Anti-Union, Pro-‘Race to the Bottom’Anti-syndicalisme, pro-‘course vers le bas’

D11_1_levis_sm

By Staff
Haiti Grassroots Watch
Licensed under a Creative Commons License

English | French

Factory worker Evelyne Pierre-Pauli has never been in a union. A sewing machine operator at One World Apparel – run by two-time presidential candidate Charles H. Baker – she’s afraid to even talk about the subject.

“You have to create unions in secret because if you utter the word, you can get fired,”

Pierre-Paul told Haiti Grassroots Watch.

“The bosses say that if we form unions, we’ll destroy business.”

National law and international conventions guarantee Haitian workers the right to organize and to collective bargaining. As recently as 2010, however, the International Trade Union Confederation’s (ITUC) Annual Survey of Violations of Trade Union Rights noted that in Haiti “employers have enjoyed absolute freedom” to repress organizers, due to political turmoil and other factors.

Workers in a CODEVI factory in Ouanaminthe, sewing Hanes tee-shirts (Photo: HGW).

“Those trying to organize workers in a union are constantly harassed or dismissed, generally in breach of the labor legislation. To prevent workers from joining unions, employers give bonuses to those who are not union members,”

the ITUC survey reported.

More recently, Better Work, a United Nations International Labor Organization (ILO) agency charged by the ILO with assuring all Haitian textile factories taking advantage of HELP legislation comply to international labor standards, said much the same thing. In its April 2011 report, Better Work noted numerous violations like the lack of written contracts, the lack of proper record-keeping on hours worked, forced overtime and too much overtime, failure to grant proper paid leave and failure to give proper lunch breaks. Better Work investigators also noted that there were no unions in any of the Port-au-Prince factories.

“Better Work Haiti notes very significant challenges related to the rights of workers to freely form, join, and participate in independent trade unions in this industry in Haiti,”

the report said.

But while Better Work notes “significant challenges” regarding the right to organize, director Richard Lavallee admitted that his office can’t do much to assist that situation, aside from file reports and make recommendations.

“Better Work has a collaborative relationship”

with the factories, he told HGW.

“Coercitive power doesn’t come from Better Work.”

Incredibly, Lavallee told HGW that workers said didn’t understand the meaning of “union.”

“When we interviewed workers to ask if they had colleagues who were fired because of trying to organize, we heard responses like, ‘What is a union?’” he said.

Whether or not Lavallee really believes that is possible, one thing is certain: factory owners and supervisors know which workers speak with Better Work investigators. Information in a report that criticizes a factory or certain supervisor would be easy to source. It is highly probable worker’s exercise self-censorship.

That’s certainly what workers told HGW.

Ginette Jean-Baptisteii operates a sewing machine in Charles H. Baker’s One World Apparel. She was interviewed by HGW away from the workplace. She echoed what workers at Haiti’s factories have said for decades: talking about unions and organizing can lead to a pink slip.

“We can’t make our demands heard at all. You can’t talk about that even with each other because someone will tell on you and you’ll get fired,” she told HGW.

[Earlier this fall, five union organizers were fired from Port-au-Prince factories, including one from One World. See Salaries in the New Haiti – Story #1]

Decades of Union-Crushing

In 2004, when the labor group Batay Ouvriye was helping organize at the Dominican-owned maquila park CODEVI, on the Haitian-Dominican border, hundreds of workers were laid off. Batay and others claimed the lay-offs were a direct result of the organizing. But at the time Baker, then vice president of the Association of Haitian Industries (ADIH), did not hesitate to defend the Dominican employers.

“I’m very disturbed because as a Haitian, I’m trying to create jobs,”

he told Inter Press Service.

“These people [Batay Ouvriye and its international supporters] are spreading lies on the Internet. This kind of thing kills our business here.”

But they were not lies. And business was not “killed.”

Sewing "American" blue jeans – Levis – in Ouanaminte, Haiti. This worker probably earns about US $5 a day (Photo: HGW).

Batay Ouvriye and the workers prevailed. Today, over 3,000 workers at CODEVI are unionized and all workers benefit from a collective bargaining agreement, although salary remains rock-bottom. Minimum wage for the approximately 6,500 workers is 868 gourdes (US $21.70) a week.

In the face of local organizing and international scrutiny and solidarity, Baker and other industrialists fight tooth-and-nail against raises, saying they pay as much as possible, and arguing that the foreign companies who out-source stitching jobs to Haiti would pick up and leave if workers were better paid.

Washington appears to agree. In 2009, with the backing of the US embassy, ADIH fought hard against an attempt by parliamentarians to raise minimum wage to 200 gourdes (US$5.00) a day. As reported in The Nation and in Haiti Liberté,

“contractors for Fruit of the Loom, Hanes and Levi’s worked in close concert with the US Embassy when they aggressively moved to block a minimum wage increase”

voted by [the Haitian] Parliament.

USAID helped pay for a study that, not surprisingly,

“found that an HTG 200 Haitian gourde minimum wage would make the sector economically unviable and consequently force factories to shut down,”

according to what chargé d’affaires Thomas C. Tighe wrote in a confidential cable to Washington.

The US embassy urged

“[a] more visible and active engagement by [then-President René] Préval.”

Two months later, the president apparently convinced the Parliament to set a two-tiered minimum wage that allowed assembly industries to pay less than 200 gourdes – 125 gourdes a day until October 2011, and now 150 gourdes a day.

Justifying the “race to the bottom”

According to Baker, and to HGW research [as noted in Salaries in the “new” Haiti – Story #1], workers often earn more than 150 gourdes. But the wage remains the lowest in the hemisphere – and lower than it was thirty years ago – in a country where the state mostly does not provide nor even subsidize basic needs like housing, electricity, water, education and healthcare.

Industrialists justify the low wages.

“When you have a country where 80 percent of the people don’t work, anything is good!”

according to Baker.

Jean-Alix Hecdivert, director of the Free Trade Zone Office, agreed, telling HGW:

“A worker can eat. Even if he can’t satisfy his hunger, he can eat.”

Up at CODEVI industrial park, Director Miguel Angel Torres echoed both men.

“I do think the salary is really low, but Haiti has 70 percent unemployment! If you don’t work, you don’t have anything. If you get 868, at least you can survive… It’s better than nothing,” he said.

Professor Camille Chalmers in front of the SONAPI industrial park, Port-au-Prince (Photo: HGW).

Haitian economist Camille Chalmers has spent years thinking and writing about the devastating effects of neoliberal economic policies on Haiti. For Charlmers, sweatshop wages for exported textiles, produced by local and foreign capitalists, are not “better than nothing.”

“It’s a big error to bet on the slave-wage labor, on breaking the backs of workers who are paid nothing while [foreign] companies get rich. It’s not only an error, it’s a crime,” Chalmers said.

The economist admitted that assembly industries do create jobs but – referring to the capital’s main industrial park “boom” years in the 1980s – he said that

“while SONAPI [Société National des Parcs Industriels] might have created 60,000 jobs, it also attracted two million unemployed people.”

Just like in Mexico, with the maquila boom, tens of thousands of landless peasants flowed into Haiti’s capital in search of jobs.

Assembly factories

“don’t resolve the unemployment problem, they don’t resolve the production problem,” Chalmers added.

“They work with imported materials, they’re enclaves. They don’t have much effect on the economy.”

Haiti’s not the first place to have “enclaves.” International corporations based in North America, Europe and parts of Asia have been off-shoring as much labor as possible for decades in order to save on labor costs. And as wages rise in one country the companies pick up and move on to someplace with lower wages. The concept of “race to the bottom” is by now well understood.

CODEVI’s Torres understands the “race” well.

Dominican factory owners started to move across the border because

“in the 2000s, we realized it was too expensive in the Dominican Republic. The clients couldn’t pay the labor costs.”

In a report for Georgetown University, Professor John M. Kline noted that rising labor costs on the eastern half of Hispaniola, and the 2005 expiration of “Multi-Fibre Agreement,” led to the loss of over 82,000 jobs in the Dominican Republic. Between 2004 and 2008, “nearly two-thirds of the sector’s total employment,” he wrote.

In one of the CODEVI factories - the sign reads: "Welcome - you are entering a quality business where we satisfy all the demands of our clients (Photo: HGW).

Ignorant or mendacious, the cheerleaders for Haitian sweatshop labor fail to mention the fate of those 82,000 Dominican workers. In fact, the Dominican economy, supported by remittances, ranks in the top 25 countries with the most skewed income distribution and has high structural unemployment.

But that doesn’t seem to matter to former President Bill Clinton. Speaking to the September 20 session of the Clinton Global Initiative meeting in New York City, he pushed Haiti to get to the front of the pack.

“I predict to you – if they [Haitians] do it right – they will move to the top in the region and then they will spark this race all over the Caribbean,”

he told investors.

Factory owner Baker admits he is part of the race.

“Yes, it’s a race to the bottom… if you count on it!”

Baker said.

Baker claims that low-wage, low-skilled assembly industries are temporary, a “stepping stone,” and that they will be a big part of the Haitian economy for only about “ten or 15 years.”

“I count on it only as a stepping stone… It’s a step. We’re going up the stairs and it’s one of the steps,” he said.

Dozens of countries – and indeed, Haiti, on and off for the past thirty years – have already tread those same “race to the bottom” steps.

Has the gamble paid off?

Also, low wages aren’t the only thing Haiti offers foreign investors.

 

——————————————————————–
i. and ii. The names of many workers has been changed to protect their identities because, despite the fact that the Haitian constitution recognizes the right of free speech, and the right for workers to organize, most workplaces are pervaded by fear due to the strong anti-union sentiment. All interviews took place in the spring and summer of 2011.

 

Source: Haiti Grassroots Watch, 2nd of 7 articles | Licensed under a Creative Commons License.

For background, see Article #1 of the series: Salaries in the “New” Haiti.

 

 Par le personel
Ayiti Kale Je

anglais | français

L’ouvrière Evelyne Pierre-Pauli n’a jamais été syndiquée. Opératrice de machine à coudre chez One World Apparel, une propriété du candidat à la présidence Charles H. Baker, elle craint d’aborder le sujet.

« Vous devez former un syndicat secrètement car si vous laissez échapper un mot, vous pouvez être licencié »,

explique Pierre-Paul à Ayiti Kale Je (AKJ).

« Les patrons disent que si nous nous syndiquons, nous détruirons la compagnie ».

La loi nationale et les conventions internationales garantissent aux travailleurs haïtiens le droit de s’organiser et de négocier collectivement. Cependant, jusqu’en 2010, selon un sondage annuel mené par la Confédération Internationale des Syndicats (ITUC) sur la violation des droits syndicaux,

« en Haïti, les employeurs jouissent d’une liberté absolue »

dans la répression des organisateurs, en raison du climat d’instabilité politique et d’autres facteurs.

Ouvrières dans une usine de CODEVI à Ouanaminthe, travaillant sur des tee-shirts Hanes (Photo: AKJ).

« Ceux qui tentent d’organiser la syndicalisation des travailleurs se font constamment harceler ou exclure, généralement en violation du code du travail. Pour empêcher les travailleurs d’adhérer au syndicat, les employeurs donnent des bonis à ceux qui ne sont pas syndiqués »,

rapporte l’étude ITUC.

Plus récemment, Better Work, un organe de l’organisation internationale du travail de l’ONU (OIT), censé assurer que les compagnies du textile bénéficiant de loi HELP respecte des normes syndicales internationales, rapportait à peu près la même chose. Dans son rapport d’avril 2011, l’organisation notait diverses irrégularités, comme l’absence de contrats écrits et de registres d’heures travaillées, le défaut d’offrir des congés payés, des pause-repas, ainsi que l’obligation de travailler des heures supplémentaires. Les enquêteurs de Better Work ont également remarqué qu’aucune des usines de Port-au-Prince n’avait de syndicat.

« Better Work Haïti a noté des enjeux sérieux concernant les droits des travailleurs à former, rejoindre ou participer librement à des organisations syndicales dans cette industrie en Haïti »,

rapporte leur document daté 15 avril 2011.

Si Better Work note des « enjeux sérieux » en matière du droit de s’organiser, le directeur Richard Lavallée admet que son bureau ne peut, dans cette situation, faire grand chose d’autre que de remplir des rapports et d’émettre des recommandations.

Il affirmait à AKJ que

« Better Work entretient des liens de collaboration »

avec les usines.

« Le pouvoir coercitif ne vient pas de Better Work ».

Étonnamment, Lavallée mentionnait aussi à AKJ que les travailleurs ne comprenaient pas ce qu’est un syndicat.

« Lorsque nous avons interviewé des travailleurs pour savoir si certains de leurs collègues avaient été mis à pied pour avoir tenté de se syndiquer, nous avons entendu des réponses comme : “Qu’est-ce qu’un syndicat” », a-t-il dit.

Que Lavallée croie ou non que ce soit possible, une chose est sure : les propriétaires et les superviseurs des usines toujours savent quels ouvriers parlent aux enquêteurs de Better Work. Dans un rapport qui critique une usine ou un superviseur, la source d’information est facile à retracer. Il est très probable que les travailleurs s’autocensurent.

C’est ce qu’ils ont dit à AKJ.

Ginette Jean-Baptisteii est opératrice de machine à coudre chez One World Apparel. AKJ l’a interviewée en dehors de son lieu de travail. Elle soutient ce que les travailleurs des usines haïtiennes disent depuis des décennies : le fait de parler de syndicat et d’organisation peut nous valoir une lettre de révocation.

« On ne peut jamais faire entendre nos demandes. Si on parle entre nous, quelqu’un peut nous dénoncer, et on risque de se faire mettre à la porte, a-t-elle affirmé à AKJ.”

[Plus tôt cet automne, cinq syndicalistes ont été licenciés des usines de Port-au-Prince, dont un de One World. Voir Les salaires dans la « nouvelle » Haïti – Article #1]

Des décennies de répression des syndicats

En 2004, à l’époque où le groupe de travailleurs Batay Ouvriye œuvrait à syndicaliser le parc industriel dominicain de CODEVI, sur la frontière dominicaine, des centaines de travailleurs furent mis à pied. Batay Ouvriye, comme d’autres, prétend que les mises à pied étaient directement reliées à la syndicalisation. Mais à l’époque, Baker, alors vice-président de l’Association des industries haïtiennes (ADIH), n’avait pas hésité à défendre les employeurs dominicains.

« Ça me trouble parce que, comme Haïtien, j’essaie de créer des emplois »,

avait-il affirmé à l’Inter Press Service.

« Ces gens [Batay Ouvriye et ses supporteurs internationaux] diffusent des mensonges sur Internet. C’est le genre de chose qui tue nos affaires ici. »

Mais ce n’était pas des mensonges. Et les affaires n’ont pas été « tuées ».

La couture du bleu jean "américain" - Lévis - à Ouanaminte, Haïti. Cet ouvrier gagne probablement environ 5 $US par jour (Photo: AKJ).

Batay Ouvriye et les travailleurs ont tenu bon. Aujourd’hui, ce sont plus de 3000 travailleurs du CODEVI qui sont syndiqués, et tous bénéficient de conventions collectives, même si les salaires restent dérisoires. Le salaire minimum de quelque 6500 travailleurs est de 868 gourdes (21,70 $US) par semaine.

Face aux syndicats locaux, et à la surveillance et la solidarité internationales, Baker et d’autres industriels se sont battus bec et ongles contre les hausses de salaires, disant qu’ils payaient autant qu’ils le pouvaient et prétendant que les compagnies étrangères dont ils sont les sous-traitants partiraient dès que les salaires monteraient.

Washington semble être d’accord. En 2009, avec l’aval de l’ambassade américaine, l’ADIH s’est battue contre les parlementaires qui avaient tenté de hausser le salaire minimum à 200 gourdes (5 $US) par jour . The Nation et Haïti Liberté reportaient que « les sous-traitants de Fruit of the Loom, de Hanes et de Levi’s travaillaient de concert avec l’ambassade américaine pour s’opposer farouchement à la hausse du salaire minimum votée par le parlement.

L’USAID a participé au financement d’une étude qui, rien d’étonnant, prétendait que

« une hausse du salaire minimum de 200 HTG gourdes haïtiennes précariserait le secteur et forcerait les usines à fermer »,

selon un communication confidentielle du chargé d’affaires Thomas C. Tighe à Washington.

L’ambassade américaine incitait à

« un engagement plus visible et actif de la part de [Président René] Préval ».

Deux mois plus tard, le président avait apparemment convaincu le Parlement d’établir un salaire minimum en deux phases pour permettre aux industries de payer moins de 200 gourdes – 125 gourdes jusqu’en octobre 2011, puis 150 gourdes par jour.

Justification de « la course vers le bas »

Selon Baker et la recherche d’AKJ [tel que mentionné dans Les salaires dans la « nouvelle » Haïti – Article #1], les ouvriers gagnent plus de 150 gourdes. Mais le salaire demeure le plus bas de l’hémisphère, et plus bas qu’il y a trente ans, dans un pays où l’État ne fournit ni ne subventionne la plupart des besoins élémentaires comme l’habitation, l’électricité, l’eau, l’éducation ou la santé.

Les industriels justifient les salaires bas.

« Lorsque vous avez un pays où 80 pourcent de la population ne travaille pas, vous prenez ce qui passe! » d’après Baker.

Le directeur du bureau des zones franches, Jean-Alix Hecdivert, est d’accord :

« Un travailleur peut se nourrir. Même si ce n’est pas à sa faim, il peut manger ».

Dans le parc industriel de CODEVI, le directeur Miguel Angel Torres abonde dans le même sens :

« Je ne crois pas que les salaires sont réellement bas, mais Haïti a un taux de chômage de 70 pourcent! Si vous ne travaillez pas, vous n’avez rien. Si vous gagnez 868 gourdes, vous pouvez au moins survivre… c’est mieux que rien ».

Le professeur Camille Chalmers devant le parc industriel SONAPI, à Port-au-Prince (Photo: AKJ).

L’économiste haïtien Camille Chalmers a passé des années à réfléchir et à écrire sur l’effet dévastateur des politiques du néolibéralisme économique en Haïti. Pour lui, les salaires dans les « ateliers de misère » du textile, appartenant aux capitaux locaux et étrangers, ne valent pas « mieux que rien ».

« C’est une grave erreur de miser sur des salaires de misère, sur des ouvriers qui se brisent les reins pendant que des compagnies [étrangères] s’enrichissent. Non seulement c’est une erreur, c’est un crime », s’indigne Chalmers.

L’économiste admet que l’industrie d’assemblage crée de l’emploi mais, en référence au « boom » des industries d’assemblage dans la capitale dans les années 1980, il nuance son propos :

« si la SONAPI [la Société nationale des parcs industriels] a créé 60 000 emplois, elle a également attiré deux millions de sans-emploi ».

Tout comme au Mexique, avec le boom des « maquiladoras », des dizaines de milliers de paysans sans terre ont envahi la capitale haïtienne à la recherche d’emplois.

Les usines d’assemblage

« ne règlent pas le problème du chômage, ni celui de la production »,

ajoutait Chalmers.

« Elles utilisent des matériaux importés, ce sont des enclaves. Elles n’ont que peu d’impact sur l’économie».

Haïti n’est pas la première à avoir des « enclaves ». Depuis des décennies, les corporations internationales d’Amérique du Nord, d’Europe et de certaines parties d’Asie externalisent le travail autant que possible pour épargner sur le cout de la main-d’œuvre. À mesure que les salaires augmentent dans un pays, les compagnies partent s’installer dans un pays où les salaires sont plus bas. « La course vers le bas » est maintenant un phénomène bien connu.

Torres, du COVEDI, comprend bien cette « course ».

Les propriétaires des usines dominicaines ont déménagés de côté dominicain parce que

« dans les années 2000, nous avons compris qu’en République Dominicaine c’était devenu trop cher. Les clients ne pouvaient plus payer les coûts de la main-d’œuvre ».

Dans un rapport rédigé pour l’université de Georgetown, le professeur John M. Kline souligne que la hausse du coût de la main-d’œuvre dans la partie Est de l’île d’Hispaniola, combinée à l’expiration de «l’Accord multifibre », a mené à la disparition de 82 000 emplois en République Dominicaine, soit « près des deux tiers des emplois du secteur », entre 2004 et 2008.

Dans une des usine du CODEVI - La pancarte dit: "Bienvenue - Vous entrez dans une entreprise de qualité où nous satisfaisons toutes les demandes de nos clients (Photo: AKJ).

Ignorants ou menteurs, les enthousiastes des ateliers de misère en Haïti ont omis de parler du sort de ces 82 000 travailleurs dominicains. En fait, l’économie dominicaine, basée sur les rentrées de devises envoyées par les expatriés, se classe parmi les 25 pays où les revenus sont distribués le plus inégalement et présente un fort chômage structurel.

Mais ça ne semble pas important pour l’ex-président Bill Clinton. Dans un discours à la session du Clinton Global Initiative, le 20 septembre, à New York, il encourageait Haïti à devenir plus compétitive.

« Je vous le prédis, s’ils [les haïtiens] font ce qu’il faut, ils se hisseront au sommet dans la région, puis ils déclencheront une course dans toutes les Caraïbes »,

disait-il aux investisseurs.

Baker, le manufacturier, admet qu’il est dans la course :

« Oui, c’est une course vers le bas, si vous misez sur elle »!

Baker prétend que les bas salaires et le travail manufacturier non spécialisé ne sont que temporaires, un «tremplin », et qu’ils joueront un grand rôle dans l’économie haïtienne pendant « dix à quinze ans » seulement.

« Je compte là-dessus seulement en tant que tremplin… C’est une étape. Nous allons gravir les échelons et cette étape en est un », dit-il.

Des douzaines de pays – dont Haïti de façon intermittente depuis trente ans – ont déjà participé à cette «course vers le bas ».

Est-ce que le jeu valait le chandelle?

Aussi, les bas salaires ne sont pas la seule chose qu’Haïti a à offrir aux investisseurs étrangers.

——————————————————————
i. et ii. Les nommes des ouvrières ont été changé pour protéger leur identités car, malgré le fait que la Constitution haïtienne reconnaisse le droit à la liberté de parole et celui des travailleurs de s’organiser, la plupart des lieux de travail sont imprégnés de crainte en raison de l’anti-syndicalisme répandu. Toutes les entrevues se sont déroulées durant le printemps et l’été 2011.

 

Origine: Haiti Kale Je, 2ème de 7 articles

Voir le premier article: Les salaires dans la « nouvelle » Haïti.

 

Leave a Reply