Haiti: Time for Clinton and Co to Pack and Go
Dady Chery

Peacekeeping - MINUSTAH

By Dady Chery

Haiti Chery

English | French

Once more, we have tasted salt. We have mourned our dead from the earthquake and the cholera epidemic. The collective depression, the temporary zombification has lifted. It is time to evict the occupier and pursue the traitors and enemies of our independence. No exception.

PackANDgo-bThis is not the first time the United States has occupied Haiti and been evicted from it. The first occupation began during the administration of the questionable Nobel Peace Prize laureate President Woodrow Wilson in 1915. It was countered by an armed insurrection that grew to include over 40,000 Haitian fighters who regularly engaged the US marines. Although this insurrection was ultimately crushed, it was followed by numerous popular strikes in Haiti as well as calls in the US by women’s groups and Black Americans to end the occupation. The return to sovereignty was relatively simple: a committee was assembled to organize legislative and presidential elections. The occupation formally ended in 1934, near the start of the presidency of Franklin Delano Roosevelt, who personally came for a flag-raising ceremony in Haiti to recognize its independence.

Housing and Green FairBack in 1915, the Monroe Doctrine needed no cover of legitimacy or humanitarianism. The cowardly Sudre Dartiguenave was picked as Haiti’s President while US marines waited with bayonets at the ready for the correct choice to be made by the legislature. Two years later, the legislature was dissolved outright by Major General Smedley Butler when the Haitian parliament refused to ratify a US-drafted constitution.

PackANDgo-dA treaty was forced on Haiti that created the post of US High Commissioner, to run the country alongside its hand-picked “Haitian” president. General John H. Russell was appointed to that post. The US flag was raised in Haiti. Control of the country’s finances, public works, and public health services were transferred to southern US Democrats who had supported Wilson’s campaign, in much the same way that these are transferred today to USAID and non-governmental organizations (NGO). The idea then was the same as now: all Haiti’s economy should serve the US, and nearly all US dollars paid as wages in Haiti should return to the US. For more than three decades, the occupier also collected taxes from Haitians that amounted to 40 percent of the gross domestic product (GDP).

PackANDgo-eClinton saw in the earthquake of 2010 his opportunity to become the new US High Commissioner of Haiti. Hardly anything in his approach was novel, except for his recruitment of Latin Americans to support his project. Argentina, Brazil and Chile were offered the chance to get prestige on the world scene and assemble a repressive force away from the prying eyes of their nationals by training and modernizing their armies on Haitians as their unsuspecting victims. Thus these countries became the “ABC” core of the United Nations (de)Stabilization Mission in Haiti (MINUSTAH): the only UN “peacekeeping” force in a country that is not at war. MINUSTAH began its career by killing thousands of Lavalas partisans so as to suppress the popular rebellion against the coup that removed Haiti’s elected president, Jean Bertrand Aristide. Currently Bolivia, Canada, Ecuador, El Salvador, France, Guatemala, Honduras, Indonesia, Jordan, Nepal, Paraguay, Peru, Philippines, the Republic of Korea, Sri Lanka, the United States and Uruguay also participate in an expanded MINUSTAH.

PackANDgo-fOnce Clinton’s repressive army was in place, he set out to wrest economic control of Haiti. Within four months of the earthquake, he formed the Interim Haiti Recovery Commission (IHRC): a strictly pay-to-play group of officials/rich businessmen from the MINUSTAH countries and others who agreed to contribute armed personnel from their countries or money (at least $100 million in a two-year period, or erasure of over $200 million in debt) in return for a piece of the action in Haiti. After some arm twisting and bribery, the Haitian parliament was forced to declare a state of emergency for 18 months during which Clinton and his IHRC gang could do as they pleased with regard to reconstruction, without risk of liability. One year and a half came and went, and when the Haitian Senate observed that nothing much had been accomplished, the state of emergency was not renewed, and the IHRC was alleged to be fraudulent.

Member States informal brief on the situation in Haiti.By then, Clinton and his cronies had begun to search for another way to continue their economic stranglehold on the country, and this would include a suitable Haitian President: specifically, one who would be popular with the young but lack patriotism. They found their man in the vulgar musician Michel Martelly. His election became a mere formality after an electoral commission excluded from participation the Fanmi Lavalas party, which commanded 80 percent of the electorate. Observers from Caricom and the Organization of American States (OAS) legitimized the results despite countless irregularities and ballots from only about 20 percent of the electorate. Such are the conditions under which Michel Martelly was (s)elected President of Haiti.

PackANDgo-hSimultaneously with the assembly of the new parliament in Spring 2011, Clinton tried to push on Haiti a series of constitutional amendments, nearly all of which aimed to centralize the government so that the country would be more easily controlled via its executive branch. In particular, the Haitian Supreme Court, normally appointed with the input of communal assemblies, would be replaced by a Constitutional Council of Martelly appointees. All local judges, mayors, and departmental governors would also be replaced by Martelly appointees. Finally, the president would be allowed to serve consecutive terms instead of being limited to non-consecutive ones of five years. After the parliament refused to ratify those changes, it was not dissolved. Such things are no longer done in this era of humanitarian imperialism. The constitutional amendments were simply imposed on the country by presidential decree, and the parliament was allowed to atrophy from a neglect to hold legislative elections.

MINUSTAH Police Officers Detain University Student ProtestersClinton picked Laurent Lamothe as Haiti’s Prime Minister. He did not have to look far: Lamothe was a rich businessman and IHRC member. Haiti is not exceptional in having men like Martelly or Lamothe who would eagerly serve as the Vichy administration to an occupier. It is hardly surprising that the first allegiance of such individuals is to money. Soon after the installment of the Martelly-Lamothe regime, the electrical grid and running water services began to be dismantled in Haiti’s major cities. This had the effect of depressing land prices in areas coveted by government officials as well as creating a reason to solicit aid funds. Worse, Martelly appointees – some with criminal records – began to ransack and even destroy Haiti’s city halls and local courts. Peaceful protests against these insults met with violent attacks, initially from MINUSTAH and later, from a rapidly growing and increasingly militarized Haitian police force.

MINUSTAH Police Officers Assist National Police to Quell Student ProtestYet more egregious recent actions by the Martelly-Lamothe regime have included: the appropriation of Haiti’s offshore islands by the tourism ministry by decree, followed by the imprisonment and suspicious death of activists who had opposed the land grabs; an agreement to grant the collection of Haiti’s customs taxes to a private Swiss company for 10 years, without discussion with the parliament; the acceptance of reparation funds from Uruguay by the executive branch, also without consultation with the parliament; the suspicious death of a judge who had been investigating a case of usurpation and money laundering brought against the president’s wife and son. There was never an inquest; the plaintiffs in the case, Enold and Josue Florestal, have been incarcerated since August 2013 in what are generally regarded as being politically motivated imprisonments.

PackANDgo-kProtests throughout Haiti have reached fever pitch. Some municipalities, like Petit Goave and Port-au-Prince have held over 20 days of actions to express their disgust with the incompetent and corrupt occupation regime. Despite public support from Bill Clinton, his protégé Laurent Lamothe was forced to resign his post as Prime Minister on December 13, 2014. Michel Martelly, who is also supported by Bill and Hillary Clinton, will probably go the same way. The international community, which had been content to parasitize Haiti in its worst moment, recently began to cry that the country is entering a crisis, because the failure to hold elections will cause the dissolution of the parliament on the second Monday of January 2015. Coincidentally, Monday, January 12, 2015 will also be the fifth anniversary of the earthquake: a day for stocktaking, for sure. Clinton’s paltry achievements in reconstruction will not fare well.

MINUSTAH Peacekeepers on Street PatrolHaiti is not entering a crisis, it is emerging from one. If the international community wishes to conduct legitimate business with Haiti, then Clinton’s damages must first be mended. Elections must be held at the earliest possible date for all local officials (mayors, judges), the legislature, and a new president. A prime minister must be appointed, and a supreme court must be seated. With regard to Haiti, the expressions “constitutional crisis” and “political chaos” from the international community have usually been threats to declare a failed state and propose governance by the UN or receivership by the US. Such threats are hardly worth anyone’s notice. It is quite unwise for the UN and US to presume that they would fare better than Napoleon in an attempt to take Haiti by force.

PackANDgo-mThere is no other choice for the Clintons but to leave Haiti, together with their international cohort of parasites, including MINUSTAH, the NGOs and USAID. If Bill Clinton has peddled to his rich friends parts of Haiti that never belonged to him, then let this be his personal quandary. A series of legal actions relating to embezzlement, corruption and money laundering are already being taken against Martelly’s family and Lamothe; Clinton might well get caught in the same net. Contracts entered into during the period of runaway larceny by the Clinton-appointed Martelly-Lamothe regime deserve no more respect than the purchase of one’s stolen watch on a street corner. Haiti is not for sale: not in bulk, not in retail.

Helicopter Releases First Aid Kits for Haiti Quake Victims

Sources: News Junkie Post (English) | Haiti Chery (French) | This article is also available in German. | Photographs one, nine, ten, twelve, thirteen and fourteen from UN Photo archive; photographs two, four, six, eight and eleven from the archive of Ansel; photograph seven from the archive of UN Development Program.

UPDATE 1. After more than a year in prison, the political prisoners Enold and Josue Florestal, were released to the Haitian human rights group Réseau National pour la Défense des Droits Humains (RNDDH), and to their families, during the afternoon of Friday, December 19, 2014.

Haïti: L’heure du départ pour Clinton et compagnie a sonné

Par Dady Chery

Haiti Chery

anglais | français

Une fois de plus, nous avons goûté au sel. Nous avons pleuré pour nos morts du tremblement de terre et du choléra. La dépression collective, la zombification temporaire s’est dissippée. Il est maintenant temps d’expulser les occupants et de poursuivre les traîtres et ennemis de notre indépendance. Aucune exception.

PackANDgo-bCe n’est pas la première fois que les États-Unis d’Amérique ont occupé Haïti et en ont été expulsé. La première occupation avait commencé lors de l’administration du laureat douteux du prix Nobel de la paix, à savoir, le président Woodrow Wilson, en 1915. L’Occupation avait été mise en cause par une armée d’insurrection qui avait grandi jusqu’à plus de 40 000 rebels haïtiens qui se battaient régulièrement avec les Marines américains. Malgré que cette insurrection fut écrasée, elle avait été suivie par de nombreuses grèves en Haïti ainsi que des appels aux États-Unis, par des groupes de femmes et d’américains-noirs, pour mettre fin à l’occupation. Le retour à la souveraineté était relativement simple: une commission s’était réunie pour organiser des élections législatives et présidentielles. L’occupation s’etait officiellement conclue en 1934, au tout début de la présidence de Franklin Delano Roosevelt, qui etait venu personnellement participer à une cérémonie où le drapeau haïtien avait été finalement hissé pour reconnaître l’indépendance du pays.

Housing and Green FairEn 1915, la doctrine de Monroe n’avait pas besoin d’une couverture de légitimité ou d’humanisme. Un homme lâche, en l’occurence, Sudre Dartiguenave, fut choisi comme président d’Haïti pendant que des Marines américains, baïonnettes à la main, attendaient ce choix des législateurs. Deux ans plus tard, lorsque le parlement haïtien refusa de ratifier une constitution rédigée par des américains, la législature fut dissoute, sans formalité, par le général américain, Smedley Butler.

PackANDgo-dUn traité forcé sur Haïti créa ainsi le poste de Haut Commissaire des États-Unis pour gérer le pays aux côtés d’un président «Haïtien» fantoche. Le général John H. Russell fut nommé à ce poste. Le drapeau américain flottait de nouveau en Haïti. Le contrôle des finances du pays, des travaux publics et des services de santé publique furent ainsi transférés aux démocrates américains en provenance du sud qui avaient soutenu la campagne éléctorale de Wilson; aujourd’hui ce role de parasite a été transféré à USAID et des organisations non-gouvernementales (ONG). En tout état de cause, les idées du passé étaient les mêmes que celles de maintenant: l’économie de tout Haïti devrait servir presque exclusivement les États-Unis, l’idée étant que chaque dollar de salaire américain doit revenir aux États-Unis. Pendant plus de trois décennies, l’occupant persevait aussi des impôts haïtiens representant 40 pour cent du produit intérieur brut (PIB).

PackANDgo-eLe tremblement de terre de 2010 donna à Bill Clinton une chance inespérée de devenir le nouveau Haut Commissaire américain d’Haïti. Rien n’est jamais nouveau sous le soleil, apart le recrutement des Latino-Américains pour soutenir son projet. L’Argentine, le Brésil et le Chili ont eu ainsi la possibilité d’accroitre leur prestige sur la scène internationale et de constituer une force repressive, loin des regards indiscrets de leurs concitoyens, en formant et modernisant leurs armées au depend d’haïtiens sans méfiance. Ainsi, ces pays sont devenus le noyau dur «ABC» de la Mission des Nations Unies pour la (de)Stabilisation en Haïti (MINUSTAH): la seule force de «maintien de la paix» de l’ONU dans un pays paisible. La MINUSTAH a commencé sa carrière meurtrière en tuant des milliers de militants de Lavalas pour matter une rébellion populaire contre le coup d’état qui avait renversé du pouvoir le président élu d’Haïti, Jean-Bertrand Aristide. Présentement, la Bolivie, le Canada, l’Équateur, El Salvador, la France, le Guatemala, Honduras, l’Indonésie, la Jordanie, le Népal, le Paraguay, le Pérou, les Philippines, la Corée du Sud, Sri Lanka, l’Uruguay, et bien sûr les États-Unis participent tous à une MINUSTAH élargie.

PackANDgo-fUne fois en place, la structure répressive de Clinton s’est ainsi emparé du contrôle de l’économie haïtienne. Seulement quatre mois après le tremblement de terre, Clinton formait déjà sa Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH): un groupe constitué d’officiels et d’hommes d’affaires venant des pays de la MINUSTAH ainsi que d’autres pays: ceux qui avaient accepté de fournir des militaires de leurs pays ou de l’argent (au moins 100 millions de dollars en deux ans, ou la grace de plus de 200 millions de dollars en dette) en échange pour des affaires à Haïti. Après des pots de vin et coercions diverses, le parlement haïtien fut contraint de déclarer un état d’urgence pour 18 mois pendant lequel Clinton et ses acolytes du CIRH pourraient faire à leur guise, à l’égard de la reconstruction, sans risque de responsabilité d’aucune sorte. Après un an et demi, une fois que le sénat haïtien observa que presque rien n’avait été accompli, l’état d’urgence ne fut pas renouvelé, et la CIRH fut accusée d’être frauduleuse.

Member States informal brief on the situation in Haiti.A partir de ce moment, Clinton et compagnie se sont mis à rechercher un autre moyen pour continuer leur mainmise économique sur le pays. Ce fut de choisir un président haïtien approprié: plus précisément, quelqu’un de populaire avec les jeunes mais manquant de patriotisme. Ils ont trouvé l’homme idéal en la personne de Michel Martelly, un musicien vulgaire d’une intelligence médiocre. Son élection devint une simple formalité après qu’une commission électorale ait exclu la participation du parti Fanmi Lavalas, qui aurait probablement obtenu 80 pour cent des votes. Des observateurs de la Caricom et l’Organisation des États Américains (OEA) ont validé les résultats malgré d’innombrables irrégularités et des bulletins de vote representant environ 20 pour cent de l’électorat. Telle était la situation dans laquelle Michel Martelly fut “élu” président d’Haïti.

PackANDgo-hSimultanément avec l’inauguration du nouveau parlement au printemps 2011, Clinton essaya de forcer sur Haïti une série d’amendements constitutionnels, presque tous visant à centraliser le gouvernement afin que le pays soit plus facile à contrôler par l’intermédiaire du pouvoir exécutif. En particulier, la cour suprême haïtienne, en principe nommée avec la participation des assemblées communales, aurait été remplacée par un conseil constitutionnel nommé par Martelly. Tous les juges locaux, les maires et les gouverneurs de départements auraient été également remplacé par des personnes nommées par Martelly. Finalement, le président aurait été autorisé à des mandats consécutifs au lieu d’être limité à deux termes non-consécutifs, chacun de cinq ans. Après que le parlement ait refusé de ratifier ces changements, il n’a pas été dissous. Ces choses ne se font plus dans notre ère d’impérialisme humanitaire. Les amendements constitutionnels furent tout simplement imposés sur le pays par décret présidentiel, et le parlement fut rendu impuissant par le refus d’organiser des élections législatives.

MINUSTAH Police Officers Detain University Student ProtestersLaurent Lamothe fut choisi par Clinton en tant que premier ministre d’Haïti. Il n’a pas eu besoin de chercher trop loin: effectivement Lamothe était un homme d’affaires et également membre de la CIRH. Il n’y a rien d’exceptionel à la situation d’Haiti; des collaborateurs d’occupation comme Martelly et Lamothe sont monnaie courrante. Les français se rappellent sans doute de Pétain et de Vichy. Le collaborateur d’occupation n’a qu’une maîtresse: l’argent. Peu après l’inauguration du régime Martelly-Lamothe, le réseau électrique et les services d’eau courante ont commencé à être démantelé dans les grandes villes d’Haïti. L’effet a été une chute des prix des terrains dans les zones convoitées par les représentants du gouvernement ainsi que la création de toutes pièces d’une raison supplémentaire de solliciter des fonds d’aide étrangère. Encore pire, les personnes nommées par Martelly, certaines ayant même des casiers judiciaires, ont commencé à piller et détruire les mairies et les tribunaux locaux d’Haïti. Les manifestations non-violentes contre ces insultes envers les biens publics et la justice furent attaquées brutallement, d’abord par la MINUSTAH et ensuite par une police nationale haïtienne en pleine expansion et de plus en plus musculaire et militarisée.

MINUSTAH Police Officers Assist National Police to Quell Student ProtestParmis les actions récentes les plus scandaleuses et inadmissibles du régime Martelly-Lamothe sont: l’appropriation des îles au large d’Haïti par le ministère du tourisme, par décret, suivie de l’emprisonnement et mort suspecte de militants s’opposant aux vols de terres; un contrat pour donner la collection des impôts de douane d’Haïti à une société suisse privée pendant 10 ans, sans aucune discussion avec le parlement; l’acceptation de fonds de réparation de l’Uruguay par le pouvoir exécutif, également sans consultation avec le parlement; la mort éminemment suspecte d’un juge qui enquêtait sur des cas d’usurpation et de blanchissement d’argent portés à l’encontre de la femme et du fils de Martelly. Il n’y a jamais eu d’enquête; les plaignants dans l’affaire, Enold et Josue Florestal, furent incarcérés en Août 2013. Ils furent libérés le 19 décembre 2014, à cause de la pression populaire.

PackANDgo-kLes manifestations en Haïti ont atteint leur apogée. Certaines municipalités, comme Petit Goâve et Port-au-Prince ont eu pendant plus de 30 jours des actions pour exprimer leur dégoût profond pour un régime incompétent, corrompu et esclave de l’occupation. En dépit du soutien très publique de Bill Clinton, son protégé Laurent Lamothe a été contraint de démissionner de ses fonctions de premier ministre le 13 décembre, 2014. Martelly, qui est également soutenu par Bill et Hillary Clinton, suivra probablement le même chemin. La communauté internationale, qui était contente de parasiter Haïti dans un de ses pires moments, dit maintenant que le pays est en crise de vide politique, dû à l’incapacité d’avoir des elections, ce qui entraînera la dissolution du parlement le deuxième lundi de Janvier. Par une coincidence desastreuse pour les occupants, le lundi 12 Janvier, 2015 sera également le cinquième anniversaire du tremblement de terre: un jour où touts les haitiens font le point. Les réalisations minimes, voir dérisoires, de Clinton et compagnie en matière de reconstruction seront mises sous la loupe.

MINUSTAH Peacekeepers on Street PatrolHaïti n’ammorce pas une crise, au contraire, le pays est en train de s’en sortir. Si la communauté internationale a l’intention d’avoir des relations avec Haïti, alors, il faut d’abord réparer le désastre Clinton. Les élections doivent avoir lieu aussi tôt que possible pour tous les fonctionnaires locaux (maires, juges, etc.), les législateurs et, bien sûr, un nouveau président. Un premier ministre doit être nommé, et une cour suprême doit être mise en place. Dans le cas d’Haïti, les expressions «crise constitutionnelle» et «chaos politique» de la communauté internationale sont généralement des menaces de déclarer un état en décomposition et d’imposer une administration de l’ONU ou sous le tutelage des États-Unis. Ces menaces n’ont aucun poids. Il serait impudent pour l’ONU et les États-Unis de presumer qu’ils se tireraient mieux d’affaire que Napoléon dans une tentative de s’emparer d’Haïti par la force.

PackANDgo-mLe meilleur choix pour Clinton et compagnie est de partir d’Haïti, avec leur cohorte de parasites internationaux. Evidemment cela inclu la MINUSTAH, les ONG et USAID. Si Bill Clinton a génereusement donné des régions d’Haïti qui ne lui appartiennent pas à ses amis riches, laissons le mariner dans son jus. Des enquêtes à propos des détournements de fonds, de la corruption et du blanchissement d’argent ont déjà commencé dans des tribunaux d’Haiti contre Lamothe, Martelly et leurs acolytes. Clinton pourrait être le plus gros poisson dans le même filet. Les contrats conclus pendant la période mafieuse du régime Martelly-Lamothe, nommé et employé par Clinton, méritent autant de respect que l’achat d’une marchandise volée dans un coin de rue. Haïti n’est pas à vendre: ni en gros, ni au détail.

Helicopter Releases First Aid Kits for Haiti Quake Victims

Sources: Haiti Chery | News Junkie Post (anglais) | Karibik News (allemand) | Les photos une, neuf, dix, douze, treize and quatorze proviennent des archives de l’ONU; deux, quatre, six, huit and onze, des archives d’Ansel; sept, des archives du Programme de Developpement de l’ONU.

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

One comment on “Haiti: Time for Clinton and Co to Pack and Go

  1. Richard DANIEL on said:

    Extrait de «LA PHILOSOPHIE DE LA LIBERTÉ» du Docteur François DALENCOUR
    «La 1ère Déclaration d’Indépendance, votée en juillet 1774 par le Congrès américain réuni à Philadelphie, proclame que c’est pour assurer les Droits naturels donnés par le Créateur – la vie, la liberté et la poursuite de bonheur – que les gouvernements ont été institués, et que si un gouvernement détruit ces fins, c’est le droit et le devoir du peuple de détruire ce gouvernement et d’en choisir un nouveau.
    Ce principe crée, «ipso facto» le droit et le devoir d’insurrection qui en est la sanction. C’est aussi le principe reconnu par le dernier article 35 de la Déclaration française des Droits de l’Homme de 1793 qui dit péremptoirement: «Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs». On ne saurait mieux établir que le premier devoir de l’État, du gouvernement, c’est le respect de la liberté. Et comme tout devoir a une sanction, l’insurrection devient légitime et même obligatoire quand le gouvernement viole les Droits Naturels de l’Homme. De telle sorte que dans un gouvernement, l’autorité n’est légitime que s’il respecte effectivement la Liberté, la base essentielle et fondamentale des Droits Naturels de l’Homme.»

Leave a Reply