdes et soixante-onze centimes (82 582 589 71). Attachée à ce document se trouvait une liste de bordereaux couvrant les années 2006 à 2012. Les bordereaux sont datés au 18 janvier 2012 avec des dates d’échéance allant de 2007 à 2012. Mon avocat, Me Coq, averti, fait signifier une sommation en protestation au bureau de la DGI le 8 février 2012. Cette sommation indiquait que j’avais régulièrement payé mes impôts, que je contestais ces factures et que je demandais leur annulation.

De plus, mon comptable s’est présenté à la DGI muni d’une lettre datée du 6 mars 2012. II a présenté un tableau complet des impôts payés sur les cinq (5) années précédentes ainsi que les preuves de paiement (avis de réception de la DGI, 7 mars 2012). II a demandé aussi une annulation de la mise en demeure.

Le 28 juin 2012, jour de mon anniversaire, l’huissier Bredy Larose m’a laissé une 2e “mise en demeure” de payer en un jour franc le montant initial de quatre-vingt-deux millions cinq cent quatre-deux mille cinq cent quatre-vingt-neuf gourdes et soixante-onze centimes (82 582 589,71) ajouté d’un montant de quatre millions cent vingt-neuf mille quatre cent quatre-vingt-neuf gourdes et cinquante centimes (4 129 489,50) représentant les honoraires des avocats de la DGI faisant en tout la somme de quatre-vingt-six millions sept cent dix-neuf mille deux cent soixante-dix-neuf gourdes (86 719 279.00). Cette mise en demeure était munie ou revêtue de la signature du juge de paix de Pétion-Ville transformant ainsi en contrainte administrative ladite mise en demeure, sans désemparer, à une saisie immédiate de tous mes biens en vue de la vente jusqu’à concurrence du montant total dû.

Le 2 juillet 2012, Me Coq entama immédiatement une procédure judiciaire pour bloquer l’action de la DGI.

Le 16 juillet 2012, la DGI publia une liste de débiteurs sur laquelle figure mon nom en 57e position avec le montant le plus élevé, soit quatre-vingt-deux millions cinq cent quatre-deux mille cinq cent quatre-vingt-neuf gourdes et soixante-onze centimes (Gdes 82 582 589,71).

Le 31 août 2012, la DGI, par son directeur général, Me Jean Baptiste Clark Neptune, demanda au commissaire du gouvernement de m’inscrire sur une liste d’interdiction de départ publiée sur le Nouvelliste du 3 septembre 2012.

Le 4 septembre 2012 mon avocat, Me Coq, s’est empressé d’initier une action par devant la juridiction des référés pour voir le juge désigné par le doyen, constater qu’il existe une action pendante au principal entre la DGI et moi-même en vue d’ordonner au commissaire du gouvernement de surseoir à toutes contraintes ou mesures administratives telles que: interdiction de départ ou autres jusqu’à ce que le tribunal saisi se prononce sur le fond de la contestation fiscale m’opposant à la DGI.

II est à noter que jusqu’à cette affaire, je n’ai jamais eu de rapports avec l’UGCF ou la DGC (Direction des Grands Contribuables), ni à titre personnel, ni comme membre d’une société ou entreprise quelconque. Ayant acquitté toutes mes obligations fiscales, je n’ai pas de dettes vis-à-vis de l’État.

Ceux qui me connaissent savent que je suis un citoyen paisible, respectueux des règles et des lois. Depuis cette affaire, toute ma famille est offensée et bouleversée. Ma santé, ma réputation et ma carrière s’en ressentent. J’estime avoir fait preuve de retenue, de compréhension, de flexibilité, et de patience.

Je prends le public à témoin de tout ce que je viens d’exposer. J’estime qu’il n’est que justice que le commissaire du gouvernement, les autorités de la DGI, le gouvernement et l’État haitien, à la lumière de ces faits, prennent les dispositions pour me rendre ma liberté et me laisser vivre en paix.

Il y a là un mauvais précédent et ce n’est certainement pas le meilleur moyen de convaincre nos frères et soeurs de la diaspora de revenir dans leur pays qui a besoin de nous tous, ni de risquer, par l’investissement, leurs deniers qu’ils ont gagnés là-bas au prix d’énormes sacrifices.

Que Dieu préserve Haiti et permette à ses fils de trouver la voie de l’harmonie, de l’entente et de la fraternité.

Docteur André Morno Anesthésiologiste

 

Source: Le Nouvelliste | Image: Ministère de l’Agriculture, par SY-57.
francés | inglés

2 comments on “Open Letter From Haitian Anesthesiologist Dr. Andre MornoLettre ouverte du Docteur André Morno, Anesthésiologiste

  1. Wednaud Ronelus on said:

    Wow! That’s the only way I can describe this story. It’s amazing to know that the demons of Haiti will never see the light.

  2. Andreas Siounis on said:

    Martelly is a kidnapper. You can’t do this to a peaceful person as Dr. Morno. Haiti will not be better with a crazy president who is smoking crack.

Leave a Reply