Constitution of the Republic of Haiti, 1987Constitution de la République d’Haïti, 1987

Haiti_Flag_sm

 

1987 CONSTITUTION OF HAITI

French | English

Preamble

The Haitian people proclaim this constitution in order to:

Ensure their inalienable and imprescriptible rights to life, liberty and the pursuit of happiness; in conformity with the Act of Independence of 1804 and the Universal Declaration of the Rights of Man of 1948.

Constitute a socially just, economically free, and politically independent Haitian nation.

Establish a strong and stable State, capable of protecting the country’s values, traditions, sovereignty, independence and national vision.

Implant democracy, which entails ideological pluralism and political rotation and affirm the inviolable rights of the Haitian people.

Strengthen national unity by eliminating all discrimination between the urban and rural populations, by accepting the community of languages and culture and by recognizing the right to progress, information, education, health, employment and leisure for all citizens.

Ensure the separation and the harmonious distribution of the powers of the State at the service of the fundamental interests and priorities of the Nation.

Set up a system of government based on fundamental liberties, and the respect for human rights, social peace, economic equity, concerted action and participation of all the people in major decisions affecting the life of a nation, through effective decentralization.

Title I

The Republic of Haiti

Its emblem and its symbols

Chapter I

The Republic of Haiti

First Article:
Haiti is an indivisible, sovereign, independent, cooperatist, free, democratic and social republic.

First Article-1:
The city of Port-au-Prince is the capital and the seat of government. This seat may be moved elsewhere for reasons of force majeure.

Article 2:
The national colors shall be blue and red.

Article 3:
The emblem of the Haitian Nation shall be a flag with the following description:

a. Two (2) equal sized horizontal bands: a blue one on top and a red one underneath;

b. The coat of arms of the Republic are: a Palette surmounted by the liberty cap, and under the palms a trophy with the legend:

In Union there is Strength

Article 4:
The national motto is: Liberty; Equality, Fraternity.

Article 4-1:
The national anthem shall be the “Dessalinienne.”

Article 5:
All Haitians are united by a common language: Creole.
Creole and French are the official languages of the Republic

Article 6:
The monetary unit shall be the gourde, which is divided into centimes.

Article 7:
The cult of the personality is categorically forbidden. Effigies and names of living personages may not appear on the currency, stamps, seals, public buildings, streets or works of art.

Article 7-1:
Use of effigies of deceased persons must be approved by the Legislature.

Chapter II

Territory of the Haitian Republic

Article 8:
The territory of the Haitian Republic comprises:

a. The western part of the island of Haiti and the adjacent island of la Geneva, La Tortue, I’Ile à Vache, les Cayemittes, La Navase, La Grande Caye and the other islands of the Territorial Sea;

b)It is bounded on the east by the Dominican Republic, on the north by the Atlantic Ocean, on the south and west by the Caribbean Sea or Sea of the Antilles;

c. The air space over the land sea of the Republic.

Article 8-1:
The territory of the Haitian Republic is inviolable and may not be alienated either in whole or in part by any treaty or convention.

Article 9:
The territory of the Republic is divided and subdivided into Departments, Arrondissements, Comunes, Quartiers and Comunal actions.

Article 9-1:
The law determines the number and boundaries of these divisions and subdivisions, and regulates their organization and operation.

 

Title II

Haitian Nationality

Article 10:
The regulations governing Haitian nationality shall be determined by law.

Article 11:
Any person born of a Haitian father or Haitian mother who are themselves native-born Haitians and have never renounced their nationality possesses Haitian nationality at the time of birth.

Article 12:
Haitian nationality may be adquired by naturalization.

Article 12-1:
After five years of continuous residence in the territory of the Republic, any foreigner may obtain Haitian nationality by naturalization, in conformity with the regulations established by law.

Article 12-2:
Haitians by naturalization shall be allowed to exercise the right to vote but they must wait five(5) years after the date of their naturalization to be eligible to hold public posts other than those reserved by the Constitution and by law for native-born Haitians.

Article 13:
Haitian nationality is lost by:

a. Naturalization in a foreign country;

b. Holding a political post in the service of a foreign country;

c. Continuous residence abroad of a naturalized Haitian without duly granted authorization by a competent official. Anyone who loses his nationality in this manner may not reacquire it.

Article 14:
A naturalized Haitian may recover his Haitian nationality by meeting all of the conditions and formalities imposed on aliens by the law.

Article 15:
Dual Haitian and foreign nationality is in no case permitted.

 

Title III

Basic Rights and Duties of the Citizen

Chapter I

The Nature of the Citizenship

Article 16:
Citizenship entails both civil and political rights.

Article 16-1:
The enjoyment, exercise , suspension and loss of these rights are regulated by law.

Article 16-2:
The age of majority is eighteen (18) years.

Article 17:
Al Haitians, regardless of sex or marital status, who have attained twenty-one years of age may exercise their political and civil rights if the meet the other conditions prescribed by the Constitution and by law.

Article 18:
Haitians shall be equal before the law, subject to the special advantages conferred on native-born Haitians who have never renounced their nationality.

CHAPTER II

Basic Rights

Section A

Right to life and Health

Article 19:
The State has the absolute obligation to guarantee the right to life, health, and respect of the human person for all citizens without distinction, in conformity with the Universal Declaration of the Rights of Man.

Article 20:
The death penalty is abolished in all cases.

Article 21:
The crime of high treason consists in bearing arms in a foreign army against the Republic, serving a foreign nation in a conflict with the Republic, in any official’s stealing state property, intrusted to his management, or any violation of the Constitution by those responsible for enforcing it.

Article 21-1:
The crime of high treason is punishable by forced labor for life without commutation of sentence.

Article 22:
The State recognizes the right of every citizen to decent housing, education, food and social security.

Article 23:
The State has the obligation to ensure for all citizens in all territorial divisions appropriate means to ensure protection, maintenance and restoration of their health by establishing hospitals, health centers and dispensaries.

SECTION B

Individual Liberty

Article 24:
Individual liberty is guaranteed and protected by the State.

Article 24-1:
No one may be prosecuted, arrested or detained except in the cases determined by law and in the manner it prescribes.

Article 24-2:
Except where the perpetrator of a crime is caught in the act, no one may be arrested or detained other than by written order of a legally competent official.

Article 24-3:
For such an order to be carried out, the following requirements must be met:

a. It must formally state the reason in Creole and in French for the arrest or detention and the provision of the law that provides for punishment of the act charged.

b. Legal notice must be given and a copy of the order must be left with the accused at the time of its execution;

c. The accursed must be notified of his right to be assisted by counsel at all phases of the investigation of the case up to the final judgment;

d. Except where the perpetrator of a crime is caught in the act, no arrest by warrant and no search may take place between six (6) p.m. and six (6) a.m.

e. Responsibility for an offense is personal, and no one may be arrested in the place of another.

Article 25:
Any unnecessary force or restraint in the apprehension of a person or in keeping him under arrest, or any psychological pressure or physical brutality, especially during interrogation, is forbidden.

Article 25-1:
No one may be interrogated without his attorney or a witness of his choice being present.

Article 26:
No one may be kept under arrest more than forty-eight (48) hours unless he has appeared before a judge asked to rule on the legality of the arrest and the judge has confirmed the arrest by a well-founded decision;

Article 26-1:
In the case of a petty violation, the accursed shall be referred to a justice of the peace, who shall then hand down a final decision.

In the case for more serious offenses or crimes, an appeal may be filed, without prior permission, simply by addressing a petition to the presiding judge of the competent civil court, who, on the basis of the oral statement of the prosecutor, shall rule on the legality of the arrest and detention, in a special session of the court, without postponement or rotation of judges, all other cases being suspended.

Article 26-2:
If the arrest is judged to be illegal, the judge shall order the immediate release of the arrested person and that order shall be enforceable immediately, regardless of any appeal to a higher court or the supreme court for an order forbidding enforcement of the judgment.

Article 27:
Any violation of the provisions on individual liberty are arbitrary acts. Injured parties may, without prior authorization, appeal to the competent courts, to bring suit against the authors and perpetrators of these arbitrary acts, regardless of their rank or the body to which they belong.

Article 27-1:
Government officials and employees are directly liable under civil and administrative criminal law for acts carried out in violation of rights. In such cases, civil liability extends to the State as well.

Section C

Freedom of Expression

Article 28:
Every Haitian has the right to express his opinions freely on any matter by any means he chooses.

Article 28-1:
Journalists shall freely exercise their profession within the framework of the law. Such exercise may not be subject to any authorization or censorship, except in the case of war.

Article 28-2:
Journalists may not be compelled to reveal their sources. However, it is their duty to verify the authenticity and accuracy of information. It is also this obligation to respect the ethics of their profession.

Article 28-3:
All offenses involving the press and abuses of the right of expression come under the code of criminal law.

Article 29:
The right of petition is recognized. It is exercised personally by one or more citizens but never in the name of a body.

Article 29-1:
All petitions to the Legislative Branch must give rise to the regulatory procedure for ruling upon their purpose.

Section D

Freedom of Conscience

Article 30:
All religions and faiths shall be freely exercised. Everyone is entitled to profess his religion and practice his faith, provided the exercise of that right does not disturb law and order.

Article 30-1:
No one may be compelled to belong to a religious organization or to follow a religious teaching contrary to his convictions.

Article 30-2:
The law establishes the conditions for recognition and practice of religions and faiths.

Section E

Freedom of Assembly and Association

Article 31:
Freedom of unarmed assembly and association for political, economic, social, cultural or any other peaceful purposes is guaranteed.

Article 31-1:
Political parties and groups shall compete with each other in the exercise of suffrage. They may be established and may carry outh their activities freely. They must respect the principles of national and democratic sovereignty. The law determines the conditions for their recognition and operation, and the advantages and privileges reserved to them.

Article 31-2:
The police authorities must be notified in advance of assemblies outdoors in public places.

Article 31-3:
No one may be compelled to join any association of any kind.

Section F

Education and Teaching

Article 32:
The State guarantees the right to education. It sees to the physical, intellectual, moral, professional, social and civic training of the population.

Article 32-1:
Education is the responsibility of the State and its territorial divisions. They must make schooling available to all, free of charge, and ensure that public and private sector teachers are properly trained.

Article 32-2:
The first responsibility of the State and its territorial divisions is education of the masses, which is the only way the country can be developed. The State shall encourage and facilitate private enterprise in this field.

Article 32-3:
Primary schooling is compulsory under penalties to be prescribed by law. Classroom facilities and teaching materials shall be provided by the State to elementary school students free of charge.

Article 32-4:
Agricultural, vocational, cooperative and technical training is a fundamental responsibility of the State and its communes.

Article 32-5:
Preschool and maternal training, as well as nonformal education are encouraged.

Article 32-6:
Higher education shall be open to all, on an equal bases, according to merit only.

Article 32-7:
The State shall see to it that each territorial division, communal Section, commune or Department shall have the essential educational establishments adapted to the needs of their development, without however prejudicing the priorities assigned to agricultural, vocational, cooperative and technical training, which must be widely disseminated.

Article 32-8:
The State guarantees that the handicapped and the gifted shall have the means to ensure their autonomy, education and independence.

Article 32-9:
The State and its territorial divisions have the duty to make all necessary provisions to intensify the literacy campaign for the masses. they encourage all private initiatives to that end.

Article 32-10:
Teachers are entitled to a fair salary.

Article 33:
There shall be freedom of education at all levels. This freedom shall be exercised under the control of the State.

Article 34:
Except where perpetrators of crimes are caught in the act, the premises of educational establishments are inviolable. No police forces may enter them except with the permission of the supervisors of those establishments.

Article 34-1:
This provision does not apply when an educational establishment is used for the purposes.

Section G

Freedom to Work

Article 35:
Freedom to work is guaranteed. every citizen has the obligation to engage in work of his choice to meet his own and his family’s needs, and to cooperate with the State in the establishment of a social security system.

Article 35-1:
Every employee of a private or public institution is entitled to a fair wage, to rest, to a paid annual vacation and to a bonus.

Article 35-2:
The State guarantees workers equal working conditions and wages regardless of their sec, beliefs, opinions and marital status.

Article 35-3:
Trade union freedom is guaranteed. any worker in the public or private sector may join a union representing his particular occupation solely to protect his work interests.

Article 35-4:
Unions are essentially nonpolitical, nonprofit, and nondenominational. No one may be forced to join a union.

Article 35-5:
The right to strike is recognized under the limits set by law.

Article 35-6:
The minimum age for gainful employment is set by law. Special laws govern the work of minors and servants.

Section H

Property

Article 36:
Private property is recognized and guaranteed. The law specifies the manner of acquiring and enjoying it, and the limits placed upon it.

Article 36-1:
Expropriation for a public purpose may be effected only by payment or deposit ordered by a court in favor of the person entitled thereto, of fair compensation established in advance by an expert evaluation.

If the initial project is abandoned, the expropriation is canceled. The property may not be subject to any speculation and must be restored to its original owner without any reimbursement for the small holder. the expropriation measure is effective upon the startup of the project.

Article 36-2:
Nationalization and confiscation of goods, property and buildings for political reasons are forbidden.

No one may be deprived of his legitimate right of ownership other than by a final judgment by a court of ordinary law, except under an agrarian reform.

Article 36-3:
Ownership also entails obligations. Uses of property cannot be contrary to the general interest.

Article 36-4:
Landowners must cultivate, work, and protect their land, particularly against erosion. the penalty for failure to fulfill this obligation shall be prescribed by law.

Article 36-5:
The right to own property does not extend to the coasts, springs, rivers, water courses, mines and quarries. They are part of the State’s public domain.

Article 36-6:
The law shall establish regulations governing freedom to prospect for and work mines, or bearing earths, and quarries, ensuring an equal share of the profits of such exloitation to the owner of the land and to the Haitian State or its concessionnaires.

Article 37:
The law shall set conditions for land division and aggregation in terms of a territorial management plan and the well-being of the communities concerned, within the framework of agrarian reform.

Article 38:
Scientific, literary and artistic property is protected by law.

Article 39:
The inhabitants of the Communal Sections have the right of preemption for the exploitation of the State’s land in the private domain located in their locality.

Section I

Right to Information

Article 40:
The State has the obligation to publicize in the oral, written and televised press in the Creole and French languages all laws, orders, decrees, international agreements, treaties, and conventions on everything affecting the national life, except for information concerning national security.

Section J

Right to Security

Article 41:
No person of Haitian nationality may be deported or forced to leave the national territory for any reason. No one may be deprived for political reasons of his legal capacity and his nationality.

Article 41-1:
No Haitian needs a visa to leave or return to the country.

Article 42:
No citizen, whether civilian or military, may be denied access to the courts open to him under the Constitution and the laws.

Article 42-1:
Military personnel accused of the crime of high treason against the country shall be tried in a court of ordinary law.

Article 42-2:
Military courts have jurisdiction only:

a. In the case of violation by military personnel of regulations in the Manual of Military Justice;

b. In the case of conflicts between members of the armed forces;

c. In the case of war.

Article 42-3:
Cases of conflicts between civilians and military personnel, abuses, violence and crimes perpetrated against a civilian by a member of the military in the performance of his duties are under the jurisdiction of courts for ordinary law.

Article 43:
No house search or seizure of papers may take place except under the terms of the law and in the manner prescribed by it.

Article 44:
Persons detained temporarily awaiting trial must be held separately from those who are serving sentence.

Article 44-1:
Prisons must be operated in accordance with standards reflecting respect for human dignity according to the law on this subject.

Article 45:
No penalty may be established except by law nor applied except in cases that the law determines.

Article 46:
No own may be compelled in cases of crimes, minor offenses, or petty violations to bear witness against himself or his relatives up to the fourth degree of consanguinity or the second degree of affinity.

Article 47:
No one may be compelled to take an oath except in the cases and in the manner provided for by law.

Article 48:
The State shall see to it that a Civil Pension Retirement Fund is established in the public and private sectors. The fund shall receive contributions from employers and employees, in accordance with the criteria and in the manner established by law. The granting of a pension is a right and not a privilege.

Article 49:
Freedom and privacy of correspondence and any other forms of communication are inviolable. They may be limited only by a well-founded judicial ruling, according to the guarantees by law.

Article 50:
Under the Constitution and the law, a jury is established in criminal cases for violent crimes and political offenses.

Article 51:
The law may not be made retroactive except in criminal cases when it favors the accused.

Chapter III

Duties of the Citizen

Article 52:
Citizenship entails civic duties. Every right is counterbalanced by a corresponding duty.

Article 52-1:
Civic duties are the citizen’s moral, political, social and economic obligations as a hole to the State and the country. These obligations are:

a. To respect the Constitution and the national emblem;

b. To respect the laws;

c. To vote in elections without constraint;

d. To pay his taxes;

e. To serve on a jury;

f. To defend the country in the event of war;

g. To educate and improve himself;

h. To respect and protect the environment;

i. To respect scrupulously the revenues and properties of the State;

j. To respect the property of others;

k. To work to maintain peace;

l. To provide assistance to persons in danger;

m. To respect the rights and freedom of others.

Article 52-2:
Failure to abide by these provisions shall be punishable by law.

Article 52-3:
Compulsory civic service for both sexes is established. The terms thereof shall be set by law.

 

Title IV

Aliens

Article 53:
The conditions under which aliens may be admitted to or remain in the country are established by law.

Article 54:
Aliens in the territory of the Republic shall enjoy the same protection accorded to Haitians, under the law.

Article 54-1:
Aliens enjoy civil, economic and social rights subject to legal provisions on the right to own real property, the practice of a profession, engaging in wholesale trade, serving as a commercial representative, and engaging in import and export operations.

Article 55:
The right to own real property is accorded to aliens resident in Haiti for the needs of their sojourn in the country.

Article 55-1:
However, aliens residing in Haiti may not own more than one dwelling in the named Arrondissement. They may in no case engage in the business of renting real estate. However, foreign companies engaged in real estate promotion shall receive the benefits of a special status regulated by law.

Article 55-2:
The right to own real property shall be accorded also to aliens residing in Haiti and to foreign companies for the needs of their agricultural, commercial, industrial, religious, humanitian or educational enterprises, within the limits and under the conditions prescribed by law.

Article 55-3:
No alien may be the owner of a building bounded by the Haitian land order.

Article 55-4:
The right terminates five(5) years after an alien ceases to reside in the country or the operation of this companies have terminates, pursuant to the law establishing regulations to be followed for the transmission and liquidation of property owned by aliens.

Article 55-5:
Violators of the above provisions and their accomplices shall be punished as provided for in the law.

Article 56:
An alien may be expelled from the territory of the Republic if he becomes involved in the political life of the country, or in cases determined by law.

Article 57:
The right to asylum for political refugees is recognized.

 

Title V

National Sovereignty

Article 58:
National sovereignty is vested in all citizens.

Citizens directly exercise the prerogatives of sovereignty by:

a. Electing the President of the Republic;

b. Electing members of the Legislature;

c. Electing members of all other bodies or all assemblies provided for by the Constitution and by law.

Article 59:
Citizens delegate the exercise of national sovereignty to three (3) branches of government:

1. The Legislative Branch;

2. The Executive Branch;

3. The Judicial Branch.

The principle of separation of the Three (3) branches is embodied in the Constitution.

Article 59-1:
The Three (3) branches constitute the essential foundation of the organization of the State, which is civil.

Article 60:
Each branch is independent of the other two (2) in the powers it exercises separately.

Article 60-1:
None of them may, for any reason, delegate their powers in all or in part, nor go beyond the bounds set for them by the Constitution and by law.

Article 60-2:
Each of the Three (3) branches is entirely responsible for its own acts.

Chapter I

Territorial Divisions And Decentralization

Article 61:
The territorial divisions are the Communal Sections, the Communes and the Departments.

Article 61-1:
The law may create any other territorial division.

Section A

Communal Sections

Article 62:
The CommunalSection is the smallest administrative territorial entity of the Republic.

Article 63:
Each Communal Section is administered by a council of three (3) members elected by universal suffrage for four (4) years. They may be re-elected an indefinite number of times.

Their mode of organization and operation is regulated by law.

Article 63-1:
The Administrative Council of the Communal Section is assisted in its work by an Assembly of the Communal Section.

Article 64:
The state is obligated to establish for each Communal Section the structures required for social, economic, civic and cultural training of its population.

Article 65:
Members of the Administrative Council of the Communal Section must:

a. Be Haitians and be at least twenty-five (25) years of age;

b. Have resided in the Communal Section for two (2) years before the elections and continue to reside there:

c. Enjoy civil and political rights and never been sentenced to death, personal restraint or penal servitude or the loss of civil rights.

Section B

Communes

Article 66:
Communes have administrative and financial autonomy. Each Commune of the Republic is administered by a Council, known as the Municipal Council, of three (3) members elected by universal suffrage.

Article 66-1:
The President of the council is assisted in its work by a Municipal Assembly composed among others, of a representative of each of its Communal sections.

Article 67:
The Municipal Council is assisted in its work by a Municipal Assembly composed, among others, of a representative of each of its Communal Sections.

Article 68:
The Municipal term is four (4) years, and its members may be re-elected for an indefinite number of terms.

Article 69:
The mode of organization and operation of the Commune and the Municipal Council are regulated by law.

Article 70:
Members of a Municipal Council must:

a. Be Haitians;

b. Have attained twenty-five (25) years of age;

c. Enjoy civil and political rights;

d. Have never been sentenced to death, personal restraint or penal servitude or the loss of civil rights;

e. Have resided at least three (3) years in the Commune and undertake to reside there for the duration of their term.

Article 71:
Each Municipal Council is assisted at its request by a Technical Council furnished by the Central Government.

Article 72:
The Municipal Council may be dissolved for negligence, embezzlement, or maladministration, legally determined by a court of competent jurisdiction.

If it is dissolved, the Departmental Council shall immediately fill the vacancy and call upon the Permanent Electoral Council to elect, in sixty (60) days starting from the date the Council is dissolved, a new Council and shall manage the affairs of the Commune for the remainder of the term. This procedure also applies to vacancies occurring for any other reason.

Article 73:
The Municipal Council manages its resources for the exclusive benefit of the Municipality and renders its accounts to the Municipal Assembly which in turn reports to the Departmental Council.

Article 74:
The Municipal Council has priority in management of the State’s real property in the private domain located within the limits of its Commune. They may not be subject to any transaction without the prior consent of the Municipal Assembly.

Section C

Arrondissements

Article 75:
The Arrondissement is an administrative division that may comprise several Communes. Its organization and operations are governed by law.

Section D

Departments

Article 76:
The Department is the largest territorial division. It comprises the Arrondissements.

Article 77:
The Department has legal personality and is autonomous.

Article 78:
Each Department is administered by a Council of three (3) members elected for four (4) years by the Departmental Assembly.

Article 79:
Members of the Departmental Council are not necessarily drawn from the Assembly, but they must:

a. Be Haitians and at least twenty-five (25) years of age;

b. Have resided in the Department three (3) years before the elections and undertake to remain there during their term;

c. Enjoy civil and political rights and have newer been sentenced to death, personal restraint, or penal servitude or the loss of civil rights.

Article 80:
The departmental Council is assisted in its work by a Departmental Assembly made up of:

One (1) representative form each Municipal Assembly.

Article 80-1:
The following may attend Assembly meetings in an advisory capacity:

a. Deputies and Senators of the Department;

b. One (1) representative of each socie-professional association or union;

c. The Departmental Delegate;

d. The Director of Public Services of the Department.

Article 81:
The Departmental Council draws up the Department’s development plan in cooperation with the Central Government.

Article 82:
The organization and operations of the Departmental Council and the Departmental Assembly are regulated by law.

Article 83:
The Departmental Council manages its financial resources for the exclusive benefit of the Department and renders its accounts to the Departmental Assembly, which in turn reports to the Central Government.

Article 84:
The Departmental Council may be dissolved in the event of embezzlement or maladministration legally determined by a court of competent jurisdiction.

If it is dissolved, the Central Government appoints a Provisional Commission and calls upon the Permanent Electoral Council to elect a new Council for the remainder of the term within sixty (60) days of the dissolution.

Section E

Delegates and Vice Presidents

Article 85:
In each Departmental Capital, the Executive Branch appoints a Representative, who bears the title of Delegate. A Vice Delegate placed under the authority of the Delegate is also appointed in each Arrondissement Capital.

Article 86:
Delegates and Vice Delegates ensure coordination and control of public services and exercise no repressive police function.

Other duties of delegates and Vice Delegates are determined by law.

Section F

Interdepartmental Council

Article 87:
The Executive is assisted by an Interdepartmental Council, the members of which are designated by the Departmental Assemblies on the basis of one (1) per Department.

Article 87-1:
This Representative chosen form among the members of the Departmental Assemblies serves as liaison between the Department and the Executive Branch.

Article 87-2:
The interdepartmental Council, in concert with the executive, studies and plans projects for decentralization and development of the country from the social, economic, commercial, agricultural and industrial standpoint.

Article 87-3:
It attends working meetings of the Council of Ministers, when they discuss subjects mentioned in the preceding paragraph and has the right to vote.

Article 87-4:
Decentralization must be accompanied by deconcentration of public services with delegation of power and industrial decompartmentalization for the benefit of the departments.

Article 87-5:
The law determines the organization and operation of the Interdepartmental Council, and the frequency of the meetings of the Council of Ministers, in which it participates.

Chapter II

The Legislative Branch

Article 88:
Legislative power shall be vested in two (2) representative Houses. One (1) House of Deputies and one (1) Senate, comprising the Legislature or Parliament.

Section A

The House of Deputies

Article 89:
The House of Deputies is a body composed of members elected by direct suffrage by the citizens and is responsible for exercising, on their behalf and in concert with the Senate, the functions of the legislative branch.

Article 90:
Each Municipal Authority comprises an electoral district and elects one (1) Deputy.

The law sets up to three (3) the number of Deputies at the level of large built-up areas.

Pending application of the above subparagraphs, the number of Deputies may not be fewer than seventy (70).

Article 90-1:
Deputies are elected by an absolute majority of votes cast in the Primary Assemblies, according to the conditions and in the manner prescribed by the Electoral Law.

Article 91:
To be elected a member of the House of Deputies, a person must:

1. Be a native Haitian and have never renounced his nationality;

2. Have attained twenty-five (25) years of age;

3. Enjoy civil and political rights and never have been sentenced to death, personal restraint or penal servitude or the loss of civil rights for any crime of ordinary law;

4. Have resided at least two (2) consecutive years prior to the date of the elections in the electoral district he is to represent;

5. Own at least one real property in the district and practice a profession or trade;

6. Have been relieved, if need be, of his responsibilities as a manager of public funds.

Article 92:
Deputies are elected for four (4) years and may be reelected an indefinite number of times.

Article 92-1:
The take office on the second Monday of January, and sit in two (2) annual meetings. The duration of their term comprises a legislative session.

Article 92-2:
The first session runs from the second Monday of January to the second Monday of May; the second session, from the second Monday of June to the second Monday of September.

Article 92-3:
The House of Deputies is completely replaced every four (4) years.

Article 93:
Beside the duties conferred upon it by the Constitution as a branch of the Legislature, the House of Deputies has the duty of arraigning the Chief of State, the Prime Minister, the Ministers and the Secretaries of State before the High Court of Justice, by a majority of two-thirds (2/3) of this members. The other powers of the House of Deputies are assigned by the Constitution and by law.

Section B

The Senate

Article 94:
The Senate is a body composed of members elected by direct suffrage of the citizens and charged with exercising on their behalf, in concert with the House of Deputies, the duties of the Legislative Branch.

Article 94-1:
The number of Senators is set at three (3) per Department.

Article 94-2:
A Senator of Republic is elected by universal suffrage by an absolute majority of votes in the Primary Assemblies held in the geographic Departments, under the terms prescribed by the Electoral Law.

Article 95:
Senators are elected for six (6) years and may be reelected an indefinite number of times.

Article 95-1:
The Senate is permanently session.

Article 95-2:
The Senate may however adjourn, but not during the Legislative Section. When it adjourns, it leaves a permanent, committee charged with handling current business. The committee may not make any decisions, except to convene the Senate.

In emergencies, the Executive may also convene the Senate before the end of the adjournment period.

Article 95-3:
One-third (1/3) of the Senate is replaced every two (2) years.

Article 96:
To be elected to the Senate, a person must:

1. Be a native-born Haitian and never have renounced his nationality;

2. Have attained thirty (30) years of age;

3. Enjoy civil and political rights and never have been sentenced to death, personal restraint or penal servitude or the loss of civil rights for a crime of ordinary law;

4. Have resided in the Department he will represent, at least four (4) consecutive years prior to the date of the elections;

5. Own at least one (1) real property in the Department and practice a profession or trade there;

6. Have been relieved, if need be, of his responsibilities as a manager of public funds.

Article 97:
In addition to the responsibilities incumbent upon it as a branch of the Legislature, the Senate shall have the following powers:

1. To propose to the Executive the list of Supreme Court (Cour de Cassation) justices according to the provisions of the Constitution;

2. Constitute itself as a High Court of Justice;

3. Exercise all other powers assigned to it by this Constitution and by law.

Section C

The National Assembly

Article 98:
The meeting in a single Assembly of the two (2) branches of the Legislature constitutes the National Assembly.

Article 98-1:
The National Assembly meets to open and close each session and in all cases provided for by the Constitution.

Article 98-2:
The powers of the National Assembly are limited and may not be extended to matters other than those especially assigned to it by the Constitution.

Article 98-3:
The Assembly’s powers are:

1. To receive the constitutional oath of the President of the Republic;

2. To ratify any decision to declare war when all efforts at conciliation have failed;

3. To approve or reject international treaties and conventions;

4. To amend the Constitution according to the procedure indicated herein;

5. To ratify decisions of the Executive to move the seat of the Government in cases determined by the first article of this Constitution;

6. To decide on when a state of siege shall be declared, to order with the Executive that Constitutional guarantees shall be suspended, and to decide on any request to renew that measure;

7. To contribute to selecting members of the Permanent Electoral Council, pursuant to article 92 of this Constitution;

8. To receive at the opening of each session the report on the Government’s activities.

Article 99:
The National Assembly is presided over by the President of the Senate, assisted by the President of the House of Deputies acting as Vice President. the Secretaries of the Senate and the House of Deputies are the Secretaries of the National Assembly.

Article 99-1:
In the event the President of the Senate is unable to discharge his duties, the National Assembly shall be presided over by the President of the House of Deputies, and the Vice President of the Senate shall then become Vice President of the National Assembly.

Article 99-2:
In the event the two (2) Presidents are unable to discharge their duties, the two (2) Vice-Presidents shall replace them, respectively.

Article 100:
Sessions of the National Assembly are public. However, they may be held in closed session at the request of five (5) members, and the resumption of public sessions shall then be decided by an absolute majority.

Article 101:
In emergencies, when the Legislature is not in session, the Executive Branch may call a special session of the National Assembly.

Article 102:
The National Assembly may not meet or take decisions and pass resolutions without a majority of each of the two (2) Houses being present.

Article 103:
The Legislature has its seat in Port-au-Prince. However, depending on the circumstances, this seat may be transferred elsewhere to the same place and at the same time as that of the Executive Branch.

Section D

Exercise of Legislative Power

Article 104:
A session of the Legislature dates from the opening of the two (2) Houses meeting as the National Assembly.

Article 105:
In the interval between regular sessions and in emergencies, the President of the Republic may call a special session of the Legislature.

Article 106:
The Chief of the Executive Branch reports on that measure by a message.

Article 107:
In the event the Legislature is convened in special session, it may not decide on any matter other than that for which it was called.

Article 107-1:
However, any Senator or Deputy may introduce a matter of general interest in an Assembly of which he is a member.

Article 108:
Each House checks and validates the credentials of its members and is the final judge of any disputes that may arise in this regard.

Article 109:
The members of each House shall take the following oath:

“I swear to discharge my duties, to maintain and safeguard the rights of the people, and to be faithful to the Constitution”.

Article 110:
Meetings of the two (2) Houses are public. Each House may meet in closed session at the request of five (5) members, and the decision to resume public meetings shall then be taken by a majority vote.

Article 111:
The Legislature takes the laws on all matters of public interest.

Article 111-1:
Laws may be initiated by each of the two (2) Houses as well as by the Executive Branch.

Article 111-2:
However, only the Executive Branch may initiate budget laws, laws concerning the assessment, percentage and manner of collecting taxes and contributions, and laws designed to generate revenues or to increase revenues and expenditures of the Government, Bills introduced on these matters must be voted on first by the House of Deputies.

Article 111-3:
In the event of disagreement between the two (2) Houses regarding the laws mentioned in the preceding paragraph, each House shall appoint, by voting on a list of an equal number of members, a parliamentary committee that will make a final decision on the disagreement.

Article 111-4:
If a disagreement occurs with regard to any other law, a decision on it will be postponed until the following session. If, at that session, and even in the case of replacement of the Houses no agreement is reached on the law when it is introduced again, each House shall appoint, by taking a vote on a list of an equal number of members, a parliamentary committee to decide on the final text that will be submitted to the two (2) Assemblies, beginning with the one that originally voted on the law. If these additional deliberations produce no result, the Bill or proposed law will be withdrawn.

Article 111-5:
In the event of disagreement between the Legislature and the Executive Branch, the disagreement shall, at the request of one of the parties, be referred to the Conciliation Committee provided for in article 206 below.

Article 111-6:
If the Committee fails to reach a decision it shall draw up a report of nonconciliation, which it shall remit to the two (2) high parties and inform the Supreme Court thereof.

Article 111-7:
Within two weeks of receipt of this report, the disagreement shall be referred to the Supreme Court. Sitting as a full court, the Court shall hand down its decision forthwith, setting all other matters aside. Its decision shall be final and is binding on the high parties. If, meanwhile, the high parties reach agreement, the terms of the agreement shall as a matter of course terminate the procedure under way.

Article 111-8:
In no case may the House of Deputies or the Senate be dissolved or adjourned, nor shall the terms of their members be extended.

Article 112:
Each House shall, in accordance with its regulations appoint its staff, establish discipline for them and determine the manner in which they shall perform their duties.

Article 112-1:
Each House may impose on its members for reprehensible conduct, by a two thirds (2/3) majority vote, disciplinary penalties, except for expulsion.

Article 113:
Any member of the Legislature shall be disqualified as a Deputy or Senator, if, during his term, he has received a final sentence by a court of regular law, which renders him ineligible to serve.

Article 114:
Members of the Legislature are inviolable form the day the take oath up to the expiration of their term, subject to the provisions of article 115 below.

Article 114-1:
They may at no time be prosecuted or attacked for the opinions and votes cast by them in the discharge o their duties.

Article 114-2:
No member of the Legislature shall be subject to civil imprisonment during his term of office.

Article 115:
No member of the Legislature may during his term be arrested under ordinary law for a crime, a minor offense or a petty violation, except by authorization of the House of which he is a member, unless he is apprehended in the act of committing an offense punishable by death, personal restraint or penal servitude or the loss of civil rights. In that case, the matter is referred to the House of Deputies or the Senate without delay of the Legislature is in session, and if not, it shall be taken up the next regular or special session.

Article 116:
Neither of the two (2) Houses may sit or take action without the presence of a majority of its members.

Article 117:
All acts of the Legislature must be approved by a majority of the members present, unless otherwise stipulated in this Constitution.

Article 118:
Each House has the right to investigate matters brought before it.

Article 119:
All bills must be voted on article by article.

Article 120:
Each House has the right to amend and to divide articles and amendments proposed. Amendments voted on by one House may be part of a bill only after it has been voted on by the other House in the same forme and in identical terms. No bill shall become a law until it has been voted on in the same form by the two (2) Houses.

Article 120-2:
Any bill may be withdrawn from discussion so long as it has not been finally voted upon.

Article 121:
Any bill passed by the Legislature shall be immediately forwarded to the President of the Republic, who, before promulgation it, has the right to make objections to it in all or in part.

Article 121-1:
In such cases, the President of the Republic send back the bill with his objections to the House where it was originally passed, If the bill is amended by that house, it is sent to the other Houses with the objections.

Article 121-2:
If the bill thus amended is voted on by the second House, it will be sent back to the President of the Republic for promulgation.

Article 121-3:
If the objection are rejected by the House that originally passed the bill, it shall be returned to the other House with the objections.

Article 121-4:
If the second House also votes to reject it, the bill is sent back to the President of the Republic, who must then promulgate it.

Article 121-5:
Rejection of the objection is voted on by either House by the majority stipulated in article 117. In such cases, the votes of each House shall be taken by secret ballot.

Article 121-6:
If in either House the Majority stipulated in the preceding paragraph is not obtained for the rejection, the objections are accepted.

Article 122:
The right of objection must be exercised within eight (8) full days starting with the date of the receipt of the bill by the President of the Republic.

Article 123:
If within the prescribed deadline, the President of the Republic has made expiration, the bill must be promulgated unless the session of the Legislature has ended before exploration of the deadline, in which case, the bill is deferred. At the opening of the following session, the bill thus deferred is sent to the President of the Republic to exercise his right of objection.

Article 124:
A bill rejected by one of the two (2) Houses may not be introduced again in the same session.

Article 125:
Bills and other acts of the Legislature and the National Assembly shall enter into force with their promulgation and their publication in the Official Gazette (Journal Officiel) of the Republic.

Article 125-1:
Bills shall be numbered and included in the printed and numbered bulletin entitled BULLETIN OF LAWS AND ACTS.

Article 126:
The bill is dated on the day of it final adoption by the two (2) Houses.

Article 127:
No one may submit petitions in person to the Legislature.

Article 128:
Only the Legislature Branch has the authority to interpret laws, which it does by passing a law.

Article 129:
Each member of the Legislature receives a monthly stipend from the time he takes oath.

Article 129-1:
Service as a member of the Legislature is incompatible with any other duty remunerated by the State, except that of teacher.

Article 129-2:
Every member of the two (2) Houses has the right to question and interpellate a member of the Government or the entire Government on events and acts of the Administration.

Article 129-3:
As interpellation request must be seconded by five (5) members of the body concerned. it becomes a vote of confidence or of censure when passed by a majority of that body.

Article 129-4:
When the interpellation request ends in a votes of censure on a question concerning a Government program or declaration of general policy, the Prime Minister must submit his Government’s resignation to the President of the Republic.

Article 129-5:
The president must accept that resignation and appoint new Primer Minister, pursuant to the provisions of this Constitution.

Article 129-6:
The Legislature may not pass more than one vote of censure a year on a question concerning a Government program or declaration of general policy.

Article 130:
In the case of the death, resignation, disqualification, judicial interdiction, or acceptance of a duty incompatible with that of a member of the Legislature, the Deputy or Senator shall be replaced in his Electoral District for only the remainder of his term by a by-election called by the Primary Electoral Assembly to be conducted by the Permanent Electoral Council in the month he vacancy occurs.

Article 130-1:
The election shall take place within thirty (30) days after convocation of the Primary Assembly, pursuant to the Constitution.

Article 130-2:
The same procedure shall apply in the absence of an election or in the event that elections are declared null and void by the Permanent Electoral Council in one or more Electoral Districts.

Article 130-3:
However, if the vacancy occurs during the last regular session of the Legislature or after that session, a by-election may not be held.

Section E

Incompatibilities

Article 131:
The following may not be elected members of the Legislature:

1. Government concessionnaires or contractors for the performance of public services;

2. Representatives or agents of Government contractors or concessionnaires, or companies or corporations that have Government concessions or contracts;

3. Delegated, Vice Delegates, judges, and officers of the Public Prosecutor’s Office whose duties have not terminated six (6) months before the date set for the elections;

4. Any person who comes under the other cases of ineligibility stipulates by this Constitution and by law.

Article 132:
Members of the Executive Branch and the Director Generals of Government departments may not be elected members of the Legislature unless they resign at least one (1) year before the date of the elections.

CHAPTER III

The Executive Branch

ARTICLE 133:
The Executive power is vested in:

a. The President of the Republic, who is the Head of State.

b. The Government, which is headed by a Prime Minister.

SECTION A

The President of the Republic

ARTICLE 134:
The President of the Republic is elected in direct universal suffrage by an absolute majority of votes. If that majority is not obtained in the first election, a second election is held.

Only the two (2) candidates who, if such be the case, after the withdrawal of more favored candidates, have received the largest number of votes in the first election may run in the second election.

ARTICLE 134-1:
The term of the President is five (5) years. This term begins and ends on the February 7 following the date of the elections.

ARTICLE 134-2:
Presidential election shall take place the last Sunday of November in the fifth year of the President’s term.

ARTICLE 134-3:
The President of the Republic may not be re-elected. He may serve an additional term only after an interval of five (5) years. He may in no case run for a third term.

ARTICLE 135:
To be elected President of the Republic of Haiti, a candidate must:

a. Be a native-born Haitian and never have renounced Haitian nationality;

b. Have attained thirty-five (35) years of age by the election day;

c. Enjoy civil and political rights and never have been sentenced to death, personal restraint or penal servitude or the loss of civil rights for a crime of ordinary law;

d. Be the owner in Haiti of at least one real property and have his habitual residence in the country;

e. Have resided in the country for five (5) consecutive years before the date of the elections;

f. Have been relieved of this responsibilities if he has been handling public funds.

ARTICLE 135-1:
Before taking office, the President of the Republic shall take the following oath before the National Assembly: “I swear before God and the Nation faithfully to observe and enforce the Constitution and the laws of the Republic, to respect and cause to be respected the rights of the Haitian people, to work for the greatness of the country, and to maintain the nation’s independence and the integrity of its territory”.

SECTION B

Duties of the President of the Republic

ARTICLE 136:
The President of the Republic, who is the Head of State, shall see to the respect for and enforcement of the Constitution and the stability of the institutions. He shall ensure the regular operations of the public authorities and the continuity of the State.

ARTICLE 137:
The President of the Republic shall choose a Prime Minister from among the members of the majority party of the Parliament. In the absence of such a majority, the President of the Republic shall choose his Prime Minister in consultation with the President of the Senate and the President of the House of Deputies.

In either case, the President’s choice must be ratified by the Parliament.

ARTICLE 137-1:
The President of the Republic shall terminate the duties of the Prime Minister upon the letter’s submission of the Government’s resignation.

ARTICLE 138:
The President of the Republic is the guarantor of the nation’s independence and the integrity of its territory.

ARTICLE 139:
He shall negotiate and sign all international treaties, conventions and agreements and submit them to the National Assembly for ratification.

ARTICLE 139-1:
He shall accredit ambassadors and special envoys to foreign powers, receive letters of accreditation from ambassadors of foreign powers and issued exequatur to consuls.

ARTICLE 140:
He declares war, and negotiates and signs peace treaties with the approval of the National Assembly.

ARTICLE 141:
With the approval of the Senate, the President appoints, by a decree issued in the Council of Ministers, the Commander-in-chief of the armed forces, the Commander-in-chief of the police, ambassadors and consul generals.

ARTICLE 142:
By a decree issued in the Council of Ministers, the President of the Republic appoints the directors general of the civil service, and delegates and vice delegates of Departments and Arrondissements.

He also appoints, with the approval of the Senate, Administrative Councils of Autonomous Agencies.

ARTICLE 143:
The President of the Republic is the nominal head of the armed forces, but he never commands them in person.

ARTICLE 144:
He has the seal of the Republic affixed to all laws and promulgates them within deadline stipulated by the Constitution. Before the expiration of that deadline, he may avail himself of his right of objection.

ARTICLE 145:
He sees to the enforcement of judicial decisions, pursuant to the law.

ARTICLE 146:
The President of the Republic has the right to perform and commute sentences in all res judica cases, except for sentences handed down by the High Court of Justice as stipulated in this Constitution.

ARTICLE 147:
He may grant amnesty only for political matters as stipulated by law.

ARTICLE 148:
If the President finds it temporarily impossible to discharge his duties the Executive Authority shall be vested in the Council of Ministers under the Presidency of the Prime Minister, so long as the disability continues.

ARTICLE 149:
Should the office of the President of the Republic become vacant for any reason, the President of the Supreme Court of the Republic, or in his absence, the Vice President of that Court, or in his absence, the judge with the highest seniority and so on by order of seniority, shall be invested temporarily with the duties of the President of the Republic by the National Assembly duly convened by the Prime Minister- The election of a new President for a new five (5) year term shall be held at least forty-five (45) and no more than ninety (90) days after the vacancy occurs, pursuant to the Constitution and the Electoral Law.

ARTICLE 149-1:
The acting President may in no case be a candidate in the next Presidential election.

ARTICLE 150:
The President of the republic shall have no powers other than those accorded to him by the Constitution.

ARTICLE 151:
At the opening of each annual session of the Legislature, the President of the Republic shall deliver a message to the Legislature on the State of the Nation. This message may not be debated.

ARTICLE 152:
The President of the Republic shall receive a monthly salary from the Public Treasury upon taking the oath of office.

ARTICLE 153:
The President of the Republic shall have his official residence in the National Palace, in the capital city, unless the seat of the Executive Branch is moved.

ARTICLE 154:
The President of the Republic presides over the Council of Ministers.

SECTION C

The Government

ARTICLE 155:
The Government is composed of the Prime Minister, the Ministers and Secretaries of State. The Prime Minister is the head of the Government.

ARTICLE 156:
The Government conducts the policy of the Nation. It is responsible before Parliament under the terms stipulated by the Constitution.

ARTICLE 157:
To be appointed Prime Minister, a person must:

1. Be a native-born Haitian, and never have renounced Haitian nationality;

2. Have attained thirty (30) years of age;

3. Enjoy civil and political rights and never have been sentenced to death, personal restraint or penal servitude or the loss of civil rights;

4. Own real property in Haiti and practice a profession there;

5. Have resided in the county for five (5) consecutive years;

6. Have been relieved of his responsibilities if he has been handling public funds.

SECTION D

Powers of The Prime Minister

ARTICLE 158:
With the approval of the President, the Prime Minister shall choose the members of his Cabinet of Ministers and shall go before Parliament to obtain a vote of confidence on his declaration of general policy. The vote shall be taken in open ballot, and an absolute majority of both Houses is required.

In the event of a vote of nonconfidence by one of the two (2) Houses, the procedure shall be repeated.

ARTICLE 159:
The Prime Minister enforces the laws. In the event of the President of the Republic’s absence or temporary inability to perform his duties, or at his request, the Prime Minister presides over the Council of Ministers. He has the power to issue rules and regulations but he can never suspend or interpret laws, acts or decrees, nor refrain from enforcing them.

ARTICLE 159-1:
In concert with the President of the Republic, he is responsible for national defense.

ARTICLE 160:
The Prime Minister appoints and dismisses directly or by delegation Government officials, according to the provisions of the Constitution and the law on the general regulations for Government operations.

ARTICLE 161:
The Prime Minister and the Ministers may appear before the two (2) Houses to support bills and the objections of the President of the Republic and to reply to interpellation.

ARTICLE 162:
Acts of the Prime Minister are countersigned, if need by the Ministers responsible for enforcing them. The Prime Ministers may be assigned a Ministerial portfolio.

ARTICLE 163:
The Prime Minister and the Ministers are jointly responsible for the acts of the President of the Republic and of their ministers that they countersign. They are also responsible for enforcement of the laws in the areas of their competence.

ARTICLE 164:
The duties of the Prime Minister and of a member of the Government are incompatible with membership in the Parliament. If such a case occurs, the member of Parliament must choose one duty or the other.

ARTICLE 165:
In the event of the Prime Minister’s resignation, the government remains in place until the appointment of a successor, in order to transact current business.

SECTION E

The Ministers and Secretaries of State

ARTICLE 166:
The President of the Republic presides over the Council of Ministers. The number of Ministers may be no fewer than ten (10).

When he deems it necessary, the Prime Minister may appoints Secretaries of State to the Ministers.

ARTICLE 167:
The number of Ministers is set by law.

ARTICLE 168:
Holding a ministerial post is incompatible with the exercise of all other public employment, except for higher education.

ARTICLE 169:
Ministers are responsible for the acts of the Prime Minister that they countersign. They are jointly responsible for enforcement of the laws.

ARTICLE 169-1:
In no case may an oral or written order of the President of the Republic or of the Prime Minister release Ministers from the responsibilities of their office.

ARTICLE 170:
The Prime Minister, the Ministers and the Secretaries of State receive monthly salaries established by the Budgetary law.

ARTICLE 171:
Ministers appoint certain categories of Government employees by delegation of the Prime Minister, according to the conditions set by the law on Government operations.

ARTICLE 172:
When one of the two (2) Houses during an interpellation calls into question the responsibility of a Minister by a vote of censure passed by an absolute majority of its members, the Executive shall recall the Minister.

CHAPTER IV

The Judiciary

ARTICLE 173:
The Judicial Power shall be vested in the Supreme Court (Cour de Cassation), the Courts of Appeal, Courts of First Instance, Courts of Peace and special courts, whose number, composition, organization, operation and jurisdiction are set by law.

ARTICLE 173-1:
Civil rights cases are exclusively the competence of the courts.

ARTICLE 173-2:
No court and no jurisdiction in disputed matters may be established except by law. No special court may be established under any name whatever.

ARTICLE 174:
Judges of the Supreme Court and the Courts of Appeal are appointed for ten (10) years. Judges of the Courts of First Instance are appointed for seven (7) years. Their term begins at the time they take their oath of office.

ARTICLE 175:
Supreme Court justices are appointed by the President of the Republic form a list submitted by the Senate of three (3) persons per court seat. Judges of the Courts of Appeal and Courts of First Instance are appointed from a list submitted by the Departmental Assembly concerned; Justices of the Peace are appointed from a list draw up by the Communal Assemblies.

ARTICLE 176:
The law regulates the conditions required for serving as a judge at any level. A School of the Magistrature shall be established.

ARTICLE 177:
Judges of the Supreme Court, the Courts of Appeal and the Courts of First Instance are appointed for life. They may be removed from office only because of a legally determined abuse of authority or be suspended following and indictment leveled against them. They may not be reassigned, without their consent, even in the case of a promotion. Their service may be terminated during their term of office only in the event of a duly determined permanent physical or mental incapacity.

ARTICLE 178:
The Supreme Court does not try cases on their merits. Nevertheless, in all cases other than those submitted to a jury, when a case between the same parties is tried upon second appeal, even with an incidental plea of defense, the Supreme Court, accepting the appeal, shall not remand the case to a lower court but shall rule on the merits, sitting as a full court.

ARTICLE 178-1:
However, in the case of appeals from temporary restraining orders or orders of examining magistrates, grants of appeal pronounced in connection with such orders or from final sentences of the Peace Courts or decisions of special courts, the Supreme Court, admitting the appeal, shall pronounce a decision without remanding the case.

ARTICLE 179:
The duties of a judge are incompatible with any other salaried duties, except for education.

ARTICLE 180:
Court proceedings are public. However, they may take place in closed session in the interest of public order and good morals, at the decision of the Court.

ARTICLE 180-1:
Sentences may not be delivered in closed session in cases of political offenses or offenses involving the press.

ARTICLE 181:
All order or judgments shall state the grounds for the decision and shall be handed down in a public hearing.

ARTICLE 181-1:
Orders or judgments are delivered and executed in the name of the Republic, They shall include writs of execution to officers of the Public Prosecutor’s Office and agents of the police and armed forces. Acts of notaries shall be put in the same form when their compulsory execution is involved.

ARTICLE 182:
The Supreme Court rules on both fact and law in all cases of decisions handed down by military courts.

ARTICLE 183:
When litigation is referred to it, the Supreme Court, sitting as a full Court, shall rule on the unconstitutionality of the laws.

ARTICLE 183-1:
The interpretation of a law given by the Houses of the Legislature shall be imposed for the purpose of that law without retroactively taking away any rights acquired by res judicata.

ARTICLE 183-2:
The Courts shall apply Government decrees and regulations only insofar as they are in conformity with the law.

ARTICLE 184:
The law determines the jurisdiction of the courts and tribunals, and regulates the manner of preceedings before them.

ARTICLE 184-1:
The law also provides for disciplinary penalties to be taken against judges and officers of the Public Prosecutor’s Office, except for Supreme Court Justices, who are under the jurisdiction of the High Court of Justice for abuse of authority.

CHAPTER V

The High Court of Justice

ARTICLE 185:
The Senate may constitute itself as a High Court of Justice. the proceedings of this Court are presided over by the President of the Senate, assisted by the President and Vice President of the Supreme Court as Vice President and Secretary, respectively, except where the Justices of the Supreme Court and officers of the public Prosecutor’s Office assigned to that court are involved in the accusation, in which case, the Senators, one of whom shall be designated by the accused, and the Senators so appointed shall not be entitled to vote.

ARTICLE 186:
The House of Deputies, by a majority of two-thirds (2/3) of its members, shall indict:

a. The President of the Republic for the crime of high treason or any other crime or offense committed in the discharge of his duties;

b. The Prime Minister, the Ministers and the Secretaries of State for Crimes of high treason and embezzlement or abuse of power or any other crimes or offenses committed in the discharge of their duties;

c. Members of the Permanent Electoral Council and the Superior Court of Auditors and the Court of Administrative Disputes for serious offenses committed in the discharge of their duties;

d. Supreme Court justices and officer of the Public Prosecutor’s Office before the Court for abuse of authority;

e. The Protector of Citizens (Protecteur du citoyen).

ARTICLE 187:
Members of the High Court of Justice serve on an individual bases, and no opening proceedings, take the following oath;

“I swear before God and before the Nation to judge with the impartiality and the firmness appropriate to an honest and free man, according to my conscience and my deep-seated conviction”.

ARTICLE 188:
The High Court of Justice shall designate, by secret ballot and an absolute majority of votes, from among its members a Committee of Enquiry.

ARTICLE 188-1:
The decision in the form of a decree shall be handed down on the report of the Committee of Enquiry by a two-thirds (2/3) majority of the members of the High Court of Justice.

ARTICLE 189:
The High Court of Justice shall not sit unless a majority of two-thirds (2/3) of its members are present.

ARTICLE 189-1:
The Court may not impose any other penalties than dismissal, disqualification or deprivation of the right or exercise any public office for no less than five (5) years and no more than fifteen (15) years.

ARTICLE 189-2:
However, the convicted person may be brought before ordinary courts, in accordance with the law, if there is reason to impose other penalties or to rule on the institution of civil action.

ARTICLE 190:
Once a case is brought before the High Court of Justice, the Court must sit until it renders its verdict, regardless of the length of the sessions of the Legislature.

 

TITLE VI

Independent Institutions

CHAPTER I

The Permanent Electoral Council

ARTICLE 191:
The Permanent Electoral Council is responsible for organizing and controlling with complete independence all electoral procedures throughout the territory of the Republic until the results of the election are announced.

ARTICLE 191-1:
The Council also drafts the Electoral Bill that it submits to the Executive Branch for the necessary purposes.

ARTICLE 191-2:
The Council sees to it that the electoral lists are kept up-to-date.

ARTICLE 192:
The Permanent Electoral Council consists of nine (9) members chosen from a list of three (3) names proposed by each of the Departmental Assemblies:

3 are chosen by the Executive Branch;

3 are chosen by the Supreme Court;

3 are chosen by the National Assembly.

The above-mentioned organs see to it as far as possible that each of the Departments are represented.

ARTICLE 193:
Members of the Permanent Electoral Council must:

1. Be native-born Haitians;

2. Have attained forty (40) years of age;

3. Enjoy civil and political rights and never have been sentenced to death, personal constraint or penal servitude or the loss of civil rights;

4. Have been relieved of their responsibilities if they have been handling public funds;

5. Have resided in the country at least three (3) years before their nomination.

ARTICLE 194:
Members of the Permanent Electoral Council are appointed for a nine (9) year nonrenovable period. They may not be removed from office.

ARTICLE 194-1:
One-third of the members of the Permanent Electoral Council are replaced every three (3) years. The President is chosen form among its members.

ARTICLE 194-2:
Before taking office, the members of the Permanent Electoral Council take the following oath before the Supreme Court;

“I swear to respect the Constitution and the provisions of the Electoral Law and to discharge my duties with dignity, independence, impartiality and patriotism.”

ARTICLE 195:
In the event of a serious offense committed in the discharge of their duties, the members of the Permanent Electoral Council are liable for prosecution before the High Court of Justice.

ARTICLE 195-1:
The seat of the Permanent electoral Council is in the capital. Its jurisdiction extends throughout the territory of the Republic.

ARTICLE 196:
Members of the Permanent electoral Council may not hold any other public post, nor may they be a candidate of an elective post during their term.

In the event of dismissal, a member of the Council must wait three (3) years before he may run for an elective post.

ARTICLE 197:
The Permanent Electoral Council shall rule on all disputes arising either in elections or in the enforcement or the violation of the Electoral Law, subject to any legal prosecution undertaken against an offender or offenders before the courts of competent jurisdiction.

ARTICLE 198:
In the event of a vacancy caused by a depth, resignation or any other reason, the member shall be replaced following the procedure established in article 192 for the remainder of his term, taking into account the branch of government that had designated the member to be replaced.

ARTICLE 199:
The law determines the rules for organization and operation of the Permanent Electoral Council

CHAPTER II

The Superior Court of Auditors and Administrative Disputes

ARTICLE 200:
The Superior Court of Auditors and Administrative Disputes is an independent and autonomous financial and administrative court. It is responsible for administrative and jurisdictional control of Government receipts and expenditures, verification of the accounts of the Government enterprises and of the territorial divisions.

ARTICLE 200-1:
The Superior Court of Auditors and Administrative Disputes hears cases against the State and the territorial divisions, the Administration and Government officials, public services and citizens.

ARTICLE 200-2:
Its decisions ate not subject to appeal, except to the Supreme Court.

ARTICLE 200-3:
the Supreme Court of Auditors and Administrative Disputes comprises two (2) sections:

1. The Financial Control Section

2. The Administrative Disputes Section.

ARTICLE 200-4:
The Superior Court of Auditors and Administrative Disputes participates in drawing up the budget and is consulted on all matters concerning legislation on public finances and on all draft financial or commercial contracts, agreements and conventions to which the State is a party. It has the right to conduct audits in all Government agencies.

ARTICLE 200-5:
Members of the Superior Court of auditors and Administrative Disputes must:

a. Be Haitians and never have renounced their nationality;

b. Have attained thirty-five (35) years of age;

c. Have been relieved of their responsibilities of they have been handling public funds;

d. Have a Bachelor of Law degree, be a certified public accountant or hold an advanced degree in government administration, economics or public finance;

e. Have five (5) years experience in public or private administration;

f. Enjoy civil and political rights.

ARTICLE 200-6:
Candidates for membership on the Court shall submit their applications directly to the Office of the Senate of the Republic. The Senate elects the ten (10) members of the Court, who select the Court’s President and Vice President form among them.

ARTICLE 201:
Court members have a ten (10) year term and may not be removed

ARTICLE 202:
Before taking office, the members of the Superior Court of Auditors and Administrative disputes shall take the following oath before a section of the Supreme Court:

“I swear to respect the Constitution and the laws of the Republic, to discharge my duties properly and loyally and to conduct myself at all times with dignity”.

ARTICLE 203:
Members of the Superior Court of Auditors and Administrative Disputes are under the jurisdiction of the High Court of Justice for any serious offenses committed in the discharge of their duties.

ARTICLE 204:
The Superior Court of Auditors and Administrative Disputes shall submit each year to the Legislature within thirty (30) days following the opening of the first legislative session a complete report on the country’s financial situation and on the efficacy of Government expenditures.

ARTICLE 205:
The organization of the above-mentioned court, its membership regulations and its mode of operation are established by law.

CHAPTER III

The Conciliation Comission

ARTICLE 206:
The Conciliation Commission is responsible for settling disputes between the Executive Branch and the Legislature and the two (2) Houses of the Legislature. Its members are as follows:

a. The President of the Supreme Court – President;

b. The President of the Senate – Vice President;

c. The President of the House of Deputies – Member;

d. The President of the Permanent Electoral Council – Member;

e . The Vice President of the Permanent electoral Council – Member;

f. Two (2) members designated by the President of the Republic – Member.

ARTICLE 206-1:
The mode of operation of the Conciliation Commission is determined by law.

CHAPTER IV

Protection of Citizens

ARTICLE 207:
An office known as the OFFICE OF CITIZEN PROTECTION is established to protect all individuals against any form of abuse by the government.

ARTICLE 207-1:
The office is directed by a citizen bearing the title of PROTECTOR OF CITIZENS. He is chosen by consensus of the President of the Republic, the President of the Senate and the President of the House of Deputies. His term is seven (7) years and may not be renewed.

ARTICLE 207-2:
His intervention on behalf of any complainant is without charge, whatever the court having jurisdiction might be.

ARTICLE 207-3:
A law sets the conditions and regulations for the operation of the Office of Citizen Protection.

CHAPTER V

The UniversityY – The Academy – Culture

ARTICLE 208:
Higher education is free. it is provided by the University of the Haitian State (Univertité d’État d’Haiti), which is autonomous and by the superior public schools and the superior private schools accredited by the State.

ARTICLE 209:
The State must finance the operation and development of the Haitian State University and the public superior schools. Their organization and their location must be planned from the perspective of regional development.

ARTICLE 210:
The Establishment of research centers must be encouraged.

ARTICLE 211:
Authorization for operation of universities and private superiors schools is subject to the technical approval of the Council of the State University, to a majority of Haitian participation in the capital and faculty, and to the obligation to teach primarily in the official language of the country.

ARTICLE 211-1:
The universities and the private and public superior schools provide academic and practical instruction adapted to the trends and requirements of national development.

ARTICLE 212:
An organic law regulates the establishment, location and operation of university and public and private superior schools in the country.

ARTICLE 213:
A Haitian Academy shall be established to standardize the Creole language and enable it to develop scientifically and harmoniously.

ARTICLE 213-1:
Other academies may be established.

ARTICLE 214:
The title Academy Member is purely honorific.

ARTICLE 214-1:
The law shall determine the mode of organization and operation of academies.

ARTICLE 215:
Archaeolical, historical, cultural, folklore and architectural treasures in the country, which bear witness to the grandeur of our past. are part of the national heritage. Consequently, monuments, ruins, sites of our ancestors’ great feats of arms, famous centers of our African beliefs, and all vestiges of the past are placed under the protection of the State.

ARTICLE 216:
The law determines special conditions for this protection in each sphere.

 

TITLE VII

PUBLIC FINANCE

ARTICLE 217:
The finances of the Republic are decentralized. Financial management is the responsibility of the Minister concerned. The Executive, assisted by an Interdepartmental Council, draws up the law that sets the portion and nature of public revenue allotted to the territorial divisions.

ARTICLE 218:
No Government levy may be established except by law. No charge or tax, whether imposed by a Department, a Municipality, or Communal Section, may be established without the consent of its territorial divisions.

ARTICLE 219:
No preferential tax treatment may be established.

No tax exemption, increase, decrease or elimination may be established except by law.

ARTICLE 220:
No pension, bonus, allotment or subsidy charged to the Public Treasury may be authorized unless provided by law. Pensions paid by the State are indexed to the cost of living.

ARTICLE 221:
Subject to special provisions thereon, the holding of two or more salaried public offices at the same time is strictly forbidden, except posts in education.

ARTICLE 222:
Procedures for preparation of the budget and its execution are determined by law.

ARTICLE 223:
Enforcement of the Law on the Budget and on Public Accounts is monitored by the Superior Court of Auditors and Administrative Disputes and by the Budget Office.

ARTICLE 224:
National monetary policy is set by the Central Bank jointly with the Minister of Economics and Finance.

ARTICLE 225:
An autonomous public agency with legal personality and financial autonomy performs the functions of a Central Bank. Its regulations are determined by law.

ARTICLE 226:
The Central Bank has exclusive authority to issue as legal tender throughout the territory of the Republic, paper money representing the monetary unit, and coins, according to the name, weight, description, amount and use set by law.

ARTICLE 227:
The budget of each Ministry is divided into chapters and sections, and must be voted upon article by article.

ARTICLE 227-1:
Amounts to be drawn on budget allocations may in no case exceed one-twelfth of the appropriations for a particular month, except in December, because of bonuses paid to all Government employees and officials.

ARTICLE 227-2:
General accounts of receipts and expenditures of the Republic shall be kept by the Minister of Finance according to an accounting method established by law.

ARTICLE 227-3:
The General accounts and budgets stipulated in the receding article, accompanied by a report from the Superior Court of Auditors and Administrative Disputes must be submitted to the Legislative Houses by the Minister of Finance no later than fifteen (15) days after the opening of the legislative session. The same applies to the annual balance sheet and statement of operations of the Central Bank and to all other accounts of the Haitian State.

ARTICLE 227-4:
The Government fiscal year begins on October 1 of each year and ends on September 30 of the following year.

ARTICLE 228:
Each year the Legislature issues:

a. The statement of receipts and expenditures of the Government for the preceding year, or years;

b. The Government General Budget containing the rough estimates and the portion of funds allocated to each Ministry of the year.

ARTICLE 228-1:
However, no proposal or amendment may be introduced into the Budget when it is being voted upon, without provision of the ways and means therefore.

ARTICLE 228-2:
No increase or reduction may be made in the allocation of Government funds, except by amendment of the laws relating thereto.

ARTICLE 229:
The Legislative Houses may refrain from doing any legislative work until the above documents are submitted to it. They shall refuse to grant the Ministers discharge when the accounts submitted do not in themselves, or by supporting documents, provide the necessary data for verification and evaluation.

ARTICLE 230:
Examination and payment of the General Administration Accounts and all accounts of public funds are effected according to the method established by law.

ARTICLE 231:
If for any reason whatever the Legislative Houses do not act upon the budget for one or more Ministerial Departments before they adjourn, the budget or budgets of the Departments concerned shall remain in force until a new budget is voted on and adopted.

ARTICLE 231-1:
In the event that, through fault of the Executive Branch, the Budget of the Republic has not been voted upon, the President of the Republic shall immediately call a special session of the Legislative Houses for the sole purpose of voting on the Government budget.

ARTICLE 232:
Autonomous agencies and enterprises and entities subsidized wholly or in part by the Public Treasury shall be governed by special budgets and salary and wage systems approved by the Executive Branch.

ARTICLE 233:
For the purpose of maintaining constant and careful supervision over Government expenditures, a fifteen-ember Parliamentary Committee with nine (9) Deputies and six (6) Senators shall be elected by secret ballot at the beginning of each regular session, to report on the management Ministers, in order to enable the two (2) Assemblies to give them discharge.

This Committee may engage the services of specialists to assist it with its monitoring functions.

 

TITLE VIII

The Civil Service

ARTICLE 234:
The Haitian Civil Service is the instrument by which the State carries out its missions and achieves its objectives. To ensure its viability, it must be managed honestly and efficiently.

ARTICLE 235:
Government employees and officials shall be exclusively in the service of the State. It is their duty to abide faithfully by the norms and ethics determined by law for civil servants.

ARTICLE 236:
The law establishes the organization of the various Government structures and stipulates the conditions for their operation.

ARTICLE 236-1:
The law shall regulate the civil service on the basis of aptitude, merit and conduct. It shall guarantee security of employment.

ARTICLE 236-2:
The civil service is a career. No official may be hired except by competition or by meeting other conditions prescribed by the Constitution and by law, nor may he be dismissed except for causes specifically determined by law. Dismissals must in all cases be ruled upon by the Court of Administrative Disputes.

ARTICLE 237:
Career service officials are not members of any particular Government agency but are members of the civil service, which makes them available to the various Government agencies.

ARTICLE 238:
Officials indicated by law have the obligation to declare the status of their net worth to the Clerk of the Civil Court within thirty (30) days following their entry into service. The Government Auditor must take every step he deems necessary to verify the accuracy of the declaration.

ARTICLE 239:
Government employees and officials may form associations to defend their rights under the conditions established by law.

ARTICLE 240:
Holders of public office or positions, particularly Ministers and Secretaries of State, officers of the Public Prosecutor’s Office, Delegates and Vice Delegates, ambassadors, private secretaries of the President of the Republic, members of the Cabinet of Ministers, the Director Generals of the Ministerial Department of autonomous agencies, and members of the Administrative Council are not eligible for the Government career service.

ARTICLE 241:
The law punishes violations committed against the treasury and unjust gain. Officials who have knowledge of such actions have the duty to report them to the competent authorities.

ARTICLE 242:
Unjust gain may be determined by all types of evidence, particularly presumption of a sharp disproportion between the official’s means acquired after his entry into service and the accumulated amount of salaries and emoluments to which the post he has occupied entitles him.

ARTICLE 243:
Officials guilty of the above offenses are entitled to only the twenty-year statute of limitation. This limitation period begins to run with the termination of their duties or the causes that would have prevented any prosecution.

ARTICLE 244:
The State has the duty to avoid major salary disparities in the civil service.

 

TITLE XI

CHAPTER I

Economics and Agriculture

ARTICLE 245:
Economic freedom shall be guaranteed so long as it is not contrary to the public interest.

The State shall protect private enterprises and shall endeavor to see that it develops under the conditions necessary to increase the national wealth in such a way as to ensure the participation of the largest possible number of persons in the benefits of this wealth.

ARTICLE 246:
The State encourages in rural and urban areas the formation of cooperatives for production, processing of raw materials and the entrepenurial spirit to promote the accumulation of national capital to ensure continuous development.

ARTICLE 247:
Agriculture, which is the main source of the Nation’s wealth, is a guarantee of the well-being of the people and the socio-economic progress of the Nation.

ARTICLE 248:
A special agency to be known as THE NATIONAL INSTITUTE OF AGRARIAN REFORM shall be established to organize the revision of real property structures and to implement an agrarian reform to benefit those who actually work the land. This Institute shall draw up an agrarian policy geared to optimizing productivity by constructing infrastructure aimed at the protection and management of the land.

ARTICLE 248-1:
The law determines the minimum and maximum area of basic farm units.

ARTICLE 249:
The State has the obligation to establish the structures necessary to ensure maximum productivity of the land and domestic marketing of foodstuffs. Technical and financial management units shall be established to assist farmers at the level of each Communal section.

ARTICLE 250:
No monopoly may be established to benefit the State and the territorial divisions except in the exclusive interest of society as a whole. Such a monopoly may not be granted to any private individual.

ARTICLE 251:
The import of foodstuffs and their byproducts that are produced in sufficient quantity in the national territory is forbidden, except in the event of force majeure.

ARTICLE 252:
the State may take charge of the operation of enterprises for the production of goods and services essential to the community in order to ensure continuity in the event the existence of these establishments should be threatened. Such enterprises shall be grouped in a comprehensive management system.

CHAPTER II

The Environment

ARTICLE 253:
Since the environment is the natural framework of the life of the people, any practices that might disturb the ecological balance are strictly forbidden.

ARTICLE 254:
the State shall organize the enhancement of natural sites to ensure their protection and make them accessible to all.

ARTICLE 255:
To protect forest reserves and expand the plant coverage, the State encourages the development of local sources of energy: solar, wind and others.

ARTICLE 256:
Within the framework of protecting the environment and public education, the State has the obligation to proceed to establish and maintain botanical and zoological gardens at certain points in its territory.

ARTICLE 257:
The law specifies the conditions for protecting flora and fauna, and punishes violations thereof.

ARTICLE 258:
No one may introduce into the country wates or residues of any kind from foreign sources.

 

TITLE X

The Family

ARTICLE 259:
The State protects the family, which is the foundation of society.

ARTICLE 260:
It must also protect all families regardless of whether they are constituted within the bonds of marriage. It must endeavor to aid and assist mothers, children and the aged.

ARTICLE 261:
The law ensures protection for all children. Any child is entitled to love, affection, understanding and moral and physical care grow its father and mother.

ARTICLE 262:
A family Code must be drawn up to ensure protection and respect for the rights of the family and to define procedures of the search for affiliation. Courts and other Government agencies charged with the protection of these rights must be accessible free of charge at the level of the smallest territorial division.

 

TITLE XI

The Armed Forces and the Police Force

ARTICLE 263:
The “Public Forces ” (la Force Publique) are composed of two (2) distinct bodies:

a. The Armed Forces of Haiti, and

b. The Police Forces.

ARTICLE 263-1:
No other armed corps may exist in the national territory.

ARTICLE 263-2:
All members of the police and armed forces shall take an oath of allegiance and respect for the Constitution and the flag at the time of their enlistment.

CHAPTER I

The Armed Forces

ARTICLE 264:
The armed Forces comprise the Land, Sea and Air Forces and the Technical Services.

The Haitian Armed Forces are set up to ensure the security and integrity of the territory of the Republic.

ARTICLE 264-1:
The Armed Forces are in practice commanded by a general officer bearing the TITLE COMMANDER IN CHIEF OF THE HAITIAN ARMED FORCES.

ARTICLE 264-2:
The Commander in Chief of the Armed Forces, pursuant to the Constitution, is chosen from among the general officers on active service.

ARTICLE 264-3:
His term is set at three (3) years and is renewable.

ARTICLE 265:
The Armed Forces are apolitical. Their members may not be part of any political group or party, and they must observe the strictest neutrality.

ARTICLE 265-1:
Members of the Armed Forces exercise their right to vote, under the Constitution.

ARTICLE 266:
The duties of the Armed Forces are:

a. Defend the country in the event of war;

b. Protect the country against threats from abroad;

c. See to surveillance of the land, sea and air boundaries;

d. At the well-founded request of the Executive, they may land assistance to the police when the latter are unable to handle a situation;

e. Assist the Nation in the event of a natural disaster;

f. In addition to their regular duties, the Armed Forces may be assigned to development work.

ARTICLE 267:
Military personnel on active duty may not be appointed to any Government post, except temporarily to perform a specialized service.

ARTICLE 267-1:
To be a candidate for an elective post, all military personnel on active duty must be laced on inactive service or on entirement one (1) year before publication of the electoral decree.

ARTICLE 267-2:
The military career is a profession. Its ranking, terms of enlistment, ranks, promotions, discharges, and retirement are determined by the regulations of the Haitian Armed Forces.

ARTICLE 267-3:
Military personnel are under the jurisdiction of a military court only for offenses and crimes committed in wartime or for violations of military discipline.

They may not be discharged, placed on inactive service, placed on half pay, or retired early except with their consent. If such consent is not given, the party concerned may lodge an appeal with the court of competent jurisdiction.

ARTICLE 267-4:
Military personnel retain for life the last rank obtained in the Haitian Armed Forces. They may be deprived of their rank only by a final judgment by a court of competent jurisdiction.

ARTICLE 267-5:
The State must award benefits to military personnel of all ranks, fully guaranteeing their physical security.

ARTICLE 268:
Within the framework of compulsory civilian national services for both sexes, provided for by article 52-3 of the Constitution, the Armed Forces participate in organizing and supervising that service.

Military service is compulsory for all Haitians who have attained eighteen (18) years of age.

The law sets the method of recruitment, and the length and regulations for the performance of these services.

ARTICLE 268-1:
Every citizen has the right to armed self defense, within the bounds of this domicile, but has no right to bear arms without express well-founded authorization from the Chief of Police.

ARTICLE 268-2:
Possession of a firearm must be reported to the police.

ARTICLE 268-3:
The Armed Forces have a monopoly on the manufacture, import, export, use and possession of weapon of war and their munitions, as well as war material.

CHAPTER II

The Police Forces

Article 269:
The Police Force is an armed body.

It operates under the Ministry of Justice.

Article 269-1:
It is established to ensure law and order and protect the life and property of citizens.

Its organization and mode of operation are regulated by law.

Article 270:
The Commander in Chief of the Police Forces is appointed, in accordance with the Constitution, for a three (3) year term, which is renewable.

Article 271:
An Academy and a Police School have been established, whose organization and operations are set by law.

Article 272:
Specialized sections, particularly the Penitentiary Administration, the Firemen’s Service, the Traffic Police, the Highway Police, Criminal Investigations, the Narcotics Service and the Anti-Smuggling Service, have been established by the law governing the organization, operation and location of the Police Forces.

Article 273:
The police, as an auxiliary of the Justice System, investigate violations, offenses and crimes committed, in order to discover and arrest the perpetrators of them.

Article 274:
In the exercise of their duties, members of the “Public Forces” are subject to civil and penal liability in the manner and under the conditions stipulated by the Constitution and by law.

Chapter XII

General Provisions

Article 275:
National and legal holidays shall be celebrated by the Government and private and commercial enterprises.

Article 275-1:
The national holidays are:

1. Independence Day, January 1;

2. Heroes’ Day, january 2;

3. Agriculture and Labor Day, May 1;

4. Flag Day and University Day, may 18; and

5. Battle of Vertières’ Day, which is also ARMED FORCES DAY, November 18.

Article 275-2:
Legal holidays shall be determined by law.

Article 276:
The National Assembly may not ratify any international treaty, convention or agreement containing clauses contrary to this Constitution.

Article 276-1:
International treaties, conventions and agreements are ratified in the form of a decree.

Article 276-2:
Once international treaties or agreements are approved and ratified in the manner stipulated by the Constitution, they become part of the legislation of the country and abrogate any laws in conflict with them.

Article 277:
The Haitian State may join an Economic Community of States insofar as the association agreement stimulates the social and economic development of the Haitian Republic and does not contain any clause contrary to this Constitution.

Article 278:
No place or part of the territory may be declared in a state of siege except in the event of civil war or invasion by a foreign force.

Article 278-1:
The act of the President of the Republic declaring a state of siege must be countersigned by the Prime Minister and by all of the Ministers and contain an immediate convocation of the National Assembly to decide on the desirability of the measure.

Article 278-2:
The National Assembly decides with the Executive Branch as to what constitutional guarantees may be suspended in the pàrts of the territory placed under a state of siege.

Article 278-3:
The state of siege is lifted if it is not renewed by a vote of the National Assembly every fifteen (15) days after its entry into force.

Article 278-4:
The National Assembly shall be in session for the entire duration of the state of siege.

Article 279:
Thirty (30) days after his election, the President of the Republic must deposit with the Clerk of the Court of First Instance of his domicile a notarized inventory of all his movable and immovable goods, and he shall do the same at the end of his term.

Article 279-1:
The Prime Minister, the Ministers and Secretaries of State are subject to the same obligation within thirty (30) days of their installation and of the termination of their duties.

Article 280:
No general expenditures or compensation whatever shall be granted to members of the major organs of the State for any special duties that may be assigned to them.

Article 281:
In national elections, the State assumes responsibility, in proportion to the number of votes cast, for a portion of the expenses incurred in the election campaigns.

Article 281-1:
Only parties that obtain nationally ten percent (10%) of the votes cast, with a minimum of five percent (5%) of the votes cast in one Department, are eligible to receive these Government funds.

 

Title XIII

Amendments to the Constitution

Article 282:
On the recommendation, with reason given to support it, of one of the two (2) Houses or of the Executive Branch, the Legislature may declare that the Constitution should be amended.

Article 281-1:
This declaration must be supported by two-thirds (2/3) of each of the two (2) Houses. It may made only in the course of the last Regular Session of the Legislative period and shall be published immediately throughout the territory.

Article 283:
At the first session of the following legislature period, the Houses shall meet in a National Assembly and decide on the proposed amendment.

Article 284:
The National Assembly may not sit or deliberate on the amendment unless at least two-thirds (2/3) of the members of each of the two (2) Houses are present.

Article 284-1:
No decision of the National Assembly may be taken without a majority of two-thirds (2/3) of the votes cast.

Article 284-2:
The amendment passed may enter into effect only after installation of the next elected President. In no case may the President under the Government that approved the amendment benefit from any advantages deriving therefrom.

Article 284-3:
General elections to amend the Constitution by referendum are strictly forbidden.

Article 284-4:
No amendment to the Constitution may effect the democratic and republican nature of the State.

 

Title XIV

Temporary Provisions

Article 285:
The National Council of Government shall remain in operation up to February 7,1988, the date of the investiture of the President of the Republic elected under this Constitution, in accordance with the electoral timetable.

Article 285-1:
The National Council of Government is authorized to issue in the Council of Ministers, pursuant to the Constitution, decrees having the force of law until the Deputies and Senators elected under this Constitution take up their duties.

Article 286:
Every Haitian who has adopted a foreign nationality during the twenty-nine (29) years prior to February 7, 1986, may, by a declaration made to the Ministry of Justice within two (2) years after publication of the Constitution, recover his Haitian nationality with the advantages deriving therefrom, in accordance with the law.

Article 287:
In light of the situation of Haitians that have become expatriates voluntarily or involuntarily the deadlines for residence stipulated in this Constitution are extended for a full year for the next elections.

Article 288:
When the next elections are held, the term of the three (3) Senators elected for each Department shall be established as follows:

a. The Senator who has received the largest number of votes shall have a term of six (6) years;

b. The Senator receiving the second largest number of votes shall have a term of four (4) years;

c. The Senator in third place shall be elected for two (2) years.

Following this each elected Senator shall have a term of six (6) years.

Article 289:
Awaiting the establishment of the Permanent Electoral Council provided for in this Constitution, the National Council of Government shall set up a Provisional Electoral Council of nine (9) members, charged with drawing up and enforcing the Electoral Law to govern the next elections, who shall be designated as follows:

1. One for the Executive Branch, who is not an official;

2. One for the Episcopal Conference;

3. One for the Advisory Council;

4. One for the Supreme Court;

5. One for agencies defending human rights, who may not be a candidate in the elections;

6. One for the Council of the University;

7. One for the Journalists Association;

8. One for the Protestant religions;

9. One for the National Council of Cooperatives.

Article 289-1:
Within two weeks following ratification of this Constitution, the bodies or organizations concerned shall inform the Executive of the name of their representative.

Article 289-2:
If any of the above bodies or organizations does not appoint a member, the Executive shall fill the vacancy or vacancies.

Article 289-3:
The mission of the Provisional Electoral Council shall end when the President-elect takes office.

Article 290:
The members of the first Permanent Electoral Council shall divide among them by lot the terms of nine (9), six (6), and three (3) years, stipulated for replacement of the Council by thirds (1/3).

Article 291:
For ten (10) years following publication of this Constitution, and without prejudice to any criminal action or civil suit for damages, none of the following may be candidates for any public office;

a. Any person well known for having been by his excess zeal one of the architects of the dictatorship and of its maintenance during the last twenty-nine (29) years;

b. Any accountant of public funds during the years of the dictatorship concerning whom there is presumptive evidence of unjustified again;

c. Any person denounced by public outcry for having inflicted torture on political prisoners or for having committed political assassinations.

Article 292:
The Provisional Electoral Council charged with receiving the registration of candidates, shall see to the strict enforcement of this provision.

Article 293:
All decrees expropriating real property in urban and rural areas of the Republic of the last two (2) Haitian governments for the benefit of the State or companies in the course of incorporation shall be annulled if the purpose for which such actions were taken has not been attained during the last 10 years.

Article 293-1:
Any individual who was the victim of confiscation of property or arbitrary dispossession for political reasons during the period from october 22, 1957 to February 7,1986 may recover his property before the court of competent jurisdiction.

In such cases, the procedure shall be expedited as for emergency matters, and the decision may be appealed only to the Supreme Court.

Article 294:
Sentences to death personal restraint or penal service or the loss of civil rights for political reasons from 1957 to 1986 shall constitute no impediment to the exercise of civil and political rights.

Article 295:
Within six (6) months starting from the time the first President elected under the Constitution of 1987 takes office, the Executive Branch is authorized to proceed to carry out any reforms deemed necessary in the Government Administration in general and in the Judiciary.

 

Title XV

Final Provisions

Article 296:
All Codes of Law or Handbooks of Justice, all laws, all decree laws and all decrees and orders (Arrêtés) currently in force shall be maintained in all matters not contrary to this Constitution.

Article 297:
All laws, all decree laws, all decrees arbitrarily limiting the basic rights and liberties of citizens, in particular:

a. The decree law of September 5, 1935 on supertitious beliefs;

b. The law of August 2, 1977 establishing the Court of State Security (Tribunal de la Sureté de l’État).

c. The law of July 28, 1975 placing the lands of the Artibonite Valley in a special status;

d. The law of April 29, 1969 condemning all imported doctrines;

Are and shall remain repealed.

 

Article 298:
This Constitution shall be published within two weeks of its ratification by referendum. It shall enter into force as soon as it is published in the MONITEUR, the Official Gazette of the Republic.

Given at the Legislative Palace, in Port-au-Prince, the seat of the Constituent National Assembly, on March 10, 1987, in the One Hundred Eighty-Fourth Year of Independence.

 

 

CONSTITUTION D’HAÏTI DE 1987

français | anglais

Préambule

Titre I : De la République d’Haïti – Son Emblème – Ses Symboles
Chapitre I : De la République d’Haïti
Chapitre II : Du Territoire de la République d’Haïti

Titre II : De la Nationalité Haïtienne

Titre III : Du Citoyen – Des Droits et Devoirs Fondamentaux
Chapitre I : De la Qualité du Citoyen
Chapitre II : Des Droits Fondamentaux
Chapitre III : Des Devoir du Citoyen

Titre IV : Des Étrangers

Titre V : De la Souveraineté Nationale
Chapitre I : Des collectivités territoriales et de la décentralisation
Chapitre II : Du pouvoir législatif
Chapitre III : Du pouvoir exécutif
Chapitre IV : Du pouvoir judiciaire
Chapitre V : De la Haute Cour de Justice

Titre VI : Des Institutions Indépendantes
Chapitre I : Du Conseil Électoral Permanent
Chapitre II : De la Cour Supérieure Des Comptes et du Contentieux
Chapitre III : De la Commission de Conciliation
Chapitre IV : De la Protection du Citoyen
Chapitre V : De l’Université – de l’Académie – de la Culture

Titre VII : Des Finances Publiques
Titre VIII : De la Fonction Publique

Titre IX : De l’Environnement – de l’Économie – de l’Agriculture
Chapitre I : De l’Économie – De l’ Agriculture
Chapitre II : De l’Environnement

Titre X : De La Famille

Titre XI : De la Force Publique
Chapitre I : Des Forces Armées
Chapitre II : Des Forces de Police

Titre XII : Dispositions Générales
Titre XIII : Amendements a la Constitution
Titre XIV : Des Dispositions Transitoires
Titre XV : Dispositions Finales

Préambule

Le Peuple Haïtien proclame la présente Constitution:
Pour garantir ses droits inaliénables et imprescriptibles à la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur ; conformément à son Acte d’indépendance de 1804 et à la Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948.

Pour constituer une nation haïtienne socialement juste, économiquement libre et politiquement indépendante.

Pour rétablir un État stable et fort, capable de protéger les valeurs, les traditions, la souveraineté, l’indépendance et la vision nationale.

Pour implanter la démocratie qui implique le pluralisme idéologique et l’alternance politique et affirmer les droits inviolables du Peuple Haïtien.

Pour fortifier l’unité nationale, en éliminant toutes discriminations entre les populations des villes et des campagnes, par l’acceptation de la communauté de langues et de culture et par la reconnaissance du droit au progrès, à l’information, à l’éducation, à la santé, au travail et au loisir pour tous les citoyens.

Pour assurer la séparation, et la répartition harmonieuse des Pouvoirs de l’État au service des intérêts fondamentaux et prioritaires de la Nation.

Pour instaurer un régime gouvernemental basé sur les libertés fondamentales et le respect des droits humains, la paix sociale, l’équité économique, la concertation et la participation de toute la population aux grandes décisions engageant la vie nationale, par une décentralisation effective.

 

Titre premier
De la République d’Haïti
Son emblème – Ses symboles

Chapitre premier
De la République d’Haïti

Article premier
Haïti est une République, indivisible, souveraine, indépendante, coopératiste, libre, démocratique et sociale.

Article 1.1
La ville de Port-au-Prince est sa Capitale et le siège de son Gouvernement. Ce siège peut-être déplacé en cas de force majeure.

Article 2
Les couleurs nationales sont le bleu et le rouge.

Article 3
L’emblème de la Nation Haïtienne est le Drapeau qui répond à la description suivante :

a) Deux (2) bandes d’étoffe d’égales dimensions l’une bleue en haut, l’autre rouge en bas, placées horizontalement ;
b) Au centre, sur un carré d’étoffe blanche, sont disposées les Armes de la République ;
c) Les Armes de la République sont Le Palmiste surmonté du Bonnet de la Liberté et, ombrageant des ses Palmes, un Trophée d’Armes avec la Légende : L’Union fait la Force.

Article 4
La devise nationale est : Liberté – Égalité – Fraternité.

Article 4.1
L’Hymne National est : La Dessalinienne.

Article 5
Tous les Haïtiens sont unis par une langue commune le Créole.
Le Créole et le Français sont les langues officielles de la République.

Article 6
L’Unité monétaire nationale est La gourde. Elle est divisée en centimes.

Article 7
Le culte de la personnalité est formellement interdit. Les effigies, les noms de personnages vivants ne peuvent figurer sur la monnaie, les timbres, les vignettes. Il en est de même pour les bâtiments publics, les rues et les ouvrages d’art.

Article 7.1
L’utilisation d’effigie de personne décédée doit obtenir l’approbation de l’Assemblée nationale.

Chapitre II
Du territoire de la République d’Haïti

Article 8
Le territoire de la République d’Haïti comprend :

a) La partie occidentale de l’île d’Haïti ainsi que les îles adjacentes : la Gonâve, La Tortue, l’île à Vache, les Cayenites, La Navase, La Grande Caye et les autres îles de la Mer Territoriale ; Il est limité à l’Est par la République Dominicaine, au Nord par l’Océan Atlantique, au Sud et à l’Ouest par la mer des Caraïbes ou mer des Antilles.
b) La mer territoriale et la zone économique exclusive ;
c) Le milieu aérien surplombant la partie Terrestre et Maritime.

Article 8.1
Le territoire de la République d’Haïti est inviolable et ne peut-être aliéné ni en tout, ni en partie par aucun Traité ou Convention..

Article 9
Le territoire de la République est divisé et subdivisé en Départements, Arrondissements, Communes, Quartiers et Sections Communales.

Article 9.1
La Loi détermine le nombre, les limites de ces divisions et subdivisions et en règle l’organisation et le fonctionnement.

 

Titre II
De la nationalité haïtienne

Article 10
Les règles relatives à la Nationalité Haïtienne sont déterminées par la Loi.

Article 11
Possède la Nationalité Haïtienne d’origine, tout individu né d’un père haïtien ou d’une mère haïtienne qui eux-mêmes sont nés Haïtiens et n’avaient jamais renoncé à leur nationalité au moment de la naissance.

Article 12
La Nationalité Haïtienne peut être acquise par la naturalisation.

Article 12.1
Tout étranger après cinq (5) ans de résidence continue sur le territoire de la République peut obtenir la nationalité haïtienne par naturalisation, en se conformant aux règles établies par la Loi.

Article 12.2
Les Haïtiens par naturalisation sont admis à exercer leur de vote, mais ils doivent attendre cinq (5) ans après la date de leur naturalisation pour être éligible ou occuper des fonctions publiques autres que celles réservées par la Constitution et par la Loi aux haïtiens d’origine.

Article 13
La Nationalité haïtienne se perd par:

a) La Naturalisation acquise en Pays étranger ;
b) L’occupation d’un poste politique au service d’un Gouvernement étranger ;
c) La résidence continue à l’étranger pendant trois (3) ans d’un individu étranger naturalisé haïtien sans une autorisation régulièrement accordée par l’Autorité compétente. Quiconque perd ainsi la nationalité haïtienne, ne peut pas la recouvrer.

Article 14
L’Haïtien naturalisé en pays étranger peut recouvrer sa Nationalité haïtienne, en remplissant toutes les conditions et formalités imposées à l’étranger par la loi.

Article 15
La double nationalité haïtienne et étrangère n’est admise dans aucun cas.

 

Titre III
Du citoyen
Des droits et devoirs fondamentaux

Chapitre premier
De la qualité de citoyen

Article 16
La réunion des droits civils et politiques constitue la qualité du citoyen.

Article 16.1
La jouissance, l’exercice, la suspension et la perte de ces droits sont réglés par la loi.

Article 16.2
L’âge de la majorité est fixé à dix-huit (18) ans.

Article 17
Les Haïtiens sans distinction de sexe et d’état civil, âgés de dix-huit (18) ans accomplis, peuvent exercer leurs droits civils et politiques s’ils réunissent les autres conditions prévues par la Constitution et par la loi.

Article 18
Les Haïtiens sont égaux devant loi sous la réserve des avantages conférés aux Haïtiens d’origine qui n’ont jamais renoncé à leur nationalité.

 

Chapitre II
Des droits fondamentaux

Section A: Droit à la vie et à la santé

Article 19
L’État a l’impérieuse obligation de garantir le droit à la vie, à la santé, au respect de la personne humaine, à tous les citoyens sans distinction, conformément à la Déclaration universelle des Droits de l’Homme.

Article 20
La peine de mort est abolie en toute matière.

Article 21
Le crime de haute trahison consiste à porter les armes dans une armée étrangère contre la République, à servir une nation étrangère contre la République, dans le fait par tout fonctionnaire de voler les biens de l’État confiés à sa gestion ou toute violation de la Constitution par ceux chargés de la faire respecter.

Article 21.1
Le crime de haute trahison est puni de la peine des travaux forcés à perpétuité sans commutation de peine.

Article 22
L’État reconnaît le droit de tout citoyen à un logement décent, à l’éducation, à l’alimentation et à la sécurité sociale.

Article 23
L’État est astreint à l’obligation d’assurer à tous les citoyens dans toutes les collectivités territoriales les moyens appropriés pour garantir la protection, le maintien et le rétablissement de leur santé par la création d’hôpitaux, de centres de santé et de dispensaires.

Section B : De la liberté individuelle

Article 24
La liberté individuelle est garantie et protégée par l’État.

Article 24.1
Nul ne peut-être poursuivi, arrêté ou détenu que dans les cas déterminés par la loi et selon les formes qu’elle prescrit.

Article 24.2
L’arrestation et la détention, sauf en cas de flagrant délit, n’auront lieu que sur un mandat écrit d’un fonctionnaire légalement compétent.

Article 24.3
Pour que ce mandat puisse être exécuté, il faut :

a) Qu’il exprime formellement en créole et en français le ou les motifs de l’arrestation ou de la détention et la disposition de loi qui punit le fait imputé ;
b) Qu’il soit notifié et qu’il en soit laissé copie au moment de l’exécution à la personne prévenue ;
c) Qu’il soit notifié au prévenu de son droit de se faire assister d’un avocat à toutes les phases de l’instruction de l’affaire jusqu’au jugement définitif ;
d) Sauf le cas de flagrant délit, aucune arrestation sur mandat, aucune perquisition ne peut se faire entre six (6) heures du soir et six (6) heures du matin ;
e) La responsabilité est personnelle. Nul ne peut être arrêté à la place d’un autre.

Article 25
Toute rigueur ou contrainte qui n’est pas nécessaire pour appréhender une personne ou la maintenir en détention, toute pression morale ou brutalité physique notamment pendant l’interrogatoire sont interdites.

Article 25.1
Nul ne peut être interrogé en l’absence de son avocat ou d’un témoin de son choix.

Article 26
Nul ne peut être maintenu en détention s’il n’a comparu dans les quarante- huit (48) heures qui suivent son arrestation, par devant un juge appelé à statuer sur la légalité de l’arrestation et si ce juge n’a confirmé la détention par décision motivée.

Article 26.1
En cas de contravention, l’inculpé est déféré par devant le juge de paix qui statue définitivement.
En cas de délit ou de crime, le prévenu peut, sans permission préalable et sur simple mémoire, se pourvoir devant le doyen du tribunal de première instance du ressort qui, sur les conclusions du Ministère Public, statue à l’extraordinaire, audience tenante, sans remise ni tour de rôle, toutes affaires cessantes sur la légalité de l’arrestation et de la détention.

Article 26.2
Si l’arrestation est jugée illégale, le Juge ordonne la libération immédiate du détenu et cette décision est exécutoire sur minute nonobstant appel, pourvoi en cassation ou défense d’exécuter.

Article 27
Toutes violations des dispositions relatives à la liberté individuelle sont des actes arbitraires. Les personnes lésées peuvent, sans autorisation préalable, se référer aux tribunaux compétents pour poursuivre les auteurs et les exécuteurs de ces actes arbitraires quelles que soient leurs qualités et à quelque Corps qu’ils appartiennent.

Article 27.1
Les fonctionnaires et les employés de l’État sont directement responsables selon les lois pénales, civiles et administratives des actes accomplis en violation de droits. Dans ces cas, la responsabilité civile s’étend aussi à l’État.

Section C : De la liberté d’expression

Article 28
Tout Haïtien ou toute Haïtienne a le droit d’exprimer librement ses opinions, en toute matière par la voie qu’il choisit.

Article 28.1
Le journaliste exerce librement sa profession dans le cadre de la loi. Cet exercice ne peut être soumis à aucune autorisation, ni censure sauf en cas de guerre.

Article 28.2
Le journaliste ne peut être forcé de révéler ses sources. Il a toutefois pour devoir d’en vérifier l’authenticité et l’exactitude des informations. Il est également tenu de respecter l’éthique professionnelle.

Article 28.3
Tout délit de presse ainsi que les abus du droit d’expression relèvent du Code Pénal.

Article 29
Le droit de pétition est reconnu. Il est exercé personnellement par un, une ou plusieurs citoyens mais jamais au nom d’un Corps.

Article 29.1
Toute pétition adressée au Pouvoir Législatif doit donner lieu à procédure réglementaire permettant de statuer sur son objet.

Section D : De la liberté de conscience

Article 30
Toutes les religions et tous les cultes sont libres. Toute personne a le droit de professer sa religion et son culte, pourvu que l’exercice de ce droit ne trouble pas l’ordre et la paix publics.

Article 30.1
Nul ne peut être contraint à faire partie d’une association ou à suivre un enseignement religieux contraire à ses convictions.

Article 30.2
La loi établit les conditions de reconnaissance et de fonctionnement des religions et des cultes.

Section E : De la liberté de réunion et d’association

Article 31
La liberté d’association et de réunion sans armes à des fins politiques, économiques, sociales, culturelles ou toutes autres fins pacifiques est garantie.

Article 31.1
Les partis et groupements politiques concourent à l’expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie. La loi détermine leurs conditions de reconnaissance et de fonctionnement, les avantages et privilèges qui leur sont réservés.

Article 31.2
Les réunions sur la voie publique sont sujettes à notification préalable aux autorités de police.

Article 31.3
Nul ne peut être contraint de s’affilier à une association, quel qu’en soit le caractère.

Section F : De l’éducation et de l’enseignement

Article 32
L’État garantit le droit à l’éducation. Il veille à la formation physique, intellectuelle, morale, professionnelle, sociale et civique de la population.

Article 32.1
L’éducation est une charge de l’État et des collectivités territoriales. Ils doivent mettre l’école gratuitement à la portée de tous, veiller au niveau de formation des Enseignements des secteurs public et privé.

Article 32.2
La première charge de l’État et des collectivités territoriales est la scolarisation massive, seule capable de permettre le développement du pays. L’État encourage et facilite l’initiative privée en ce domaine.

Article 32.3
L’enseignement primaire est obligatoire sous peine de sanctions à déterminer par la loi. Les fournitures classiques et le matériel didactique seront mis gratuitement par l’État à la disposition des élèves au niveau de l’enseignement primaire.

Article 32.4
L’enseignement agricole, professionnel, coopératif et technique est une responsabilité primordiale de l’État et des communes.

Article 32.5
La formation pré-scolaire et maternelle ainsi que l’enseignement non formel sont encouragés.

Article 32.6
L’accès aux études supérieures est ouvert en pleine égalité à tous, uniquement en fonction du mérite.

Article 32.7
L’État doit veiller à ce que chaque collectivité territoriale, section communale, commune, département soit doté d’établissements d’enseignement indispensables, adaptés aux besoins de son développement, sans toutefois porter préjudice à la priorité de l’enseignement agricole, professionnel, coopératif et technique qui doit être largement diffusé.

Article 32.8
L’État garantit aux handicapés et aux surdoués des moyens pour assurer leur autonomie, leur éducation, leur indépendance.

Article 32.9
L’État et les collectivités territoriales ont pour devoir de prendre toutes les dispositions nécessaires en vue d’intensifier la campagne d’alphabétisation des masses. Ils encouragent toutes les initiatives privées tendant à cette fin.

Article 32.10
L’enseignant a droit à un salaire de base équitable.

Article 33
L’enseignement est libre à tous les degrés. Cette liberté s’exerce sous le contrôle de l’État.

Article 34
Hormis les cas de flagrant délit, l’enceinte des établissements d’enseignement est inviolable. Aucune force de l’ordre ne peut y pénétrer qu’en accord avec la Direction desdits établissements.

Article 34.1
Cette disposition ne s’applique pas quand un établissement scolaire est utilisé à d’autre fins.

Section G : De la liberté du travail

Article 35
La liberté du travail est garantie. Tout citoyen a pour obligation de se consacrer à un travail de son choix en vue de subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille, de coopérer avec l’État à l’établissement d’un système de sécurité sociale.

Article 35.1
Tout employé d’une institution privée ou publique a droit à un juste salaire, au repos, au congé annuel payé et au bonus.

Article 35.2
L’État garantit au travailleur, l’égalité des conditions de travail et de salaire quel que soit son sexe, ses croyances, ses opinions et son statut matrimonial.

Article 35.3
La liberté syndicale est garantie. Tout travailleur des secteurs privé et public peut adhérer au Syndicat de ses activités professionnelles pour la défense exclusivement de ses intérêts de travail.

Article 35.4
Le syndicat est essentiellement apolitique, à but non lucratif et non confessionnel. Nul ne peut être contraint d’y adhérer.

Article 35.5
Le droit de grève est reconnu dans les limites déterminée par la loi.

Article 35.6
La loi fixe la limite d’âge pour le travail salarié. Des Lois Spéciales réglementent le travail des enfants mineurs et des gens de maison.

Section H : De la propriété

Article 36
La propriété privée est reconnue et garantie. La loi en détermine les modalités d’acquisition, de jouissance ainsi que les limites.

Article 36.1
L’expropriation pour cause d’utilité publique peut avoir lieu moyennant le paiement ou la consignation ordonnée par la justice aux ordres de qui de droit, d’une juste et préalable indemnité fixée à dire d’expert.

Si le projet initial est abandonné, l’expropriation est annulée et l’immeuble ne pouvant être l’objet d’aucune autre spéculation, doit être restitué à son propriétaire originaire, sans aucun remboursement pour le petit propriétaire. La mesure d’expropriation est effective à partir de la mise en oeuvre du projet.

Article 36.2
La Nationalisation et la confiscation des biens, meubles et immeubles pour causes politiques sont interdites.
Nul ne peut être privé de son droit légitime de propriété qu’en vertu d’un jugement rendu par un Tribunal de droit commun passé en force de chose souverainement jugée, sauf dans le cadre d’une réforme agraire.

Article 36.3
La propriété entraîne également des obligations. Il n’en peut être fait usage contraire à l’intérêt général.

Article 36.4
Le propriétaire foncier doit cultiver, exploiter le sol et le protéger, notamment contre l’érosion. La sanction de cette obligation est prévue par la loi.

Article 36.5
Le droit de propriété ne s’étend pas au littoral, aux sources, rivières, cours d’eau, mines et carrières. Ils font partie du domaine public de l’État.

Article 36.6
La loi fixe les règles qui conditionnent la liberté de prospection et le droit d’exploiter les mines, minières et carrières du sous-sol, en assurant au propriétaire de la surface, aux concessionnaires et à l’État haïtien une participation équitable au profit que procure la mise en valeur de ces ressources naturelles.

Article 37
La loi fixe les conditions de morcellement et de remembrement de la terre en fonction du plan d’aménagement du territoire et du bien -être des communautés concernées, dans le cadre d’une réforme agraire.

Article 38
La propriété scientifique, littéraire et artistique est protégée par la loi.

Article 39
Les habitants des sections communales ont un droit de préemption pour l’exploitation des terres du domaine privé de l’État situées dans leur localité.

Section I : Droit à l’information

Article 40
Obligation est faite à l’État de donner publicité par voie de presse parlée, écrite et télévisée, en langues créole et française aux lois, arrêtés, décrets, accords internationaux, traités, conventions, à tout ce qui touche la vie nationale, exception faite pour les informations relevant de la sécurité nationale.

Section J : Droit à la sécurité

Article 41
Aucun individu de nationalité haïtienne ne peut être déporté ou forcé de quitter le territoire national pour quelque motif que ce soit.
Nul ne peut être privé pour des motifs politiques de sa capacité juridique et de sa nationalité.

Article 41.1
Aucun haïtien n’a besoin de visa pour laisser le pays ou pour y revenir.

Article 42
Aucun citoyen, civil ou militaire ne peut être distrait des juges que la constitution et les lois lui assignent.

Article 42.1
Le militaire accusé de crime de haute trahison envers la patrie est passible du tribunal de droit commun.

Article 42.2
La justice militaire n’a juridiction que :

a) Dans les cas de violation des règlements du Manuel de justice militaire par des militaires ;
b) Dans les cas de conflits entre les membres des forces armées ;
c) En cas de guerre.

Article 42.3
Les cas de conflit entre civils et militaires, les abus, violences et crimes perpétrés contre un civil par un militaire dans l’exercice de ses fonctions, relèvent exclusivement des tribunaux de droit commun.

Article 43
Aucune visite domiciliaire, aucune saisie de papier ne peut avoir lieu qu’en vertu de la loi et dans les formes qu’elle prescrit.

Article 44
Les détenus provisoires attendant d’être jugés doivent être séparés de ceux qui purgent une peine.

Article 44.1
Le régime des prisons doit répondre aux normes attachées au respect de la dignité humaine selon la loi sur la matière.

Article 45
Nulle peine ne peut être établie que par la loi, ni appliquée que dans les cas que celle-ci détermine.

Article 46
Nul ne peut être obligé, en matière criminelle, correctionnelle ou de simple police, à témoigner contre lui-même ou ses parents jusqu’au quatrième degré de consanguinité ou deuxième degré d’alliance.

Article 47
Nul ne peut être contraint à prêter serment que dans le cas et dans les formes prévus par la loi.

Article 48
L’État veillera à ce qu’une caisse de pension civile de retraite soit établie dans les secteurs privé et public. Elle sera alimentée par les contributions des employeurs et employés suivant les critères et modalités établis par la loi. L’allocation de la pension est un droit et non une faveur.

Article 49
La liberté, le secret de la correspondance et de toutes les autres formes de communication sont inviolables. Leur limitation ne peut se produire que par un acte motivé de l’autorité judiciaire, selon les garanties fixée par la loi.

Article 50
Dans le cadre de la constitution et de la loi, le jury est établi en matière criminelle pour les crimes de sang et en matière de délits politiques.

Article 51
La loi ne peut avoir d’effet rétroactif, sauf en matière pénale quand elle est favorable à l’accusé.

Chapitre III
Des devoirs du citoyen

Article 52
A la qualité de citoyen se rattache le devoir civique. Tout droit est contrebalancé par le devoir correspondant.

Article 52.1
Le devoir civique est l’ensemble des obligations du citoyen dans l’ordre moral, politique, social et économique vis-à-vis de l’État et de la patrie. Ces obligations sont :

a) respecter la constitution et l’emblème national ;
b) respecter les lois ;
c) voter aux élections sans contrainte ;
d) payer ses taxes ;
e) servir de juré ;
f) défendre le pays en cas de guerre ;
g) s’instruire et se perfectionner ;
h) respecter et protéger l’environnement ;
i) respecter scrupuleusement les deniers et biens de l’État ;
j) respecter le bien d’autrui ;
k) oeuvrer pour le maintien de la paix ;
l) fournir assistance aux personnes en danger ;
m) respecter les droits et la liberté d’autrui.

Article 52.2
La dérogation à ces prescriptions est sanctionnée par la loi.

Article 52.3
Il est établi un service civique mixte obligatoire dont les conditions de fonctionnement sont établies par la loi.

 

Titre IV
Des étrangers

Article 53
Les conditions d’admission et de séjour des étrangers dans le pays sont établies par la loi.

Article 54
Les étrangers qui se trouvent sur le territoire de la République bénéficient de la même protection que celle qui est accordée aux Haïtiens, conformément à la loi.

Article 54.1
L’étranger jouit des droits civils, des droits économiques et sociaux sous la réserve des dispositions légales relatives au droit de propriété immobilière, à l’exercice des professions, au commerce de gros, à la représentation commerciale et aux opérations d’importation et d’exportation.

Article 55
Le droit de propriété immobilière est accordé à l’étranger résidant en Haïti pour les besoins de sa demeure.

Article 55.1
Cependant, l’étranger résidant en Haïti ne peut être propriétaire de plus d’une maison d’habitation dans un même arrondissement. Il ne peut en aucun cas se livrer au trafic de location d’immeubles. Toutefois, les sociétés étrangères de promotion immobilière bénéficient d’un statut spécial réglé par la loi.

Article 55.2
Le droit de propriété immobilière est également accordé à l’étranger résidant en Haïti et aux sociétés étrangères pour les besoins de leurs entreprises agricoles, commerciales, industrielles, religieuses, humanitaires ou d’enseignement, dans les limites et conditions déterminées par la loi.

Article 55.3
Aucun étranger ne peut être propriétaire d’un immeuble borné par la frontière terrestre haïtienne.

Article 55.4
Ce droit prend fin cinq (5) années après que l’étranger n’a cessé de résider dans le pays ou qu’ont cessé les opérations de ces sociétés, conformément à la loi qui détermine les règlements à suivre pour la transmission et la liquidation des biens appartenant aux étrangers.

Article 55.5
Les contrevenants aux sus-dites dispositions ainsi que leurs complices seront punis conformément à la loi.

Article 56
L’étranger peut être expulsé du territoire de la République lorsqu’il s’immisce dans la vie politique du pays et dans les cas déterminés par la loi.

Article 57
Le droit d’asile est reconnu aux réfugiés politiques.

 

Titre V
De la souveraineté nationale

Article 58
La souveraineté nationale réside dans l’universalité des citoyens.
Les citoyens exercent directement les prérogatives de la souveraineté par:

a) l’élection du Président de la République ;
b) l’élection des membres du Pouvoir législatif ;
c) l’élection des membres de tous autres corps ou de toutes assemblées prévues par la constitution et par la loi.

Article 59
Les citoyens délèguent l’exercice de la souveraineté nationale à trois (3) pouvoirs

a) le pouvoir législatif ;
b) le pouvoir exécutif ;
c) le pouvoir judiciaire.

Le principe de séparation des trois (3) pouvoirs est consacré par la constitution.

Article 59.1
L’ensemble de ces trois (3) pouvoirs constitue le fondement essentiel de l’organisation de l’État qui est civil.

Article 60
Chaque pouvoir est indépendant des deux (2) autres dans ses attributions qu’il exerce séparément.

Article 60.1
Aucun d’eux ne peut, sous aucun motif, déléguer ses attributions en tout ou en partie, ni sortir des limites qui sont fixées par la constitution et par la loi.

Article 60.2
La responsabilité entière est attachée aux actes de chacun des trois (3) pouvoirs.

Chapitre premier
Des collectivités territoriales et de la décentralisation

Article 61
Les collectivités territoriales sont la section communale, la commune et le département.

Article 61.1
La loi peut créer toute autre collectivité territoriale.

Section A : De la section communale

Article 62
La section communale est la plus petite entité territoriale administrative de la République.

Article 63
L’administration de chaque section communale est assurée par un conseil de trois (3) membres élu au suffrage universel pour une durée de quatre (4) ans. Ils sont indéfiniment rééligibles. Son mode d’organisation et de fonctionnement est réglé par la loi.

Article 63.1
Le conseil d’administration de la section communale est assisté dans sa tâche par une assemblée de la section communale.

Article 64
L’État a pour obligation d’établir au niveau de chaque section communale les structures propres à la formation sociale, économique, civique et culturelle de sa population.

Article 65
Pour être membre du conseil d’administration de la section communale, il faut :

a) être haïtien et âgé de 25 ans au moins ;
b) avoir résidé dans la section communale deux (2) ans avant les élections et continuer à y résider ;
c) jouir de ses droits civils et politiques et n’avoir jamais été condamné à une peine afflictive et infamante.

Section B : De la Commune

Article 66
La Commune a l’autonomie administrative et financière. Chaque Commune de la République est administrée par un Conseil de trois (3) membres élus au suffrage universel dénommé Conseil Municipal.

Article 66.1
Le Président du Conseil porte le titre de Maire. Il est assisté de Maires adjoints.

Article 67
Le Conseil Municipal est assisté dans sa tâche d’une Assemblée municipale formée notamment d’un représentant de chacune de ses Sections communales.

Article 68
Le mandat du Conseil municipal est de quatre (4) ans et ses membres sont indéfiniment rééligibles.

Article 69
Le mode d’organisation et de fonctionnement de la Commune et du Conseil municipal sont réglés par la loi.

Article 70
Pour être élu membre d’un Conseil municipal, il faut :

a) être haïtien ;
b) être âgé de vingt-cinq (25) ans accomplis ;
c) jouir de ses droits civils et politiques ;
d) n’avoir jamais été condamné à une peine afflictive et infamante ;
e) avoir résidé au moins 3 ans dans la Commune et s’engager à y résider pendant la durée de son mandat.

Article 71
Chaque Conseil municipal est assisté sur sa demande d’un Conseil technique fourni par l’administration centrale.

Article 72
Le Conseil municipal ne peut-être dissous qu’en cas d’incurie, de malversation ou d’administration frauduleuse légalement prononcée par le tribunal compétent. En cas de dissolution, le Conseil départemental supplée immédiatement à la vacance et saisit le Conseil Électoral Permanent dans les soixante (60) jours à partir de la date de la dissolution en vue de l’élection d’un nouveau Conseil devant gérer les intérêts de la Commune pour le temps qui reste à courir. Cette procédure s’applique en cas de vacance pour toute autre cause.

Article 73
Le Conseil municipal administre ses ressources au profit exclusif de la municipalité et rend compte à l’Assemblée municipale qui elle-même en fait rapport au Conseil départemental.

Article 74
Le Conseil municipal est gestionnaire privilégié des biens fonciers du domaine privé de l’État situés dans les limites de sa Commune. Ils ne peuvent être l’objet d’aucune transaction sans l’avis préalable de l’Assemblée municipale.

Section C : De l’arrondissement

Article 75
L’arrondissement est une division administrative pouvant regrouper plusieurs communes. Son organisation et son fonctionnement sont réglés par la loi.

Section D : Du Département

Article 76
Le département est la plus grande division territoriale. Il regroupe les arrondissements.

Article 77
Le département est une personne morale. Il est autonome.

Article 78
Chaque département est administré par un Conseil de trois (3) membres élus pour quatre (4) ans par l’Assemblée départementale.

Article 79
Le membre du Conseil départemental n’est pas forcément tiré de l’Assemblée mais il doit:

a) être haïtien et âgé de vingt-cinq (25) ans au moins ;
b) avoir résidé dans le département trois (3) ans avant les élections et s’engager à y résider pendant la durée du mandat ;
c) jouir de ses droits civils et politiques et n’avoir jamais été condamné à une peine à la fois afflictive et infamante.

Article 80
Le Conseil départemental est assisté dans sa tâche d’une Assemblée départementale formée d’un (1) représentant de chaque assemblée municipale.

Article 80.1
Ont accès aux réunions de l’Assemblée avec voix consultative:

a) les députés, les sénateurs du département;
b) un (1) représentant de chaque association socio-professionnelle ou syndicale;
c) le délégué départemental;
d) les directeurs des services publics du département.

Article 81
Le Conseil départemental élabore en collaboration avec l’administration centrale, le plan de développement du département.

Article 82
L’organisation et le fonctionnement du conseil départemental et de l’assemblée départementale sont réglés par la loi.

Article 83
Le conseil départemental administre ses ressources financières au profit exclusif du département et rend compte à l’Assemblée départementale qui elle-même en fait rapport à l’administration centrale.

Article 84
Le conseil départemental peut être dissous en cas d’incurie, de malversations ou d’administration frauduleuse légalement constatées par le tribunal compétent.

En cas de dissolution, l’administration centrale nomme une commission provisoire et saisit le conseil électoral permanent en vue de l’élection d’un nouveau conseil pour le temps à courir dans les soixante (60) jours de la dissolution.

Section E : Dés délégués et vice-délégués

Article 85
Dans chaque chef-lieu de département, le pouvoir exécutif nomme un représentant qui porte le titre de délégué. Un vice-délégué placé sous l’autorité du délégué est également nommé dans chaque chef-lieu d’arrondissement.

Article 86
Les délégués et vice-délégués assurent la coordination et le contrôle des services publics et n’exercent aucune fonction de police répressive. Les autres attributions des délégués et vice-délégués sont déterminées par la loi.

Section F : Du conseil interdépartemental

Article 87
L’Exécutif est assisté d’un (1) Conseil interdépartemental dont les membres sont désignés par les assemblées départementales à raison d’un (1) par département.

Article 87.1
Ce représentant, choisi parmi les membres des assemblées départementales sert de liaison entre le département et le pouvoir exécutif.

Article 87.2
Le conseil interdépartemental, de concert avec l’Exécutif, étudie et planifie les projets de décentralisation et de développement du pays, au point de vue social, économique, commercial, agricole et industriel.

Article 87.3
Il assiste aux séances de travail du Conseil des ministres lorsqu’elles traitent des objets mentionnés au précédent paragraphe avec voix délibérative.

Article 87.4
La décentralisation doit être accompagnée de la déconcentration des services publics avec délégation de pouvoir et du décloisonnement industriel au profit des départements.

Article 87.5
La loi détermine l’organisation et le fonctionnement du conseil interdépartemental ainsi que la fréquence des séances du Conseil des ministres auxquelles il participe.

Chapitre II
Du pouvoir législatif

Article 88
Le pouvoir législatif s’exerce par deux (2) Chambres représentatives. Une (1) Chambre des députés et un (1) Sénat qui forment le Corps Législatif.

Section A : De la Chambre des députés

Article 89
La Chambre des députés est un corps composé de membres élus au suffrage direct par les citoyens et chargé d’exercer au nom de ceux-ci et de concert avec le Sénat les attributions du Pouvoir législatif.

Article 90
Chaque collectivité municipale constitue une circonscription électorale et élit un (1) député. La loi fixe le nombre de députés au niveau des grandes agglomérations sans que ce nombre n’excède trois (3). En attendant l’application des alinéas précédents, le nombre de députés ne peut être inférieur à soixante-dix (70).

Article 90.1
Le député est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés dans les assemblées primaires, selon les conditions et le mode prescrits par la loi électorale.

Article 91
Pour être membre de la Chambre des députés, il faut:

1) être haïtien ou haïtienne d’origine et n’avoir jamais renoncé à sa nationalité;
2) être âgé de vingt-cinq (25) ans accomplis;
3) jouir de ses droits civils et politiques et n’avoir jamais été condamné à une peine afflictive ou infamante pour un crime de droit commun;
4) avoir résidé au moins deux (2) années consécutives précédant la date des élections dans la circonscription électorale à représenter;
5) Être propriétaire d’un immeuble au moins dans la circonscription ou y exercer une profession ou une industrie;
6) avoir reçu décharge, le cas échéant, comme gestionnaire de fonds publics.

Article 92
Les députés sont élus pour quatre (4) ans et sont indéfiniment rééligibles.

Article 92.1
Ils entrent en fonction le deuxième lundi de janvier et siègent en deux (2) sessions annuelles. La durée de leur mandat forme une législature.

Article 92.2
La première session va du deuxième lundi de janvier au deuxième lundi de mai. La seconde, du deuxième lundi du mois de juin au deuxième lundi de septembre.

Article 92.3
Le renouvellement de la Chambre des députés se fait intégralement tous les quatre (4) ans.

Article 93
La Chambre des députés, outre les attributions qui lui sont dévolues par la Constitution en tant que branche du pouvoir législatif, a le privilège de mettre en accusation le Chef de l’État, le Premier Ministre, les Ministres, les Secrétaires d’État par devant la Haute Cour de justice, par une majorité des 2/3 de ses membres. Les autres attributions de la Chambre des députés lui sont assignées par la Constitution et par la loi.

Section B : Du Sénat

Article 94
Le Sénat est un Corps composé de membres élus au suffrage direct par les citoyens et chargé d’exercer en leur nom, de concert avec la Chambre des Députés, les attributions du Pouvoir législatif.

Article 94.1
Le nombre des sénateurs est fixé à trois (3) sénateurs par département.

Article 94.2
Le sénateur de la République est élu au suffrage universel à la majorité absolue dans les assemblées primaires tenues dans les Départements géographiques, selon les conditions prescrites par la loi électorale.

Article 95
Les sénateurs sont élus pour six (6) ans et sont indéfiniment rééligibles.

Article 95.1
Les sénateurs siègent en permanence.

Article 95.2
Le Sénat peut cependant s’ajourner excepté durant la session législative. Lorsqu’il s’ajourne, il laisse un comité permanent chargé d’expédier les affaires courantes. Ce comité ne peut prendre aucun arrêté, sauf pour la convocation du Sénat. Dans les cas d’urgence, l’Exécutif peut également convoquer le Sénat avant la fin de l’ajournement.

Article 95.3
Le renouvellement du Sénat se fait par tiers (1/3) tous les deux ans.

Article 96
Pour être élu sénateur, il faut :

1) être haïtien d’origine et n’avoir jamais renoncé à sa nationalité;
2) être âgé de trente (30) ans accomplis;
3) jouir de ses droits civils et politiques et n’avoir jamais été condamné à une peine afflictive et infamante pour un crime de droit commun
4) avoir résidé dans le département à représenter au moins quatre (4) années consécutives précédant la date des élections;
5) être propriétaire d’un immeuble au moins dans le département ou y exercer une profession ou une industrie;
6) avoir obtenu décharge, le cas échéant, comme gestionnaire de fonds publics.

Article 97
En addition aux responsabilités qui sont inhérentes en tant que branche du Pouvoir législatif, le Sénat exerce les attributions suivantes:

1) proposer à l’Exécutif la liste des juges de la Cour de Cassation selon les prescriptions de la Constitution;
2) s’ériger en Haute Cour de justice;
3) Exercer toutes autres attributions qui lui sont assignées par la présente Constitution et par la loi.

Section C : De l’Assemblée nationale

Article 98
La réunion en une seule Assemblée des deux (2) branches du pouvoir législatif constitue l’Assemblée Nationale.

Article 98.1
L’Assemblée Nationale se réunit pour l’ouverture et la clôture de chaque Session et dans tous les autres cas prévus par la Constitution.

Article 98.2
Les pouvoirs de l’Assemblée Nationale sont limités et ne peuvent s’étendre à d’autres objets que ceux qui sont spécialement attribués par la Constitution.

Article 98.3
Les attributions sont :

1) de recevoir le serment constitutionnel du Président de la République;
2) de ratifier toute décision, de déclarer la guerre quand toutes les tentatives de conciliation ont échoué;
3) d’approuver ou de rejeter les traités et conventions internationales;
4) d’amender la Constitution selon la procédure qui y est indiquée;
5) de ratifier la décision de l’Exécutif de déplacer le siège du Gouvernement dans les cas déterminés par l’article premier de la présente Constitution;
6) de statuer sur l’opportunité de l’État de siège, d’arrêter avec l’Exécutif les garanties constitutionnelles à suspendre et de se prononcer sur toute demande de renouvellement de cette mesure;
7) de concourir à la formation du Conseil Électoral Permanent conformément à l’article 192 de la Constitution;
8) de recevoir à l’ouverture de chaque session, le bilan des activités du Gouvernement.

Article 99
L’Assemblée Nationale est présidée par le Président du Sénat, assisté du Président de la Chambre des députés en qualité de Vice-Président. Les Secrétaires du Sénat et ceux de la Chambre des députés sont les Secrétaires de l’Assemblée Nationale.

Article 99.1
En cas d’empêchement du Président du Sénat, l’Assemblée Nationale est présidée par le Président de la Chambre des députés, le Vice-Président du Sénat devient alors Vice-Président de l’Assemblée Nationale.

Article 99.2
En cas d’empêchement des deux (2) Présidents, les deux (2) Vice-Président y suppléent respectivement.

Article 100
Les séances de l’Assemblée sont publiques. Néanmoins, elles peuvent avoir lieu à huis clos sur la demande de cinq (5) membres et il sera ensuite décidé à la majorité absolue si la séance doit être reprise en public.

Article 101
En cas d’urgence, lorsque le corps législatif n’est pas en session, le pouvoir exécutif peut convoquer l’Assemblée Nationale à l’extraordinaire.

Article 102
L’Assemblée Nationale ne peut siéger ou prendre des décisions et des résolutions sans la présence en son sein de la majorité de chacune des deux (2) Chambres.

Article 103
Le corps législatif a son siège à Port-au-Prince. Néanmoins, suivant les circonstances, ce siège sera transféré ailleurs au même lieu et en même temps que celui du pouvoir exécutif.

Section D : De l’exercice du pouvoir législatif

Article 104
La session du corps législatif prend date dès l’ouverture des deux (2) Chambres en Assemblée Nationale.

Article 105
Dans l’intervalle des sessions ordinaires et en cas d’urgence, le Président de la République peut convoquer le corps législatif en session extraordinaire.

Article 106
Le Chef du pouvoir exécutif rend compte de cette mesure par un message.

Article 107
Dans le cas de convocation à l’extraordinaire du corps législatif, il ne peut décider sur aucun objet étranger au motif de la convocation.

Article 107.1
Cependant, tout sénateur ou député peut entretenir l’Assemblée à laquelle il appartient de question d’intérêt général.

Article 108
Chaque Chambre vérifie et valide les pouvoirs de ses membres et juge souverainement les contestations qui s’élèvent à ce sujet.

Article 109
Les membres de chaque Chambre prêtent le serment suivant :

” Je jure de m’acquitter de ma tâche, de maintenir et de sauvegarder les droits du Peuple et d’être fidèle à la Constitution. “

Article 110
Les séances des (2) deux Chambres sont publiques. Chaque Chambre peut travailler à huis clos sur la demande de cinq (5) membres et décider ensuite à la majorité si la séance doit être reprise en public.

Article 111
Le Pouvoir législatif fait des lois sur tous les objets d’intérêt public.

Article 111.1
L’initiative en appartient à chacune des deux (2) Chambres ainsi qu’au pouvoir exécutif.

Article 111.2
Toutefois l’initiative de la Loi Budgétaire, des lois concernant l’assiette, la quotité et le mode de perception des impôts et contributions, de celles ayant pour objet de créer des recettes ou d’augmenter les recettes et les dépenses de l’État est du ressort du pouvoir exécutif. Les projets présentés à cet égard doivent être votés d’abord par la Chambre des députés.

Article 111.3
En cas de désaccord entre les deux (2) Chambres relativement aux lois mentionnées dans le précédent paragraphe, chaque Chambre nomme au scrutin de liste et en nombre égal une commission parlementaire qui résout en dernier ressort le désaccord.

Article 111.4
Si le désaccord se produit à l’occasion de toute autre loi, celle-ci sera ajournée jusqu’à la session suivante. Si à cette session et même en cas de renouvellement des Chambres, la loi étant présentée à nouveau, une entente ne se réalise pas, chaque Chambre nomme au scrutin de liste et en nombre égal, une commission parlementaire chargée d’arrêter le texte définitif qui sera soumis aux deux (2) Assemblées, à commencer par celle qui avait primitivement voté la loi. Et si ces nouvelles délibérations ne donnent aucun résultat, le projet ou la proposition de loi sera retiré.

Article 111.5
En cas de désaccord, entre le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif, la commission de conciliation prévue à l’article 206 ci-après, est saisie du différend sur demande de l’une des parties.

Article 111.6
Si la commission échoue dans sa mission, elle dresse un procès-verbal de non conciliation qu’elle transmet aux deux (2) hautes parties et en donne avis à la Cour de Cassation.

Article 111.7
Dans la huitaine de la réception de ce procès-verbal, la Cour de cassation se saisit d’office du différend. La Cour statue en sections réunies, toutes affaires cessantes. La décision sera finale et s’impose aux hautes parties. Si entre temps, une entente survient entre les hautes parties, les termes de l’entente arrêteront d’office la procédure en cours.

Article 111.8
En aucun cas, la Chambre des députés ou le Sénat ne peut être dissous ou ajourné, ni le mandat de leurs membres prorogé.

Article 112
Chaque Chambre au terme de ses règlements, nomme son personnel, fixe sa discipline et détermine le mode suivant lequel elle exerce ses attributions.

Article 112.1
Chaque Chambre peut appliquer à ces membres pour conduite répréhensible, par décision prise à la majorité des 2/3, des peines disciplinaires sauf, celle de la radiation.

Article 113
Sera déchu de sa qualité de député ou de sénateur, tout membre du Corps législatif qui, pendant la durée de son mandat, aura été frappé d’une condamnation prononcée par un tribunal de droit commun qui a acquis autorité de chose jugée et entraîne l’inéligibilité.

Article 114
Les membres du Corps législatif sont inviolables du jour de leur prestation de serment jusqu’à l’expiration de leur mandat, sous réserve des dispositions de l’article 115 ci-après.

Article 114.1
Ils ne peuvent être en aucun temps poursuivis et attaqués pour les opinions et votes émis par eux dans l’exercice de leur fonction.

Article 114.2
Aucune contrainte par corps ne peut être exécutée contre un membre du Corps législatif pendant la durée de son mandat.

Article 115
Nul membre du Corps législatif ne peut, durant son mandat, être arrêté en matière criminelle, correctionnelle ou de police pour délit de droit commun, si ce n’est avec l’autorisation de la Chambre à laquelle il appartient, sauf le cas de flagrant délit pour faits emportant une peine afflictive et infamante. Il en est alors référé à la Chambre des députés ou au Sénat sans délai si le Corps législatif est en session, dans le cas contraire, à l’ouverture de la prochaine session ordinaire ou extraordinaire.

Article 116
Aucune des deux (2) Chambres ne peut siéger, ni prendre une résolution sans la présence de la majorité de ses membres.

Article 117
Tous les actes du Corps législatif doivent être pris à la majorité des membres présents, excepté s’il en est autrement prévu par la présente Constitution.

Article 118
Chaque Chambre a le droit d’enquêter sur les questions dont elle est saisie.

Article 119
Tout le projet de loi doit être voté article par article.

Article 120
Chaque Chambre a le droit d’amender et de diviser les articles et amendements proposés. Les Amendements votés par une Chambre ne peuvent faire partie d’un projet de loi qu’après avoir été votés par l’autre Chambre dans la même forme et en des termes identiques. Aucun projet de loi ne devient loi qu’après avoir été voté dans la même forme par les deux (2) Chambres.

Article 120.1
Tout projet peut être retiré de la discussion tant qu’il n’a pas été définitivement voté.

Article 121
Toute loi votée par le Corps législatif est immédiatement adressée au Président de la République qui, avant de la promulguer, a le droit d’y faire des objections en tout ou en partie.

Article 121.2
Si la loi ainsi amendée est votée par la seconde Chambre, elle sera adressée de nouveau au Président de la République pour être promulguée.

Article 121.3
Si les objections sont rejetées par la Chambre qui a primitivement voté la loi, elle est renvoyée à l’autre Chambre avec les objections.

Article 121.4
Si la seconde Chambre vote également le rejet, la loi est renvoyée au Président de la République qui est dans l’obligation de la promulguer.

Article 121.5
Le rejet des objections est voté par l’une ou l’autre Chambre à la majorité prévue par l’article 117. Dans ce cas, les votes de chaque Chambre seront émis au scrutin secret.

Article 121.6
Si dans l’une ou l’autre Chambre, la majorité prévue à l’alinéa précédent n’est pas obtenue pour le rejet, les objections sont acceptées.

Article 122
Le droit d’objection doit être exercé dans un délai de huit (8) jours francs à partir de la date de la réception de la loi par le Président de la République.

Article 123
Si dans les délais prescrits, le Président de la République ne fait aucune objection, la loi doit être promulguée à moins que la session du Corps législatif n’ait pris fin avant l’expiration des délais, dans ce cas, la loi demeure ajournée. La loi ainsi ajournée est, à l’ouverture de la Session suivante, adressée au Président de la République pour l’exercice de son droit d’objection.

Article 124
Un projet de loi rejeté par l’une des deux (2) Chambres ne peut être présenté de nouveau dans la même session.

Article 125
Les lois et autres actes du Corps législatif et de l’Assemblée Nationale seront rendus exécutoires par leur promulgation et leur publication au Journal Officiel de la République.

Article 125.1
Ils sont numérotés, insérés dans le bulletin imprimé et numéroté ayant pour titre Bulletin des lois et actes.

Article 126
La loi prend date du jour de son adoption définitive par les deux (2) Chambres.

Article 127
Nul ne peut en personne présenter des pétitions à la tribune du Corps législatif.

Article 128
L’interprétation des lois par voie d’autorité, n’appartient qu’au Pouvoir législatif, elle est donnée dans la forme d’une loi.

Article 129
Chaque membre du Corps législatif reçoit une indemnité mensuelle à partir de sa prestation de serment.

Article 129.1
La fonction de membre du Corps législatif est incompatible avec toute autre fonction rétribuée par l’État, sauf celle d’enseignement.

Article 129.2
Le droit de questionner et d’interpeller un membre du Gouvernement ou le Gouvernement tout entier sur les faits et actes de l’Administration est reconnu à tout membre des deux (2) Chambres.

Article 129.3
La demande d’interpellation doit être appuyée par cinq (5) membres du Corps intéressé. Elle aboutit à un vote de confiance ou de censure pris à la majorité de ce Corps.

Article 125.4
Lorsque la demande d’interpellation aboutit à un vote de censure sur une question se rapportant au programme où à une déclaration de politique générale du Gouvernement, le Premier Ministre doit remettre au Président de la République, la démission de son Gouvernement.

Article 125.5
Le Président doit accepter cette démission et nommer un nouveau Premier Ministre, conformément aux dispositions de la Constitution.

Article 129.6
Le Corps législatif ne peut prendre plus d’un vote de censure par an sur une question se rapportant au programme ou à une déclaration de politique générale de Gouvernement.

Article 130
En cas de mort, de démission, de déchéance, d’interdiction judiciaire ou d’acceptation d’une fonction incompatible avec celle de membre du Corps législatif, il est pourvu au remplacement du député ou du sénateur dans sa circonscription électorale pour le temps seulement qui reste à courir par une élection partielle sur convocation de l’Assemblée Primaire Électorale faite par le Conseil Électoral Permanent dans le mois même de la vacance.

Article 130.1
L’élection a lieu dans une période de trente (30) jours après la convocation de l’Assemblée Primaire, conformément à la Constitution.

Article 130.2
Il en est de même à défaut d’élection ou en cas de nullité des élections prononcées par le Conseil Électoral Permanent dans une ou plusieurs circonscriptions.

Article 130.3
Cependant, si la vacance se produit au cours de la dernière session ordinaire de la Législature ou après la session, il n’y a pas lieu à l’élection partielle.

Section E : Des incompatibilités

Article 131
Ne peuvent être élus membres du Corps législatif :

1) le concessionnaire ou cocontractant de l’État pour l’exploitation des services publics ;
2) les représentants ou mandataires des concessionnaires ou cocontractants de l’État, compagnies ou sociétés concessionnaires ou cocontractants de l’État ;
3) les délégués, vice-déléguées, les juges, les officiers du Ministère Public dont les fonctions n’ont pas cessé six (6) mois avant la date fixée pour les élections ;
4) toute personne se trouvant dans les autres cas d’inéligibilité prévus par la présente Constitution et par la loi.

Article 132
Les membres du pouvoir exécutif et les directeurs généraux de l’Administration publique ne peuvent être élus membres du Corps législatif s’ils ne démissionnent un (1) an au moins avant la date des élections.

Chapitre III
Du pouvoir exécutif

Article 133
Le pouvoir exécutif est exercé par a) le Président de la République, Chef de l’État; b) le Gouvernement ayant à sa tête un Premier Ministre.

Section A : Du Président de la République

Article 134
Le Président de la République est élu au suffrage universel direct à la majorité absolue des votants. Si celle-ci n’est pas obtenue au premier tour, il est procédé à un second tour. Seuls peuvent s’y présenter les deux (2) candidats qui, le cas échéant, après retrait de candidats plus favorisés, se trouvent avoir recueilli le plus grand nombre de voix au premier tour.

Article 134.1
La durée du mandat présidentiel est de cinq (5) ans. Cette période commence et se terminera le 7 février suivant la date des élections.

Article 134.2
Les élections présidentielles ont lieu le dernier dimanche de novembre de la cinquième année du mandat présidentiel.

Article 134.3
Le Président de la République ne peut bénéficier de prolongation de mandat. Il ne peut assumer un nouveau mandat, qu’après un intervalle de cinq (5) ans. En aucun cas, il ne peut briguer un troisième mandat.

Article 135
Pour être élu Président de la République d’Haïti, il faut :

a) être haïtien d’origine et n’avoir jamais renoncé à sa nationalité ;
b) être âgé de trente-cinq (35) ans accomplis au jour des élections ;
c) jouir de ses droits civils et politiques et n’avoir jamais été condamné à une peine afflictive et infamante pour crime de droit commun ;
d) être propriétaire en Haïti d’un immeuble au moins et avoir dans le pays une résidence habituelle;
e) résider dans le pays depuis cinq (5) années consécutives avant la date des élections ;
f) avoir reçu décharge de sa gestion si on a été comptable des deniers publics.

Article 135.1
Avant d’entrer en fonction, le Président de la République prête devant l’Assemblée Nationale le serment suivant

” Je jure, devant Dieu et devant la Nation, d’observer fidèlement la Constitution et les lois de la République, de respecter et de faire respecter les droits du peuple haïtien, de travailler à la grandeur de la Patrie, de maintenir l’indépendance nationale et l’intégrité du territoire. “

Section B : Des attributions du Président de la République

Article 136
Le Président de la République, Chef de l’État, veille au respect et à l’exécution de la Constitution et à la stabilité des institutions. Il assure le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État.

Article 137
Le Président de la République choisit un Premier Ministre parmi les membres du parti ayant la majorité au Parlement. A défaut de cette majorité, le Président de la République choisit son Premier Ministre en consultation avec le Président du Sénat et celui de la Chambre des députés. Dans les deux (2) cas, le choix doit être ratifié par le Parlement.

Article 137.1
Le Président de la République met fin aux fonctions du Premier Ministre sur la présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement.

Article 138
Le Président de la République est le garant de l’Indépendance Nationale et de l’Intégrité du Territoire.

Article 139
Il négocie et signe tous traités, conventions et accords internationaux et les soumet à la ratification de l’Assemblée Nationale.

Article 139.1
Il accrédite les Ambassadeurs et les Envoyés Extraordinaires auprès des puissances étrangères, reçoit les lettres de créance des Ambassadeurs des puissances étrangères et accorde l’exequatur aux Consuls.

Article 140
Il déclare la guerre, négocie et signe les traités de paix avec l’approbation de l’Assemblée Nationale.

Article 141
Le Président de la République, après approbation du Sénat nomme par arrêté pris en Conseil des Ministres, le Commandant en Chef des Forces Armées, le Commandant en Chef de la Police, les Ambassadeurs et les Consuls généraux.

Article 142
Par arrêté pris en Conseil des Ministres, le Président de la République nomme les directeurs généraux de l’Administration publique, les délégués et vice-délégués des départements et arrondissements. Il nomme également, après approbation du Sénat, les conseils d’administration des organismes autonomes.

Article 143
Le Président de la République est le Chef nominal des Forces Armées, il ne les commande jamais en personne.

Article 144
Il fait sceller les lois du Sceau de la République et les promulgue dans les délais prescrits par la Constitution. Il peut avant l’expiration de ce délai, user de son droit d’objection.

Article 145
Il veille à l’exécution des décisions judiciaires, conformément à la loi.

Article 146
Le Président de la République a le droit de grâce et de commutation de peine relativement à toute condamnation passée en force de chose jugée, à l’exception des condamnations prononcées par la Haute Cour de Justice ainsi qu’il est prévu dans la présente Constitution.

Article 147
Il ne peut accorder amnistie qu’en matière politique et selon les prescriptions de la loi.

Article 148
Si le Président se trouve dans l’impossibilité temporaire d’exercer ses fonctions, le Conseil des Ministres sous la présidence du Premier Ministre, exerce le pouvoir exécutif tant que dure l’empêchement.

Article 149
En cas de vacance de la Présidence de la République pour quelque cause que ce soit, le Président de la Cour de Cassation de la République ou, à son défaut, le Vice-Président de cette Cour ou à défaut de celui-ci, le juge le plus ancien et ainsi de suite par ordre d’ancienneté, est investi provisoirement de la fonction de Président de la République par l’Assemblée Nationale dûment convoquée par le Premier Ministre. Le scrutin pour l’élection du nouveau Président pour un nouveau mandat de cinq (5) ans a lieu quarante-cinq (45) jours au moins et quatre-vingt-dix (90) jours au plus après l’ouverture de la vacance, conformément à la Constitution et à la Loi Électorale.

Article 149.1
Ce Président provisoire ne peut en aucun cas se porter candidat à la plus prochaine élection présidentielle.

Article 150
Le Président de la République n’a d’autres pouvoirs que ceux que lui attribue la Constitution.

Article 151
A l’ouverture de la Première session législative annuelle, le Président de la République, par un message au Corps législatif, fait l’Exposé général de la situation. Cet exposé ne donne lieu à aucun débat.

Article 152
Le Président de la République reçoit du Trésor public une indemnité mensuelle à partir de sa prestation de serment.

Article 153
Le Président de la République a sa résidence officielle au Palais National, à la capitale, sauf en cas de déplacement du siège du pouvoir exécutif.

Article 154
Le Président de la République préside le Conseil des Ministres.

Section C : Du Gouvernement

Article 155
Le Gouvernement se compose du Premier Ministre, des Ministres et des Secrétaires d’État. Le Premier Ministre est le Chef de Gouvernement.

Article 156
Le Gouvernement conduit la politique de la Nation. Il est responsable devant le Parlement dans les conditions prévues par la Constitution.

Article 157
Pour être nommé Premier Ministre, il faut :

1) être haïtien d’origine et n’avoir pas renoncé à sa nationalité ;
2) être âgé de trente (30) ans accomplis ;
3) jouir de ses droits civils et politiques et n’avoir jamais été condamné à une peine afflictive et infamante ;
4) être propriétaire en Haïti ou y exercer une profession ;
5) résider dans le pays depuis cinq (5) années consécutives ;
6) avoir reçu décharge de sa gestion si on a été comptable des deniers publics.

Section D : Des attributions du Premier Ministre

Article 158
Le Premier Ministre en accord avec le Président choisit les membres de son Cabinet ministériel et se présente devant le Parlement afin d’obtenir un vote de confiance sur sa déclaration de politique générale. Le vote a lieu au scrutin public et à la majorité absolue de chacune des deux (2) Chambres. Dans le cas d’un vote de non confiance par l’une des deux (2) Chambres, la procédure recommence.

Article 159
Le Premier Ministre fait exécuter les lois. En cas d’absence, d’empêchement temporaire du Président de la République ou sur sa demande, le Premier Ministre préside le Conseil des Ministres. Il a le pouvoir réglementaire, mais il ne peut jamais suspendre, ni interpréter les lois, actes et décrets, ni se dispenser de les exécuter.

Article 159.1
De concert avec le Président de la République, il est responsable de la Défense Nationale.

Article 160
Le Premier Ministre nomme et révoque directement ou par délégation les fonctionnaires publics selon les conditions prévues par la Constitution et par la loi sur le statut général de la Fonction Publique.

Article 161
Le Premier Ministre et les Ministres ont leurs entrées aux Chambres pour soutenir les projets de lois et les objections du Président de la République ainsi que pour répondre aux interpellations.

Article 162
Les actes du Premier Ministre sont contresignés, le cas échéant par les Ministres chargés de leur exécution. Le Premier Ministre peut être chargé d’un portefeuille ministériel.

Article 163
Le Premier Ministre et les Ministres sont responsables solidairement tant des actes du Président de la République qu’ils contresignent que de ceux de leurs ministères. Ils sont également responsables de l’exécution des lois, chacun en ce qui le concerne.

Article 164
La fonction de Premier Ministre et celle de membre du Gouvernement sont incompatibles avec tout mandat parlementaire. Dans un tel cas, le parlementaire opte pour l’une ou l’autre fonction.

Article 165
En cas de démission du Premier Ministre, le Gouvernement reste en place jusqu’à la nomination de son successeur pour expédier les affaires courantes.

Section E : Des ministres et des secrétaires d’État

Article 166
Le Président de la République préside le Conseil des Ministres. Le nombre de ceux-ci ne peut être inférieur à dix (10). Le Premier Ministre quand il le juge nécessaire adjoindra aux Ministres, des Secrétaires d’État.

Article 167
La loi fixe le nombre des Ministères.

Article 168
La fonction ministérielle est incompatible avec l’exercice de tous autres emplois publics, sauf ceux de l’Enseignement supérieur.

Article 169
Les Ministres sont responsables des actes du Premier Ministre qu’ils contresignent. Ils sont solidairement responsables de l’exécution des lois.

Article 169.1
En aucun cas, l’ordre écrit ou verbal du Président de la République ou du Premier Ministre ne peut soustraire les Ministres à la responsabilité attachée à leurs fonctions.

Article 170
Le Premier Ministre, les Ministres et les Secrétaires d’État reçoivent des indemnités mensuelles établies par la Loi Budgétaire.

Article 171
Les Ministres nomment certaines catégories d’agents de la Fonction Publique par délégation du Premier Ministre, selon les conditions fixées par la loi sur la Fonction Publique.

Article 172
Lorsque l’une des deux (2) Chambres, à l’occasion d’une interpellation met en cause la responsabilité d’un Ministre par un vote de censure pris à la majorité absolue de ses membres, l’Exécutif renvoie le Ministre.

Chapitre IV
Du pouvoir judiciaire

Article 173
Le pouvoir judiciaire est exercé par une Cour de Cassation, les Cours d’Appel, les tribunaux de première instance, les tribunaux de paix et les tribunaux spéciaux dont le nombre, la composition, l’organisation, le fonctionnement et la juridiction sont fixés par la loi.

Article 173.1
Les contestations qui ont pour objet les droits civils sont exclusivement du ressort des tribunaux.

Article 173.2
Nul tribunal, nulle juridiction contentieuse ne peut être établie qu’en vertu de la loi. Il ne peut être créé de tribunal extraordinaire sous quelque dénomination que ce soit.

Article 174
Les juges de la Cour de Cassation et des Cours d’Appel sont nommés pour dix (10) ans. Ceux des tribunaux de première instance le sont pour sept (7) ans. Leur mandat commence à courir à compter de leur prestation de serment.

Article 175
Les juges de la Cour de Cassation sont nommés par le Président de la République sur une liste de trois (3) personnes par siège soumise par le Sénat. Ceux des cours d’appel et des tribunaux de première instance le sont sur une liste soumise par l’Assemblée départementale concernée; les juges de paix sur une liste préparée par les Assemblées communales.

Article 176
La loi règle les conditions exigibles pour être juge à tous les degrés. Une École de la Magistrature est créée.

Article 177
Les juges de la Cour de Cassation, ceux des Cours d’Appel et des tribunaux de première instance sont inamovibles. Ils ne peuvent être destitués que pour forfaiture légalement prononcée ou suspendus qu’à la suite d’une inculpation. Ils ne peuvent être l’objet d’affectation nouvelle, sans leur consentement, même en cas de promotion. Il ne peut être mis fin à leur service durant leur mandat qu’en cas d’incapacité physique ou mentale permanente dûment constatée.

Article 178
La Cour de Cassation ne connaît pas du fond des affaires. Néanmoins, en toutes matières autres que celles soumises au Jury lorsque sur un second recours, même sur une exception, une affaire se présentera entre les mêmes parties, la Cour de Cassation admettant le pourvoi, ne prononcera point de renvoi et statuera sur le fond, sections réunies.

Article 178.1
Cependant, lorsqu’il s’agit de pourvoi contre les ordonnances de référé du juge d’instruction, les ordonnances du juge d’instruction, les arrêts d’appel rendus à l’occasion de ces ordonnances ou contre les sentences en dernier ressort des tribunaux de paix ou des décisions de tribunaux spéciaux de la Cour de Cassation admettant les recours statue sans renvoi.

Article 179
Les fonctions de juge sont incompatibles avec toutes autres fonctions salariées, sauf celle de l’Enseignement.

Article 180
Les audiences des tribunaux sont publiques. Toutefois, elles peuvent être tenues à huis clos dans l’intérêt de l’ordre public et des bonnes moeurs, sur décision du tribunal.

Article 180.1
En matière de délit politique et de délit de presse, les huis clos ne peut être prononcé.

Article 181
Les arrêts ou jugements rendus et exécutés au nom de la République. Ils portent le mandement exécutoire aux officiers du Ministère Public et aux agents de la Force publique. Les actes de notaires susceptibles d’exécution forcée sont mis dans la même forme.

Article 182
La Cour de Cassation se prononce sur les conflits d’attributions, d’après le mode réglé par la loi.

Article 182.1
Elle connaît des faits et du droit dans tous les cas de décisions rendues par les tribunaux militaires.

Article 183
La Cour de Cassation à l’occasion d’un litige et sur le renvoi qui lui en est fait, se prononce en sections réunies sur l’inconstitutionnalité des lois.

Article 183.1
L’interprétation d’une loi donnée par les Chambres législatives s’impose pour l’objet de cette loi, sans qu’elle puisse rétroagir en ravissant des droits acquis.

Article 183.2
Les tribunaux n’appliquent les arrêtés et règlements d’Administration publique que pour autant qu’ils sont conformes aux lois.

Article 184
La loi détermine les compétences des Cours et des tribunaux, règle la façon de procéder devant eux.

Article 184.1
Elle prévoit également les sanctions disciplinaires à prendre contre les juges et les officiers du Ministère Public, à l’exception des juges de la Cour de Cassation qui sont justiciables de la Haute Cour de Justice pour forfaiture.

Chapitre V
De la Haute Cour de Justice

Article 185
Le Sénat peut s’ériger en Haute Cour de Justice. Les travaux de cette Cour sont dirigés par le Président du Sénat assisté du Président et du Vice-Président de la Cour de Cassation comme Vice-Président et Secrétaire, respectivement, sauf si des juges de la Cour de Cassation ou des Officiers du Ministère Public près cette Cour sont impliqués dans l’accusation, auquel cas, le Président du Sénat se fera assister de deux (2) Sénateurs dont l’un sera désigné par l’inculpé et les Sénateurs sus-visés ont voix délibérative.

Article 186
La Chambre des Députés, à la majorité des deux tiers (2/3) de ses membres prononce la mise en accusation:

a) du Président de la République pour crime de haute trahison ou tout autre crime ou délit commis dans l’exercice de ses fonctions ;
b) du Premier Ministre, des Ministres et des Secrétaires d’État pour crimes de haute trahison et de malversations, ou d’excès de Pouvoir ou tous autres crimes ou délits commis dans l’exercice de leurs fonctions ;
c) des membres du Conseil Électoral Permanent et ceux de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif pour fautes graves commises dans l’exercice de leurs fonctions ;
d) des juges et officiers du Ministère Public près de la Cour de Cassation pour forfaiture ;
e) du Protecteur du citoyen.

Article 187
Les membres de la Haute Cour de Justice prêtent individuellement et à l’ouverture de l’audience le serment suivant

” Je jure devant Dieu et devant la Nation de juger avec l’impartialité et la fermeté qui conviennent à un homme probe et libre, suivant ma conscience et mon intime conviction. “

Article 188
La Haute Cour de Justice, au scrutin secret et à la majorité absolue , désigne parmi ses membres une Commission chargée de l’instruction.

Article 188.1
La décision, sous forme de décret est rendue sur le rapport de la Commission d’Instruction et à la majorité des deux tiers (2/3) des membres de la Haute Cour de Justice.

Article 189
La Haute Cour de Justice ne siège qu’à la majorité des deux tiers (2/3) de ses membres.

Article 189.1
Elle ne peut prononcer d’autre peine que la destitution, la déchéance et la privation du droit d’exercer toute fonction publique durant cinq (5) ans au moins et quinze (15) au plus.

Article 189.2
Toutefois, le condamné peut être traduit devant les tribunaux ordinaires, conformément à la loi, s’il y a lieu d’appliquer d’autres peines ou de statuer sur l’exercice de l’action civile.

Article 190
La Haute Cour de Justice, une fois saisie, doit siéger jusqu’au prononcé de la décision, sauf tenir compte de la durée des Sessions du Corps législatif.

 

Titre VI
Des institutions indépendantes

Chapitre premier
Du Conseil électoral permanent

Article 191
Le Conseil Électoral est chargé d’organiser et de contrôler en toute indépendance, toutes les opérations électorales sur tout le territoire de la République jusqu’à la proclamation des résultats du scrutin.

Article 191.1
Il élabore également le Projet de Loi Électorale qu’il soumet au Pouvoir exécutif pour les suites nécessaires.

Article 191.2
Il s’assure de la tenue à jour des listes électorales.

Article 192
Le Conseil Électoral comprend (9) neuf membres choisis sur une liste de (3) trois noms proposés par chacune des Assemblées départementales :

3 sont choisis par le Pouvoir exécutif ;
3 sont choisis par la Cour de Cassation ;
3 sont choisis par l’Assemblée Nationale.

Les organes sus-cités veillent, autant que possible, à ce que chacun des départements soit représenté.

Article 193
Pour être membre du Conseil Électoral Permanent, il faut :

1) être haïtien d’origine ;
2) être âgé au moins de 40 ans révolus ;
3) jouir de ses droits civils et politiques et n’avoir jamais été condamné à une peine afflictive et infamante ;
4) avoir reçu décharge de sa gestion si on a été comptable de deniers publics ;
5) avoir résidé dans le pays au moins trois (3) ans avant sa nomination.

Article 194
Les membres du Conseil Électoral Permanent sont nommés pour une période de (9) neuf ans non renouvelable. Ils sont inamovibles.

Article 194.1
Le Conseil Électoral Permanent est renouvelable par tiers tous les (3) trois ans. Le Président est choisi parmi les membres.

Article 194.2
Avant d’entrer en fonction, les membres du Conseil Électoral Permanent prêteront le serment suivant devant la Cour de Cassation

” Je jure de respecter la Constitution et les dispositions de la Loi Électorale et de m’acquitter de ma tâche avec dignité, indépendance, impartialité et patriotisme. “

Article 195
En cas de faute grave commise dans l’exercice de leur fonction, les membres du Conseil Électoral Permanent sont passibles de la Haute Cour de Justice.

Article 196
Les membres du Conseil Électoral Permanent ne peuvent occuper aucune fonction publique, ni se porter candidat à une fonction élective pendant toute la durée de leur mandat.
En cas de démission, tout membre du Conseil doit attendre trois (3) ans avant de pouvoir briguer une fonction élective.

Article 197
Le Conseil Électoral Permanent est le Contentieux de toutes les contestations soulevées à l’occasion soit des élections, soit de l’application ou de la violation de la loi électorale, sous réserve de toute poursuite légale à entreprendre le ou les coupables par devant les tribunaux compétents.

Article 198
En cas de vacance créée par décès, démission ou toute autre cause, il est pourvu au remplacement du membre, suivant la procédure fixée par l’article 192 pour le temps qui reste à courir, compte tenu du Pouvoir qui avait désigné le membre à remplacer.

Article 199
La loi détermine les règles d’organisation et de fonctionnement du Conseil Électoral Permanent.

Chapitre II
De la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif

Article 200
La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif est une juridiction financière, administrative, indépendante et autonome. Elle est chargée du contrôle administratif et juridictionnel des recettes et des dépenses de l’État, de la vérification de la comptabilité des Entreprises de l’État ainsi que de celles des collectivités territoriales.

Article 200.1
La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif connaît des litiges mettant en cause l’État et les Collectivités territoriales, l’Administration et les fonctionnaires publics, les services publics et les administrés.

Article 200.2
Ses décisions ne sont susceptibles d’aucun recours sauf, de pourvoi en cassation.

Article 200.3
La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif comprend deux sections :

1) la section du Contrôle financier ;
2) la section du Contentieux administratif.

Article 200.4
La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux administratif participe à l’élaboration du Budget et est consultée sur toutes les questions relatives à la législation sur les Finances Publiques et sur tous les Projets de Contrats, Accords et Conventions à caractère financier et commercial auxquels l’État est partie. Elle a le droit de réaliser les audits dans toutes administrations publiques.

Article 200.5
Pour être membre de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif, il faut :

a) être haïtien et n’avoir jamais renoncé à sa Nationalité ;
b) être âgé de trente-cinq (35) ans accomplis ;
c) avoir reçu décharge de sa gestion lorsqu’on a été comptable des deniers publics ;
d) être licencié en droit ou être comptable agréé ou détenteur d’un diplôme d’Études Supérieures d’Administration Publique, d’Économie et de Finances publiques ;
e) avoir une expérience de (5) années dans une Administration publique ou privée ;
f) jouir de ses droits civils et politiques.

Article 200.6
Les candidats à cette fonction font directement le dépôt de leur candidature au Bureau du Sénat de la République. Le Sénat élit les dix (10) membres de la Cour, qui parmi eux désignent leurs Président et Vice-Président.

Article 201
Ils sont investis d’un (1) mandat de dix (10) années et sont inamovibles.

Article 202
Avant d’entrer en fonction les membres de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif prêtent devant une Section de la Cour de Cassation, le serment suivant

” Je jure de respecter la Constitution et les lois de la République, de remplir mes fonctions avec exactitude et loyauté et de me conduire en tout avec dignité. “

Article 203
Les membres de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif sont justiciables de la Haute Cour de Justice pour les fautes graves commises dans l’exercice de leur fonction.

Article 204
La Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif fait parvenir chaque année au Corps législatif dans les trente (30) jours qui suivent l’ouverture de la Première Session législative, un rapport complet sur la situation financière du Pays et sur l’efficacité des dépenses publiques.

Article 205
L’organisation de la Cour sus-mentionnée, le statut de ses membres, son mode de fonctionnement sont établis par la loi.

Chapitre III
De la Commission de conciliation

Article 206
La Commission de Conciliation est appelée à trancher les différends qui opposent le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif ou les deux (2) branches du pouvoir législatif. Elle est formée ainsi qu’il suit :

a) le président de la Cour de Cassation : Président ;
b) le président du Sénat : Vice-Président ;
c) le Président de la Chambre des députés : Membre ;
d) le président du Conseil Électoral Permanent : Membre;
e) le vice-président du Conseil Électoral Permanent : Membre;
f) deux (2) ministres désignés par le Président de la République : Membres.

Article 206.1
Le mode de fonctionnement de la Commission de Conciliation est déterminé par la Loi.

Chapitre IV
De la protection du citoyen

Article 207
Il est créé un office dénommé Office de la protection du citoyen dont le but est de protéger tout individu contre toutes les formes d’abus de l’Administration Publique.

Article 207.1
L’Office est dirigé par un citoyen qui porte le titre de Protecteur du citoyen. Il est choisi par consensus entre le Président de la République, le Président du Sénat et le Président de la Chambre des députés. Il est investi d’un mandat de sept (7) ans, non renouvelable.

Article 207.2
Son intervention en faveur de tout plaignant se fait sans frais aucun, quelle que soit la juridiction.

Article 207.3
Une loi fixe les conditions et les règlements de fonctionnement de l’Office du Protecteur du Citoyen.

Chapitre V
De l’Université – De l’Académie – De la Culture

Article 208
L’Enseignement Supérieur est libre. Il est dispensé par l’Université d’État d’Haïti qui est autonome et par des Écoles Supérieures Publiques et des Écoles Supérieures Privées agréées par l’État.

Article 209
L’État doit financer le fonctionnement et le développement de l’Université d’Haïti et des Écoles Supérieures publiques. Leur organisation et leur localisation doivent être envisagées dans une perspective de développement régional.

Article 210
La création de centres de recherches doit être encouragée.

Article 211
L’autorisation de fonctionner des Universités et des Écoles Supérieures Privées est subordonnée à l’approbation technique du Conseil de l’Université d’État, à une participation majoritaire haïtienne au niveau du Capital et du Corps Professoral ainsi qu’à l’obligation d’enseigner notamment en langue officielle du pays.

Article 211.1
Les Universités et Écoles Supérieures Privées ou Publiques dispensent un Enseignement Académique et pratique adapté à l’évolution et aux besoins du développement national.

Article 212
Une Loi Organique réglemente la création, la localisation et le fonctionnement des Universités et des Écoles Supérieures publiques et privées du pays.

Article 213
Une Académie haïtienne est instituée en vue de fixer la langue créole et de permettre son développement scientifique et harmonieux.

Article 213.1
D’autres académies peuvent être créées.

Article 214
Le titre de Membre de l’Académie est purement honorifique.

Article 214.1
La loi détermine le mode, l’organisation et le fonctionnement des académies.

Article 215
Les richesses archéologiques, historiques, culturelles et folkloriques du Pays de même que les richesses architecturales, témoin de la grandeur de notre passé, font partie du Patrimoine National. En conséquence, les monuments, les ruines, les sites des grands faits d’armes de nos ancêtres, les centres réputés de nos croyances africaines et tous les vestiges du passé sont placées sous la protection de l’État.

Article 216
La loi détermine pour chaque domaine les conditions spéciales de cette protection.

 

Titre VII
Des finances publiques

Article 217
Les Finances de la République sont décentralisées. La gestion est assurée par le Ministère y afférent. L’Exécutif, assisté d’un Conseil interdépartemental élabore la loi qui fixe la portion et la nature des revenus publics attribués aux Collectivités territoriales.

Article 218
Aucun impôt au profit de l’État ne peut être établi que par une loi. Aucune charge, aucune imposition soit départementale, soit municipale, soit de section communale, ne peut être établie qu’avec le consentement de ces collectivités territoriales.

Article 219
Il ne peut être établi de privilège en matière d’impôts.
Aucune exception, aucune augmentation, diminution ou suppression d’impôt ne peut être établie que par la Loi.

Article 220
Aucune pension, aucune gratification, aucune allocation, aucune subvention à la charge du Trésor Public, ne peut être accordée qu’en vertu d’une Loi. Les pensions versées par l’État sont indexées sur le coût de la vie.

Article 221
Le cumul des fonctions publiques salariées par l’État est formellement interdit, excepté pour celles de l’Enseignement, sous réserve des dispositions particulières.

Article 222
Les procédures relatives à la préparation du Budget et à son Exécution sont déterminées par la Loi.

Article 223
Le contrôle de l’exécution de la Loi sur le budget et sur la comptabilité Publique est assuré par la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif et par l’Office du Budget.

Article 224
La Politique Monétaire est déterminée par la Banque Centrale conjointement avec le Ministère de l’Économie et des Finances.

Article 225
Un Organisme public autonome jouissant de la personnalité juridique et de l’autonomie financière remplit les fonctions de Banque Centrale. Son statut est déterminé par la loi.

Article 226
La Banque Centrale est investie du privilège exclusif d’émettre, avec force libératoire sur tout le Territoire de la République, des billets représentatifs de l’Unité Monétaire, la monnaie divisionnaire, selon le titre, le poids, la description, le chiffre et l’emploi fixés par la Loi.

Article 227
Le budget de chaque Ministère est divisé en Chapitres et Sections, et doit être voté article par article.

Article 227.1
Les valeurs à tirer sur les allocations budgétaires ne pourront en aucun cas dépasser le douzième de la dotation pour un mois déterminé, sauf en Décembre à cause du bonus à verser à tous les Fonctionnaires et Employés Publics.

Article 227.2
Les comptes généraux des recettes et des dépenses de la République sont gérés par le Ministre des Finances selon un mode de Comptabilité établi par la Loi.

Article 227.3
Les Comptes Généraux et les Budgets prescrits par l’Article précédent, accompagnés du rapport de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif doivent être soumis aux Chambres Législatives par le Ministre des Finances au plus tard dans les quinze (15) jours de l’ouverture de la Session Législative. Il en est de même du Bilan Annuel et des opérations de la Banque Centrale, ainsi que de tous autres comptes de l’État Haïtien.

Article 227.4
L’exercice administratif commence le premier Octobre de chaque année et finit le trente (30) Septembre de l’année suivante.

Article 228
Chaque année, le Corps Législatif arrête :

a) le compte des recettes et des dépenses de l’État pour l’année écoulée ou les années précédentes ;
b) le Budget Général de l’État contenant l’aperçu et la portion des fonds alloués pour l’année à chaque Ministère.

Article 228.1
Toutefois, aucune proposition, aucun amendement ne peut être introduit au Budget à l’occasion du vote de celui-ci sans la prévision correspondante des voies et moyens.

Article 228.2
Aucune augmentation, aucune réduction ne peut être apportée aux appointements des fonctionnaires publics que par une modification des Lois y afférentes.

Article 229
Les Chambres législatives peuvent s’abstenir de tous Travaux Législatifs tant que les documents sus-visés ne leur sont pas présentés. Elles refusent la décharge aux Ministres lorsque les comptes présentés ne fournissent pas par eux-mêmes ou les pièces à l’appui, les éléments de vérification et d’appréciation nécessaires.

Article 230
L’examen et la liquidation des Comptes de l’Administration Générale et de tout comptable de deniers publics se font suivant le mode établi par la Loi.

Article 231
Au cas où les Chambres Législatives pour quelque raison que ce soit, n’arrêtent pas à temps le Budget pour un ou plusieurs Départements Ministériels avant leur ajournement, le ou les Budgets des Départements intéressés restent en vigueur jusqu’au vote et adoption du nouveau Budget.

Article 231.1
Au cas où par la faute de l’Exécutif, le Budget de la République n’a pas été voté, le Président de la République convoque immédiatement les Chambres Législatives en Session Extraordinaire à seule fin de voter le Budget de l’État.

Article 232
Les Organismes, les Entreprises Autonomes et les Entités subventionnés par le Trésor Public en totalité ou en partie sont régis par des Budgets Spéciaux et des systèmes de traitements et salaires approuvés par le Pouvoir Exécutif.

Article 233
En vue d’exercer un contrôle sérieux et permanent des dépenses publiques, il est élu au scrutin secret, au début de chaque Session Ordinaire, une Commission Parlementaire de quinze (15) Membres dont neuf (9) Députés et six (6) Sénateurs chargés de rapporter sur la gestion des Ministres pour permettre aux deux (2) Assemblées de leur donner décharge.
Cette Commission peut s’adjoindre des spécialistes pour l’aider dans son contrôle.

 

Titre VIII
De la fonction publique

Article 234
L’Administration Publique Haïtienne est l’instrument par lequel l’État concrétise ses missions et objectifs. Pour garantir sa rentabilité, elle doit être gérée avec honnêteté et efficacité.

Article 235
Les Fonctionnaires et Employés sont exclusivement au service de l’État. Ils ont tenus à l’observation stricte des normes et éthique déterminées par la Loi sur la Fonction Publique.

Article 236
La Loi fixe l’organisation des diverses structures de l’Administration et précise leurs conditions de fonctionnement.

Article 236.1
La loi réglemente la Fonction Publique sur la base de l’aptitude, du mérite et de la discipline. Elle garantit la sécurité de l’emploi.

Article 236.2
La Fonction Publique est une carrière. Aucun fonctionnaire ne peut être engagé que par voie de concours ou autres conditions prescrites par la Constitution et par la loi, ni être révoqué que pour des causes spécifiquement déterminées par la Loi. Cette révocation doit être prononcée dans tous les cas par le Contentieux Administratif.

Article 237
Les Fonctionnaires de carrière n’appartiennent pas à un service public déterminé mais à la Fonction Publique qui les met à la disposition des divers Organismes de l’État.

Article 238
Les Fonctionnaires indiqués par la Loi sont tenus de déclarer l’État de leur patrimoine au Greffe du Tribunal Civil dans les trente (30) jours qui suivent leur entrée en fonction. Le Commissaire du Gouvernement doit prendre toutes les mesures qu’il juge nécessaires pour vérifier l’exactitude de la déclaration.

Article 239
Les Fonctionnaires et Employés Publics peuvent s’associer pour défendre leurs droits dans les conditions prévues par la Loi.

Article 240
Les Fonctions ou Charges Politiques ne donnent pas ouverture à la carrière administrative, notamment les fonctions de Ministre et de Secrétaire d’État, d’Officier du Ministère Public, de Délégué et de Vice-Délégué, d’Ambassadeur, de Secrétaire Privé du Président de la République, de Membre de Cabinet de Ministre, de Directeur Général de Département Ministériel ou d’Organisme Autonome, de Membres de Conseil d’Administration.

Article 241
La Loi sanctionne les infractions contre le le fisc et l’enrichissement illicite. Les Fonctionnaires qui ont connaissance de tels faits ont pour devoir de les signaler à l’Autorité Compétente.

Article 242
L’enrichissement illicite peut être établi par tous les modes de preuves, notamment par présomption de la disproportion marquée entre les moyens du fonctionnaire acquis depuis son entrée en fonction et le montant accumulé du Traitement ou des Émoluments auxquels lui a donné droit la charge occupée.

Article 243
Le Fonctionnaire coupable des délits sus-désignés ne peut bénéficier que de la prescription vicennale. Cette prescription ne commence à courir qu’à partir de la cessation de ses fonctions ou des causes qui auraient empêché toute poursuite.

Article 244
L’État a pour devoir d’éviter les grandes disparités d’appointements dans l’Administration Publique.

 

Titre IX
De l’Environnement – de l’Économie – de l’Agriculture

Chapitre premier
De l’économie – De l’agriculture

Article 245
La liberté économique est garantie tant qu’elle ne s’oppose pas à l’intérêt social. L’État protège l’entreprise privée et vise à ce qu’elle se développe dans les conditions nécessaires à l’accroissement de la richesse nationale de manière à assurer la participation du plus grand nombre au bénéfice de cette richesse.

Article 246
L’État encourage en milieu rural et urbain, la formation de coopérative de production, la transformation de produits primaires et l’esprit d’entreprise en vue de promouvoir l’accumulation du Capital National pour assurer la permanence du développement.

Article 247
L’Agriculture, source principale de la richesse nationale est garante du bien-être des populations et du progrès socio-économique de la Nation.

Article 248
Il est créé un Organisme Spécial dénommé Institut national de la réforme agraire en vue d’organiser la refonte des structures foncières et mettre en oeuvre une réforme agraire au bénéfice des réels exploitants de la terre. Cet Institut élabore une politique agraire axée sur l’optimisation de la productivité au moyen de la mise en place d’infrastructure visant la protection de l’aménagement de la terre.

Article 248.1
La Loi détermine la superficie minimale et maximale des unités de base des exploitations agricoles.

Article 249
L’État a pour obligation d’établir les structures nécessaires pour assurer la productivité maximale de la terre et la commercialisation interne des denrées. Des unités d’encadrement techniques et financières sont établies pour assister les agriculteurs au niveau de chaque Section Communale.

Article 250
Aucun monopole ne peut être établi en faveur de l’État et des Collectivités Territoriales que dans l’intérêt exclusif de la Société. Ce monopole ne peut être cédé à un particulier.

Article 251
L’importation des denrées agricoles et de leurs dérivés produits en quantité suffisante sur le Territoire National est interdite sauf cas de force majeure.

Article 252
L’État peut prendre en charge le fonctionnement des entreprises de production de biens et services essentiels à la Communauté, aux fins d’en assurer la continuité dans le cas où l’existence de ces Établissements serait menacée. Ces Entreprises seront groupées dans un système intégré de gestion.

Chapitre II
De l’environnement

Article 253
L’environnement étant le cadre naturel de vie de la population, les pratiques susceptibles de perturber l’équilibre écologique sont formellement interdites.

Article 254
L’État organise la mise en valeur des sites naturels, en assure la protection et les rend accessibles à tous.

Article 255
Pour protéger les réserves forestières et élargir la couverture végétale, l’État encourage le développement des formes d’énergie propre : solaire, éolienne et autres.

Article 256
Dans le cadre de la protection de l’Environnement et de l’Éducation Publique, l’État a pour obligation de procéder à la création et à l’entretien de jardins botaniques et zoologiques en certains points du Territoire.

Article 257
La loi détermine les conditions de protection de la faune et de la flore. Elle sanctionne les contrevenants.

Article 258
Nul ne peut introduire dans le Pays des déchets ou résidus de provenances étrangères de quelque nature que ce soit.

 

Titre X
De la famille

Article 259
L’État protège la Famille base fondamentale de la Société.

Article 260
Il doit une égale protection à toutes les Familles qu’elles soient constituées ou non dans les liens du mariage. Il doit procurer aide et assistance à la maternité, à l’enfance et à la vieillesse.

Article 261
La Loi assure la protection à tous les Enfants. Tout enfant a droit à l’amour, à l’affection, à la compréhension et aux soins moraux et matériels de son père et de sa mère.

Article 262
Un Code de la Famille doit être élaboré en vue d’assurer la protection et le respect des droits de la Famille et de définir les formes de la recherche de la paternité. Les Tribunaux et autres Organismes de l’État chargés de la protection de ces droits doivent être accessibles gratuitement au niveau de la plus petite Collectivité Territoriale.

 

Titre XI
De la force publique

Article 263
La Force Publique se compose de deux (2) Corps distincts :

a) les Forces Armées d’Haïti ;
b) les Forces de Police.

Article 263.1
Aucun autre Corps Armé ne peut exister sur le Territoire National.

Article 263.2
Tout Membre de la Force Publique prête lors de son engagement, le serment d’allégeance et de respect à la Constitution et au drapeau.

Chapitre premier
Des forces armées

Article 264
Les Forces Armées comprennent les Forces de Terre, de Mer, de l’Air et des Services Techniques.
Les Forces Armées d’Haïti sont instituées pour garantir la sécurité et l’intégrité du Territoire de la République.

Article 264.1
Les Forces Armées sont commandées effectivement par un Officier Général ayant pour titre Commandant En Chef Des Forces Armées d’Haïti.

Article 264.2
Le Commandant en Chef des Forces Armées, conformément à la Constitution, est choisi parmi les Officiers Généraux en activité de Service.

Article 264.3
Son mandat est fixé à trois (3) ans. Il est renouvelable.

Article 265
Les Forces Armées sont apolitiques. Leurs membres ne peuvent faire partie d’un groupement ou d’un parti politique et doivent observer la plus stricte neutralité .

Article 265.1
Les Membres des Forces Armées exercent leur droit de vote conformément à la Constitution.

Article 266
Les Forces Armées ont pour attributions :

a) Défendre le Pays en cas de guerre ;
b) Protéger le Pays contre les menaces venant de l’extérieur ;
c) Assurer la surveillance des Frontières terrestres, maritimes et aériennes ;
d) Prêter main forte sur requête motivée de l’Exécutif, à la Police au cas où cette dernière ne peut répondre à sa tâche ;
e) Aider la nation en cas de désastre naturel ;
f) Outre les attributions qui lui sont propres, les Forces Armées peuvent être affectées à des tâches de développement.

Article 267
Les Militaires en activité de Service ne peuvent être nommés à aucune Fonction Publique, sauf de façon temporaire pour exercer une spécialité.

Article 267.1
Tout militaire en activité de Service, pour se porter candidat à une fonction élective, doit obtenir sa mise en disponibilité ou sa mise à la retraite un (1) an avant la parution du Décret Électoral.

Article 267.2
La carrière militaire est une profession. Elle est hiérarchisée. Les conditions d’engament, les grades, promotions, révocations, mises à la retraite, sont déterminées par les règlements des Forces Armées d’Haïti.

Article 267.3
Le Militaire n’est justiciable d’une Cour Militaire que pour les délits et crimes commis au temps de guerre ou pour les infractions relevant de la discipline militaire.
Il ne peut être l’objet d’aucune révocation, mise en disponibilité, à la réforme, mise à la retraite anticipée qu’avec son consentement. Au cas où le consentement n’est pas accordé, l’intéressé peut se pourvoir par devant le Tribunal Compétent.

Article 267.4
Le Militaire conserve toute sa vie, le dernier grade obtenu dans les Forces Armées d’Haïti. Il ne peut en être privé que par décision du Tribunal Compétent passée en force de chose souverainement jugée.

Article 267.5
L’État doit accorder aux Militaires de tous grades des prestations garantissant pleinement leur sécurité matérielle.

Article 268
Dans le cadre d’un Service National Civique mixte obligatoire, prévu par la Constitution à l’article 52-3, les Forces Armées participent à l’organisation et à la supervision de ce service.
Le service Militaire est obligatoire pour tous les Haïtiens âgés au moins de dix-huit (18) ans.
La loi fixe le mode de recrutement, la durée et les règles de fonctionnement de ces services.

Article 268.1
Tout citoyen a droit à l’auto-défense armée, dans les limites de son domicile mais n’a pas droit au port d’armes sans l’autorisation expresse et motivée du Chef de la Police.

Article 268.2
La détention d’une arme à feu doit être déclarée à la Police.

Article 268.3
Les Forces Armées ont le monopole de la fabrication, de l’importation, de l’exportation, de l’utilisation et de la détention des armes de guerre et de leurs munitions, ainsi que du matériel de guerre.

Chapitre II
Des forces de police

Article 269
La Police est un Corps Armé. Son fonctionnement relève du Ministère de la Justice.

Article 269.1
Elle est créée pour la garantie de l’ordre public et la protection de la vie et des biens des citoyens.
Son organisation et son mode de fonctionnement sont réglés par la Loi.

Article 270
Le Commandant en Chef des Forces de Police est nommé, conformément à la Constitution, pour un mandat de trois (3) ans renouvelable.

Article 271
Il est créé une (1) Académie et une (1) École de Police dont l’organisation et le fonctionnement sont fixés par la Loi.

Article 272
Des Sections spécialisées notamment l’Administration Pénitentiaire, le Service des Pompiers, le Service de la Circulation, la Police Routière, les Recherches Criminelles, le Service Narcotique et Anti-contrebande sont créés par la Loi régissant l’Organisation, le Fonctionnement et la Localisation des Forces de Police.

Article 273
La Police en tant qu’auxiliaire de la Justice, recherche les contraventions, les délits et crimes commis en vue de la découverte et de l’arrestation de leurs auteurs.

Article 274
Les Agents de la Force Publique dans l’exercice de leurs fonctions sont soumis à la responsabilité civile et pénale dans les formes et conditions prévues par la Constitution et par la Loi

 

Titre XII
Dispositions générales

Article 275
Le chômage de l’Administration Publique et Privée et du Commerce sera observé à l’occasion des Fêtes Nationales et des Fêtes Légales.

Article 275.1
Les fêtes nationales sont :

1) La Fête de l’Indépendance Nationale : le Premier Janvier ;
2) Le Jour des Aïeux: le 2 Janvier ;
3) La Fête de l’Agriculture et du Travail : le Premier Mai ;
4) La Fête du Drapeau et de l’Université : le 18 mai ;
5) La Commémoration de la Bataille de Vertières, Jour des Forces armées : le 18 novembre.

Article 275.2
Les Fêtes Légales sont déterminées par la Loi.

Article 276
L’Assemblée Nationale ne peut ratifier aucun Traité, Convention ou Accord Internationaux comportant des clauses contraires à la présente Constitution.

Article 276.1
La ratification des Traités, des Conventions et des Accords Internationaux est donnée sous forme de Décret.

Article 276.2
Les Traités ou Accord Internationaux, une fois sanctionnés et ratifiés dans les formes prévues par la Constitution, font partie de la Législation du Pays et abrogent toutes les Lois qui leur sont contraires.

Article 277
L’État Haïtien peut intégrer une Communauté Économique d’État dans la mesure où l’Accord d’Association stimule le développement économique et social de la République d’Haïti et ne comporte aucune clause contraire à la Présente Constitution.

Article 278
Aucune place, aucune partie du Territoire ne peut être déclarée en état de siège qu’en cas de guerre civile ou d’invasion de la part d’une force étrangère.

Article 278.1
L’acte du Président de la République déclaratif d’état de siège, doit être contresigné par le Premier Ministre, par tous les Ministres et porter convocation immédiate de l’Assemblée Nationale appelée à se prononcer sur l’opportunité de la mesure.

Article 278.2
L’Assemblée Nationale arrête avec le Pouvoir Exécutif, les Garanties Constitutionnelles qui peuvent être suspendues dans les parties du Territoire mises en état de siège.

Article 278.3
L’État de siège devient caduc s’il n’est pas renouvelé tous les quinze (15) jours après son entrée en vigueur par un vote de l’Assemblée Nationale.

Article 278.4
L’Assemblée Nationale siège pendant toute la durée de l’État de siège.

Article 279
Trente (30) jours après son élection, le Président de la République doit déposer au greffe du Tribunal de Première Instance de son domicile, l’inventaire notarié de tous ses biens, meubles et immeubles, il en sera de même à la fin de son mandat.

Article 279.1
Le Premier Ministre, les Ministres et Secrétaires d’État sont astreints à la même obligation dans les trente (30) jours de leur installation et de leur sortie de fonction.

Article 280
Aucun frais, aucune indemnité généralement quelconque n’est accordé aux Membres des Grands Corps de l’État à titre des tâches spéciales qui leur sont attribuées.

Article 281
A l’occasion des consultations nationales, l’État prend en charge proportionnellement un nombre de suffrages obtenus une partie des frais encourus durant les campagnes électorales.

Article 281.1
Ne sont éligibles à de telles facilités que les partis qui auront au niveau national obtenu dix pour cent (10%) des suffrages exprimés avec un plancher départemental de suffrage de cinq pour cent (5%).

 

Titre XIII
Amendements à la Constitution

Article 282
Le Pouvoir Législatif, sur la proposition de l’une des deux (2) Chambres ou du Pouvoir Exécutif, a le droit de déclarer qu’il y a lieu d’amender la Constitution, avec motifs à l’appui.

Article 282.1
Cette déclaration doit réunir l’adhésion des deux (2/3) de chacune des deux (2) Chambres. Elle ne peut être faite qu’au cours de la dernière Session Ordinaire d’une Législature et est publiée immédiatement sur toute l’étendue du Territoire.

Article 283
A la première Session de la Législature suivante, les Chambres se réunissent en Assemblée Nationale et statuent sur l’amendement proposé.

Article 284
L’Assemblée Nationale ne peut siéger, ni délibérer sur l’amendement si les deux (2/3) tiers au moins des Membres de chacune des deux (2) Chambres ne sont présents.

Article 284.1
Aucune décision de l’Assemblée Nationale ne peut être adoptée qu’à la majorité des deux (2/3) tiers des suffrages exprimés.

Article 284.2
L’amendement obtenu ne peut entrer en vigueur qu’après l’installation du prochain Président élu. En aucun cas, le Président sous le gouvernement de qui l’amendement a eu lieu ne peut bénéficier des avantages qui en découlent.

Article 284.3
Toute Consultation Populaire tendant à modifier la Constitution par voie de Référendum est formellement interdite.

Article 284.4
Aucun amendement à la Constitution ne doit porter atteinte au caractère démocratique et républicain de l’État.

 

Titre XIV
Des dispositions transitoires

Article 285
Le Conseil National de Gouvernement reste et demeure en fonction jusqu’au 7 février 1988, date d’investiture du Président de la République élu sous l’empire de la Présente Constitution conformément au Calendrier Électoral.

Article 285.1
Le Conseil National de Gouvernement est autorisé à prendre en Conseil des Ministres, conformément à la Constitution, des décrets ayantforce de Loi jusqu’à l’entrée en fonction des députés et Sénateurs élus sous l’empire de la Présente Constitution.

Article 286
Tout Haïtien ayant adopté une nationalité étrangère durant les vingt-neuf (29) années précédant le 7 février 1986 peut, par une déclaration faite au Ministère de la Justice dans un délai de deux (2) ans à partir de la publication de la Constitution, recouvrer sa nationalité haïtienne avec les avantages qui en découlent, conformément à la Loi.

Article 287
Compte tenu de la situation des Haïtiens expatriés volontairement ou involontairement, les délais de résidence prévus dans la Présente Constitution, sont ramenés à une année révolue pour les plus prochaines élections.

Article 288
A l’occasion de la prochaine Consultation Électorale, les mandats des trois (3) Sénateurs élus pour chaque Département seront établis comme suit :

a) Le Sénateur qui a obtenu le plus grand nombre de voix, bénéficiera d’un (1) mandat de six (6) ans ;
b) Le Sénateur qui vient en seconde place en ce qui a trait au nombre de voix, sera investi d’un (1) mandat de quatre (4) ans ;
c) Le troisième Sénateur sera élu pour deux (2) ans.
Dans la suite, chaque Sénateur élu, sera investi d’un (1) mandat de six (6) ans.

Article 289
En attendant l’établissement du Conseil Électoral Permanent prévu dans la Présente Constitution, le Conseil Électoral Provisoire de neuf (9) Membres, chargé de l’exécution et de l’élaboration de la Loi Électorale devant régir les prochaines élections et désigné de la façon suivante :

1) Un par l’Exécutif, non fonctionnaire ;
2) Un par la Conférence Épiscopale ;
3) Un par le Conseil Consultatif ;
4) Un par la Cour de Cassation ;
5) Un par les organismes de Défense des Droits Humains ne participant pas aux compétitions électorales ;
6) Un par le Conseil de l’Université ;
7) Un par l’Association des Journalistes ;
8) Un par les Cultes Réformés ;
9) Un par le Conseil National des Coopératives.

Article 289.1
Dans la quinzaine qui suivra la ratification de la Présente Constitution, les Corps ou Organisations concernés font parvenir à l’Exécutif le nom de leur représentant.

Article 289.2
En cas d’abstention d’un Corps ou organisation sus-visé, l’Exécutif comble la ou les vacances.

Article 289.3
La mission de ce Conseil Électoral Provisoire prend fin dès l’entrée en fonction du Président élu.

Article 290
Les membres du Premier Conseil Électoral Permanent se départagent par tirage au sort les mandats de neuf (9), six (6) et trois (3) ans, prévus pour le renouvellement par tiers (1/3) du Conseil.

Article 291
Ne pourra briguer aucune fonction publique durant les dix (10) années qui suivront la publication de la Présente Constitution et cela sans préjudice des actions pénales ou en réparation civile :

a) Toute personne notoirement connue pour avoir été par ses excès de zèle un des artisans de la dictature et de son maintien durant les vingt-neuf (29) dernières années ;
b) Tout comptable des deniers publics durant les années de la dictature sur qui plane une présomption d’enrichissement illicite ;
c) Toute personne dénoncée par la clameur publique pour avoir pratiqué la torture sur les prisonniers politiques, à l’occasion des arrestations et des enquêtes ou d’avoir commis des assassinats politiques.

Article 292
Le Conseil Électoral Provisoire chargé de recevoir les dépôts de candidature, veille à la stricte application de cette disposition.

Article 293
Tous les décrets d’expropriation de biens immobiliers dans les zones urbaines et rurales de la République des deux (2) derniers Gouvernements haïtiens au profit de l’État ou de sociétés en formation sont annulés si le but pour lequel ils ont étés pris, n’a pas été exécuté au cours des dix (10) dernières années.

Article 293.1
Tout individu victime de confiscation de biens ou de dépossession arbitraire pour raison politique, durant la période s’étendant du 22 Octobre 1957 au 7 Février 1986 peut récupérer ses biens devant le Tribunal compétent.
Dans ce cas, la procédure est célère comme pour les affaires urgentes et la décision n’est susceptible que du pourvoi en Cassation.

Article 294
Les condamnations à des peines afflictives et infamantes pour des raisons politiques de 1957 à 1986, n’engendrent aucun empêchement à l’exercice des Droits Civils et Politiques.

Article 295
Dans les six (6) mois à partir de l’entrée en fonction du Premier Président élu sous l’empire de la Constitution de 1987, le Pouvoir Exécutif est autorisé à procéder à toutes réformes jugées nécessaires dans l’Administration Publique en général et dans la Magistrature.

 

Titre XV
Dispositions finales

Article 296
Tous les Codes de Lois ou Manuels de justice, tous les décrets-lois et et tous les Décrets et Arrêtés actuellement en vigueur sont maintenus en tout ce qui n’est pas contraire à la présente Constitution.

Article 297
Toutes les Lois, tous les décrets-lois, tous les Décrets restreignant arbitrairement les droits et libertés fondamentaux des citoyens notamment :

a) Le décret-loi du 5 septembre 1935 sur les croyances superstitieuses ;
b) La Loi du 2 Août 1977 instituant le Tribunal de la Sûreté de l’État ;
c) La Loi du 28 juillet 1975 soumettant les terres de la vallée de l’Artibonite à un statut d’exception ;
d) La Loi du 29 Avril 1969 condamnant toute doctrine d’importation ;

Sont et demeurent abrogés.

Article 298
La présente Constitution doit être publiée dans la quinzaine de sa ratification par voie référendaire. Elle entre en vigueur dès sa publication au Moniteur, Journal Officiel de la République.

Donné au Palais Législatif, à Port-au-Prince, siège de l’Assemblée Nationale Constituante, le 10 Mars 1987, An 184e de l’Indépendance.

Share this:
Share this page via Email Share this page via Stumble Upon Share this page via Digg this Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Leave a Reply