The Uses of Haiti’s Poor Children: Guinea Pigs for Cholera VaccinesUtilisations des enfants pauvres d’Haïti comme animaux-sujets pour les experiences avec des vaccins contre le choléra

A child stricken with cholera is being treated at a cholera treatment center in Carrefour, an area just outside of Port-au-Prince June 6, 2011.  Credit: Reuters/Swoan Parker

By Dady Chery
Haiti Chery | Black Agenda Report | SF Bay View | Erzili Danto Salon

English | French

Haiti’s Ministry of Health finally gave in and officially announced that a vaccination campaign against cholera is scheduled to start in January 2012.  This happened after one year of pressure from the United Nations’ Pan American Health Organization (PAHO) and the recent takeover of Haiti’s prime-ministerial position by Clinton aide and UN employee Garry Conille.

Cholera is eminently curable, and the cure is clean water.

If Haitians are still getting cholera at the rate of over 10,000 a month, this is because they are continuing to drink surface water from sources previously considered safe but that have become contaminated.  So why are the Pan American Health Organization (PAHO), Medecins Sans Frontieres (MSF), Paul Farmer, and Partners in Health (PIH) so eager to administer vaccines to Haitians and so slow to promote waste treatment and water purification?

By contrast to MSF and PIH, 900 Cuban health experts, working out of their mobile medical units in 40 Haitian communities, are promoting disease prevention. So far, Cuban Medical aid to Haiti has been vastly more successful than aid from NGOs.

As an example, consider the massive post-earthquake aid contributed by Cuba’s relatively small staff.

Comparative Medical Contributions in Haiti by March 23, 2010

MSF

Canada

United States

Cuba

No. of Staff 3,408 45 550 1,504
No. of Patients Treated 54,000 21,000 871 227,143
No. of Surgeries 3,700 0 843 6,499

The relatively small Cuban-led medical brigade has also treated 30 to 40 percent of Haiti’s cholera patients.

Since the cholera vaccination campaign is quite futile, it is not surprising to find that this campaign is not a part of Cuba’s medical aid.

Unlike the diseases against which people are traditionally vaccinated, cholera is not communicable.  In other words, with a minimum of good hygiene, cholera cannot be caught from casual contact with someone. According to Dr. Renaud Piarroux:

[Cholera] can be provoked by close contact with somebody suffering from cholera, but it’s easy to protect oneself from this kind of transmission by good hygiene. This is why medical staff rarely get ill despite the fact that they have numerous contacts with people suffering from cholera.

Tourists also don’t get cholera.  Vaccines are not recommended to those entering areas where cholera is endemic because clean water and good hygiene are best, and cholera vaccines are demonstrably unreliable.

Cholera vaccines:

  • Protect only a fraction (usually about 45%) of the people who are vaccinated.
  • Typically confer protection only for a few months, since the cholera bacteria rapidly change their DNA.
  • Do not protect at all against strains of cholera other than those targeted by the vaccination.
  • Often do not work on children less than 3 years old.

Nevertheless PAHO began to promote a cholera vaccine for Haiti almost from the day the cholera epidemic hit the country in Fall 2010.  PAHO was supported in this by Harvard scientists with financial interests in the sale of cholera vaccines. The same scientists also helped the UN to cover up the source of Haiti’s cholera for many months. Paul Farmer still enjoys considerable trust from Haitians because he founded PIH, but like Garry Conille, he is now a UN employee and Clinton aide. He also hails from Harvard. He needs to explain why he is promoting these useless vaccines so much more enthusiastically than waste and water treatment.

The aim of the much-touted new vaccination campaign is to inoculate 100,000 Haitians — mostly children — with 200,000 doses of a vaccine called Shanchol, at $1.85 per dose. This is evidently not the true cost of the vaccine, which will be marketed in India for $12 per dose. Such vaccines are typically developed for use by travelers and military personnel from developed countries, but they are tested on the poor from under-developed countries and financed from public or charitable funds.

Development of Shanchol was financed by the Gates Foundation.  Its manufacture was by an Indian company called Shantha Biotechnics, which has been purchased by the large French pharmaceutical company Sanofi-Aventis (also called Sanofi Pasteur).

As recenly as early September 2011, Shantha Biotechnics still lacked the WHO approval required for UN agencies to buy the vaccine, because the WHO had continued to argue that cholera vaccines are unnecessary.  Miraculously, Shanchol was quickly “pre-qualified” by the WHO on September 29th.  Transparency has been lacking from the pre-qualification of Shanchol for use in Haiti, and previous pre-qualifications of this vaccine for use in other countries are known to have benefited from the recommendations of scientists with commercial interest in the vaccine.

Despite the claims that the vaccine will alleviate the cholera in Haiti, hardly anything is known about the effects of vaccines on endemic cholera, apart from the fact that, so far, Shanchol has been ineffective. So this vaccination campaign is actually an experiment designed to test Shanchol, and Haitian children will be the guinea pigs.

Unsurprisingly, the campaign will start with some of Haiti’s poorest children: those from Cite Soleil.

Parents who agree to submit their children to this campaign will be taking a big chance. The children will be made to drink two doses, each of 175 billion killed cholera bacteria.  Preparations of Shanchol for use in the developing world often contain a toxic mercury-based preservative called thiomersal that causes autism in children.  In particular, Shanchol has 300 micrograms of thiomersal, which is six times higher than the WHO upper limit of thiomersal content. Moreover, vaccines are notorious for shortcomings such as contaminations of lots that can result in many problems, including death.

And if you think the campaign will ever end, think again.  Cholera bacteria change.  PAHO is already predicting 250,000 new cases of cholera in Haiti next year. Once the vaccinations begin, they will become a yearly event:  another carnival.

Updated on January 15, 2012. DC

Source:  Haiti Chery (English)

Copyright © 2011-2013 by Dady Chery. All Rights Reserved. Dady Chery is a journalist, playwright, essayist and poet, who writes in English, French and her native Creole. She is the Editor of Haiti Chery.


Par Dady Chery
Haiti Chery

français | anglais

Traduit en anglais par Dady Chery pour Haiti Chery

Après un an de pression de l’Organisation des Nations Unies  Panaméricaine de la Santé (OPS) et l’accaparament récent de la position de premier ministre d’Haïti par Garry Conille, un aide de Clinton et salarié de l’ONU, le Ministère de la Santé en Haïti a finalement cédé et officiellement annoncé qu’une campagne de vaccination contre le choléra débuterait en Janvier 2012.

Le choléra est éminemment curable, et le remède est l’eau propre.

Si les Haïtiens sont encore atteints du choléra au taux de plus de 10.000 par mois, c’est parce qu’ils continuent à boire de l’eau de surface (rivières, lacs) tirée de sources auparavant considérés sains, mais qui aient été contaminées. Alors pourquoi l’OPS, Médecins Sans Frontières (MSF), Paul Farmer, et Partners in Health (PIH) sont ils si désireux d’administrer les vaccins aux Haïtiens et si lents à promouvoir le traitement des déchets et épuration de l’eau?

Par contraste avec MSF et PIH, 900 experts cubains de la santé, travaillant de leurs unités médicales mobiles dans 40 communautés haïtiennes, font la promotion de la prévention des maladies. Jusqu’ici, l’aide médicale cubaine en Haïti a été beaucoup plus efficace que l’aide des ONG.

À titre d’exemple, considérons l’aide massive post-séisme apportée par le personnel relativement faible de Cuba.

Contributions comparatives médicales en Haïti, en Mars 23, 2010

MSF

Canada

Etats Unis

Cuba

Nombre d’employés 3.408 45 550 1.504
Nombre de patients traités 54.000 21.000 871 227.143
Nombre de chirurgies 3.700 0 843 6.499

La relativement petite brigade médicale dirigée par les cubains a également traité 30 à 40 pour cent des patients atteints du choléra en Haïti.

Il n’est pas surprenant de constater que la campagne de vaccination contre le choléra ne fait pas partie de l’aide médicale de Cuba, parce que cette campagne est tout à fait inutile.

Contrairement aux maladies contre lesquelles les gens sont traditionnellement vaccinés, le choléra n’est pas facilement transmissible. En d’autres termes, avec un minimum de bonne hygiène, le choléra ne peut pas être attrapé par un simple contact avec quelqu’un. Selon le Dr Renaud Piarroux:

[Le choléra] peut être provoqué par un contact étroit avec quelqu’un qui souffre du choléra, mais il est facile de se protéger contre ce type de transmission par une bonne hygiène. C’est pourquoi les personnels médicaux sont rarement malades, malgré le fait qu’ils prennent de nombreux contacts avec des personnes qui souffrent du choléra.

Les touristes aussi n’attrapent pas le choléra. Les vaccins ne sont pas recommandés aux touristes qui rentrent dans des zones où le choléra est endémique, car l’eau potable et l’hygiène sont considerées meilleures, et les vaccins contre le choléra ne sont manifestement pas fiables.

Les vaccins contre le choléra:

  •  Protègent seulement une fraction (habituellement environ 45%) des personnes qui sont vaccinées.
  • Confèrent généralement une protection qui dure seulement pour quelques mois, puisque les bactéries du choléra changent rapidement leur ADN.
  • Ne protègent pas du tout contre d’autres souches de choléra que celles visées par la vaccination.
  • Souvent ne protègent pas les enfants de moins de trois ans.

Néanmoins dès les premiers jours de l’épidémie en automne 2010, l’OPS a commencé à promouvoir à Haïti un vaccin contre le choléra.  L’OPS était soutenu en cette promotion par les scientifiques de Harvard avec des intérêts financiers dans la vente de vaccins contre le choléra. Les mêmes scientifiques ont également aidés l’ONU pendant presqu’un an à cacher l’origine du choléra d’Haïti. Paul Farmer jouit encore d’une confiance considérable de la part des Haïtiens, car il avait fondé PIH; mais comme Garry Conille, Paul Farmer est maintenant un employé de l’ONU et aide de Clinton. Et comme les autres scientifiques, Farmer vient également de l’Harvard. Il doit expliquer au public pourquoi il fait la promotion de ces vaccins inutiles avec d’autant plus d’enthousiasme que la promotion du traitement des déchets et de l’eau.

L’objectif de la nouvelle campagne de vaccination tant vantée est d’ inoculer 100 000 Haïtiens – principalement des enfants – avec 200.000 doses d’un vaccin appelé Shanchol, à 1,85 $ par dose. Ce n’est évidemment pas le vrai coût du vaccin, qui sera commercialisée en Inde pour 12 $ par dose. Ces vaccins sont généralement développés pour une utilisation par les voyageurs et le personnel militaire des pays développés, mais ils sont testés sur les pauvres des pays sous-développés et financés par des fonds publics ou caritatifs.

Le développement du Shanchol a été financé par la Fondation Gates, et sa fabrication est faite par une société indienne appelée Shantha Biotechnics, récemment achetée par la grande société pharmaceutique française Sanofi-Aventis (aussi appelée Sanofi Pasteur).

Meme au debut de septembre 2011, Shantha Biotechnics manquait encore l’approbation OMS requise pour permettre les agences de l’ONU a acheter le vaccin, parce que l’OMS avait continué à soutenir que les vaccins anticholériques sont inutiles. Miraculeusement, Shanchol a été rapidement «pré-qualifiés» par l’OMS le 29 Septembre 2011. La transparence a fait défaut dans la pré-qualification du Shanchol pour l’utilisation en Haïti, et les pré-qualification précédentes de ce vaccin pour son utilisation dans d’autres pays sont connues pour avoir bénéficié des recommandations de scientifiques avec des intérêts commerciaux dans ce vaccin.

Malgré les affirmations selon lesquelles ce vaccin permettrait d’alléger le choléra en Haïti, presque rien n’est connu au sujet des effets des vaccins sur le choléra endémique. Ainsi, cette campagne de vaccination est en fait une expérience destinée à tester cela, et les enfants haïtiens seront les sujets animaux pour cette expérience.

Donc ce n’est pas surprenant d’apprendre que la campagne débutera avec certains des enfants les plus pauvres d’Haïti: ceux du Cité Soleil.

Les parents qui acceptent de soumettre leurs enfants à cette campagne prennent un grand risque. Les enfants seront à boire deux doses, chaque de 175 milliards de bactéries choléra tuées. Les préparations du Shanchol pour l’utilisation dans le monde en développement sont souvent toxiques parce qu’elles contiennent un conservateur à base de mercure appelé thiomersal qui cause de l’autisme aux enfants. En particulier, Shanchol a 300 microgrammes de thiomersal, une limite qui est six fois plus élevée que la limite supérieure de l’OMS contenu du thiomersal pour les vaccins. Par ailleurs, les vaccins sont bien connus pour des insuffisances telles que les contaminations des lots qui peuvent entraîner de nombreux problèmes, y compris la mort.

Et si vous pensez que cette campagne finira un jour, détrompez-vous. Les bactéries du choléra changent. Déjà, l’OPS prédit qu’il y aura 250 000 nouveaux cas de choléra l’année prochaine en Haïti. Une fois que les vaccinations debutent, ils deviendront un événement annuel: un autre carnaval.

 

Mis à jour le 13 janvier 2012.

Lire aussi:
Vaccins contre le choléra : Inutiles, inefficaces, coûteux et dangereux (anglais)
Le vaccin pour Haiti contre le choléra est “absolument inutile,” Selon un essai au Bangladesh (anglais)
Pourquoi onze mois au lieu de trois semaines pour prover que le choléra en Haiti provient du Népal
Choc-doctrine scolarisation des enfants haïtiens par Clinton et la BID (anglais)
Sans Consentement : Comment les entreprises pharmaceutiques exploitent les enfants indiens comme animaux-sujets (anglais)
Une enquête découvre que les conseillers de l’OMS sur la pandémie de grippe etaient payés par Roche et Glaxo (anglais)

 

Source:  Haiti Chery (anglais)

Copyright © 2012, 2013 par Dady Chery. Touts droits réservés

Les commentaires sur cet article sont ici:  SF Bay View, Erzili Danto Salon.

 

 

 

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Leave a Reply