The Rush to Haiti’s NorthLa ruée vers le Nord

Mining_Road_Building_b

Editorial comment

English | French

This article brings to mind the Haitian proverb:

“Li palé fransé!”

Literal meaning: “He is speaking French!”  Real meaning: “He is obfuscating in French!” If I were addressing only Haitians, I could leave at that. But for the benefit of other readers, I will add a bit more.

The following article was illustrated in Le Nouvelliste with original press photos of the Industrial Park at Caracol, the University at Limonade, both under construction, but not a single photo of the mining explorations. Why not?  After all, the mountain range Le Massif du Nord, under exploration, covers about 1/3 of the country’s land area and is difficult to miss. Could this omission be because Haitians, journalist or no, have been banned for years from the areas of mineral exploration?

The Haitian people were last to learn about Haiti’s mineral wealth. If there had been a plan to benefit them, why were they not invited to contribute to this plan?  Why are the legally elected mayors from the northern region being persecuted and the City Halls, where the land titles and other important documents are kept, appropriated by the central government?

The agricultural plans are hardly original and date back to the 1915-1934 U.S. occupation of Haiti.

It is easy to guess what Haiti’s future will be if it continues on this course. For example, in the Dominican Republic, the neighborhoods near the Pueblo Viejo mine, along the same mountain range as in Haiti, have erupted in protest because the mine employs mainly foreigners and pollutes the local waters with massive quantities of cyanide.

Dady Chery, Editor
Haiti Chery

The return of Haitians to the hardships of road building for foreign interests is reminiscent of  the 1915-1934 US occupation of the country. Here Genove Valcimon, 70, poses for a picture as he works on a road being built through the mountains to lead to an exploratory drill site in the department of Trou Du Nord, Haiti, April 10, 2012  (AP Photo/Dieu Nalio Chery).

The Lure of the North

By Roberson Alphonse
Le Nouvelliste

Translated from the French by Dady Chery for Haiti Chery

The acquisition of land in northern Haiti is not as easy as before. In some municipalities, one must pay cash on the spot. People know that the tide has turned, and the North is becoming an important economic center, revealed Andre, a Capois in Port-au-Prince for years. The recent information has fed the rush, said this former member of the Center of Technical Planning and Applied Economics (CTPEA).

Haitians watch as workers build a road through the mountains that will lead to an exploratory drill site in the department of Trou Du Nord, Haiti, on April 10, 2012 (AP Photo/Dieu Nalio Chery).

Non-Haitian drill worker listens for the bit, hundreds of feet underground, during exploratory drilling for minerals and metals in the mountains in the department of Trou Du Nord, Haiti (AP Photo/Dieu Nalio Chery).

“Three companies are working in northern Haiti to draft a feasibility report for exploiting metallic substances, meaning gold, silver and copper,”

confided engineer Dieuseul Anglade, the director of the Office of Mines and Energy (Bureau des Mines et de l’Energie, BME), to our newspaper during an interview.

“These companies, have until June to submit their report,”

he said, but meanwhile, hopes are high.

“Some interesting results suggest that there will be exploitable deposits of gold, silver and copper,”

said Anglade, ever meticulous and prompt to emphasize the difference between exploration permits and operating licenses, to cut short the rumors that whites are plundering our fields.

“Even today, the BME has not issued any license to operate a mining company,”

he insisted, refusing, in passing, to confirm the information made public by a dispatch from the Associated Press (AP) estimating deposits of precious metals in northern Haiti worth US $20 billion.

“I do not confirm these figures. It is common for companies to make such statements to increase the value of their shares on the stock exchange,”

said this official, ever pragmatic and coldly scientific. The Eurasian-Newmont consortium has already spent nearly $25 million in exploratory operations, said Dieuseul Anglade, who did not remember the sums invested by the other two companies: Mining Company of the North-East (Société minière du Nord-Est, SOMINE) and VCS mining.

According Dieuseul Anglade, the outlook is encouraging and the Haitian state, during the negotiations for exploitation, will keep close watch to ensure that the country’s wealth may benefit Haitians.

There is not only gold

The rush to the North is not solely motivated by gold.

“The North is one of four growth areas identified by the Haitian government in its economic development strategy”

confirmed Fritz Jean, former governor of the Haitian National Bank (Banque de la Republique d’Haïti, BRH).

“As designed by the authorities, large areas of investment, due to their spillover effects, will serve as engines for growing the rest of the economy. Four major projects, with differentiated phases of implementation, will strongly influence the production of certain goods and services, and the movements of goods and corporate finance in the north “

assured this expert.

To support this projection, Fritz Jean spoke about a few flagship projects like the construction of the Caracol Industrial Park and the University King Henry 1st in Limonade. Not to mention the IDB’s tourism development project and the USAID’s FTFCN project, said Fritz Jean, who is very involved in development projects in the North.

“The Caracol Industrial Park (PIC), an investment of $276 million, supported by the IDB, the U.S. State Department, with Korean company SaE as its first customer is a trigger project that will mobilize nearly 8,000 employees in its starting phase and reach 40,000 at maturity”

Fritz Jean said, adding that

“The World Bank has allocated a budget of $65 million for tourism development in the North.”

“The University at Limonade, estimated at $ 35 million, will have 72 classrooms, laboratory and library space, and be able to receive nearly 10,000 students in the long term.

“It fills a major gap in higher education in the region, and as outreach, the teachers who will be hired at this university will provide training courses for teachers and perhaps even teach at other institutions of higher education or attend conferences, “

said Fritz Jean, who next explained the importance of a project like “Feed the Future Partnership Northern Corridor (FTFNC).”

“This proposed $75 million project aims to make agriculture more competitive locally and internationally by supporting and strengthening the production chains of critical value. He anticipates an increase in the production of crops such as banana, maize, rice, peas and a doubling of the export of cocoa. The targets include an improvement in the incomes of 40,000 households in a 5-year time frame, and the incubation of several Haitian firms so that they might interface between the funding agency and the Haitian farmers, “

Fritz Jean said.

“Haitian policy makers and international financing institutions, jointly engaged in these initiatives, already anticipate population movements, new forms of land use and the emergence of new industrial and commercial enterprises that will redefine the space between Cap Haitien and Ouanaminthe, sometimes called “The Northern Economic Corridor,”

he said, stressing that it is essential to provide the North infrastructure for effective exploitation of economic opportunities that lead to job creation.

According to Fritz Jean, one must must have a port to meet the needs of the business transactions in the region; an airport to facilitate relations with the rest of the world, for use by emergency people during accident; roads for better traffic of goods and people, electricity to facilitate business development, and improved irrigation infrastructure to increase agricultural productivity.

“In this context, the government anticipates infrastructure investments of about $ 1.8 billion over the next five years to support the agriculture, clothing and textiles. Such interventions permit the anticipation of over 200,000 jobs, “

revealed the former governor of the BRH.

Nesmy Manigat, from Cap au Nord, thinks this not without a downside.

“The economic hub planned for the Far North is increasingly precise. Such an ecosystem has all its elements in equilibrium. The sub-soil, soil, a cultural heritage and tradition of tourism, direct foreign investment, education infrastructure, etc.. “

said Nesmy Manigat, who cautions that

“development is more than adding potentialities or opportunities, it is primarily a regional vision and leadership building.”

“After all, much is still lacking. I mean the human capital required for the recovery of these assets, he insisted, citing the example of the oil-rich Gulf states that understood the need to invest heavily in education, innovation and advanced technologies. “

For Nesmy Manigat

“We must avoid rushing and falling into the trap of urgency, despite our extreme poverty.

“I am optimistic and I have great hope, provided we take the time to plan for long-term results and synchronize our actions well,”

he said, before expressing a fear that the North might become a huge disorganized entity.

“The urgency for me is to finalize the development plan for the area and promote real local SMEs to complete the competitive landscape of these investments now and in the future”

Nesmy Manigat said.

SMEs short of credit

“The main problem is access to credit,”

said Jean Bernard Simonet, owner of Cormier Plage, a few miles from Labadie.

“SMEs play an important role in developing the tourism industry,” said the hotel manager, pleased with the “new business opportunities there in the North.”

However, political instability can block opportunities, said the head of the Tourism Association of Haiti in Cap Haitien.

“There is a wait-related uncertainty. But if Prime Minister Lamothe applies a general policy and those in power manages to restore calm, there will be a rush for investment, despite the difficulties, “

said said Jean Bernard Simonet.

On the other hand, the businessman says one must also be careful.

“In order to be successful, we can make choices that prove unfortunate in the long-term”

he said, taking the example of a $179 million port project in Fort Liberté Bay.

“This is the best place for a port, but it may harm the development of tourism”

notes Simonet, who is favorable to a deep dialogue and policy planning so that one industry does not stifle the other.

Air transport in all this

Olivier Jean, head of Tortug’Air, number one in long-distance inter-urban transport, with some 120,000 passengers a year, believes in the economic boom for the Far North.

“The growth of air transport will be a good indicator of development of this new business area”

noted Olivier Jean, citing the example of Punta Cana, in the Dominican Republic.

However, Olivier Jean wants another approach in relations between the state and Haitian businesses.

“It’s not normal that Guy Malary airport should be in such a state while so much money was spent to rehabilitate the Toussaint Louverture International Airport,”

Jean Olivier complained, stressing the importance of air transport between cities for the success of country festivals.

The rush to the North is visible. Cap Haitien is experiencing a growth that is threatening the agricultural plains in the periphery. As Port-au-Prince in its time, the cities of North and Northeast … could easily become monsters in Haiti where planning has stopped, warned the incorrigible green militant, conceding his helplessness in the face of huge interests who mock ecological arguments.

“Even if they claim to have carried out environmental impact studies before implementing each project,”

he said with a grin.

ralphonse@lenouvelliste.com

Source: Le Nouvelliste (French) | Haiti Chery (English)

Related:
Poor Little Rich Haiti to Be Fleeced of Copper-Silver-Gold Via Caracol Deep-Water Port
Caracol Free-Trade Zone Jeopardizes Natural and Cultural Heritage
Haiti’s Elected Mayors Dismissed, Illegally Replaced by Presidential Appointees
Haitian MPs Who Support Mayors’ Dismissal Will Get Community Development Funds
Commentaire

anglais | français

Cet article me rappelle le proverbe haïtien

“Li palé Fransé!”

qui signifie littéralement “Il parle français!” mais dit en réalité, “Il obscurcit en français!” Si je parlais seulement aux Haïtiens, je pourrais en rester là, et tout serait compris. Mais pour des autres lecteurs, j’ajoute un peu plus.

L’article suivant était illustré dans Le Nouvelliste avec des photos originales du Parc Industriel à Caracol et l’Université à Limonade, les deux en construction, mais pas une seule photo des explorations minières. Pourquoi pas? Après tout, le Massif du Nord, en cours d’exploration, couvre environ un tiers de la superficie terrestre du pays et est difficile à manquer. Aurions nous cette omission parce que les Haïtiens, journalistes ou non, furent interdits depuis bien d’années des régions de l’exploration minérale?

En fait, les haïtiens furent les derniers à recevoir la nouvelle des richesses minérales du pays. S’il y avait eu un plan pour leur profit, pourquoi n’étaient-ils pas invités à contribuer à ce plan? Pourquoi les maires légalement élus de la région nord furent ils persécutés, et les mairies où les titres fonciers et d’autres documents importants sont conservés, furent elles appropriées par le gouvernement central d’Haïti ?

Les plans agricoles ne sont pas originaux et remontent à l’occupation américaine d’Haïti de 1915 à 1934.

Il est facile de deviner l’avenir d’Haïti, si on continue ainsi. Par example, en République Dominicaine, les quartiers près de la mine Pueblo Viejo, le long de la même chaîne de montagnes qu’en Haïti, ont éclaté en protestations parce que la mine emploie surtout des étrangers et pollue les eaux locales avec des quantités massives de cyanure.

Dady Chery, rédacteur en chef
Haïti Chery

Le retour des Haïtiens aux travaux de construction routes pour des étrangers rappele l'occupation du pays par États-Unis de 1915-1934. Ici Genové Valcimon, 70 ans, pose pour une photo sur une route en cours de construction à travers les montagnes pour mener à un site de forage exploratoire dans le département de Trou du Nord, en Haïti, le 10 Avril, 2012 (AP Photo / Dieu Nalio Chery).

 

La ruée vers le Nord

Par Roberson Alphonse
Le Nouvelliste

L’acquisition d’un terrain dans le Nord n’est plus aussi facile qu’avant. Dans certaines communes, il faut payer rubis sur ongle. Les gens savent que le vent a tourné, que le Grand Nord est en passe de devenir un important pôle économique, a révélé André, un Capois installé à Port-au-Prince depuis des années. Ces derniers temps, les informations communiquées alimentent la ruée, a ajouté cet ancien du Centre de Techniques de Planification et d’Economie Appliquée (CTPEA).

Des haïtiens regardent les travailleurs qui construisent une route à travers les montagnes qui mènent à un site de forage exploratoire dans le département de Trou du Nord, en Haïti, le 10 Avril, 2012 (AP Photo / Dieu Nalio Chery).

Un tavailleur étranger de forage écoute pour le bit, des centaines de pieds sous terre, pendant le forage exploratoire pour les minéraux et les métaux dans les montagnes dans le département de Trou du Nord, en Haïti (AP Photo / Dieu Nalio Chery).

« Trois compagnies travaillent dans le nord d’Haïti pour produire une étude de faisabilité d’exploitation de substances métalliques, c’est-à-dire de l’or, de l’argent et du cuivre »,

a en effet confié au journal l’ingénieur Dieuseul Anglade, directeur du Bureau des Mines et de l’Energie au moment de l’interview.

« Ces compagnies, a-t-il poursuivi, ont jusqu’au mois de juin pour produire leur rapport ».

Mais, entre-temps, les espoirs sont bons.

« Il y a des résultats intéressants qui laissent présager que l’on aura un gisement d’or, d’argent et de cuivre exploitable»,

a souligné Anglade, méticuleux, prompt en établissant la différence entre permis d’exploration et permis d’exploitation pour couper court aux rumeurs laissant croire que des Blancs pillent nos gisements.

Un malaxeur déversant du béton lors de la construction d’un des bâtiments du parc industriel de Caracol (Crédit: Dieudonne Joachim)

« Jusqu’à aujourd’hui, le BME n’a délivré aucun permis d’exploitation à une compagnie minière »,

a-t-il insisté, refusant, au passage, de confirmer les infos rendues publiques par une dépêche de l’Associated Press (AP) estimant à 20 milliards de dollars américains un gisement de métaux précieux dans le nord d’Haïti.

« Je ne confirme pas ces chiffres. Il est courant que des compagnies fassent ce genre de déclarations pour augmenter la valeur de leurs actions en bourse »,

a indiqué ce fonctionnaire, pragmatique et froid comme tout scientifique. Le consortium Newmont Eurasian a déjà dépensé près de 25 millions de dollars dans des opérations d’exploration, a indiqué Dieuseul Anglade, qui n’avait pas en mémoire les montants investis par les deux autres compagnies : la Société minière du Nord-Est (Somine S.A.) et le VCS mining.

Selon Dieuseul Anglade, les perspectives sont encourageantes et l’Etat haïtien, dans les négociations d’exploitation, veillera au grain pour s’assurer que les richesses du pays puissent être bénéfiques aux Haïtiens.

Il n’y a pas que l’or

La ruée vers le Nord n’est pas uniquement motivée par l’or.

« Le Nord constitue l’un des quatre pôles de croissance retenus par le gouvernement haïtien dans sa stratégie de développement économique »,

a confirmé Fritz Jean, ex-gouverneur de la Banque de la Republique d’Haïti (BRH).

« Comme conçus par les autorités, les grands espaces d’investissements, de par leurs effets d’entraînement, constitueront des engins de croissance pour le reste de l’économie. Quatre grands projets, à des phases différenciées de mise en oeuvre, auront des implications certaines sur la production des biens et services, la circulation des marchandises et le financement des entreprises dans la région du nord»,

a tablé cet expert.

Pour étayer sa projection, Fritz Jean a évoqué quelques chantiers-phares, comme la construction du parc industriel de Caracol et l’Université Roi Henri 1er à Limonade. Sans oublier le projet de développement du tourisme de la BID et le projet FTFCN de l’USAID, a indiqué Fritz Jean, très impliqué dans des projets de développement dans le Nord.

« Le Parc industriel de Caracol (PIC), un investissement de 276 millions de dollars, supporté par la BID, le Département d’État Américain, avec comme premier client la firme coréenne SEA, est un projet déclencheur qui, dans sa phase de démarrage, mobilisera près de 8 000 employés pour atteindre 40 000 à maturation »,

a indiqué Fritz Jean, ajoutant que

« la Banque mondiale a alloué une enveloppe de 65 millions de dollars au développement du tourisme dans le Nord ».

« Estimée à 35 millions de dollars, l’université de Limonade, 72 salles de classes, espaces de laboratoires et de bibliothèques, devra être à même de recevoir à long terme près de 10 000 étudiants.

« Elle comble un déficit majeur dans l’enseignement supérieur au niveau de la région ; et par externalités, les profs qui seront affectés à cette université pourront assurer des cours de formation de maîtres et peut-être même enseigner au niveau des autres institutions d’enseignement supérieur ou participer à des conférences au niveau du secondaire »,

a indiqué Fritz Jean, qui explique l’importance d’un projet comme le « Feed the Future Partnership Northern Corridor (FTFNC ) ».

« Ce projet de 75 millions de dollars vise à rendre le secteur agricole plus compétitif aux niveaux local et international en accompagnant la production et en renforçant les chaînes de valeur critiques. Il considère l’augmentation de la productivité de certaines cultures comme la banane, le mais, le riz, le pois et le doublement de l’exportation du cacao. Et l’amélioration des revenus de 40 000 ménages dans un horizon de 5 ans et l’incubation de plusieurs firmes haïtiennes pour qu’elles soient l’interface entre l’agence de financement et les fermiers haïtiens sont parmi les objectifs visés » ,

a indiqué Fritz Jean.

« Les décideurs politiques haïtiens et les institutions de financement internationales, engagés de manière concertée dans ces initiatives, anticipent déjà des mouvements de populations, de nouvelles formes d’occupation des sols et l’émergence de nouvelles entreprises industrielles et commerciales qui redéfiniront l’espace compris entre Cap-Haïtien et Ouanaminthe, identifié tantôt comme « Le Couloir économique du Nord »,

a-t-il confié, soulignant qu’il est indispensable de doter le Grand Nord d’infrastructures pour une exploitation effective des opportunités économiques génératrices d’emplois.

Selon Fritz Jean, il faut : un port qui puisse répondre aux besoins des transactions des entreprises de la région ; un aéroport facilitant les relations avec le reste du monde, utilisable par les croisiéristes en cas d’accident ; des routes pour une meilleure circulation des marchandises, des personnes ; de l’ électricité pour faciliter le développement des entreprises et améliorer les infrastructures d’irrigation pour augmenter la productivité du secteur agricole.

« Dans ce cadre-là, il est prévu dans le plan du gouvernement des investissements en infrastructure de l’ordre de 1,8 milliards de dollars pour les cinq prochaines années, pour supporter les secteurs agricoles, de l’habillement et du textile. Des interventions qui laissent anticiper la création de plus de 200 000 emplois »,

a révélé l’ex-gouverneur de la BRH.

Nesmy Manigat, Cap au Nord, pas sans bémol

« Le pôle économique du Grand Nord se précise de plus en plus. Tel un écosystème possédant tous les éléments de son équilibre. Le sous-sol, le sol, un patrimoine et une tradition touristique, des investissements étrangers directs, des infrastructures éducatives, etc. »,

a confié Nesmy Manigat, qui souligne cependant que

« le développement est plus qu’une addition de potentialités ou d’opportunités, c’est d’abord une vision et un leadership régional à construire ».

« Car, après tout, l’essentiel fait encore cruellement défaut. Je veux parler du capital humain indispensable pour assurer la valorisation de ces atouts, a-t-il insisté, citant l’exemple des pays du golfe, riches en pétrole ayant compris la nécessité d’investir massivement dans l’éducation, l’innovation et les technologies de pointe ».

Pour Nesmy Manigat,

« il faut éviter de se précipiter, de tomber dans le piège de l’urgence, malgré notre extrême pauvreté.

« Je suis optimiste et j’ai beaucoup d’espoir, pourvu qu’on prenne le temps d’espérer des résultats à long terme et de bien synchroniser nos actions »,

a-t-il confié, avant d’ exprimer une crainte que le Nord ne devienne une grande entité mal organisée.

« L’urgence pour moi est de finaliser le plan d’aménagement de ce territoire et promouvoir un réel tissu de PME locales compétitives pour compléter le paysage de ces investissements en cours ou à venir »,

a indiqué Nesmy Manigat.

Les PME en panne de crédit

« Le principal problème, c’est l’accès au crédit »,

a confié Jean Bernard Simonet, patron de Cormier Plage, à quelques kilomètres de Labadie.

« Les PME jouent un rôle important dans le développement de l’industrie touristique », a expliqué le gérant d’hôtel, content « des nouvelles opportunités économiques qu’il y a dans le Nord ».

Cependant, l’instabilité politique peut plomber les opportunités, a soutenu, le numéro un de l’Association touristique d’Haïti au Cap-Haïtien.

« Il y a un certain attentisme lié à l’incertitude. Mais si le Premier ministre Lamothe applique sa politique générale et que le pouvoir parvient à ramener la sérénité, il y aura une course à l’investissement, malgré les difficultés »,

a expliqué Jean Bernard Simonet.

D’un autre côté, l’homme d’affaires indique qu’il faut aussi faire attention.

« Dans le but d’avoir du succès, on peut faire des choix qui se révèlent malheureux à long terme »,

a-t-il dit en prenant l’exemple du projet d’un port qui devra coûter quelque 179 millions de dollars dans la baie de Fort-Liberté.

« C’est le meilleur endroit pour faire un port, mais cela peut compromettre le développement du tourisme »,

a illustré Simonet, favorable à un dialogue profond et des politiques d’aménagement du territoire pour qu’une industrie n’étouffe pas l’autre.

Le transport aérien dans tout cela

Olivier Jean, le patron de Tortug’air, numéro un dans le transport aérien interurbain avec quelque 120 000 passagers transportés par an, croit dans le boom économique du Grand Nord.

« L’essor du transport aérien sera un bon indicateur du développement de ce nouveau pôle économique »,

a fait remarquer Olivier Jean, citant l’exemple de Punta Cana, en République dominicaine.

Cependant, Olivier Jean souhaite une autre approche dans les relations entre l’Etat et les entreprises haïtiennes.

« C’est pas normal que l’aérogare Guy Malary soit dans cet état alors que beaucoup d’argent a été dépensé pour réhabiliter l’aéroport international Toussaint Louverture »,

s’est plaint Olivier Jean, insistant sur l’importance du transport aérien interurbain dans la réussite des fêtes champêtres.

La ruée vers le Nord est visible. La ville du Cap par exemple connaît des excroissances, menaçant des plaines agricoles en périphérie. Comme Port-au-Prince en son temps, les villes du Nord et du Nord-Est… peuvent facilement devenir des monstres dans l’Haïti où l’on a cessé de planifier, a prévenu un indécrottable militant écolo, concédant son impuissance face aux détenteurs de grands intérêts qui se moquent des arguments écologiques.

« Même si l’on prétend avoir procédé à des études d’impact environnemental avant d’implanter chaque projet »,

a-t-il dit avec un sourire moqueur.

 

Roberson Alphonse ralphonse@lenouvelliste.com

Source: Le Nouvelliste

Lire aussi:
La zone franche de Caracol met en péril le patrimoine naturel et culturel du Nord-Est
La Fenamh met l’exécutif en garde contre tout renvoi des cartels municipaux

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Comments

The Rush to Haiti’s NorthLa ruée vers le Nord — 1 Comment

  1. Mes felicitations pour ce grand et beau travail que vous effectuez. encore bravo! aujourd’hui on est 22 Aout, les resultats que prevenaient m. Anglade sont-ils prets? j’ai bien envie de les connaitres.

Leave a Reply