What’s Planned for Haiti?Quel est le plan pour Haïti?

By Staff
Haiti Grassroots Watch

English | French

“Haiti Stakes Recovery on Clothiers” – Wall Street Journal, May 14, 2010

“Free Trade Zones should be one of the spearhead’s to launch reconstruction.” – Jean-Alix Hecdivert, director of the government Free Trade Zone Office (FTZO)

Beginning forty years ago, Haitian authorities and their backers pinned their hopes – in part – on Free Trade Zones (FTZs) and assembly jobs. [See also Why is Haiti “attractive?” – Story #3]

More recently, the Haitian government and its backers have nuanced their approach. The 2010 Presidential Commission on Competitiveness report, Shared Vision for an Inclusive and Prosperous Haiti, named textiles as one of five “priority” sectors. (The other four are: animal husbandry, tourism, fruits and tubers, and construction.)

But in the wake of the earthquake, and with the advent of the US HELP law which extends the HOPE II benefits, the main focus appears to be on FTZs and the assembly industry sector. The FTZO has received many requests for new authorizations, Hecdivert told Haiti Grassroots Watch said.

“We are working on all of these projects because the focus is: create the most jobs possible in the shortest amount of time,” he added.

Echoing Hecdivert, a key figure in the new administration said the government is basically banking on “a massive influx of foreign capital.” In a September 12 article in Le Nouvelliste, Laurent Lamothe, head of Martelly’s new Council on Economic Development and Investments, said

“the biggest need for the Haitian population is job creation.”

Map showing approximate locations of existing or planned industrial and FTZ parks. HGW

According to HGW’s interviews with the FTZO, and the evidence culled from dozens of documents and reports, there are over a half-dozen new FTZs and other assembly industry-related projects in the works. These include FTZs, Free Trade Industries (essentially an FTZ that the size of the building) and “Special Economic Zones” which are like expanded FTZs but with some non-FTZ businesses allowed in the region. One of the biggest projects is the Industrial Park of the North Region (Parc Industriel du Region Nord – PIRN). Another large project – although not much is known about it – is a giant combination of FTZs and other initiatives some journalists are calling the “North Pole Initiative.”

Despite numerous requests to FTZO officials, Haiti Grassroots Watch (HGW) was not able to obtain definitive paperwork on all of the projects, nor a map of approved FTZs. Below is an incomplete list of existing or potential FTZs and related projects.

Name Where? Who? Who is investing and what kind of investment? Number of new jobs the project claims it will create
SONAPI industrial park (expansion) Port-au-Prince (government industrial park) Government – $3.5 million loanGovernment – $400K grant 1,200 – 2,000
CODEVI (expansion) Ouanaminthe Grupo M World Bank and Soros Economic Development Fund (SEDF) – $6 million loanCiti – $250K grant 1,400
West Indies Free Trade Zone north of Port-au-Prince (part of “North Pole”) WIN Group (Mevs family) Soros Economic Development Fund (SEDF) – $45 million loan 25,000
Industrial Revolution II Croix des Bouquets Richard Coles of Multiwear S.A. $7.5 million total, with a $3 million loan possibly coming from IDB ?
RHEA Croix des Bouquets Signa S.A. ? ?
? Corail-Cesselesse(part of “North Pole”) NABATEC – Gérald-Emile Brun, director Unnamed Korean firm? ?
HINSA Drouillard (Port-au-Prince) Hispaniola Investment S.A. (D’Adesky) ?
PIRN Caracol US government, Haitian government, Sae-A US – $120 million grantInter-american Development Bank (IDB) – $55 million grantSae-A – $78 million 20,000 (more promised)
Quisqueya Sartre ? ?
? Les Cayes ? ?
Noveau Quisqueya Port à l’Ecu Société Générale de Développement S.A.(SOGEDEV) (tourism installation as well as FTZ planned, according to FZO)
? Fort Liberté ? ?
? Ganthier(part of “North Pole”?) ? ?

Charity or profit?

The language in the press releases and on the websites announcing the millions in loans and grants for the expansion of the textile assembly industry constantly reinforces the idea that relocation of factories to Haiti is practically a charitable enterprise.

Bill Clinton speaking with Paul Farmer, right, and a Haitian businessmen a few months before the earthquake at a private port in Port-au-Prince that would be converted to a new free-trade zone. Clinton and a trade delegation of at least 200 businessmen were in Haiti to encourage trade and investment (Photo: AP/Ramon Espinosa).

The Interim Haiti Recovery Commission says the project is in the “job creation” sector, making it sound almost like a social service. Billionaire George Soros’ investment group hyped that their participating in the West Indies Free Trade Zone would

“improve the standard of living for 300,000 residents.”

A Citi news release on its $250,000 grant to CODEVI congratulated itself for helping

“create 1,400 new full time jobs for Haitians over the next 12 months.”

But a look at what the buying power of a Haitian textile worker’s salary dispels the myth that assembly jobs contribute to a significantly improved “standard of living.” [See Salaries in the “new” Haiti – Story #1] And in any case, an investment is an investment – the objective is to make a profit. That is why financiers like Soros and Korean textile giants like Sae-A Trading are in Haiti, not in Alabama or France.

The jobs “created” in Haiti most likely already existed as jobs in another country before moving to the home of the hemisphere’s lowest wage. Haitian laborers are likely replacing more expensive laborers, and are basically making it possible for clothing labels like GAP, Banana Republic, Gildain, Levis and others to make even more profits by shutting down factories based in countries with better salaries and better worker protections.

A look across the border is instructive. Between 2004 and 2008, as wages rose a tiny bit, and a preferential trade agreement came to an end, the Dominican Republic lost 82,000 assembly jobs. [For more information, see Anti-union, pro-“race to the bottom,” Story #2 and Why is Haiti “attractive?” Story #3]

In the US, during about the same period (between 2004 and 2009), over 260,000 textile workers lost their jobs, according to the US Bureau of Labor Statistics. US sewing machine operators – the least trained textile workers – earned about $9.50 an hour in 2008 (the most recent figures available). In Haiti they earn about $5.90 a day.

Manufacturers do not offshore their jobs in order to “jumpstart” industry or “improve the standard of living.” They do it to make a profit. As Canadian company Gildan Activewear said in a recent newspaper article, the savings offered is “too good to pass up.”

According to a 2009 study commissioned by the Haitian government and paid for by the World Bank, Haitian assembly plants seem to be making a good profit, also. At that time were netting between 8 and 67 cents profit per piece, with factories stitching up to 1.7 million items per month.

Wage comparison chart, from the government-commissioned study. Bringing HOPE to Haiti’s Apparel Sector

Not all bad

Industrialization brings some benefits. Haitian workers get training, industrial parks are built, and there is likely some transfer of technology. Electricity, water and other infrastructure is usually improved in the FTZ areas. But the industry is volatile, and at any moment a textile company can pick up and leave.

For these and other reasons, Haitian economist Camille Chalmers is thinks the current approach – marketing Haiti’s sweatshop-wage salaries – is “a big error.”

“Basing the country’s development on assembly industries is a big error, it will lead us into a hole, into dependency. We’ve already experienced it, we know what it does,” he told HGW.

While Chalmers admitted that the areas with FTZs have slightly better infrastructure than the rest of the country, and that workers use their meager wages to buy food, the overall effects are minimal and do not help the economy’s productive forces grow.

“The sector is practically cut off from the rest of the country. You get some factories and some salaries, and everything else is imported,” he added.

“It’s completely wrong-headed and it won’t help the country get out from under its economic crisis,” the economist concluded.”

”People need to know what FTZs are, what has happened in Mexico, or Honduras, so they don’t think these things will ‘save’ us.”

How have other countries fared?

 

Source: Haiti Grassroots Watch, article #4 of 7-part series. | Clinton-Farmer photo added by Haiti Chery

 Par le personel
Haiti Kale Je

anglais | français

« Haïti mise sur l’industrie du vêtement pour se rétablir » – Wall Street Journal, 14 mai 2010

« Les zones franches devraient être le fer de lance de la reconstruction » – Jean-Alix Hecdivert, directeur général de la Direction des Zones Franches (DZF).

Depuis quarante ans, les autorités haïtiennes et leurs alliés ont misé, en partie, sur les zones franches (ZF) et les emplois dans l’assemblage. [Voir aussi Pourquoi Haïti est si « attrayante »? – Article #3]

Plus récemment, le gouvernement haïtien et ses alliés ont nuancé leur approche. Le rapport 2010 de la Commission présidentielle sur la compétitivité, Vision partagée pour une Haïti inclusive et prospère présentait les textiles comme l’un des cinq secteurs prioritaires. (Les quatre autres sont l’élevage du bétail, le tourisme, les fruits et tubercules, et la construction.)

Mais après le séisme et l’arrivée de la loi américaine HELP, qui étendait la portée de la Loi HOPE II, les yeux se sont tournés vers les ZF et le secteur de l’assemblage. M. Hecdivert apprenait à AKJ que la DZF avait reçu de nombreuses demandes de nouvelles autorisations.

« Nous travaillons sur tous ces projets parce que nous nous concentrons sur l’objectif de créer le plus d’emplois possibles en moins de temps possible », ajoutait-il.

Faisant écho à M. Hecdivert, une figure clé de la nouvelle administration a affirmé que le gouvernement tablait principalement sur « un apport massif de capitaux étrangers ». Dans un article publié le 12 septembre dans Le Nouvelliste, Laurent Lamothe, chef du nouveau Conseil pour le développement économique et les investissements, soutient que

« le plus grand besoin de la population haïtienne n’est rien d’autre que la création d’emplois ».

Carte montrant l'emplacement approximative des ZF ou parcs industriels actuels ou planifiés. AKJ

D’après une entrevue d’AKJ avec la DZF et des preuves tirées de douzaines de documents et rapports, il y a plus d’une demi-douzaine de nouvelles ZF et autres projets industriels en préparation. On parle notamment de ZF, d’industries libre-échange (essentiellement des ZF de la taille d’un édifice) et de « zones économiques spéciales », qui sont comme des ZF étendues accueillant aussi des entreprises non ZF. L’un des plus grands projets est le Parc industriel de la Région du Nord [voir aussi Le Cas de Caracol – Article #6]. Un autre grand projet, dont on ne sait pas grand chose, c’est la combinaison géante de FZ et d’autres initiatives, que des journalistes ont baptisées « Pole Nord ».

Malgré ses nombreuses demandes aux dirigeants de la DZF, Ayiti Kale Je (AKJ) n’a pu obtenir de documentation officielle sur tous ces projets, ni de carte des ZF approuvées. Voici une liste incomplète des ZF existantes ou potentielles et les projets qui leur sont reliés.

Nom Où? Qui? Qui est Investisseur et quel type d’investissement? Nombre d’emplois que le projet est censé créer
Parc industriel SONAPI (expansion) Port-au-Prince (Parc industriel gouvernemental) Gouvernement – prêt de 3,5 M$Gouvernement – subvention de 400 000$ 1200 à 2000
CODEVI (expansion) Ouanaminthe Grupo M Banque Mondiale et Fond de Développement Économique Soros (FDES) – prêt de 6 M$Citi – subvention de 250 000 $ 1400
West Indies Free Trade Zone Nord de Port-au-Prince (fait partie du « Pole Nord ») WIN Group (famille Mevs) Fond de Développement Économique Soros (FDES) – prêt de 45 M$ 25 000
RHEA Croix des Bouquets Signa S.A. ? ?
Industrial Revolution II Croix des Bouquets Richard Coles of Multiwear S.A. 7,5 M$, avec 3 M$ de la BID ?
? Corail-Cesselesse(fait partie du « Pole Nord ») NABATEC – Gérald-Emile Brun, Directeur Firme coréenne non nommée ?
HINSA Drouillard (Port-au-Prince) Investissement Hispaniola S.A. (d’Adesky) ?
PIRN Caracol Gouvernements haïtien et américain, Sae-A Subvention – 120 M$USBanque Inter-américaine de Développement (BID) – subvention de 55 M$Sae-A – 78 M$ 20 000 (davantage sont promis)
Quisqueya Sartre ? ?
? Les Cayes ? ?
Nouveau Quisqueya Port à l’Ecu Société Générale de Développement S.A.(SOGEDEV) (installations touristiques et ZF planifiée d’après la DZF)
? Fort Liberté ? ?
? Ganthier(fait partie du « Pole Nord ») ? ?

Charité ou profit?

Les termes utilisés dans les communiqués de presse et les sites Web annonçant des millions en prêts et subventions pour l’expansion du secteur textile, renforcent constamment l’idée que la relocalisation de manufactures en Haïti relève presque de la charité.

Bill Clinton parle avec Paul Farmer, à droite, et un homme d'affaires haïtien, quelques mois avant le seisme, dans un port privé de Port-au-Prince qui serait converti en une nouvelle zone de libre échange. Clinton et une délégation d'au moins 200 hommes d'affaires étaient en Haïti pour encourager le commerce et l'investissement (Photo: AP/Ramon Espinosa).

La Commission intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH) insère le projet du PIRN dans le secteur « Création d’emplois », le faisant apparaître comme un service social. Le groupe d’investissement du milliardaire George Soros a clamé qu’il allait « améliorer les conditions de vie de 300 000 résidants » en investissant 45 M$ dans la « West Indies Free Trade Zone » de la famille Mevs. Un communiqué de presse de Citi sur son financement de 250 000 $ à CODEVI se félicitait de « créer 1400 nouveaux emplois à temps plein en Haïti pour les 12 prochains mois ».

Mais lorsqu’on prend conscience du pouvoir d’achat associé au salaire d’un travailleur du textile haïtien, le mythe voulant que ces emplois contribuent à améliorer leurs « conditions de vie » s’évanouit. [Voir Salaires dans la « nouvelle » Haïti – Article #1] De toute façon, un investissement reste un investissement – le but est de faire du profit. C’est pourquoi les financiers comme Soros et les géants du textile coréen comme Sae-A sont en Haïti et non en Alabama ou en France.

Les emplois « créés » en Haïti sont très probablement des emplois qui existaient déjà dans d’autres pays avant de déménager dans le pays des plus bas salaires de l’hémisphère. Les travailleurs haïtiens en remplacent probablement d’autres mieux payés et permettent à des marques comme GAP, Banana Republic, Gildain et Levis, de faire des profits encore plus grands, en fermant des manufactures dans des pays où les salaires et les conditions de travail sont meilleurs.

Un simple coup d’œil de l’autre côté de la frontière est éloquent. Entre 2004 et 2008, alors que les salaires montaient de façon minime et que les ententes commerciales préférentielles venaient à terme, la République Dominicaine perdait 82 000 emplois manufacturiers. [Pour plus d’information, voir Anti-syndicalisme, pro-« course vers le bas », Article #2, et Pourquoi Haïti est si « attrayante »?, Article #3]

Selon le Bureau of Labor Statistics (Office des statistiques sur le travail) aux États-Unis, pendant à peu près la même période (2004-2009), plus de 260 000 travailleurs du textile ont perdu leur emploi. Les opérateurs de machines à coudre américains – les moins formés du secteur du textile – gagnaient environ 9,50 $ de l’heure en 2008 (les données disponibles les plus récentes). En Haïti, ils gagnent environ 5,90 $ par jour.

Les manufacturiers ne sous-traitent pas à l’étranger pour « relancer » une industrie ou pour « améliorer les conditions de vie. » Ils le font pour faire des profits. Comme la compagnie canadienne Gildan Activewear a dit dans un article récent, les bénéfices offerts sont « trop bons pour être ignorés ».

Selon une étude commandée en 2009 par le gouvernement haïtien et payée par la Banque Mondiale, il semble que les manufacturiers haïtiens font des bénéfices, aussi. A l’époque, ils ont perçu entre 8 et 67 centimes américains de profit par pièce, et les ouvriers produisaient jusqu’à 1,7 million de pièces par mois.

Analyse des coûts de production au niveau de l’usine. Bringing HOPE to Haiti’s Apparel Industry

Pas que du négatif

L’industrialisation comporte certains avantages. On forme des travailleurs haïtiens, on construit des parcs industriels et on assiste à un certain transfert technologique. L’électricité, l’eau et d’autres infrastructures s’améliorent généralement dans les régions des ZF. Mais l’industrie est volatile et une usine d’assemblage peut fermer et décider de partir à tout moment.

C’est pour ces raisons, entre autres, que l’économiste haïtien Camille Chalmers croit que l’approche actuelle – la promotion d’Haïti par la politique des bas salaires – est une « grave erreur ».

« Fonder le développement du pays sur la production à la chaine est une grave erreur, ça nous mènera à un gouffre, à la dépendance. Nous en avons déjà fait l’expérience, nous connaissons les résultats », a-t-il expliqué à AKJ.

Si Chalmers admet que les régions où sont établies les ZF ont de meilleures infrastructures que dans le reste du pays et que les travailleurs utilisent leurs maigres salaires pour acheter de la nourriture, leur effet global est minime et ne contribue pas à la croissance des forces productives du pays.

« Ce secteur est pratiquement coupé du reste du pays. Vous avez des manufactures et des salaires, et tout le reste est importé », a-t-il ajouté.

« C’est complètement insensé et ça n’aidera pas le pays à se relever de sa crise économique, concluait-il, les gens doivent comprendre ce qu’est une ZF et ce qui s’est passé au Honduras, pour ne pas faire l’erreur de croire que ces choses vont nous « sauver” ».

Les autres pays y ont-ils trouvé leur compte?

 

Origine: Haiti Kale Je, 4ème de 7 articles | Photo de Clinton et Farmer ajoutée par Haiti Chery

Leave a Reply