Piarroux: Haiti Epidemic Could Be Gone in Months, Vaccination Target St Marc Has No CholeraInterview du Dr Renaud Piarroux sur le choléra d’Haiti avec Priorité Santé


By Dady Chery
Haiti Chery

English | French

In a radio interview on April 18 with Claire Hédon of Priorité Santé (Priority Health), Professor Renaud Piarroux voiced strong reservations about the design of Haiti’s cholera vaccination campaign by the Ministry of Public Health and Population.

Dr. Piarroux also highlighted new evidence to support a conclusive attribution of the cholera on the island to Nepalese troops from the United Nations mission in Haiti (MINUSTAH).

Dr. Piarroux is a Professor of Parasitology who specializes in infectious and tropical diseases. He holds an M.D. in pediatrics and a Ph.D. in microbiology, and he works as a medical practitioner and researcher in the area of epidemics and endemic tropical diseases. He directs the public health Department of Parasitology and Mycology (teaching hospital) of Marseille and teaches on tropical and parasitic diseases at Aix-Marseille University. In parallel, he participates in fighting epidemics in developing countries (Sub-Saharan Africa, Comoros, Middle-East, Central America).

According to Dr. Piarroux who has access to up-to-date medical information and laboratory results about Haiti’s cholera epidemic, and contrary to the daily announcements of mayhem in the mainstream news, Haiti’s cholera epidemic is waning and now exists principally as a series of clusters in the North of the country. Specifically, Dr Piarroux says:

“The number of cases has declined dramatically even compared to last year’s relative calm around the same time. For example, while there were over a thousand deaths from cholera during the first quarter of 2011, only about 40 cases have been identified between January 1st and March 27th of this year.

“However, beware, there are still active foci particularly in the north of the island, and with the rainy season, these foci could expand.”

With regard to the Nepalese origin of the cholera bacteria in Haiti, Dr Piarroux adds:

“It is certain that the epidemic was brought to Haiti from Nepal on the arrival of a battalion of blue helmets [UN troops] in the north of the country.

“Since the study that I published on this subject, two major elements add support to these results.

“First, a mission of experts appointed by the UN showed that the sanitation in the camp where these blue helmets were installed was very poorly designed, poorly protected. For example, the septic tank where the soldiers’ feces were discharged was a mere pit, unfenced, situated above a river. Feces could easily flow into the river.

“And also, Nepalese biologists agreed to provide an international scientific team the strains that they had isolated during the cholera epidemic that occurred just at the time of departure of the blue helmets to Nepal. They found that the cholera strains from Nepal and Haiti are identical. This approach is a bit like a police investigation. One examines the DNA of the #1 suspect and finds that it is the same as the one collected at the scene of a crime.

“Moreover, a UN expert — one paid by the UN to investigate this outbreak — told the New York Times that for him this meant irrefutable proof. He used the word ‘irrefutable.'”

Many key aspects of the design of the vaccination campaign are quite unfounded, according to Dr. Piarroux. He especially questions the choice of St. Marc as a target region for the vaccination.

“Disappointing this vaccination campaign….  the vaccine that will be used is of mediocre efficiency. The protection afforded by this vaccine is a little above 50%. This is not a very effective vaccine.

“…first they will vaccinate only 1% of the population. So do not expect an effect on the epidemic.

“And then the other problem is the areas chosen for immunization. One of these areas is in the territory of St. Marc, near the Artibonite River Delta….

“It is true that this takes us right back to where the epidemic started. Around October 20, 2010 there was massive contamination of the Artibonite and the canals fed by the Artibonite, and the territory of St. Marc, which is crisscrossed with these canals.

“Between October 20 and 27, epidemiological surveillance could account for 67 deaths in the town of St. Marc alone. So it was very hard hit. But since then, the contamination of the water has abated and the health situation has improved.

“Basically, in the two months that followed, there were 14 more deaths. This was instead by inter-human transmission and in urban areas of St. Marc.

“…since the beginning of the year 2011 and until now, the situation has been very quiet in St. Marc. There were a total of 3 deaths suspected to be from cholera — and this, since over 14, 15 months. Three deaths in just over 3,500 in the rest of the island over the same period. So St. Mark is not the place where there is currently a cholera problem.

“The history of cholera in St. Marc is a history of contamination of the canal waters that people drank, and they died within hours of drinking the water from these canals. Since then, the septic tank that contaminated these channels has disappeared, and it no longer exists; the Nepalese soldiers have disappeared. Now there are soldiers from Uruguay in the camp on top of the septic tank, and Uruguay is a country without cholera.”

Dr. Piarroux further notes that the vaccination is a waste of resources, and the administration of this vaccine to an insignificant fraction of the population would have doomed the vaccination to fail even if the vaccine had been efficacious, which it is not.

“50,000 people will be vaccinated from a total of 250,000 [in the St. Marc region where] the epidemic has declined substantially. The American Red Cross has donated more than a million dollars [$1,000,000] for this vaccination…. [Another major donor is USAID, directly and via Gheskio.]

“People do not have the means. The vaccines do not exist [in sufficient numbers of doses]. Only a few hundreds of thousands doses are available [in the world], and as you recall, the vaccine is not very effective.”

Dr. Piarroux recommends that

“first, we must understand that the cholera is… not in St. Marc, and not in the Artibonite Delta. It is in the north of the island, in mountainous areas… and some residual foci in the south. I think it’s there and there alone that the cholera should be fought with a maximum of tools.

“For example, we must bring chlorine, we must bring water, we must bring soap. If some companies that are marketing a vaccine want to test their vaccine, want to use it in field trials, this is where they should intervene. But not in an area that has been unaffected for the past 15 months.”

Contrary to projections in the popular media of a long-term cholera epidemic, Dr. Piarroux, who is an expert in fighting such epidemics, adds that Haiti has a chance of eradicating the cholera completely within a few months.

“…I am really, deeply convinced that if we acted like that, we would still have a chance to get rid of the cholera. I mean, not in the next decade, in my opinion in a few months, we could get rid of it. But we would have to hit the ground running in the areas where the cholera transmission is occurring. Of course, with the means to identify [the infection]: epidemiological surveillance that is quicker and more effective than what is there currently.”

Sources: Haiti Chery (English) | Priorité Santé

1,280 UN Personnel Exposed to Cholera Epidemic and Brought to Unsanitary Camp in Haiti
No Cholera Death for One Year Where Cuban-Led Medical Teams Work
Interview du Professeur Renaud Piarroux avec Claire Hédon
Priorité Santé

anglais | francais

Transcription par Haiti Chery

Entretien sur le Choléra qui sévit en Haïti, et sur la campagne de vaccination prévue par le Ministère de la Santé Publique et de la Population, avec le Pr Renaud Piarroux, épidémiologiste, spécialiste de médecine tropicale à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille et à l’université d’Aix-Marseille.

Professeur Renaud Piarroux, bonjour.


Vous êtes épidémiologiste, spécialiste de médecine tropicale, chef de service du laboratoire et parasitologie à l’hôpital de la Timone à Marseille dans le sud de la France. D’abord on en est où dans cette épidémie de choléra en Haïti?

Le nombre de cas a très fortement diminué même par rapport à la période de calme relatif qu’on connaissait l’année dernière à la même époque. Par exemple, alors qu’il y avait eu plus de mille décès dus au choléra pendant le premier trimestre de 2011, on n’en a recensé qu’une quarantaine entre le 1er janvier et 27 mars de cette année.

Cela dit, attention, il reste encore des foyers actifs en particulier dans le nord de l’île, et avec la saison des pluies, ces foyers pourraient s’étendre.

Vous avez été le premier à évoquer une souche asiatique arrivée avec les casques bleus népalais. Est-ce qu’on est certain de l’origine de cette épidémie aujourd’hui?

Oui. On est certain que l’épidémie a bien été importée en Haïti à partir du Népal lors de l’arrivée d’un bataillon de casque bleus en provenance de ce pays.

Depuis l’étude que j’avais publiée sur ce sujet, deux éléments majeurs sont venus étayer ces résultats.

D’abord, il y a une mission d’experts appointée par l’ONU qui a montré que le système d’assainissement du camp où ces casques bleus s’étaient installés était très mal conçu, très mal protégé. Par exemple, la fosse septique où étaient déversées les matières fécales des soldats n’était qu’un simple fossé, non clôturé, situé au dessus d’une rivière. Les matières fécales pouvaient ainsi facilement s’écouler dans la rivière.

Et puis, par la suite, des biologistes népalais ont accepté de transmettre à une équipe scientifique internationale les souches qu’ils avaient isolées à l’occasion de l’épidémie de choléra qui avait eu juste lieu au moment du départ des casques bleus (donc au Népal). Il s’avère que les souches de choléra népalaises et haïtiennes sont parfaitement identiques. Pour expliquer la démarche : c’est un peu comme si dans une enquête de police on montrait que l’ADN du suspect no. 1 est celui qui s’est retrouvé sur les lieus d’un crime.

D’ailleurs, un des expert de l’ONU — justement payé par l’ONU pour investiguer cette épidémie — a répondu au New York Times qu’il s’agissait pour lui d’une preuve irréfutable. Il a utilisé le mot “irréfutable.” Voilà où l’on en est.

Donc, on est absolument sûr de l’origine de cette souche asiatique. Une campagne de vaccination vient de démarrer en Haïti contre le choléra. Qu’est ce que vous en pensez? D’abord qu’est ce que vaut ce vaccin contre le choléra?

Je vais être décevant sur cette campagne de vaccination. Je pense qu’elle n’aura effectivement pas d’impact, parce que le vaccin qu’on va utiliser est d’une efficacité médiocre. La protection conférée par ce vaccin est un peu de dessus de 50%. Ce n’est pas un vaccin très efficace.

Donc, la moitié des cas marchent?

Oui c’est ca. Une grosse moitié on va dire. Et puis le problème est que d’abord, on ne va vacciner que 1% de la population. Donc il ne faut pas espérer un effet sur l’épidémie. Et puis l’autre problème ce sont les zones choisies pour la vaccination. L’une de ces zones est sur la commune de Saint Marc, près du delta du Fleuve Artibonite.

C’est la région où a démarré l’épidémie de choléra.

C’est vrai que ça nous ramène directement au démarrage de cette épidémie puisque vers le 20 octobre 2010 il ya eu une contamination massive de l’Artibonite, des canaux qui partent de l’Artibonite, et de la commune de Saint Marc qui est traversée par ces canaux.

Entre le 20 et le 27 octobre la surveillance épidémiologique a pu comptabiliser 67 décès sur cette seule commune de Saint Marc qui a donc été tres fortement touchée. Mais depuis, la contamination de l’eau a baissé et la situation sanitaire s’est améliorée.

En gros, dans les deux mois qui ont suivit, il ya eu encore 14 décès. Ces cas étaient plutôt liés à la transmission inter-humaine, plutôt d’ailleurs dans les zones urbaines de la commune de Saint Marc.

Et puis surtout, depuis le début de l’année de 2011 et jusqu’à maintenant, la situation est devenue très très calme à Saint Marc. Il ya eu en tout 3 décès de cas suspects de choléra sur plus de 14 ou 15 mois. Trois décès qu’on peut comparer à plus de 3,500 sur le reste de l’île sur la même période. Donc, Saint Marc n’est pas un endroit où il y a un problème de choléra actuellement.

L’histoire de choléra à Saint Marc, c’est une histoire de contamination de l’eau des canaux que les gens ont bue. Certains sont morts en quelques heures après avoir bu l’eau de ces canaux. Depuis, la fosse septique qui a contaminé ces canaux a disparu; elle n’existe plus; les soldats népalais sont partis. Ils sont maintenant remplacés par des soldats de l’Uruguay qui sont dans le camp au dessus des cette fosse septique, et l’Uruguay, c’est un pays sans choléra.

Et puis, le dernier point: on va vacciner 50,000 personnes sur une commune de 250,000. Comme je vous ai dit que l’épidémie a fortement régressé. Moi, je ne comprend rien de l’intérêt de cette initiative. Pourtant c’est couteux. La Croix Rouge américaine a donné plus d’un million de dollars [$ 1 000 000] pour cette vaccination, et je pense qu’il ya eu d’autres contributeurs, mais je ne le sais pas exactement.

Et pourquoi justement, il n’y a qu’un pour cent de la population qui va être vaccinée. Est-ce parce que finalement, ça coute très cher?

Un million [de dollars] déjà pour contribuer à vacciner en tout 100,000 personnes. Probablement ça a couté plus cher. Les gens n’ont pas les moyens. Les vaccins n’existent pas en nombre suffisant. Il n’y a que quelques centaines de milliers de doses disponibles. Et puis, je rappelle que le vaccin n’est pas très efficace.

Et alors qu’est ce vous preconisez, si cette campagne de vaccination ne vous parait pas très utile. Il faudrait faire quoi?

D’abord, il faut bien comprendre que le choléra est toujours là, mais pas à Saint Marc. Il n’est pas dans le delta de l’Artibonite. Il est dans le nord de l’île, dans les zones montagneuses qui surplombent l’Artibonite et dans quelques foyers résiduels plus au sud. À mon avis, c’est là, et là uniquement, qu’il faut combattre le choléra avec le maximum d’outils utilisés. Par exemple, il faut apporter du chlore, il faut apporter de l’eau, il faut apporter du savon. Eventuellement si les compagnies qui commercialisent un vaccin veulent tester leur vaccin, et veulent l’utiliser sur le terrain, c’est là qu’elles doivent intervenir. Mais pas dans une zone qui n’est plus touchée depuis maintenant 15 mois.

Quand vous défendez ces idées là, vous arrivez à vous faire entendre?

Plus ou moins, je ne suis pas sûr. Ça m’embête beaucoup parce que suis vraiment, intimement persuadé que si on agissait comme ça, on aurait encore des chances de se débarrasser du choléra. Je veux dire: pas dans les dix ans qui viennent. A mon avis, en quelques mois seulement, on pourrait s’en débarrasser. Mais il faudrait mettre le paquet sur les zones où la transmission du choléra se fait et, bien sûr, se donner le moyen de l’identifier, avec une surveillance épidémiologique plus prompte et plus efficace que ce qui se passe actuellement.

Merci, Professeur Piarroux.  Je rappelle que vous êtes épidémiologiste, spécialiste de médecine tropicale à l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille.


Origines: Priorité Santé, clinquer sur « Ecouter » | Haiti Chery

Lire aussi:
La Vérité sur l’Épidémie du Choléra en Haïti: Interview du Dr. Renaud Piarroux avec Dady Chéry

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Leave a Reply