Les vaccins anticholériques oraux furtifs: sont-ils dans le ‘programme élargi de vaccination’?

Haitian_Child_w_Cholera_d

Vaccination : une priorité pour le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP)

anglais | français

Commentaire

Ceux qui savent les actions en Inde, au Pérou et au Bangladesh des vendeurs de vaccins anticholériques oraux disent qu ‘«ils ne cesseront jamais d’essayer de les vendre. » Il est à nous de rester vigilants car ils reviendront differamment masqués.

La promotion des vaccins anticholériques oraux par le patron des ONG Paul Farmer s’est calmée depuis la démonstration que les idées de M. Farmer contredisent celles des experts du choléra tels que le professeur Richard A. Finkelstein, et aussi depuis la decouverte qu’un groupe de chercheurs sur le SIDA appelé Gheskio participerait aux vaccinations. Étant donné que le choléra est causé par des bactéries dans l’eau à boire, alors que le SIDA est causé par un virus lors de rapports sexuels, la participation proposée de Gheskio dans un programme de vaccination contre le choléra est curieuse.

Les mêmes acteurs persistent, tels que l’Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui appartiennet tous les deux à l’ONU. l’OPS s’est comportée evec un grand déshonneur à l’égard de épidémie de choléra en Haïti et l’OMS est connue pour des essais medicaux inéthiques dans d’autres pays.

Rappelons nous que la première réponse de l’OPS sur l’épidémie de choléra en Haïti a été de demander de grosses sommes d’argent du public. Considérons également que, comme la branche de l’ONU directement responsable pour la santé, l’OPS aurait dû être au courant de l’apparition du choléra sur la base népalaise de l’ONU à Mirebalais. Ce n’était pas subtile. L’équivalent d’une baignore de déchets colérique a été produite sur la base, et puis déversée dans l’Artibonite.

Plus récemment, un grand expert sur le choléra, le professeur Richard A. Finkelstein a fait savoir qu’il avait écrit en décembre 2010 aux fonctionnaires de la santé en Haiti, y compris Jon Andrus, directeur adjoint de l’OPS pour leurs faire savoir que l’utilisation proposée du vaccin Dukoral était « un gaspillage assez coûteux des ressources. » Ce vaccin n’a pas été adopté, mais une campagne a immédiatement commencé pour l’usage du Shanchol. Le Shanchol est un autre vaccin anticholérique oral qui est assez douteux. Le Shanchol contient 6 à 30 fois les niveaux admissibles du préservatif thiomersal qui est à base de mercure. Actuellement les vendeurs de vaccins disent qu’il est difficile de lier le thiomersal à l’autisme chez les enfants; que la réponse soit oui ou non, boire 6 à 30 fois les niveaux admissibles d’un produit chimique à base de mercure est absolument dangereux pour la santé.

Malgré le nom inoffensif « Programme Elargi de Vaccination (PEV) », l’association du programme à l’OPS et l’OMS devrait sonner l’alarme.

Les parents haïtiens feraient bien de refuser de boire des liquides et d’interdire à leurs enfants de faire de même dans le cadre de toutes campagnes de vaccination, quels que soient leurs noms.

Dady Chery, Rédaction
Haiti Chery

 

Par Aline Sainsoivil
Le Matin

La vaccination de l’enfant demeure une préoccupation majeure pour le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP). Ce lundi 12 mars, une rencontre a eu lieu à l’hôtel Montana pour présenter l’état d’avancement et les objectifs du programme national de vaccination.

En présence de représentants de plusieurs institutions sanitaires partenaires, notamment l’UNICEF, l’OPS-OMS, le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) a présenté un plan de renforcement du programme élargi de vaccination (PEV). Des travaux ont été entrepris depuis 2011 pour le renforcement du programme, a rapporté Docteur Jean Ronald Cadet, directeur du PEV.

Un plan pluri-annuel complet (PPAC) pour la période 2011-2015, un plan de renforcement de la chaine de froid, des mises en place institutionnelles et stratégiques sont entre autres mesures prises l’année dernière. Le MSPP a effectué aussi la documentation et la vérification de l’élimination de la rougeole, la rubéole et du SRC. Il a annoncé l’introduction de trois nouveaux vaccins en 2012, à savoir le penta, le pneumo et le rota.

Le MSPP a particulièrement attiré l’attention sur l’importance de la vaccination de routine qui doit assurer une couverture maximale au niveau de tout le territoire. En effet, il vise à atteindre 90% des moins d’un an avec tous les vaccins du PEV d’ici 2015, à l’exception du BCG. En ce sens, le renforcement du programme et sa viabilité financière constituent des priorités pour le ministère.

Pour atteindre ses objectifs, le MSPP a élaboré des stratégies, notamment, la surveillance épidémiologique, un plan intégré de communication, une chaine de froid efficace dans au moins 80% des institutions affiliées au PEV. La chaine de froid inclut les moyens de stockage, entreposage, transports, formation du personnel, information. La vérification des injections et la gestion des déchets seront pris en compte dans le programme.

De son côté, le docteur Jeannot François, est intervenu sur les activités intensives pour la santé de l’enfant. Il a fait remarquer qu’un nombre important d’enfants, soit 273 860, a échappé au programme de vaccination depuis 2008. Ce chiffre représente plus qu’une cohorte de naissance évaluée à 252 664 enfants.

« L’épidémie est à nos portes, il faut prendre une décision », a-t-il clamé.

[De quelle épidemié parle le Dr. Francois s'il ne parle pas de la vaccination contre le choléra? DC]

En outre, il a évoqué le risque de réintroduction des virus sauvages de polyo et de rougeole augmenté par la précarité de l’assainissement et la carence en vitamine A. Il a prévu de vacciner 2 519 685 enfants de 0 à 9 ans, ainsi que les femmes de 15 à 49 ans qui accompagneront leurs enfants. Les stratégies prévues sont, entre autres, le porte-à-porte, les postes de rassemblement, la visite dans les écoles et les marchés.

La ministre de la santé publique, Madame Florence Duperval Guillaume, dans un point de presse donné à la fin de la cérémonie, a exprimé sa détermination.

« Nous voulons vacciner les 100% d’enfants de moins d’un an »,

a-t-elle déclaré. Un cas de poliomyélite peut nous donner un handicapé que nous devrons prendre en charge toute sa vie. Nous ne pouvons regarder un enfant mourir de tétanos ou de diphtérie alors que nous pouvions l’éviter, et ne pas nous sentir coupable, a-t-elle soutenu.

Madame Duperval en appelle au support du secteur privé. Tout en garantissant son leadership, elle a réitéré son engagement dans la lutte pour que les enfants deviennent « des adultes dignes et responsables de demain ».

 

sainsoivil_aline@yahoo.fr

Origine: Le Matin

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Les commentaires sont fermés.