Sustainable Artisanal Fishing Could Boost Economy of Haiti’s South EastLa pêche est l’avenir de Marigot

Marigot_fishing_boats_sm

 

Fishing is Marigot’s future

Editorial note. While I was researching this article, I came across several Caribbean towns called Marigot that have long been turned from fishing villages into ugly tourist areas with mostly empty sky-rise hotels lining the seafront. Our Marigot already boasts of having tourist cottages. It would take so little to support Haiti’s artisanal fishing. If we are not vigilant, the fishing industry in the southeast will be destroyed. This would be a great loss to Haiti. Tourists are much more fickle than fish, and regrettably, one cannot eat them. DC.

Fishing boats at Marigot, Haiti (Credit: Steve Krause).

 

By Joachim Dieudonne
The Nouvelliste

English | French

Translated from the French by Dady Chery, Haiti Chery

Fishing is an almost inexhaustible wealth for the fishermen of Marigot. If everyone behaves responsibly, this southeastern town, about thirty kilometers from Jacmel, has a chance at a bright future. On the other hand, fishermen complain about a precariousness of resources and lack of materials, including fish aggregating devices (FADs)*, from the area.

Traders sorting through used clothes on the shores of Marigot (Photo: Erin B. Taylor).

On market day Saturday, Marigot’s seafront is packed with people. Everyone comes for his own reason. Market women and traders from neighboring towns come on business. No need to be an expert in economics to see that people aren’t wasting their time. Some are more entrepreneurial than others, but all combine to make this market work.

Impossible not to notice the part of the market reserved for fish as soon one enters it and sees the lobsters, pink fish fresh from the sea, dried fish, etc. Women fish cleaners work at a frantic pace. They do not care to be interrupted, which is why from time to time, they throw invectives at annoying or overbearing passers-by.

Near to these brave women–as suggested by the name of a southeastern association–the men have erected a metal structure that holds the scales the state cannot. Buyers here and there, from Port-au-Prince or Jacmel, come to stock up for the better and for the price. Restaurateurs, hotel managers: they look around, come and go. Suppliers are accustomed to their presence here and offer them their seafood. They weigh the conch, the lobsters.

A man weighs fish in Marigot's market (Photo: Erin B. Taylor).

Prices are evidently known to all. After the weighing come the calculations. Sellers and buyers do not necessarily agree. Argument. Exchange of words. A call to order. And the final word. They are forced to agree. Deal. Fishing is key to the economy of Marigot, in addition to a culture of eating foods like: bananas, yams, and yucca. In the hills, greater priority is given to market gardening.

The many boats (buildings, as they are called) aligned along the shore give proof that this mode of transportation enjoys a certain favor in the area, and particularly in business. The port talked about does not exist in reality. There’s no infrastructure worthy of the name. The presence of the state is not very visible. Not to worry. Business is good. At least in appearance.

Marianne, a spirited woman in her forties, comes from Grand Gosier to sell the lobsters that her husband collected at sea. Despite her great concern for the future of her five children, she has no intention to let go of her conch at low prices.

“The money earned here must serve the whole family. If one does not keep one’s eyes open, one gets taken in this business, “

says Marianne, who thinks fishing should be more highly valued in the country.

For the manager of a hotel in Jacmel who comes regularly to Marigot for his supplies, this is one of the best places for this kind of activity. The seafood comes from all the municipalities along the coast of the department.

“The best way to engage in fish trade in Marigot is to have a cold room,”

says Vitho Jouissance, president of the Fishermen’s Association of Marigot (ASPEMAR).

This association, founded in 2005, is struggling for its survival.

According to ASPEMAR’s President, a DCP (device to collect deep-sea fish) is a must for the area’s fishermen.

“A DCP is the ultimate dream for a worker of the sea,”

believes Mr. Jouissance, who explains that, to use a DCP, Marigot’s fishermen must travel to Morne Rouge or Jacmel. These long journeys require expensive outlays for fuel. On the other hand, Mr. Jouissance does not need to go all over the place seeking help from agencies charged with assisting the fisheries sector.

Vitho Jouissance, who is also responsible for the Village of Fishers of Food for Marigo’s Poor, notes that one project with a green foundation built the building that houses the association’s headquarters. The building received coolers and other equipment to assemble a fishing store for the area. Not to mention a yacht to replace one lost in the earthquake.

ASPEMAR did benefit from some field-training sessions from the United Nations’ Food and Agriculture Organization (FAO). However, it has been some time since FAO officials were noticed in the area, he said. Faced with this situation, Vitho Jouissance, on behalf of the fishermen from Marigot, calls on all institutions from the fishing town to take note of the dilapidated state of the fishing sector and the poverty of the people so as to design projects that will yield some progress.

Residents and fishermen of Belle-Anse, Anse-à-Pitre, and Grand Gosier regularly come to Marigot on business. A Spanish organization did donate a solar-powered freezer to ASPEMAR, but the fishermen continue to complain about their lack of liquidity and a lack of credit for those who are poorest.

Despite the many difficulties faced by Marigot’s fishermen in exploiting the sea, fishing remains of paramount importance to the area’s economy. According to many, if this industry were properly managed, it could be the future of Marigot.

________________________________
Fish-aggregating devices (FAD) are simple buoys or floats that are tethered to the ocean floor with heavy objects, like concrete blocks; hundred of fish species are attracted to FADs.

 

VIDEO: Sustainable artisanal fishing in Haiti’s southeastern town of Jacmel (Creole)

 

Source: Le Nouvelliste (French) | Haiti Chery (English, photos)
http://www.lenouvelliste.com/articles.print/1/90005

 

 

La pêche est l’avenir de Marigot


Commentaire. Alors que je faisais des recherches sur cet article, je suis tombé sur plusieurs villes des Caraïbes appelées Marigot qui etaient auparavant des villages de pêche et ont depuis longtemps été tourné en zones touristiques assez laides avec des  hôtels vides au bord de la mer. Note Marigot en Haïti bénéficie déjà des chalets touristiques. Il faudrait si peu pour soutenir la pêche artisanale en Haïti. Si nous ne sommes pas vigilants, le secteur de la pêche dans le sud-est sera détruit. Ce serait une grande perte pour Haïti. Les touristes sont beaucoup plus capricieux que les poissons, et, malheureusement, on ne peut pas les manger. DC.

Bateaux de pêche à Marigot, Haiti (Credit: Steve Krause).

 

Par Dieudonné Joachim
Le Nouvelliste

anglais | français

La pêche constitue une richesse quasiment inépuisable pour les pêcheurs de Marigot. Cette commune du Sud-Est, distante d’une trentaine de kilomètres de la ville de Jacmel peut prétendre à un avenir radieux si chacun prend ses responsabilités. En attendant, les pêcheurs se plaignent de la précarité des moyens et d’absence de matétiels notamment de dispositifs de concentration de poissons (DCP) dans la zone.

Le tri des vêtements usés sur le rivage de Marigot (Photo: Erin B. Taylor)..

A Marigot, au jour de marché, samedi, le bord de mer est noir de monde. Chacun y vient pour des affaires personnelles. Des marchandes et marchands provenant des localités voisines y viennent pour leur négoce. Pas besoin d’être spécialiste en économie pour voir que les gens ne brassent pas que du vent. Certains sont plus entreprenants que d’autres, mais tous concourent à faire fonctionner ce marché.

Impossible de ne pas remarquer la partie du marché réservée aux poissons dès l’entrée, des langoustes, des poissons roses fraichement sortis de mer, des poissons séchés, etc. Les femmes chargées du nettoyage des poissons travaillent à un rythme effréné. Elles ne veulent pas qu’on les interrompe. C’est pour cela que de temps à autre, elles lancent des invectives aux passants nuisibles, aux visiteurs encombrants.

A deux pas de ces vaillantes femmes-comme l’indique le nom d’une association de cette commune du Sud-Est- des hommes ont érigé une structure en métal qui tient des balances dont l’état laisse à désirer. Ici et là des acheteurs issus de Port-au-Prince ou de Jacmel viennent s’approvisionner pour le meilleur et pour le prix. Restaurateurs, responsables d’hôtels… Ils cherchent partout, font le va-et-vient. Les fournisseurs habitués à leur présence en ces lieux leur offrent des fruits de mer. Ils font peser des lambis, des langoustes.

Un homme pèse des poissons au marché de Marigot (Photo: Erin B. Taylor).

Les prix sont apparemment connus des concernés. Après la prise de poids viennent les calculs. Vendeurs et acheteurs ne sont pas forcément d’accord. Mésentente. Prises de bouche. Rappel à l’ordre. Et vient le dernier mot. Ils sont condamnés à s’entendre. Marché conclu. La pêche est l’une des clefs de l’économie de Marigot en plus de la culture des vivres alimentaires tels: la banane, la patate douce et le manioc. Dans les hauteurs, on accorde davantage la priorité aux cultures maraichères.

L’alignement de nombreux bateaux (bâtiments comme on les appelle) le long du rivage montre que ce moyen de transport a un poids certain dans la zone et particulièrement dans le commerce. Le port de cabotage dont on parle n’existe pas en réalité. Aucune infrastructure digne de ce nom. La présence de l’Etat est très peu visible. Mais ne vous inquiétez. Les affaires vont bien. Du moins en apparence.

Marianne, une femme pleine d’entrain dans la quarantaine, vient de Grand Gosier pour offrir les langoustes que son mari a fait sortir de la mer. En dépit de sa grande préoccupation pour l’avenir de ses cinq enfants, elle n’entend pas livrer ses lambis à vil prix.

« L’argent gagné ici doit servir toute la famille. Si on n’ouvre pas les yeux, on risque de se faire avoir dans cette affaire »,

a confié Marianne qui pense que la pêche devrait être valorisée dans le pays.

Pour ce responsable d’un hôtel à Jacmel qui vient s’approvisionner régulièrement à Marigot, c’est l’un des meilleurs endroits pour ce genre d’activité. Les fruits de mer viennent de toutes les communes longeant la côte du département.

« Le moyen le plus adapté pour se lancer dans le commerce de poissons à Marigot est de disposer d’une chambre froide »,

a estimé Vitho Jouissance, président de l’Association des pêcheurs de Marigot (ASPEMAR). Cette association créée en 2005 lutte pour sa survie. Pour le responsable de l’Aspermar, un DPC (dispositif utilisé en haute mer pour rassembler les poissons) est une nécessité pour les pêcheurs de la zone.

« Avoir un DCP, c’est le rêve le plus cher pour un ouvrier de la mer»

estime M. Jouissance travailleur est pour le responsable de l’Aspemar qui explique que pour bénéficier des avantages du DPC, les pêcheurs de Marigot doivent se rendre à Morne Rouge ou à Jacmel. Or ces longs déplacements exigent de grands débours en carburant très désavantageux. Fort de cela, M. Jouissance n’est pas allé par quatre chemins pour réclamer l’aide des organismes impliqués dans l’encadrement au secteur de la pêche.

Vitho Jouissance qui est également responsable du Village de pêcheurs de Food for the Poor à Marigot rappelle qu’un projet avec la Fondation verte a permis de construire le bâtiment abritant le siège social de l’association. cette dernière a reçu des glacières et d’autres équipements pour constituer la boutique de pêche de la zone. Sans oublier un yacht perdu dans le tremblement de terre.

Aspemar a bénéficié de séances de formation de l’Agence des Nations-Unis pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO) dans le domaine. Cependant, depuis quelque temps, les responsables de l’association ne l’ont pas remarqué sur le terrain, a-t-il confié. Face à la stuation, Vitho Jouissance, au nom des pêcheurs de Marigot, appelle toutes les institutions travaillant dans la pêche de sa commune à s’inspirer de l’état de délabrement du secteur et de la pauvreté des gens pour accoucher de projets qui visent le progrès.

Les habitants et pêcheurs de Belle-Anse, d’Anse-à-Pitres, de Grand-Gosier arrivent régulièrement à Marigot pour faire le commerce. Même si la coopération espagnole a fait don d’un congélateur fonctionnant à l’énergie solaire à l’Aspemar, les pêcheurs se plaignent du manque de liquidité et l’absence de crédits pour les plus vulnérables.

En dépit des nombreuses difficultés auxquelles font face les pécheurs de Marigot, pour exploiter la mer, la pêche est d’une importance capitale pour l’économie de la zone. Selon plus d’un, cette filière, si elle est bien encadrée peut constituer l’avenir de Marigot.

 

Dieudonné JOACHIM
djoachim@lenouvelliste.com

Source: Le Nouvelliste
http://www.lenouvelliste.com/articles.print/1/90005

 

 

VIDEO: La pêche traditionelle et durable au Jacmel, une autre ville au sud-est d’Haiti (Creole)

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Leave a Reply