Beware the Peddlers of DespairMefiez-vous des marchands de desespoir

World_at_war_sm

By Dady Chery

Haiti Chery

English | French

All around us – Afghanistan, Iraq, Haiti, the Congo, Ivory Coast, Palestine, Somalia, Libya, and elsewhere – empires are tearing a trail of destruction. This is not a sign of strength but one of weakness, because the aim of empire is not to destroy but to conquer.

Since conquest cannot be achieved without the collaboration of the conquered, a campaign of demoralization is an essential component of empire.

Our world and its many wars.

It is the job of the mainstream to present every initiative, good or bad, as issuing from power. This, it does exceedingly well. From the popular news, we may expect to learn that one set of westerners bombs a country and another set of westerners rebuilds it – never the natives. Or we may learn that all history is effected by powerful men. For example, almost everyone has heard that Abraham Lincoln freed the U.S. slaves in 1863, but how many know that Haiti’s slaves emancipated themselves in 1804. We are told, quite wrongly, that the Supreme Court granted civil rights to U.S. blacks one hundred years after their emancipation, and not that African-Americans assumed those rights by facing the racist policemen’s dogs and fire hoses.

In 1963, civil rights demonstrator were attacked by police dogs during protests in Birmingham, AL. Decades later, the mayor issued a blanket pardon for the thousands who were arrested in the Alabama city during these protests.

It is important to relate the truth of things: that real power comes from the people and not from its supposed rulers.

Imagine for a moment, that a master is flogging a slave and insisting that the slave works nearly to death. And in response the slave says “No.” Who has the power? In Haiti, we have always known who this is.

It is whenever people lose their fear and decide enough is enough that historical advances get made. Think of the labor movement in the U.S. No rent-a-cop Pinkertons, no military, however technologically advanced, stand a chance against a resolutely uncooperative populace.

Non-cooperation may take many forms. We can all do more, but every day, the world over, people are refusing to work for empire by striking, working for family or community, and learning to grow more, make more, and share more. They are starving the empire by bearing fewer children, living in smaller houses, walking instead of driving, and foregoing the things that have to be transported over vast distances at high cost in fossil fuels. They are preserving wildness by planting trees, saving rivers, protecting animals.

Henry David Thoreau

To counter military might with non-cooperation is nothing new. The idea is originally Henry David Thoreau’s but has been successfully tested by Mohandas K. Gandhi, Martin Luther King Jr., Nelson Mandela, Václav Havel, and many others in varying places and situations. Importantly, Gandhi insists that before any demands are made from an enemy, there should be a process of candid self examination together with a categorical rejection of the ways in which one cooperates with this enemy.

A fantastic instance of this was when five brave Egyptian port workers, who had themselves been tear gased, refused to allow a massive new shipment of tear gas into their country.

Even Gandhi granted that sometimes there are occasions when one must directly confront one’s opponent, but out of respect for life, this must necessarily be after this opponent is weakened by an exhaustive campaign of non-cooperation.

Though this sounds vaguely idealistic, non-cooperation is hardly a feel-good bury-your-head-in-the-sand idea. It is an approach that forces one to rise from one’s easy chair and stop the endless wine-and-cracker conversations about the “global corporate” evildoers. Simplicity is a corollary to non-cooperation. Simple living is required, for example, when workers go on strike and have to make do without wages for weeks or months.

It is sometimes argued that non-cooperation is a feeble tool, because the revolutions in places like India or Haiti would have failed if the empires had not been previously weakened by other adventures. Or non-cooperation brings only superficial change, because the advances such as those of the Civil Rights movement in the U.S. did not eradicate racism. If the Indians and Haitians chose their timing well against the European powers, it is because this was the most responsible approach. And although it is true that the Civil Rights movement failed to rid the U.S. of racism, this movement led to more advances in the rights of minority populations than any number of “-isms” promoted by those who are ever ranting about the “masses”, hate each other, but have no real love for anyone.

There is nothing saintly about Gandhi’s philosophy. For him, Love was something extraordinarily fierce — somewhat reminiscent of the Love of the Haitian Vodou goddess Ezili Danto — that helped other beings to realize their selves. Such a Love does not stoop to hero worship.  It cannot abide the destruction of any living thing because the other is recognized as a continuation of the self in the great ensemble of life in this epoch of Earth. And though Gandhi’s notions of Truth included speaking truth to power and remaining firm about the truth of things, the heart of his Truth — also the core of non-cooperation — was its absolute intolerance for self deception.

In any contest, it is imperative to choose one’s weapons well. One does not fight an expert marksman with a sword anymore than one fights a giant military with a small one. The U.S., Europe, and Israel, for example, are ever inviting military aggression because this is the arena in which their advantage is greatest. It would indeed be despairing to fight on their terms. On the other hand, non-cooperation favors those on whom everything depends: the people.

It is not the empires’ job but ours to promote our methods of fight and to celebrate our victories. We cannot afford to lose heart. To lose heart is to fail to think rationally, and to fail to think cogently is to open oneself to becoming conquered.

Some related articles:
Martin Luther King, Jr. Letter from Birmingham Jail
Iceland’s Ongoing Revolution
Chinese Village Besieged After Protests
Hungarian Journalists Stage Hunger Strike to Protest Govt Meddling
Longshore Union Protests ‘Police Brutality’ as President Surrenders

Source: Haiti Chery

Dady Chery is a journalist, playwright, essayist and poet, who writes in English, French and her native Creole. She is the Editor of Haiti Chery.

Par Dady Chery

Haiti Chery

anglais | francais

Tout autour de nous – en Afghanistan, Irak, Haïti, au Congo, en Côte-d’Ivoire, Palestine, Somalie, en Libye, et ailleurs – les empires laissent une traînée de destruction. Ce n’est pas un signe de leur force mais de leur faiblesse, car le but d’un empire n’est pas de détruire, mais de conquérir.

Cependant une conquête ne peut être réalisée sans la collaboration des conquis. Ainsi donc, une campagne de démoralisation préliminaire est toujours nécessaire pour un empire.

Notre monde et ses guerres.

C’est l’objectif de la presse grand public ou de l’histoire officiel de présenter toute initiative, bonne ou pas, comme venant du pouvoir. Ils le font tres bien, et dans les “grands” journaux, on peut s’attendre à lire que des pays occidentaux bombardent un pays et que d’autres le reconstruisent — jamais les indigènes. On peut constamment apprendre que l’histoire, en general émane des hommes puissants. Par exemple, presque tout le monde a entendu dire qu’Abraham Lincoln a libéré les esclaves des États-Unis en 1863, mais combien savent que les esclaves d’Haïti se sont émancipés eux-mêmes en 1804? On nous dit, à tort et à travers, que la Cour Constitutionnelle des Etats Unis a accordé les droits civiques aux américains noirs cent ans après leur émancipation, et non pas que les Afro-Américains ont pris eux mêmes ces droits, de leurs propres chefs, en confrontant les chiens et tuyaux d’incendie de policiers racistes.

En 1963, les manifestants pour les droits civiques ont été attaqué par des chiens policiers lors des manifestations à Birmingham, Alabama (USA). Quelques décennies plus tard, le maire d’Alabama a demandé ses excuses à des milliers qui furent arrêtés dans la ville d’Alabama au cours de ces manifestations.

Il est fondamental d’établir un lien entre la vérité des choses. Cela signifie, entre autre, que le pouvoir authentique vient du peuple et non des supposés dirigeants.

Imaginons un instant, une flagellation par un maître qui insiste qu’un esclave presque mort travaille. Et cet esclave repondant: “Non!” Lequel des deux a le pouvoir? En Haïti, nous avons toujours su de qui il s’agit.

C’est lorsque les gens perdent leur peur et décident que ça suffit, que les progrès historiques se mettent en marche. Pensons aux mouvements syndicaux aux Etats-Unis. Aucun policier loué par la Pinkerton, aucun militaire, aucune technologie, n’a aucune chance contre un peuple résolument récalcitrant.

La non-coopération peut prendre des formes tres variées. Nous pouvons tous faire d’avantage, mais chaque jour, partout dans le monde, les gens refusent de travailler pour l’empire en faisant la grève, en travaillant en famille ou seulement pour la communauté, et en apprennant à faire et à partager d’avantage. Ils affament l’empire en ayant moins d’enfants, en vivant dans des maisons plus modestes et plus petites, en marchant au lieu de conduire, et en refusant la consommation de produits qui doivent être transportés à grandes distances et à un coût élevé en carburants. Ils préservent la nature en plantant des arbres, en protégeant les rivières et les animaux.

Henry David Thoreau.

Il n’y a rien de nouveau en ce qui concerne la confrontation de la puissance militaire avec la non-coopération. Cette idée vient d’Henry David Thoreau, mais a été appliqué avec succès par Mohandas K. Gandhi, Martin Luther King Jr., Nelson Mandela, Vaclav Havel, et beaucoup d’autres dans des endroits et contextes différents. Gandhi, surtout, insiste qu’avant de faire aucune demande d’un ennemi, il faut passer par un processus d’examen personnel avec franchise et un rejet catégorique de la façon dont on coopère avec cet ennemi.

Un exemple très significatif, à propos de ce sujet, est la facon dont cinq travailleurs portuaires égyptiens qui, ayant eux-mêmes été attaqué avec du gaz lacrymogène, ont refusé de permettre une rentrée massive de ce gaz dans leur pays.

Même Gandhi a avoué que parfois il y a des occasions où il faut directement confronter son adversaire, mais par respect pour la vie, ce doit être fait nécessairement après que cet adversaire ait été affaibli par une campagne exhaustive de non-coopération.

Bien que cela semble vaguement idéaliste, la non-coopération n’est pas la politique de l’autruche pour ceux qui veulent s’enterrer la tête dans le sable. C’est une approche qui oblige à quelqu’un de se lever de son fauteuil et de cesser les conversations interminables au sujet des criminels de “l’empire industriel mondiale.” La simplicité est un corollaire de la non-coopération. Par exemple, une vie simple est requise lorsque les travailleurs se mettent en grève et doivent se débrouiller sans salaire pendant des semaines ou même des mois.

On dit parfois que la non-coopération est un outil faible, parce que les révolutions aux Indes et en Haïti auraient échoué si les empires n’avaient pas été préalablement affaiblis par d’autres causes ou aventures. On dit parfois que la non-coopération apporte seulement un changement superficiel, parce que les progrès tels que ceux du mouvement des droits civiques aux États-Unis n’ont pas pu complètement se debarrasser du racisme. Si les Indiens et les Haïtiens ont bien choisi leur moment contre les puissances européennes, c’est parce que c’était l’approche la moins couteuse et la plus raisonable. En effect, le mouvement des droits civiques n’a pas pu débarrasser les Etats-Unis du racisme, mais ce mouvement a conduit à plus de progrès sur les droits des groupes minoritaires que n’importe quel nombre d’ «-ismes» promus par ceux qui parlent sans cesse des “masses,” et qui se detestent sans aimer personne.

La philosophie de Gandhi n’est pas de la sainteté. Pour lui, l’amour était une force extraordinairement féroce — rappellant un peu l’amour de la déesse Ezili Danto dans le Vaudou haïtien — aidant les autres à se réaliser. Un tel amour ne se courbe pas devant le culte du héros. Il ne peut accepter la destruction d’aucun etre vivant parce que l’autre est reconnu comme un prolongement de soi dans le grand édifice vivant de cette Terre. Et bien que les notions de Gandhi sur la Vérité incluraient la fermeté sur la vérité des choses, l’essence de sa vérité – ainsi que l’essence de la non-coopération – etait son intolérance absolue pour se mentir a soi-même.

Dans touts les conflits, il est impératif de bien choisir ses armes. On ne se bat pas avec une épée contre un fusil. On ne combat pas une armée géante avec une petite. Les Etats-Unis, l’Europe et Israël, par exemple, provoquent constamment des agressions militaires, parce que c’est leur arène de prediléction où ils ont établi un avantage. Ce serait désespéré de lutter contre eux à leur manière. Par ailleurs, la non-coopération favorise ceux dont tout dépend: le peuple.

Ce n’est pas le role des empires, mais le nôtre, de promouvoir nos propres méthodes de lutte et de célébrer nos victoires. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre la foie. Perdre la foie, ce n’est pas penser rationnellement, et cette incapacité de penser logiquement est une forme de faiblesse et une invitation implicite à la conquête.

Certains articles associés:

La révolution en marche de l’Islande
Chinese Village Besieged After Protests
Démonstration pan-européenne pour sauvegarder la liberté de la presse en Hongrie
Longshore Union Protests ‘Police Brutality’ as President Surrenders

Source: Haiti Chery


Leave a Reply