Reconstitution of Haiti’s Tontons Macoutes and Their Fusion with MINUSTAHLe retour des macoutes en Haïti pour une MINUSTAH permanente
Dady Chery

UN Peacekeepers and Haitian Police PatrolEarthquake Commemoration Gathering

UPDATE #1: November 28, 2015

The Haitian regime formally announced that on October 9, 2015, in the absence of a parliament, it decreed the formation of a new Haitian army. This was done with the connivance of the Organization of American States (OAS), especially Ecuador, where the personnel for these death squads and paramilitary groups were trained, in installments, starting in 2013. The people who populate this army of goons were hand-picked by Michel Martelly. No detail has been given about its size or sources of support. It will be added to 5,000 so-called peacekeepers, who have been asked by the regime to stay in the country, and more than 14,000 supposed Haitian police officers who have been trained by US private military and security company DynCorp personnel ensconced in the United Nations mission, MINUSTAH. Many journalists (Haitian, diaspora, and foreign alternative press) are complicit in the establishment of this new army in Haiti; they have dutifully kept quiet about it until after it was completely trained and in place, although they have been aware of its build-up since 2013.

By Dady Chery

Haiti Chery

English | French

The peaceful territory of Haiti, which has the lowest crime rate in the Caribbean, is occupied by more than 19,627 armed personnel. Specifically, at the last count on October 31, 2014, there was a domestic force of 11,228 established police and 1,144 in training, plus a United Nations force of 4,965 “peacekeeping” troops and 2,290 police officers. This occupation force amounts to about one machine-gun toting individual for about every 500 Haitians or fewer, even without counting the ubiquitous security people who guard the businesses and homes of the rich.

A national police trained by DynCorp

In principle, there is a distinction between the personnel from the United Nations Mission for the (de)Stabilization of Haiti (MINUSTAH) and the men and women of Haitian law enforcement, because the latter presumably all reside in Haiti and are Haitian nationals who have never renounced their citizenship. In practice, however, the UN force and the increasingly foreign-trained “Haitian police” force have become quite indistinguishable. The Director General of the Haitian National Police (PNH), Godson Orélus, formally commands this domestic force and is called to answer for its actions; nevertheless it is trained by advisors from the Virginia-based United States private military and security contractor (PMSC) DynCorp, who are inserted in the UN, probably as part of its supposed “international civilian personnel” (343) or “Volunteers” (130). In April 2013, DynCorp received a $48.6 million contract from the US State Department’s Bureau of International Narcotics and Law Enforcement Affairs, for a one-year base period with three one-year options, for the insertion of its trainees into the UN police force in Haiti. On the occasion, DynCorp boasted of having already trained over 400 “Haitian police.”

Haitian Police Check Bags in Downtown Port-au-PrinceFrom gendarmerie to FAd’H

Such a US-controlled police force was tried before in Haiti during the 1915-1934 occupation. Then a US-loyal gendarmerie, which answered directly to the US Secretary of State, was set up to replace the highly regarded national army. The gendarmes functioned like a mafia that lived from extortion; furthermore, even after the occupation, they stood ever ready to organize countless bloody coups d’état on orders from Washington. For example, General Paul Magloire’s coup against President Dumarsais Estimé in 1950 was a US-sponsored action via the gendarmerie, as was the 1991 coup against President Jean-Bertrand Aristide. The only respites from this bloody army have been its castration in the 1960s by Francois Duvalier’s Tontons Macoutes, a militia of peasants loyal only to him, and Aristide’s disbanding of the army altogether in 1995. Aristide replaced the army, by then renamed the Armed Forces of Haiti (Forces Armees d’Haiti, FAd’H), with a civilian police force, the Police Nationale d’Haiti (PNH), on the advice of Costa Rican President Oscar Arias Sánchez and after reasoning that Haiti ought not to spend 40 percent of its gross domestic product (GDP) on an army of 7,000 soldiers, even though the country has no hostile border.

Haitian Police Seizes Lawbreaker in Downtown Port-au-PrinceRape, murder and mayhem

In keeping with their training by MINUSTAH, or rather DynCorp via MINUSTAH, more than 600 members of the PNH (variously called BIM, CIMO, UDMO, BLT, DCPR, Politour, etc. for their specializations) have been dismissed from the force for crimes that include rape, drug trafficking, and murder, the most recent purge being in June 2014. On August 10, 2014, five PNH members organized a prison break involving 329 prisoners as a cover for an escape by the rich scion Clifford Brandt. MINUSTAH admitted that it had trained all five individuals who had taken bribes to organize Brandt’s escape.

Members of the PNH have been involved in countless arbitrary arrests, tear gas launches that have resulted in deaths, as well as deliberate killings of peaceful protestors who have opposed the government’s policies, and massacres of peasants who have objected to the theft of their lands. Opposition Senator Moise Jean Charles was nearly killed by a tear-gas canister that was launched directly at him during a protest on October 17, 2014. Subsequently, an unrepentant Godson Orélus told the Senate’s Justice and Security Committee that as long as there is “disorder”, the PNH will launch tear gas at protesters.

Haitian Senator Westner Polycarp has accused the PNH of serving as a “militia in the hands of Michel Martelly,” and there is much to support this assertion. For example, for some time, the regime has used the PNH as a place in which to hide armed personnel who could not legally police Haitian territory. In particular, the PNH is routinely supplemented on special occasions, such as protests, with Haitian-American officers from the New York and Miami police departments (NYPD and MPD).

MacoutesMinustah-dAn incubator for Tontons Macoutes

The National Network for the Defense of Human Rights (Réseau National pour la Défense des Droits Humains, RNDDH) published in an open letter dated December 17, 2014 its discovery that 38 individuals close to the executive branch, who had returned from military training in Ecuador, were being sequestered in the PNH’s 25th graduating class. These named individuals, who were disguised as normal police trainees, drew attention to themselves because many could not read or write, although admission to the police force requires a junior high school education at a minimum; the great majority (32 out of 38) were 31 to 45 years old, although entry into the force is restricted to people between 18 and 30 years old, and finally, many were so arrogant and undisciplined that normally they would have been dismissed from the force, had it not been for their influential sponsors.

MacoutesMinustah-eThese paramilitary troops were hand-picked by Martelly for training in Rafael Correa‘s Ecuador, and they look very much like the kernel of a new Tontons Macoutes. Indeed they are meant to become the core of a new military force. Officially, they go by the inoffensive title of “military engineering corps,” and the regime says they are based in Artibonite, although they are hidden in the PNH. A “Defense White Paper,” to be released in July 2015, will elaborate the details of this supposed defense force for Haiti. Five workshops on the document have already been held, and Martelly’s Defense Minister Lener Renauld, who is also a former Major of the disbanded and disgraced FAd’H, seems to be very much in charge of this project. According to Renauld, the last meeting for the completion of the action plan will be “in February in Washington, at the Inter-American Defense Board” (IADB, Junta Interamericana de Defensa, part of the Organization of American States, OAS). Given the exclusion of the Haitian population from these discussions, and the extensive overlap between the member countries of OAS and MINUSTAH, this project looks like a cover for the perpetuation of MINUSTAH as a force of Tontons Macoutes loyal to Martelly.

MacoutesMinustah-fWhat army for Haiti?

Clearly, Haiti needs a force that can safeguard its sovereignty and at the least prevent its democratically elected presidents from being kidnapped by foreign governments. Throughout Haitian history, the main threats to sovereignty have been invasions by large western forces and the ravages of their megalomaniac client dictators. Such attacks are best countered by a militia system like the one that existed during Toussaint L’Ouverture’s rule in 1801-1803, or the one that prevented Hitler’s army from invading Switzerland during World War II. A militia system involves arming all citizens and is, by nature, decentralized and locally controlled. As such, it cannot attack, but it presents a formidable defense. According to Stephen Halbrook:

“The reason that Switzerland was too difficult to invade—in contrast to all the other nations which Hitler conquered in a matter of weeks — was the Swiss militia system. Unlike all the other nations of Europe, which relied on a standing army, Switzerland was (and still is) defended by a universal militia.

“Every man was trained in war, had his rifle at home, was encouraged to practice frequently, and could be mobilized almost instantly. The Swiss militiaman was under orders to fight to the last bullet, and after that, with his bayonet, and after that, with his bare hands. Rather than having to defeat an army, Hitler would have had to defeat a whole people….

“The Swiss governmental system was decentralized, with the separate 26 cantons, not the federal government, having the authority. The federal government did notify the Swiss people that in case of a German invasion, any claim that there had been a Swiss surrender should be disregarded as Nazi propaganda. And because the military power was in the hands of every Swiss man, the federal government would have been unable to surrender had it ever wanted to.”

MacoutesMinustah-gUnder Toussaint’s rule, all men were required to serve in the state militia, and it was this universal militia that served Haiti so admirably at the decisive Bataille de Vertières of November 18, 1803. Such a militia system would work well again for Haiti, and it has the advantage of being the sort of project that could not involve “foreign friends.” Haiti should never again relegate its defense to a professional army. Such armies have proven again and again to be predatory. Instead, as a civic duty and for the sake of genuine stability, every Haitian man and woman should be trained to defend the territory.

Market Opens Inside Camp for Displaced Haitians

Sources: Haiti Chery | Photographs one, two, three, five, and eight from UN Photo archives; photograph seven from Ansel archive.

Par Dady Chery

Haïti Chery

anglais | français

Le territoire d’Haïti est pacifique. Il a le taux de criminalité le plus bas des Caraïbes. Néanmoins, Haiti est occupé par plus de 19 627 hommes armés portant toutes sortes d’uniformes. Au dernier recensement, le 31 Octobre 2014, il y avait une force nationale de 11 228 policiers et en addition 1 144 toujours en formation. Il y a aussi, bien entendu, une force appelée ironiquement “de maintien de la paix” et constituée de 4 965 soldats ainsi que 2 290 policiers appartenant aux Nations Unies. Cette force d’occupation héteroclyte est d’environ une mitraillette pour 500 haïtiens. Cela n’inclu pas les mercenaires de sécurité privée gardant les entreprises et les maisons des riches.

Une police nationale formée par la DynCorp

Il y a en principe une distinction entre le personnel de la Mission des Nations Unies pour la (de)stabilisation d’Haïti (MINUSTAH) et les policiers haïtiens. En effet ces derniers doivent être des résidents d’Haïti et sont des haïtiens n’ayant jamais renoncé à leur citoyenneté. Mais dans la pratique, la force de l’ONU, et une police soit-disant haïtienne étant de plus en plus formée par des étrangers, sont maintenant pratiquement indiscernables. Le Directeur Général de la Police Nationale d’Haïti (PNH), Godson Orélus, commande officiellement cette force intérieure et rend compte de ses actes. Néanmoins, la police soit-disant nationale est formée par des consultants provenant des entreprises militaires et de sécurité privées (EMSP). En Haiti, particulierement ce sont des consultants de la DynCorp, qui est basée aux États-Unis en Virginie. Ils sont insérés en douce dans l’ONU, probablement dans le cadre des soi-disant “personnel civil international” (343) ou “volontaires” (130 ). En Avril 2013, la DynCorp avait reçu un contrat de $ 48,6 millions provenant du Département d’Etat Américain, pour une période de base d’un an avec trois options de renouvellement d’un an, pour l’insertion de ses stagiaires dans la police de l’ONU en Haïti. A l’occasion, la DynCorp se vantait même d’avoir déjà formé plus de 400 “policiers haïtiens.”

Haitian Police Check Bags in Downtown Port-au-Prince

D’une gendarmerie aux Forces Armées d’Haïti (FAd’H)

Une force de police, sous contrôle américain, avait été installée en Haïti pendant l’occupation de 1915 à 1934. Ensuite une gendarmerie fidèle aux États-Unis, et répondant directement au secrétaire d’état américain, avait été mise en place pour remplacer l’armée nationale qui avait à l’époque une réputation prestigieuse. Les gendarmes, sous les ordres des americains, ont ainsi fonctionné comme une mafia vivant d’extorsion de fonds. D’autre part, même après l’occupation, cette armée était toujours prête à organiser d’innombrables coups d’état, sanglants ou non, sous les ordres directes de Washington. Ainsi, le coup d’état du général Paul Magloire contre le président Dumarsais Estimé en 1950 était une action parrainée par les États-Unis et utilisant la gendarmerie. Ce fut la même chose pour le coup d’état contre le président Jean-Bertrand Aristide en 1991. Les seuls répits de cette armée sanguinaire ont été sa castration habile pendant les années 60 par François Duvalier et ses Tontons macoutes. Les macoutes etaient une milice de paysans fidèles seulement à Papa Doc. En 1995, Aristide remplaça l’armée, appellée les Forces Armées d’Haïti (FAd’H), par une force de police civile, en occurrence la Police Nationale d’Haïti (PNH). Cela avait été fait sous les conseils du président de Costa Rica, Oscar Arias Sánchez, et après avoir conclu qu’Haïti ne pouvait pas dépenser 40 pour cent de son produit intérieur brut (PIB) pour maintenir une armée de 7 000 soldats dans un pays sans frontière hostile.

Haitian Police Seizes Lawbreaker in Downtown Port-au-Prince

Viols, assassinats, et chaos

En accord avec leur formation par la MINUSTAH, ou plutôt DynCorp à travers la MINUSTAH, plus de 600 membres de la Police Nationale d’Haïti (PNH, sous des noms divers comme BIM, la CIMO, UDMO, BLT, DCPR, Politour, etc., en fonction de leurs spécialisations) ont été éjectés de la force pour des crimes comprenant des viols, du trafic de drogue et des assassinats: la purge la plus récente ayant été faite en Juin 2014. Le 10 Août 2014, cinq membres de la PNH ont organisé une évasion de prison impliquant 329 prisonniers en guise de couverture pour l’évasion de Clifford Brandt. Brandt provient d’une des familles les plus riches du pays. La MINUSTAH a ultérieurement admis qu’elle avait formé tous les cinq hommes ayant accepté des pots de vin pour organiser l’évasion de Brandt.

Des membres de la PNH ont été aussi impliqué dans beaucoup d’arrestations arbitraires, des lancements de gaz lacrymogène entraînant la mort, des meurtres délibérés de manifestants pacifistes s’opposant au gouvernement, ainsi que des massacres de paysans révoltés par le vol de leurs terres. Le sénateur Moise Jean Charles, qui appartient à l’opposition, a sauvé sa peau de justesse après qu’une grenade lacrymogène lui fut lancé directement lors d’une manifestation le 17 Octobre, 2014. Ultérieurement, un Godson Orélus arrogant et sans remord avait déclaré au comité de la justice et de la sécurité du sénat que tant qu’il y aura du “desordre,” la PNH continuera de tirer des gaz lacrymogènes sur les manifestants.

Le sénateur Westner Polycarpe a accusé la PNH d’être “devenue une milice gouvernementale, entre les mains du président Michel Martelly,” et il y a beaucoup de verité dans cette affirmation. Pendant longtemps le régime a utilisé la PNH pour cacher le personnel armé qui ne pouvait pas légalement servir dans la police sur le territoire haïtien. En particulier, la PNH est frequemment supplementée, lors des manifestations, par des policiers américains d’origine haïtienne venant surtout de New York et de Miami (NYPD et MPD).

MacoutesMinustah-d

Un incubateur de Tontons Macoutes

Le Réseau National pour la Défense des Droits Humains (RNDDH) a publié, dans une lettre ouverte datée du 17 Décembre, 2014, sa découverte que 38 individus proches du pouvoir exécutif, revenant de formation militaire en Equateur, étaient dissimulés dans la 25ème promotion de la PNH. Ces personnes, toutes designées, qui étaient déguisées en policiers stagiaires, ont attiré l’attention parce que beaucoup ne savaient ni lire ni écrire, malgré que l’admission à la police exige un diplôme d’école secondaire (la quatrième, brevet fondamental) au minimum. La grande majorité (32 sur 38) étaient âgés de 31 à 45 ans, bien que la candidature soit limitée aux personnes entre 18 et 30 ans. Finalement, la plupart des 38 étaient tellement arrogants et indisciplinés que, normalement, ils auraient été virés s’ils n’avaient pas été pistonnés.

MacoutesMinustah-e

Ces troupes paramilitaires avaient été directement choisi par Martelly pour leur formation en Equateur, le pays gouverné par le pseudo gauchiste Rafael Correa. Les 38 semblent être le noyau dur d’une nouvelle force de Tontons Macoutes. En effet, ils sont destinés à devenir les cadres d’une nouvelle force militaire. Officiellement, ils portent le titre inoffensif de “corps du génie militaire,” et le régime dit qu’ils sont basés dans l’Artibonite, alors qu’ils sont en faite cachés dans la PNH. Un “livre blanc de la défense,” qui sera publié en Juillet 2015, élaborera les détails de cette force. Cinq réunions au sujet du document ont déjà eu lieu. Le Ministre de la Défense, Lener Renauld, qui est aussi un ancien majeur de la FAd’H dissoute et déshonorée, semble être en charge de ce projet. Selon Renauld, la dernière réunion pour l’achèvement du plan d’action sera “en Février à Washington, au Conseil Interaméricain de Défense” (Junta Interamericana de Defensa, une partie de l’Organisation des États américains, l’OEA). Compte tenu de l’exclusion de la population haïtienne de ces discussions, et du chevauchement étendu entre les pays membres de l’OEA et la MINUSTAH, ce projet ressemble à une couverture pour garder la MINUSTAH en tant qu’une force de Tontons Macoutes, fidèles à Martelly, à perpetuité.

MacoutesMinustah-f

Quelle armée pour Haïti?

De toute évidence, Haïti a besoin d’une force pour sauvegarder sa souveraineté ou, au moins, pour empêcher ses présidents, démocratiquement élus, d’être kidnappés par des gouvernements étrangers. Tout au long de l’histoire haïtienne, les menaces principales à la souveraineté du pays ont été les invasions par des pays européens ou américains et les ravages de leurs dictateurs mégalos. Des attaques potentielles seraient mieux contrées par un système de milice similaire à celui qui existait à l’époque de règle de Toussaint Louverture entre 1801 et 1803, ou celui ayant empêché l’armée d’Hitler d’envahir la Suisse pendant la seconde guerre mondiale. Un système de milice implique armer tous les citoyens et est, par nature, décentralisé et contrôlé localement. En tant que tel, il ne peut être aggresseur, mais il représente une force de défense redoutable. Selon Stephen Halbrook:

“La raison pour laquelle la Suisse était trop difficile à envahir–contrairement à toutes les autres nations qu’Hitler a conquis en quelques semaines–était le système de milice suisse. Contrairement à toutes les autres nations de l’Europe, qui dépendaient sur une armée permanente, la Suisse était (et est encore) défendue par une milice universelle.

“Tout les homme s’entrainnent pour la guerre, gardent leurs fusils chez eux, sont encouragés à pratiquer fréquemment, et peuvent être mobilisés presque immédiatement. Pendant la deuxieme guerre mondiale, le milicien suisse avait reçu l’ordre de combattre jusqu’à la dernière cartouche, après cela avec sa baïonnette, et enfin à mains nues. Plutôt que de devoir battre une armée, Hitler aurait dû battre tout un peuple.”

“Le système gouvernemental suisse était décentralisé; les 26 cantons distincts, et non pas le gouvernement fédéral, avaient l’autorité de se battre. Le gouvernement fédéral avait alerté le peuple suisse que, au cas d’une invasion allemande, toute annoncement qu’il y avait eu une capitulation suisse devrait être écartée comme de la propagande nazie. Parce que le pouvoir militaire était décentralisé et dans les mains de chaque homme suisse, le gouvernement fédéral n’aurrait pu capituler même si il l’avait voulu.”

MacoutesMinustah-g

Dans le cas de Toussaint, tous les hommes étaient obligés de servir dans la milice de l’état, et c’était cette milice universelle qui avait servi Haïti si admirablement à la Bataille de Vertières du 18 Novembre, 1803. Un tel système de milice serait adéquate à nouveau pour Haïti. Ce système aurait l’avantage d’être le genre de projet qui ne pourrait se faire en aucun cas en partenariat avec des étrangers qui prétendent être des “amis d’Haïti.” Haïti ne doit plus jamais, et sous aucune circonstance, confier sa défense à une armée professionnelle. A mille reprises, ces armées ont prouvé leur brutalité et leur dédain pour le peuple haitien. Au lieu de cela, au nom du devoir civique et pour une stabilité réelle, touts les haïtiens, hommes et femmes, devraient être formés pour défendre le drapeau et la patrie.

Market Opens Inside Camp for Displaced Haitians

Sources: Haiti Chery (anglais) | Les photos une, deux, trois, cinq et huit proviennent des archives photos de l’ONU, et la photo sept de l’archive Ansel.

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

4 comments on “Reconstitution of Haiti’s Tontons Macoutes and Their Fusion with MINUSTAHLe retour des macoutes en Haïti pour une MINUSTAH permanente

  1. Melinda Wilson on said:

    “Touts les haïtiens, hommes et femmes, devraient être formés pour défendre le drapeau et la patrie.” Cela me semble bien utopique dans un pays où la scolarisation est de si faible niveau, où la corruption sėvit å tous les niveaux et où l’aide internationale régit le pays. Les dérives seraient inévitables et effroyables ! On ne peut quand même pas comparer Haïti à la Suisse, pays ordonné et discipliné .

  2. Dady CheryDady Chery on said:

    C’était ainsi en 1801-1803 quand la situation était bien pire, après les guerres contre l’Espagne et l’Angleterre. Mais quand les français sont venu, nous les avons battu. A présent, le pays paie des étrangers pour opprimer sa population. Cela coûterait beaucoup moins chèr d’établire une milice nationale pour sauvegarder la souverainté. D’autre part, au niveau géographique et démographique, Haiti a un terrain et un taux de population similaires à la Suisse. Si vous pensez que cette idée d’une milice nationale est une utopie, alors, de quoi retourne-t-il du succès d’une revolution d’esclaves il y a 211 ans? Cela était plus qu’une utopie. Ce n’était pas pensable. En dernier lieu, quand vous parlez de la Suisse comme un pays ordonné et discipliné, cela fait sourire: en effet, les bandits internationaux les plus riches, y compris Jean-Claude Duvalier, ont toujours caché en Suisse leurs richesses volées.

  3. Pingback: Five Years After Earthquake – Reconstruction Fraud, Military Occupation - Trendingnewsz.com

  4. Pingback: Casi cinco años después del devastador terremoto, | ONG AFRICANDO SOLIDARIDAD CON AFRICA

Leave a Reply