L’Idéal Dessalinien

Statue de Dessalines

Par Michel-Ange Cadet

Haiti Chery

Les derniers nuages de fumée se dissipent, succédant aux bruits assourdissants des canons à Vertières. Des corps meurtris, ensanglantés s’étallent au pavé. Des rigoles de sangs se mélangent aux brumes d’une pluie torrentielle. Malgré ce décor macabre, une armée d’hommes noirs, leurs mains couvertes du sang de leurs victimes, de leurs anciens bourreaux; pistolets brandits, des traces de poudres mélangées à leur propre sang et à leur sueur. De leurs poumons des bouffées d’air sortent en cris forts de détermination. Cette exaltation en dit long pour tout un peuple, toute une nation ensevelie si longtemps sous le joug de l’oppressions et du mépris d’une grande puissance européenne. Ce fut des cris de délivrance, d’espoir et de liberté. Ce fut le rêve de toute une nation cristallisée autour de l’idéal humain. Un ancien esclave des champs qui a connu toutes les rigueurs de l’esclavage, de la colonisation et de l’exploitation des noirs dans la colonie de Saint-Domingue, un esclave qui a vécu dans sa chair les souffrances d’un régime exclusif et qui de ce fait va être prêt à défendre tout le reste de sa vie les principes de liberté: Dessalines!

5180318971_ebcbde7594_o

La bataille de Vertières, que ce soit pour nous haïtiens, ou pour toute autre nation aspirant à la liberté, à la révolte contre toutes formes d’exploitation, porte l’empreinte d’idéaux sublimes. Dessalines avait une vision contre toute sorte de tyrannie qu’elle soit dans ce pays, ou dans toute autre nation opprimée par une puissance coloniale. Cette terre montagneuse fut témoin des supplices, des inégalités et d’un germe de division semé par les colons dans leur politique machiavélique de domination. Une révolution inattendue s’est produite brutalement aux yeux des plus grandes puissances colonisatrices. Un exemple venait d’être tracé par une bande d’hommes noirs (nègres): aux yeux des colons, ce fut un mauvais exemple pour les autres colonies, les personnes encore enchainées à l’esclavage.

5124649175_d34c1e6d7d_o

Pour réussir une révolution, il ne suffit pas de la créer. L’essentiel est de la consolider, de la maintenir en vie à travers des idéaux fondamentaux qui devraient souder toutes les couches de la population afin de mieux la défendre contre les assauts des contre-révolutionnaires. Des réactionnaires, il y en aura toujours, voulant maintenir le status quo. Dessalines l’avait bien compris. Dans sa politique et sa gestion du territoire, Dessalines avait ce plan d’unité nationale. « L’unité nationale est l’un des fondements du nationalisme dessalinien. La défense de la souveraineté nationale exige la solidarité entre les membres de la société. Mulâtres et noirs doivent etre en symbiose. Le préjugé de couleur, source de division dans la société coloniale, doit être banni de la société haïtienne » selon les propos du professeur Carltz Docteur.

4415112664_384b735309_b

Il y a eu un idéal, un leader, l’espoir d’une nation entière, quelque soit son rang, sa provenance dans le système colonial, qu’ils soient noirs, quarterons ou mulâtres, tous les fils de la jeune nation avaient leur part de sacrifice, leur part de richesse pour chaque goutte de sang versé. Qu’il soit leur propre sang, celui d’un ami ou d’un proche, ils ont tous contribué à l’apothéose de Janvier 1804. L’Empereur n’eut-il pas déclaré: « Et les pauvres nègres dont les pères sont en Afrique, ils n’auront donc rien? Attention, nègres et mulâtres, nous avons combattu les blancs; les biens que nous avons conquis en répandant notre sang appartiennent à tous et je veux qu’ils soient distribués en toute équité » (cf. Quelques grandes étapes dans l’évolution de l’humanité, Professeur Carltz Docteur). Dessalines avait bien compris que ce pays devrait évoluer sur un pied d’égalité entre tous, un pays stable où devrait régner une vraie justice sociale. Ces paroles de Dessalines traduisaient en outre que depuis le début il y avait eu la volonté d’un groupe d’hommes de s’accaparer les richesses de la nation pour eux seuls. Aujourd’hui l’écart est si cuisant et inacceptable qu’une minorité de 5 % de la population haïtienne détient 90 % des richesses nationales. Disons-le encore: « ce ne sont pas les inégalités qui posent les plus grands problèmes dans une société. Ce sont les écarts; quand ils deviennent trop grand, cela nécessite des correctifs ».

18236780512_6fa351b81b_k

Il y a eut ce rêve de liberté. Une universalité du concept de liberté dans la politique de Dessalines, car partout où les noirs étaient opprimés, partout où la liberté était menacée, il sentait le devoir d’aider et de partager son expérience afin que la liberté règne sur ces terres. Une de ses préoccupations était l’intégrité du territoire haïtien, la liberté de l’auto-détermination du devenir d’Haïti. Cette phase dessalinienne voulait qu’Haïti soit capable de se tenir dignement parmis le concert des nations, que ce soit du point de vue économique ou politique. Ne serait-ce pas la raison pour laquelle il y a eu une velléité de réhabilitation des fermes dévastées pas la guerre pour le rehaussement de l’économie haïtienne? Et les ordres formels aux différents généraux de réorganiser les plantations considérées à l’époque comme la véritable source de richesse de la nation? Et même par-dessus tout, Dessalines refusa le protectorat de l’Angleterre pour pouvoir maintenir libre et intègre la jeune République.

15628667437_c86824dfdd_k

Malheureusement, ce rêve, cet idéal s’écroula du même coup que celui qui tua Dessalines, et il n’a jamais pu renaitre au fil des ans avec ses successeurs. De là, apres ce funeste jour, sous les balles assassines de la bourgeoisie, débuta le véritable complot contre la masse des noirs, les nouveaux libres.

Qu’en est-il aujourd’hui de cet idéal? Qu’en est-il de cette révolution et surtout où nous nous sommes perdus comme nation, comme peuple? Nous devons reprendre la révolution là ou elle a été interrompue. Si non, pensons une autre révolution avec les mêmes idéaux révolutionnaires de Dessalines: liberté, une société égalitaire, sans aucune discrimination, et l’intégrité du territoire où nous serons maitre de notre destinée. De toute évidence, dans les deux cas, la vision de Dessalines doit renaitre du tombeau de l’Empereur pour que nous n’ayons plus une nation dont l’avenir ne se planifie que dans des ambassades, pendant des diners, aux abords d’un bureau oval, gris ou blanc. Aujourd’hui, ce ne sont plus de petits blancs ou de grands planteurs blancs que nous devons combattre, ou pas plus une classe d’affranchis bourgeois pour s’allier à notre cause. De nos jours, c’est plutôt une classe bourgeoise, anti-nationale, arriérée et courtier de l’impérialisme qui permet l’écoulement de la diversité de leurs produits sur le marché haïtien et ainsi bénéficie de la protection de ces néo-colons. Ce n’est plus une métropole assoiffée de pouvoir et d’exploitation de la main-d’œuvre des noirs de Saint-Domingue. Aujourd’hui ce sont des puissances impériales à visage multiple, de plus en plus ambitieuses et subtiles qui pénetrent les entrailles de la société. C’est toujours une politique d’exploitation de la main d’œuvre noire qui se poursuit à travers des multinationales de politiques économiques imposées et détruisant toutes les capacités de la nation à produire pour le bien-être de son peuple. Ce n’est plus un gouverneur à la solde d’une métropole qu’il faut craindre maintenant, plutôt il faut se méfier et lutter contre toute une structure étatique soumise au chantage des structures internationales.

14478434898_6f3f875675_k

Un chambardement, il nous en faut un! Ce ne sont ni des élections, ni des changements de gouvernements qui vont apporter une solution durable et juste aux problèmes haïtiens. Les mêmes causes produisent les mêmes effets, disons-nous! Ou plutôt, nous devrions dire que l’eau prend toujours la forme du vase qui le contient! Ils sont combien en fait à nous avoir parlé de changement de système et qui se sont fait broyer par ce même système? Le dernier est si proche qu’on ne peut l’oublier de si tôt. Le système! Avec toutes ses contradictions, ses enjeux, ses intérêts et surtout les forces impériales et nationales qui en bénéficient. Le réactionnaire, qui ne parle que d’intérêts, voit toujours dans le révolutionnaire un populiste parce qu’il parle d’idéal social, de justice et d’équité. Le réactionnaire ne veut que créer des occasions pour négocier et pour partager juste à la limite de sa caste; il parle de négociation et de diplomatie au nom du bien-être social. Pourtant le peuple n’a que les miettes qui s’effritent. L’histoire de la révolution de la colonie de Saint-Domingue nous rappelle la terrible mésaventure des noirs qui se sont battus au cotés des affranchis pour l’application du décret du 15 Mai 1791. Ils ont tous été déporté et noyé sur le bateau la Créole après l’entente des affranchis avec les blancs de Saint-Domingue.

1180916679_283181ac12_b

Hommage à Dessalines, Charlemagne Péralte, Benoit Batraville, Rosalvo Bobo, Joseph Jolie Bois, Anténor Firmin, Jean Price Mars…. Ils ont su marquer la dignité à leurs visages. Ils ont pu nous léguer leurs symboles de résistance et de détermination à de nobles causes. Ils sont pour nous comme disait Georges Sylvain: « La source d’inspiration pour vous est en vous et chez vous, or de là vous n’aurez point de salut ». Vous autres, la nation vous plaint. De tristes larmes ne peuvent couler pour vous qui a du prendre Laplume ou Jean Baptiste Conzé comme modèle. Nous nous souvenons que le président américain Franklin Delano Roosevelt eut à déclarer à l’Union Club (aujourd’hui Université Roi Henry Christophe) lors de la fin de l’occupation américaine en Haïti en 1934: « Il nous faut constamment soulever les va-nu-pieds contre les gens à chaussures et mettent les gens à chaussures en état de s’entredéchirer les uns les autres. C’est la seule façon pour nous d’avoir une prédominance continue sur ce pays de nègres qui a conquis son indépendance par les armes. Ce qui est un mauvais exemple pour les 26 millions de noirs d’Amériques ». Ce qui est sur, les impérialistes veulent nous utiliser comme les fossoyeurs de notre propre tombe.

16551727792_24c4f24de6_k

Combien de nous sont encore digne de parler d’idéaux de liberté, d’égalité et de fraternité? Combien de nous continuent toujours d’assassiner le rêve de Dessalines? Combien de nous sommes prêts à défendre les principes d’intégrité du territoire à touts prix? La nation a encore besoin de ces fils et filles authentiques autour du grand projet de son développement social et économique. Ceux et celles qui se sont étreints de buts sublimes à la nation et qui croient encore à la lutte pour une société meilleure, et, ceci contre toutes les forces réactionnaires, qu’elles soient internationales ou nationales. Beaucoup d’entre nous ne verront pas ce jour; beaucoup n’auront pas la chance de jouir de cet Haïti prospère, harmonieux, juste et surtout libre dont nous rêvons. Mais beaucoup de nos fils et filles profiterons de cet Haïti Dessalinien qui vaut la peine d’une bataille: notre Haïti libéré des forces néocoloniales.

Tout comme Dessalines, nous voulons vivre avec tous nos frères et sœurs. Nous tenons à ces principes de libertés, de souveraineté, d’intégrité du territoire. Nous voulons vivre en toute harmonie dans notre République, dans une société où règne la justice sociale. Malheureusement, pour faire d’omelette il faut casser des œufs.

Sources: Haiti Chery | Photos une et huit par Remi Kaupp; peinture quatre par Andre Normil.

Par Michel-Ange Cadet

Haiti Chery

Les derniers nuages de fumée se dissipent, succédant aux bruits assourdissants des canons à Vertières. Des corps meurtris, ensanglantés s’étallent au pavé. Des rigoles de sangs se mélangent aux brumes d’une pluie torrentielle. Malgré ce décor macabre, une armée d’hommes noirs, leurs mains couvertes du sang de leurs victimes, de leurs anciens bourreaux; pistolets brandits, des traces de poudres mélangées à leur propre sang et à leur sueur. De leurs poumons des bouffées d’air sortent en cris forts de détermination. Cette exaltation en dit long pour tout un peuple, toute une nation ensevelie si longtemps sous le joug de l’oppressions et du mépris d’une grande puissance européenne. Ce fut des cris de délivrance, d’espoir et de liberté. Ce fut le rêve de toute une nation cristallisée autour de l’idéal humain. Un ancien esclave des champs qui a connu toutes les rigueurs de l’esclavage, de la colonisation et de l’exploitation des noirs dans la colonie de Saint-Domingue, un esclave qui a vécu dans sa chair les souffrances d’un régime exclusif et qui de ce fait va être prêt à défendre tout le reste de sa vie les principes de liberté: Dessalines!

5180318971_ebcbde7594_o

La bataille de Vertières, que ce soit pour nous haïtiens, ou pour toute autre nation aspirant à la liberté, à la révolte contre toutes formes d’exploitation, porte l’empreinte d’idéaux sublimes. Dessalines avait une vision contre toute sorte de tyrannie qu’elle soit dans ce pays, ou dans toute autre nation opprimée par une puissance coloniale. Cette terre montagneuse fut témoin des supplices, des inégalités et d’un germe de division semé par les colons dans leur politique machiavélique de domination. Une révolution inattendue s’est produite brutalement aux yeux des plus grandes puissances colonisatrices. Un exemple venait d’être tracé par une bande d’hommes noirs (nègres): aux yeux des colons, ce fut un mauvais exemple pour les autres colonies, les personnes encore enchainées à l’esclavage.

5124649175_d34c1e6d7d_o

Pour réussir une révolution, il ne suffit pas de la créer. L’essentiel est de la consolider, de la maintenir en vie à travers des idéaux fondamentaux qui devraient souder toutes les couches de la population afin de mieux la défendre contre les assauts des contre-révolutionnaires. Des réactionnaires, il y en aura toujours, voulant maintenir le status quo. Dessalines l’avait bien compris. Dans sa politique et sa gestion du territoire, Dessalines avait ce plan d’unité nationale. « L’unité nationale est l’un des fondements du nationalisme dessalinien. La défense de la souveraineté nationale exige la solidarité entre les membres de la société. Mulâtres et noirs doivent etre en symbiose. Le préjugé de couleur, source de division dans la société coloniale, doit être banni de la société haïtienne » selon les propos du professeur Carltz Docteur.

4415112664_384b735309_b

Il y a eu un idéal, un leader, l’espoir d’une nation entière, quelque soit son rang, sa provenance dans le système colonial, qu’ils soient noirs, quarterons ou mulâtres, tous les fils de la jeune nation avaient leur part de sacrifice, leur part de richesse pour chaque goutte de sang versé. Qu’il soit leur propre sang, celui d’un ami ou d’un proche, ils ont tous contribué à l’apothéose de Janvier 1804. L’Empereur n’eut-il pas déclaré: « Et les pauvres nègres dont les pères sont en Afrique, ils n’auront donc rien? Attention, nègres et mulâtres, nous avons combattu les blancs; les biens que nous avons conquis en répandant notre sang appartiennent à tous et je veux qu’ils soient distribués en toute équité » (cf. Quelques grandes étapes dans l’évolution de l’humanité, Professeur Carltz Docteur). Dessalines avait bien compris que ce pays devrait évoluer sur un pied d’égalité entre tous, un pays stable où devrait régner une vraie justice sociale. Ces paroles de Dessalines traduisaient en outre que depuis le début il y avait eu la volonté d’un groupe d’hommes de s’accaparer les richesses de la nation pour eux seuls. Aujourd’hui l’écart est si cuisant et inacceptable qu’une minorité de 5 % de la population haïtienne détient 90 % des richesses nationales. Disons-le encore: « ce ne sont pas les inégalités qui posent les plus grands problèmes dans une société. Ce sont les écarts; quand ils deviennent trop grand, cela nécessite des correctifs ».

18236780512_6fa351b81b_k

Il y a eut ce rêve de liberté. Une universalité du concept de liberté dans la politique de Dessalines, car partout où les noirs étaient opprimés, partout où la liberté était menacée, il sentait le devoir d’aider et de partager son expérience afin que la liberté règne sur ces terres. Une de ses préoccupations était l’intégrité du territoire haïtien, la liberté de l’auto-détermination du devenir d’Haïti. Cette phase dessalinienne voulait qu’Haïti soit capable de se tenir dignement parmis le concert des nations, que ce soit du point de vue économique ou politique. Ne serait-ce pas la raison pour laquelle il y a eu une velléité de réhabilitation des fermes dévastées pas la guerre pour le rehaussement de l’économie haïtienne? Et les ordres formels aux différents généraux de réorganiser les plantations considérées à l’époque comme la véritable source de richesse de la nation? Et même par-dessus tout, Dessalines refusa le protectorat de l’Angleterre pour pouvoir maintenir libre et intègre la jeune République.

15628667437_c86824dfdd_k

Malheureusement, ce rêve, cet idéal s’écroula du même coup que celui qui tua Dessalines, et il n’a jamais pu renaitre au fil des ans avec ses successeurs. De là, apres ce funeste jour, sous les balles assassines de la bourgeoisie, débuta le véritable complot contre la masse des noirs, les nouveaux libres.

Qu’en est-il aujourd’hui de cet idéal? Qu’en est-il de cette révolution et surtout où nous nous sommes perdus comme nation, comme peuple? Nous devons reprendre la révolution là ou elle a été interrompue. Si non, pensons une autre révolution avec les mêmes idéaux révolutionnaires de Dessalines: liberté, une société égalitaire, sans aucune discrimination, et l’intégrité du territoire où nous serons maitre de notre destinée. De toute évidence, dans les deux cas, la vision de Dessalines doit renaitre du tombeau de l’Empereur pour que nous n’ayons plus une nation dont l’avenir ne se planifie que dans des ambassades, pendant des diners, aux abords d’un bureau oval, gris ou blanc. Aujourd’hui, ce ne sont plus de petits blancs ou de grands planteurs blancs que nous devons combattre, ou pas plus une classe d’affranchis bourgeois pour s’allier à notre cause. De nos jours, c’est plutôt une classe bourgeoise, anti-nationale, arriérée et courtier de l’impérialisme qui permet l’écoulement de la diversité de leurs produits sur le marché haïtien et ainsi bénéficie de la protection de ces néo-colons. Ce n’est plus une métropole assoiffée de pouvoir et d’exploitation de la main-d’œuvre des noirs de Saint-Domingue. Aujourd’hui ce sont des puissances impériales à visage multiple, de plus en plus ambitieuses et subtiles qui pénetrent les entrailles de la société. C’est toujours une politique d’exploitation de la main d’œuvre noire qui se poursuit à travers des multinationales de politiques économiques imposées et détruisant toutes les capacités de la nation à produire pour le bien-être de son peuple. Ce n’est plus un gouverneur à la solde d’une métropole qu’il faut craindre maintenant, plutôt il faut se méfier et lutter contre toute une structure étatique soumise au chantage des structures internationales.

14478434898_6f3f875675_k

Un chambardement, il nous en faut un! Ce ne sont ni des élections, ni des changements de gouvernements qui vont apporter une solution durable et juste aux problèmes haïtiens. Les mêmes causes produisent les mêmes effets, disons-nous! Ou plutôt, nous devrions dire que l’eau prend toujours la forme du vase qui le contient! Ils sont combien en fait à nous avoir parlé de changement de système et qui se sont fait broyer par ce même système? Le dernier est si proche qu’on ne peut l’oublier de si tôt. Le système! Avec toutes ses contradictions, ses enjeux, ses intérêts et surtout les forces impériales et nationales qui en bénéficient. Le réactionnaire, qui ne parle que d’intérêts, voit toujours dans le révolutionnaire un populiste parce qu’il parle d’idéal social, de justice et d’équité. Le réactionnaire ne veut que créer des occasions pour négocier et pour partager juste à la limite de sa caste; il parle de négociation et de diplomatie au nom du bien-être social. Pourtant le peuple n’a que les miettes qui s’effritent. L’histoire de la révolution de la colonie de Saint-Domingue nous rappelle la terrible mésaventure des noirs qui se sont battus au cotés des affranchis pour l’application du décret du 15 Mai 1791. Ils ont tous été déporté et noyé sur le bateau la Créole après l’entente des affranchis avec les blancs de Saint-Domingue.

1180916679_283181ac12_b

Hommage à Dessalines, Charlemagne Péralte, Benoit Batraville, Rosalvo Bobo, Joseph Jolie Bois, Anténor Firmin, Jean Price Mars…. Ils ont su marquer la dignité à leurs visages. Ils ont pu nous léguer leurs symboles de résistance et de détermination à de nobles causes. Ils sont pour nous comme disait Georges Sylvain: « La source d’inspiration pour vous est en vous et chez vous, or de là vous n’aurez point de salut ». Vous autres, la nation vous plaint. De tristes larmes ne peuvent couler pour vous qui a du prendre Laplume ou Jean Baptiste Conzé comme modèle. Nous nous souvenons que le président américain Franklin Delano Roosevelt eut à déclarer à l’Union Club (aujourd’hui Université Roi Henry Christophe) lors de la fin de l’occupation américaine en Haïti en 1934: « Il nous faut constamment soulever les va-nu-pieds contre les gens à chaussures et mettent les gens à chaussures en état de s’entredéchirer les uns les autres. C’est la seule façon pour nous d’avoir une prédominance continue sur ce pays de nègres qui a conquis son indépendance par les armes. Ce qui est un mauvais exemple pour les 26 millions de noirs d’Amériques ». Ce qui est sur, les impérialistes veulent nous utiliser comme les fossoyeurs de notre propre tombe.

16551727792_24c4f24de6_k

Combien de nous sont encore digne de parler d’idéaux de liberté, d’égalité et de fraternité? Combien de nous continuent toujours d’assassiner le rêve de Dessalines? Combien de nous sommes prêts à défendre les principes d’intégrité du territoire à touts prix? La nation a encore besoin de ces fils et filles authentiques autour du grand projet de son développement social et économique. Ceux et celles qui se sont étreints de buts sublimes à la nation et qui croient encore à la lutte pour une société meilleure, et, ceci contre toutes les forces réactionnaires, qu’elles soient internationales ou nationales. Beaucoup d’entre nous ne verront pas ce jour; beaucoup n’auront pas la chance de jouir de cet Haïti prospère, harmonieux, juste et surtout libre dont nous rêvons. Mais beaucoup de nos fils et filles profiterons de cet Haïti Dessalinien qui vaut la peine d’une bataille: notre Haïti libéré des forces néocoloniales.

Tout comme Dessalines, nous voulons vivre avec tous nos frères et sœurs. Nous tenons à ces principes de libertés, de souveraineté, d’intégrité du territoire. Nous voulons vivre en toute harmonie dans notre République, dans une société où règne la justice sociale. Malheureusement, pour faire d’omelette il faut casser des œufs.

Sources: Haiti Chery | Photos une et huit par Remi Kaupp; peinture quatre par Andre Normil.

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Leave a Reply